Entries list

Même pas mort !

S'il est clair que le Parti Socialiste n'est pas au mieux de sa forme (on ne va pas se le cacher) il ne faudrait pas se précipiter trop pour convoquer le ban et l'arrière ban des ordonnateurs de pompes funèbres en prévision du scellement de la dalle funéraire pour laquelle on trouverait encore quelques personnes assez motivées pour déposer quelques fleurs et même, pourquoi pas, verser quelques larmes.
Laissé moribond après le quinquennat de Hollande, presque achevé par le départ de certains de ses membres tout disposés à rejoindre la macronie et à laisser tomber définitivement toute idée de gauche, c'est fièrement, armée de tout son courage, que l'Anne de service, dans une ultime tentative de réanimation, a brandi haut l'étendard de ce qui fut, un temps, le plus important parti de gauche et l'honneur de tout un peuple.
Le score obtenu par la noble hidalgo partie en tête d'une troupe clairsemée pour conquérir les voix et les cœurs des électeurs du royaume de France est sans appel, la déroute fut sévère et cruelle, le nombre de voix récoltées historiquement bas. Alors quoi ? Fini le Parti Socialiste ? Pas encore ! Parmi les cadres et sympathisants de ce parti politique en déroute, on trouve encore des âmes pures persuadées qu'il peut rebondir et qu'il a encore du ressort !

l'intelligence au pouvoir (bientôt, peut-être) !

Même pas de déception ou de tristesse. Pour moi, c'était clair depuis longtemps, la gauche ne serait pas du deuxième tour. On se retrouve donc à passer pour un salaud si l'on ne se décide pas à faire un choix (républicain) en votant contre la candidate raciste et fasciste.

Ni déception ni tristesse mais tout de même un poil de circonspection. Si l'on prend la Dordogne dans sa globalité, les électeurs qui se sont exprimés ont choisi de voter pour la représentante du parti d'extrême droite. Si je me contente de regarder autour de chez moi, je m'aperçois que, ici, à Azerat, ils sont 22,15% a avoir choisi l'extrême droite (22,48% pour le marcheur en chef). A Thenon, la commune d'à côté, c'est carrément à 26,68% des suffrages exprimés qui vont vers la raciste (suivie de Mélenchon et du marcheur sortant). A la Bachellerie, la saloperie arrive en deuxième position derrière le nuisible. A Saint-Rabier, la merde brune (mais blonde) est en première place. Au Lardin-saint-Lazare, la même merde écrase la concurrence, comme à Condat-sur-Vézère, la commune toute proche ou encore à Terrasson-Lavilledieu.

Je suis cerné par des cons et des salopards mais, après tout, qui suis-je pour critiquer ? Je ne suis pas politologue, je ne suis pas sociologue, je ne suis pas intelligent et je me laisse bercer par des idées de gauche dont personne ne veut. En démocratie, d'après ce que je peux comprendre, celles et ceux qui ont raison ou, tout du moins, qui gagnent, ce sont celles et ceux qui parviennent à se regrouper en plus grand nombre derrière des idées, aussi nauséabondes qu'elles puissent me sembler.

Macron et tout ça…

Alors que les élec·teurs·trices ont reçu les lettres des candidat·e·s aux prochaines élections présidentielles françaises, c’est le drame au sein de l’équipe de campagne du président sortant. Comment une telle faute d’orthographe a-t-elle pu passer sous les radars des correct·eurs·rices ? On en vient à se demander s’il n’y aurait pas un acte de sabotage derrière tout ça (toussa ?). Du côté de l’équipe de campagne, on assure qu’il ne s’agit que de la mégarde malencontreuse d’un correcteur trop zélé. Il a été licencié sur le champ et invité toute affaire cessante à traverser la rue pour se trouver un autre emploi ! Ce n’est que justice.

macron, avr. 2022

Gordini Export

Parce que l'on peut, en même temps, tout à la fois, concomitamment, d'une façon simultanée, aimer les automobiles Renault et la bière, les créatifs du bureau de marketing de la Régie Nationale des Usines Renault, en partenariat avec l'Union Brassicole des Joyeux Zythologues, lancent en ce printemps 1962, une série spéciale aujourd'hui très recherchée par les collectionneurs impénitents.

La moto bricolée à Gonzalo

Gonzalo, dans la vie, il sait ce qu'il veut. En matière de motocyclette, il veut du beau, du puissant, du rapide. Parce que les constructeurs et leurs concessionnaires qui ont pignon sur rue se révèlent incompétents à lui procurer le véhicule de ses rêves, il se retrousse les manches et se met au boulot. Du reste, ça l'amuse un chouille, l'idée de se mettre au boulot vu que son blaze, à Gonzalo, c'est Boulo. Il aurait encore plus rigolé si ses parents l'avaient prénommé Alonzo. Mais bon, donc, une clé de douze en pogne et une idée bien précise en tête, il s'acharne durant tout un week-end pour mener à bien son projet. Le lundi, il n'est pas peu fier lorsqu'il enfourche sa bécane pour aller à l'usine où il trime pour gagner son pain.

Journalisme d'investigation et orthographe de guerre

Lorsque le journal Sud-Ouest a une information de la plus haute importance qu'il faut absolument dévoiler dans les délais les plus brefs, ici, en l'occurrence, des promotions sur les carburants (c'est hyper important, si, si…), il peut arriver que la priorité ne soit pas donnée à de basses questions orthographiques. Ça a au moins le mérite de m'amuser un peu. Bien sûr, la rédaction a été assez prompte à corriger son erreur. Ouf.

Les électeurs de gauche commencent à voir les choses en face

Demain sera un autre jour. Nous serons le 22 mars et ce sera un mardi. Demain, le feuilleton de Liaan sera de retour sur l'ancien blog que vous trouverez à cette adresse.

Ce blog qui continue donc à nuire gravement permet de trouver les anciens billets, les anciens dessins et textes, les anciennes images, et, donc, permettra de suivre les éventuelles suites du feuilleton. Pour ma part, je m'occupe de ce blog ci.

Sur un air de Boney M

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas dessiné ce personnage. L'autre jour, je l'ai ressorti du placard, juste comme ça, pour voir si j'arrivais encore à le dessiner. Et puis, je me suis demandé ce que j'allais pouvoir en faire. J'ai eu une idée, pas très lumineuse, pas très convaincante,  mais bon…

Raspoutine, mars 2022

Suspension

C'est en observant avec attention une paire de tenailles au rayon outillage d'une grande surface de bricolage qu'Octave a eu l'idée de ce qui allait être, selon lui, la motocyclette la mieux suspendue du monde. N'écoutant que son courage et son intuition, il se mit bien vite à l'ouvrage et de quelques morceaux de métal, à l'aide d'un puissant poste de soudure, il put bientôt parcourir le vaste monde au guidon de son véhicule sous le regard pantois des badauds croisés ci et là au fil de ses pérégrinations pétaradantes. Gloire lui soit rendue.

Moto à la coque

Si, dans un premier temps, fier de son idée qu'il pense novatrice de châssis de moto recouverte d'une coque, Ricco se pavane à son guidon sur les places et terrasses du village, il comprend rapidement qu'il est l'objet des railleries et moqueries acerbes de tous, à commencer des jeunes désœuvrés des bas quartiers et des forces de l'ordre voyant dans cette machine ridicule plus un engin conçu par un clown qu'un véhicule terrestre à moteur non homologué. Déçu de n'être point compris par une population rétive au progrès, Ricco décide de revoir ses plans et d'améliorer son prototype en profondeur. Il promet que nous en saurons plus sous peu.

Optimisme relatif

Sans minimiser ni le drame actuel ni les menaces inquiétantes qui planent sur l'Humanité, il convient malgré tout de conserver un sourire de bon aloi et de voir le bon côté des choses. Déjà, cette guerre, pas encore tout à fait mondialisée, a permis à nos chers journalistes d'oublier la COVID-19 et cette sombre affaire dont personne ne se soucie réellement des élections présidentielles françaises dont l'issue semble bien arrêtée avant même que le premier bulletin soit glissée dans l'urne.

Le drame existe bien, je n'en disconviens pas un instant. Poutine est sans aucun doute légèrement inquiétant, je vous l'accorde. La menace des missiles nucléaires n'engage pas à l'hilarité, je le condède. Cependant…

Tout fout le camp !

La guerre nucléaire qui se profile à l'horizon, Taubira qui jette l'éponge, le prix du gas-oil qui n'en finit pas de battre des records, Bernard Arnault qui aurait perdu 5 centimes d'euro… Tout va de mal en pis et rien ne permet de penser que ça va s'arranger.

Les signatures en question

Il paraît que de nombreux maires ne souhaitent pas donner leur signature à l'un ou l'autre des candidats à la présidence de la République française. On dit que c'est parfois par peur de "représailles" de la part des administrés ou des dirigeants de communautés de communes, de conseil départemental ou de bidules administratifs mais peut-être aussi ne sait-on pas utiliser les bons arguments pour les décider ?