Mot-clé : écologie


Tous les mots-clés

samedi 24 août 2019

L'Amazonie flambe par la faute du colibri qui n'a pas fait sa part du boulot


J'ai déjà dit ici tout le mal que je pense des Colibris et de leur discours moralisateur. Je ne vais pas revenir là-dessus mais voilà que les incendies qui détruisent la forêt amazonienne viennent à point nommé apporter de l'eau à mon moulin.
J'avais dit mes doutes quant à la fable du gentil petit colibri qui, inlassablement, avec obstination, va d'un point d'eau aux flammes dévastatrices pour contribuer à leur extinction. Il fait sa part du boulot, prétend-il, le pédant volatile agaçant. Aux autres de faire la leur et, ensemble, la victoire triomphera. Voire ! Cette fable m'horripile en cela qu'elle donne toute la gloire aux plus petites actions et que, du coup, elle incite à n'en point trop faire. Et puis, je n'aime pas les discours de Pierre Rabhi, je le reconnais. Et puis aussi, je suis d'une extrême mauvaise foi et d'un mauvais esprit qui forcent l'admiration des foules. Il n'empêche que le feu fait rage et que l'on n'entend pas trop les colibris faire des allers-retours vibrionnant au-dessus de la forêt.
Enfin moi, ce que j'en dis…

samedi 22 juin 2019

La bougie ou l'atome


Avec les nouveaux déboires de l'EPR de Flamanville, la question d'arrêter les frais se pose. A l'origine, il y a une quinzaine d'années, le budget pour la réalisation de ce réacteur de nouvelle génération s'élevait aux alentours de trois milliards d'euro. Aujourd'hui, on ne sait pas quand l'EPR entrera en fonction mais on sait que le budget sera multiplié par quatre au minimum. Sans doute aurait-il fallu prendre la mesure du fiasco lorsqu'il en était encore temps. Entre le couvercle de la cuve réalisé en un acier ne répondant pas au cahier des charges et les imprévus, nous en arrivons à présent à des soudures qui risquent de ne pas tenir le coup.
Pour les cadres du chantier, on pourrait mettre l'EPR en activité et revenir sur les travaux plus tard. Que le bazar risque de nous péter à la gueule n'inquiète pas outre mesure les experts d'EDF. Bon. C'est vrai que l'on peut croiser les doigts, se munir d'une bonne patte de lapin et espérer que tout se passe bien. Et puis, ce serait ballot d'avoir investi autant d'argent pour tout démolir. Il y a eu de l'investissement. L'investissement, c'est un pari sur l'avenir. Le pari que l'EPR finira un jour par produire de l'électricité. Le pari aussi qu'il n'y aura pas de fuite de radiations. Le pari que l'on saura réparer l'EPR plus tard. C'est une partie de poker avec son lot de bluff.
Nous sommes tous pareils. Lorsque l'on a investi une somme dans quelque chose, on est prêt à continuer à investir parce qu'il serait bien dommage de perdre la mise de fond. De peur de perdre de l'argent, on est prêt à risquer d'en perdre plus encore. Vous jouez une certaine somme au casino. Vous perdez. Bon. Au moins, vous aimeriez récupérer la somme de départ alors vous rejouez et vous reperdez et vous avez encore plus à récupérer alors vous jouez encore plus. C'est idiot mais c'est commun. Combien ont acheté une automobile d'occasion et ont investi de plus en plus de fric dans un véhicule qui se dépréciait de plus en plus ?
Si ça se trouve, avec un peu de chance, l'EPR de Flamanville fonctionnera un jour. Il aura coûté cher, il demandera une surveillance poussée, il ne sera sans doute jamais rentable mais nous aurons prouvé à la face du monde comment on sait bien faire avec notre système D dont nous sommes si fiers. Pour minimiser les pertes, on augmentera le coût de l'électricité et on nous racontera combien nous devons être fiers d'avoir de l'électricité propre qui ne produit pratiquement pas de gaz à effet de serre.
Alors le retour à la bougie, ma foi, pourquoi pas ? Plus sérieusement, réduire la consommation, économiser l'électricité (et le reste), remplacer toutes ces petites merveilles technologiques qui fonctionnent grâce à l'électricité par des systèmes mécaniques utilisant la force mécanique de nos petits bras. Les stores électriques, les portails automatiques, les volets roulants, l'électro-ménager inutile, les climatiseurs et tant d'autres ingénieuses machineries.

mercredi 5 décembre 2018

Internet c'est le mal


La COP 24 qui se tient à Katowice en Pologne nous rappelle que Internet participe à l'émission de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique. Un simple courriel produirait à lui seul un équivalent de quatre grammes de CO2. Un courrier électronique contenant une pièce jointe en génèrerait plusieurs dizaines de grammes. Les plus gros consommateurs d'électricité et producteurs de CO2 seraient les sites de "streaming" vidéo, les youtube et autres netflix.
Ce blog paraît bien petit et innocent face à ces poids lourds de l'Internet mondial mais il fait sa part en matière de nuisance. Les fichiers sont hébergés par un serveur dans un centre de données dans le nord de la France qui abrite également un serveur de base de données sans lequel ce blog n'existerait pas. Pour mettre en ligne un billet, j'ai besoin d'un ordinateur connecté à Internet. J'envoie les textes et images sur le serveur et cela utilise de l'énergie. Pour visiter ce blog, vous avez besoin d'un ordinateur, d'une tablette ou d'un smartphone. Vous utilisez de l'énergie vous aussi.


Pour réduire l'impact sur le climat, je pourrais commencer par faire des billets courts, légers, sans images. Vous pourriez vous contenter de regarder ça après vous être posé la question de la pertinence de vos actes et de ne pas vous prêter au jeu puéril et énergivore des commentaires. Vous pourriez aussi organiser, par zones géographiques à définir, une séance de connexion à ce blog qui permettrait à plusieurs personnes de le voir ensemble pendant quelques minutes. Cela créerait du lien social, vous permettrait de partager, de boire un coup, de parler de la marche du monde. Ces séances pourraient être hebdomadaires. En une petite demi-heure, vous auriez connaissance de l'ensemble du contenu publié sur le blog et vous pourriez éteindre l'ordinateur.
Je sais bien que vous n'avez pas un ordinateur uniquement pour pouvoir visiter ce blog. Heureusement pour vous ! Pour ma part, je reconnais laisser l'ordinateur démarré et connecté presque 24 heures sur 24. Je pourrais au moins l'éteindre le soir et débrancher la freebox. Ça ne me manquerait pas, ça ferait du bien pour l'ensemble de la biosphère, ça me ferait faire des économies. Mais je suis trop fainéant même pour un truc aussi simple à faire ! Ou trop insouciant, ou trop mauvais par nature, ou trop bête pour avoir conscience des conséquences de mon mode de vie. Quoi qu'il en soit : c'est mal.