jeudi 13 juin 2019

Pour les Hannibal

mercredi 12 juin 2019

Se refaire la cerise

Le clafoutis


Ingrédients

  • 500 grammes de cerises équeutées mais avec les noyaux
  • 125 grammes de farine
  • 100 grammes de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 3 œufs
  • 30 centilitres de lait

Préparation

Mettez dans un saladier la farine, le sucre et le sel. Mélangez et ajoutez les œufs un à un en les incorporant au fouet doucement en veillant à ne pas faire de grumeaux. Versez le lait et mélangez bien.

Placez les cerises dans un plat beurré. Versez la pâte par dessus et enfournez pour une quarantaine de minutes.

mardi 11 juin 2019

Le mardi, ce n'est plus feuilleton

lundi 10 juin 2019

Hot-Rod

dimanche 9 juin 2019

De la nature d'art dans la nature

Un jardin, ce n'est pas la nature. C'est ce que je me dis en tentant de réfléchir à ce que j'ai pu voir de la biennale d'art contemporain qui se propose d'investir des jardins autour de Ligueux avec des œuvres artistiques. Le jardin n'est pas la nature et l'art non plus. Dans un cas comme dans l'autre, c'est l'humain qui façonne, qui transforme, qui arrange à son goût. Le jardinier et l'artiste agissent finalement de pareille façon. Une différence notable, tout de même, c'est que le jardinier travaille le vivant. Son œuvre, si l'on peut parler d'œuvre, n'est jamais finie. Elle est changeante, mouvante, vivante mais aussi mortelle. L'artiste, lui, peut-être pas dans tous les cas mais souvent, produit un travail pérenne. Une sculpture ou une peinture peuvent être considérées comme terminées, prêtes à affronter l'éternité. Ainsi, je me dis que l'idée de confronter l'art et le jardin est peut-être une idée intéressante.


Si l'on peut noter une communauté d'intention entre le jardinier et l'artiste plasticien, une intention de faire du beau, les moyens mis en œuvre sont bien différents. C'est peut-être parce que les deux pratiques sont complémentaires, qu'elles visent le même but, qu'elles peuvent s'allier aussi bien. Parmi les jardins mis à contribution, nous pouvions trouver des jardins d'agrément comme un jardin maraîcher. D'une manière intuitive, on différencie ces deux types de jardins en en jugeant un plus utilitaire que l'autre. De fait, une terre cultivée pour produire des fruits et des légumes laisse moins de place à la poésie et au hasard. Il y a bien là un but pragmatique à atteindre : la récolte. Et alors, on peut considérer que c'est une idée bien étrange que de vouloir placer de l'art parmi des tomates, des radis ou de quelconques plantes potagères.


Je le dis au départ, le jardin n'est pas la nature. Du coup, on ne peut pas voir dans la démarche une simple confrontation entre le jardin qui serait naturel et l'art qui serait artificiel. Ça serait tentant et reposant de voir cela sous cet aspect, notez bien. Le jardin est aussi artificiel que l'art. L'un comme l'autre sont le fruit d'un travail de création. Mais, tout de même, dans le cas du jardin, pas toujours je le concède, on peut chercher à faire croire au naturel. Le mythe de la nature a encore de beaux jours avec toutes ces personnes qui pensent se rapprocher de la nature en mangeant bio. Un fruit ou légume bio est le résultat de patientes sélections qui ont conduit à détacher de plus en plus ces branches du vivant de l'état de nature originel.
Et dès lors, on peut s'amuser à se demander si l'art ne peut pas être au moins aussi naturel que le jardin. Dans ces jardins, on pouvait découvrir de nombreuses céramiques. Des pièces réalisées à partir de terre, d'oxydes métalliques, de silice, d'autant de matériaux inorganiques qui, finalement, sont bien plus naturels que les plantes.


En passant d'un jardin à un autre, en utilisant l'automobile parce que ce n'est tout de même pas la porte à côté, j'ai parfois eu quelque difficulté à décider s'il fallait regarder les jardins ou les œuvres artistiques. Sans doute fallait-il voir l'ensemble comme un tout. Ou peut-être pas. Je ne sais pas. Un jardin comme lieu d'exposition est moins neutre, moins cadré qu'un musée ou une salle d'exposition. Parce que, il faut bien le reconnaître, le jardin est souvent en extérieur, on n'est pas limité par les murs, plancher et plafond d'une salle. La vue s'étend jusqu'au paysage lointain, jusqu'au ciel et ses nuages. L'art peut paraître perdu dans l'immensité environnante.
Ceci dit, je vous raconte tout ça mais la biennale se termine aujourd'hui et je sais bien que la plupart d'entre-vous n'aura pas fait l'effort d'aller voir les expositions quand elles seront rangées. Peut-être aurez-vous l'idée d'aller du côté de Ligueux dans deux ans.

samedi 8 juin 2019

Frimeur de Gitane

Gitane Testi

vendredi 7 juin 2019

Bad Boy Bike

Motocyclette de bad boy

jeudi 6 juin 2019

Course à l'énergie

mercredi 5 juin 2019

Art et jardins

Comme je vous sais curieux et désireux de vous remplir la cervelle, je me permets de vous faire part de la tenue d'une biennale d'art contemporain qui se tiendra ces 7, 8 et 9 juin du côté de Ligueux, à deux pas de Sorges, en terres du Périgord.
Il se trouve qu'un ami artiste dont j'ai déjà parlé ici exposera des œuvres réalisées pour l'occasion et il se trouve que je suis intervenu pour la réalisation de ces œuvres avec des outils photographique et informatique. J'irai visiter les expositions situées dans cinq jardins ce samedi après-midi. Le vernissage se déroulera sur la place de Ligueux à partir de 18 heures.

Jean-François Noble, l'artiste plasticien avec qui j'ai collaboré, exposera dans des jardins maraîchers et sur la place de Ligueux avec des œuvres qui puisent dans ses obsessions et son imaginaire. Il y aura des mains, des corbeaux, des appels à l'alchimie et à son histoire paysanne. Ses œuvres investiront les serres du jardin maraîcher et ne manqueront pas, soyons en certain, de susciter émotion, étonnement et émerveillement.
Bien sûr, je comprends que vous ne puissiez pas tous être présents pour cette biennale d'art contemporain. Vous aurez sans doute des occupations diverses et légitimes qui vous tiendront éloignés de l'art. Si tout va bien, je vous ferai un petit compte-rendu.

mardi 4 juin 2019

Un concentré de beauté et de perfection

Seule une stupéfiante mauvaise foi peut permettre la critique négative

lundi 3 juin 2019

Germaine encore

bayerische motoren werke

dimanche 2 juin 2019

Germaines

Est-ouest

samedi 1 juin 2019

C'est beau, c'est turbo, c'est Renault

Renault radicalisée

vendredi 31 mai 2019

Une motocyclette de bric et de broc

Machine à moteur

- page 2 de 313 -

Haut de page