Avouez que c'est un peu bête

Il y a quelques jours, je ne peux pas être plus précis, j'ai fait un dessin et franchement, je ne le trouve pas si mal. Il y a du texte et il y a un problème. Lorsque j'ai rédigé, sûr que j'avais une idée en tête, une idée précise, qui faisait sens. Eh bien, je vous le donne en mille, impossible de comprendre aujourd'hui ce qui a pu motiver ce texte. C'est vraiment inquiétant.
Ce texte parle du fait qu'il fait nuit la moitié du temps et de marketing. J'ai beau chercher, je ne trouve pas le sens du truc. Peut-être que ça me reviendra mais là, pour le moment, ce qui m'embête, c'est que le dessin par lui-même n'est pas si mauvais. Ce que je pourrais faire, ce serait de lui trouver un autre discours. C'est peut-être ce qui finira par arriver. On verra bien.
En attendant, hier j'ai voulu faire un test. J'ai un stylo pinceau très fin que j'avais acheté il y a quelques années à Périgueux. Il se trouve que, à force de l'utiliser, il n'avais plus d'encre. J'ai considéré qu'il serait dommage de ne pas tenter de le recharger en encre avant de, éventuellement, le jeter. Bien qu'il ne soit pas conçu pour l'être, rechargé, j'ai noté qu'il était muni d'un capuchon que l'on peut, au prix d'un effort somme toute modéré, retirer. Cette opération permet un accès simple au tube fibreux faisant office de réservoir d'encre. N'écoutant que mon courage et ma détermination sans faille, je me suis décidé à injecter de l'encre de chine dans le corps de ce stylo.
Une fois que j'ai considéré que ce réservoir était bien gorgé d'encre, j'ai remis le capuchon et j'ai pris une feuille de papier pour vérifier si mon intuition allait oui ou non être couronnée de succès.
Alors, ne cherchez surtout pas à voir un sens dans le dessin que je mets aujourd'hui en illustration de mes propos. C'est juste un dessin réalisé avec ce stylo. L'avenir me dira si l'encre de chine ne sèche pas trop vite.

Dessin pas sur bois
Dessin sans signification particulière

Menteur !

Peu de temps après la polémique de l'annonce par l'Elysée de l'invitation à un grand débat du mouvement des « soulèvement de la Terre » en plus des syndicats du monde agricole et de la déclaration de l'exécrable Macron selon laquelle jamais (ô grand jamais !) il n'avait eu cette idée (mais en fait, tous les indices semblent bien indiquer que si), voilà que l'exécrable en remet une couche avec des propos relayés par le journal La Marseillaise attribués à, donc, notre exécrable en chef.
Il aurait dit, lors d'une rencontre avec les représentants de nombreux syndicats agricoles, que « les smicards préfèrent des abonnements VOD à une alimentation plus saine ». Aussitôt, il s'est trouvé des gens pour hurler au mépris de classe et il faut bien convenir ici que l'on trouve toujours des gens qui n'ont rien d'autre à faire que de s'émouvoir de bien peu.
Quoi qu'il en soit, une fois de plus, Macron a assuré n'avoir jamais tenu de tels propos. Sauf que, flûte, voilà que plusieurs personnes présentes lors de cette rencontre avec les syndicats agricoles disent avoir entendu cela ou, tout du moins, quelque chose qui allait dans ce sens. Qui ment ?
Alors, on peut évidemment critiquer le journal marseillais pour avoir mis en une et entre guillemets des propos rapportés sans qu'aucun journaliste puisse les tenir pour véridiques. Là, il y a un petit problème. Cependant, il faut tenir compte des témoignages qui disent que l'exécrable Macron a bien dit ce qu'il a dit et que, même si la citation n'est pas clairement authentique, le sens était bien celui rapporté par le journal.

Que Macron mente, ça ne devrait plus étonner grand monde. Cette affaire me fait penser à celle de l'ineffable Jean-Michel Blanquer qui déclarait regretter que l’allocation de rentrée soit parfois utilisée pour acheter « des écrans plats » et non des fournitures scolaires. Le hic, c'est qu'il n'a pas été difficile de vérifier les chiffres de ventes de téléviseurs et que rien ne montre une hausse de celles-ci dans la période suivant le versement de cette allocation de rentrée scolaire. Macron soutenait son ministre néanmoins. Mépris de classe, vous dites ?

Le terme « smicard », s'il est compris et souvent admis n'en est pas moins lourd d'une charge péjorative. Dans la langue française, les mots se terminant avec ce « ard » (politicard, chauffard, tubard, snobinard, soiffard… (mais pas antibrouillard, Léonard ou canard)) ont cette charge. Prétendre que les moins riches préfèrent (parce qu'ils sont idiots) regarder la télévision à manger sainement, c'est dire qu'ils ne méritent pas mieux que leur position au plus bas de l'échelle sociale et qu'en plus, en ne faisant aucun effort pour ne serait-ce que paraître plus intelligents, ils coûtent un pognon de dingue à la société en mangeant n'importe quoi qui, à terme, les rendra malades. Faut bien dire que les pauvres sont cons et nocifs.

Si, par exemple, on prend Netflix et que l'on choisit le plus haut tarif, c'est un peu moins de 20 euros par mois. Si on parle d'un couple avec un enfant, ça fait de la distraction pour pas si cher si l'on compare avec le prix de trois places de cinéma. Si l'on convertit ces 20 euros en nourriture saine, ça ne fait pas bézef dans l'assiette. Et puis, bon, prétendre que les pauvres ne savent pas gérer leur budget, ça a été battu en brèche par des études sociologiques depuis longtemps. Pire, ces études montrent que dans bien des cas, les moins riches gèrent étonnamment mieux leur budget que les plus riches. Juste pour rigoler un peu, il serait amusant de mettre Macron dans des conditions de vie d'un smicard durant trois mois, histoire de voir. Un truc du genre télé réalité. Juste pour rigoler.

Les propos injurieux de Macron, ce n'est pas nouveau, souvenons-nous, pour l'exemple, de cette petite phrase : « Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. ». Il est assez difficile de croire l'exécrable lorsqu'il affirme n'avoir jamais tenu les propos relayés par la Marseillaise.


Clément Viktorovitch raconte tout ça bien mieux que moi sur sa chaîne YouTube.

Macron abuse du mensonge
Macron prétend que les pauvres préfèrent se payer des chaînes VOD à de l'alimentation saine.

Haut de page