dessin

J'arrête définitivement le dessin pour me consacrer à l'étude de la génération spontanée de cailloux dans les lentilles vertes du Puy (et à d'autres sujet de moindre importance)

C'est un grand soulagement pour les membres éminents des Amis du Bon Goût et pour l'Amicale Mondiale des Esthètes. Aujourd'hui, je suis enfin en mesure d'annoncer au monde entier et aux générations futures que j'en ai terminé avec le dessin. Sourd depuis trop longtemps aux incessantes demandes et supplications, je me range enfin aux arguments avancés et cesse toute activité picturale. Je me dois de reconnaître avoir fait fausse route durant de trop nombreuses années, d'avoir gâché trop d'encre et de papier et, surtout, de n'avoir jamais réussi à produire quoi que ce soit s'approchant un tant soit peu des sans aucun doute trop prétentieux et ambitieux buts que j'avais pu me fixer en me lançant dans cette quête du bon dessin d'humour. Je n'ai ni le talent ni l'esprit suffisants pour pratiquer cet art de belle façon, il faut en convenir.

Lire la suite

Des glaçons qui tombent du ciel

Cultures broyées, vignes hachées, toitures arrachées, populations traumatisées, les récentes averses de grêle ont durement marqué les esprits et alimenté les papiers journalistiques. Il est bien possible que ce soit un des nombreux effets du dérèglement climatique et il est bien possible aussi qu'il faille nous préparer à revivre de pareils événements dans un proche avenir.

Lire la suite

Journalisme d'investigation et orthographe de guerre

Lorsque le journal Sud-Ouest a une information de la plus haute importance qu'il faut absolument dévoiler dans les délais les plus brefs, ici, en l'occurrence, des promotions sur les carburants (c'est hyper important, si, si…), il peut arriver que la priorité ne soit pas donnée à de basses questions orthographiques. Ça a au moins le mérite de m'amuser un peu. Bien sûr, la rédaction a été assez prompte à corriger son erreur. Ouf.

Lire la suite

Optimisme relatif

Sans minimiser ni le drame actuel ni les menaces inquiétantes qui planent sur l'Humanité, il convient malgré tout de conserver un sourire de bon aloi et de voir le bon côté des choses. Déjà, cette guerre, pas encore tout à fait mondialisée, a permis à nos chers journalistes d'oublier la COVID-19 et cette sombre affaire dont personne ne se soucie réellement des élections présidentielles françaises dont l'issue semble bien arrêtée avant même que le premier bulletin soit glissée dans l'urne.

Le drame existe bien, je n'en disconviens pas un instant. Poutine est sans aucun doute légèrement inquiétant, je vous l'accorde. La menace des missiles nucléaires n'engage pas à l'hilarité, je le condède. Cependant…

Lire la suite

Tout fout le camp !

La guerre nucléaire qui se profile à l'horizon, Taubira qui jette l'éponge, le prix du gas-oil qui n'en finit pas de battre des records, Bernard Arnault qui aurait perdu 5 centimes d'euro… Tout va de mal en pis et rien ne permet de penser que ça va s'arranger.

Lire la suite