vendredi 7 juillet 2017

La drogue met la pédale douce

Bicyclette motorisée

lundi 3 juillet 2017

Bouts de dessin

Bouts de moto

jeudi 29 juin 2017

EPR de Flamanville

L'ASN a rendu son rapport et c'est tout bon ou presque. C'est cool parce que vu les milliards déjà engloutis par le projet de ce réacteur de nouvelle génération, ça aurait été dommage de devoir tout arrêter. Bon, il faudra que l'on pense à changer le couvercle d'ici six ou sept ans mais on a le temps de voir venir. Et puis, d'ici là, de l'eau aura coulé sous les ponts et on pourra dire qu'on avait oublié.
L'histoire, elle commence avec Areva, fleuron de notre industrie nationale, qui a la charge de fabriquer la cuve de cet EPR. Hélas, c'est pas de bol, l'acier utilisé n'est pas de la bonne qualité et une menace de devoir tout arrêter pour remplacer la cuve gronde en 2015. C'est que ça n'arrange un peu personne, cette affaire. Déjà, bon, le budget initial pour la construction de cet EPR de Flamanville a été multiplié par trois et dépasse les dix milliards d'euros. Pour remplacer cette cuve défectueuse, il faudrait tout casser et recommencer à zéro. C'est ennuyeux. Alors, EDF et ses partenaires commencent à tergiverser. D'accord, l'acier n'est pas vraiment aux normes mais pas de souci, ça ira très bien ainsi. On sait les difficultés du secteur depuis la catastrophe de Fukushima, les mauvaises affaires d'Areva avec UraMin, les retards pris dans la construction de l'EPR en Finlande et le coût démentiel qu'Areva doit supporter au titre des retards (neuf ans de retard, tout de même). Pour rigoler, il me semble avoir lu que le réacteur aurait été vendu dans les trois milliards d'euros et que Areva doit payer près de quatre milliards de dédommagement. LOL comme disent les jeunes.
L'ASN intervient et examine les documents fournis par EDF et Areva pour établir son rapport. Dans un premier temps, ça m'a un peu choqué que les experts se contentent de ces documents. Je me suis dit que, peut-être, existait-il un risque pour que EDF et Areva ne soient pas totalement honnêtes et osent maquiller un peu la vérité à leur avantage. J'ai l'esprit mal placé. Et puis, je me suis dit qu'il ne fallait pas être parano et qu'il est impossible que l'on joue sur un sujet si sensible. L'ASN a tout lu, ses experts ont tout calculé, et le rapport a été rendu. Tout est bon sauf le couvercle. Il faudra le changer dans quelques années. Alors tout va bien !

Notre sécurité est entre de bonnes mains
Par contre, ne nous voilons pas la face, ce n'est pas aussi simple que de remplacer le couvercle d'une cocotte-minute. Le couvercle, c'est là où se trouvent les tubes contenant les barres de combustible radioactif. Ce n'est pas si anodin que ça. C'est vrai que lorsque l'on entend "couvercle" on pense à sa cuisine, à cette brave casserole inoffensive qui, jour après jour, fait chauffer l'eau des pâtes.
Bien sûr, il serait rageant de se dire qu'après avoir dépensé tant de milliards d'euros on arrêtait tout ou on recommençait tout à zéro. Nous sommes tous comme ça, pas foutus de calculer comme il le faut. Si ça se trouve, il coûtera plus cher de terminer cet EPR de Flamanville que de le laisser tomber. L'argent perdu est perdu et il est illusoire de penser que l'on pourra se refaire d'une manière ou d'une autre.
La question qui agite les opposants au nucléaire est bien sûr celle de la sécurité. On sait que la cuve n'est pas parfaite, on sait que le couvercle est mauvais, peut-on au motif que l'on a investi des sommes considérables continuer sur sa lancée en croisant les doigts ? La preuve que oui !

lundi 26 juin 2017

Grand art

Pour quoi faire ? Ça ne vous regarde pas.

dimanche 25 juin 2017

Direction la plage

En vacances avec la 2cv

samedi 24 juin 2017

moto samediesque

Moto du samedi

samedi 17 juin 2017

Vroum, blop !

Moto du team

jeudi 15 juin 2017

Gribouillis sans fil

« Allo ? Tu m'écoutes ?
— Oui, oui. Tu disais ?
— J'ai vu machin et il m'a dit
— Hum, hum
— Et tu sais ce que je lui ai répondu ?
— Ah non, je ne sais pas.
— Sinon tu fais quoi ce week-end ?
— Je bosse sur un site.
— Moi je vais à la plage !
— Quelle chance !

C'était il y a quelques jours et la conversation avait commencé à m'ennuyer depuis déjà longtemps. En fait, c'était plutôt un soliloque, un monologue. Elle parlait, elle parlait, me demandait parfois une réaction et moi, je m'en foutais. Heureusement, une feuille de papier était posée sur la table et j'avais une main libre pour gribouiller en mode automatique. Je suis presque certain que les esprits les plus éveillés pourraient trouver une interprétation intelligente de ce dessin au regard du contexte.
Pour ma part, j'ai écarté le dessin après que l'on avait mis fin à l'appel téléphonique et suis passé à tout autre chose. Ce dessin, je l'ai retrouvé ce matin en cherchant autre chose et je me suis dit que, après tout, il pourrait bien être mis à profit pour un billet facile. C'est que je n'ai pas que ça à faire.

Moto téléphonique

mardi 13 juin 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — Les messages codés de la résistante Gaëlle

Gaëlle et ses actes de résistance

jeudi 1 juin 2017

La Peste, elle trouve une grotte pas trop léolithique

Grotte alors !

mardi 30 mai 2017

Tentative de feuilleton collaboratif du mardi en BD — résumé de l'épisode précédent

feuilleton-petard.jpg

dimanche 28 mai 2017

Nazis from outer space

Point Godwin

lundi 24 avril 2017

Marine la Grouïk en marche

Marine la Grouïk

dimanche 23 avril 2017

La grande tombola

Faites-vos jeux

- page 2 de 59 -

Haut de page