Mot-clé - Citroën

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 18 octobre 2017

Les lecteurs ont du talent #1

C'est Waldo7624 qui est le premier à m'avoir confié ses images. J'en ai sélectionné cinq comme il était dit pour vous les présenter aujourd'hui. A cela, je vois au moins deux points positifs. Le premier, bien sûr, c'est que ça nous donne l'occasion de voir un déroulé de cette manifestation d'un autre œil que le mien. Le second, c'est que du coup je n'ai rien à faire et peux me tourner les pouces. Place aux photos !

Citroën Traction Avant 15 Six découvrable
Pour commencer, une belle et rare Traction Avant 15 Six découvrable et on reste dans les marques françaises avec une très belle Talbot Lago.

Talbot Lago Record
Toujours françaises et toujours prestigieuses, la Delahaye tant appréciée et la Bugatti Type 44.

Delahaye 135 Competition
Bugatti 44
Et enfin, la pointe d'une MG qui à elle seule est une invitation à la conduite sportive.

Une pointe c'est tout


Ah oui, j'oubliais. Du fait que je suis rentré aux alentours de 3 heures ce matin, que je me suis levé à 7 heures après avoir dormi peut-être trois heures, je ne me suis pas appliqué inconsidérément à "améliorer" ces photos. D'autre part, comme convenu et comme il est attendu, demain mardi une belle surprise au programme !

lundi 16 octobre 2017

Evocation du Grand Prix de Périgueux

Ces samedi et dimanche, Périgueux renouait avec l'année 1950. Cette année là, un Grand Prix automobile et motocycliste se tenait dans la ville. Les bolides qui vrombissaient dans les petites rues de la capitale périgordine étaient de retour pour le plus grand bonheur des amateurs de véhicules d'exception. Et quelle marque mieux que Bugatti pour incarner cette notion ? Je vous le demande un peu. J'avoue, j'ai une fascination pour les automobiles de Molsheim. S'il est acquis que jamais je n'aurai l'occasion d'en conduire une ou, moins encore, d'en posséder une, je prends déjà un grand plaisir à les voir et les entendre.
Des Bugatti, il y en avait un beau plateau. Depuis la Type 44 de 1925 de la collection Brou de Laurière qui a voyagé dans le Sahara jusqu'à la splendide Type 57 cabriolet Stelvio en passant par des Type 39, 51 ou 55, il y avait là de quoi se flinguer le rétine. Bien sûr, il n'y avait pas que des Bugatti mais il faut bien constater que ces dernières éclipsaient quelque peu les autres marques.
J'ai fait plus de huit-cents photos. J'ai dû utiliser trois cartes mémoire (je n'ai pas rempli la troisième et la deuxième n'était qu'une 4Go). Depuis hier soir, je fais du tri dans tout ça. Bien sûr, il y a des photos floues, d'autres mal exposées, certaines mal cadrées mais bon, il en reste assez pour que vous deviez vous préparer à bouffer de la photo de véhicule pour plusieurs jours. Je préfère vous prévenir. Allez, on commence.

Allées Tourny
Pour l'occasion, quelques collectionneurs ou amateurs d'automobiles anciennes s'étaient déplacés pour exposer leurs machines. Sur la place Tourny, on pouvait voir plusieurs automobiles de plusieurs époques et de différentes nationalités.
Les motocyclettes étaient regroupées sur le bord de la place Tourny du côté du Musée du Périgord. Beaucoup de Peugeot, des belles des années trente et aussi des plus populaires des années 50, mais aussi de la Norton, Ducati, Magnat-Debon, Soyer, Motobécane.

Peugeot P107
Vers 11 heures, les automobiles se lançaient dans une parade au cœur de la ville ancienne sous prétexte d'un rallye touristique au parfum de jeu de piste. C'était surtout l'occasion de rouler dans les ruelles du secteur sauvegardé et piétonnier comme la rue Limogeanne. Certaines mauvaises langues voyaient là un pied de nez fait à la maire de Paris. De fait, si la présence de ces véhicules pétaradants et fumants semblaient amuser et réjouir les piétons, il faut noter que ce ne serait pas aussi bien vu si ces ruelles étaient remises dans le plan de circulation de la ville au quotidien. Certainement, une Bugatti pollue bien plus qu'une automobile à la norme Euro 6 d'aujourd'hui. Toutefois, suivre l'odeur des gaz d'échappement au son de la musique d'un huit cylindres en ligne prestigieux ne m'a pas vraiment dérangé. Même, pire, ça m'a plu. J'ai honte et demande pardon aux écologistes qui pourraient, par mégarde, lire ces lignes.

Bugatti Type 39 et Type 55 rue Limogeanne
SIMCA P60 dans le secteur protégé
Sympathique, cette petite SIMCA. Ah ça, c'est sûr, elle n'a pas le prestige des Bugatti de la photo précédente. Parmi les plus vieux d'entre-vous (et je sais qu'il y en a) il est probable que vous ayez plus sûrement posé vos fesses sur la banquette d'une P60 que sur celle d'une Bugatti. Si ce n'est pas le cas, vous êtes chanceux.

Allard
Bugatti et Morris Garage dans la rue Limogeanne
Les anglaises étaient bien là avec, par exemple, une Allard ou la MG. Et d'ailleurs, à propos de nationalité. On entend souvent que Bugatti serait une marque française. Bon. D'abord, Ettore Bugatti est né en Italie. Après, si je me souviens bien, il a installé ses usines à Molsheim en Alsace. Et cela avant 1918. Et l'Alsace n'était-elle pas un peu prussienne depuis 1870 ? Aujourd'hui, la marque appartient au groupe Volkswagen.

Cyclecar Morgan
Morris Garage et Austin Seven
Donc, disais-je, les automobiles anglaises. Plus tout à fait moto mais pas encore tout à fait auto, un très intéressant cyclecar Morgan à refroidissement liquide ainsi qu'une MG devant une étonnante petite Austin possiblement "seven" de course. Je n'en sais pas plus à son sujet.

Bugatti Type 55
Très belle, très luxueuse, très convoitée, une Bugatti 55 réellement splendide pour terminer en attente d'autres images prochainement.


Especialement pour m'sieur waldo qui trouve à redire, la P60 en version "vieillie" et débarrassée de l'importun.

P60-ancien.jpg

mercredi 6 septembre 2017

Locomotion en mode vintage

Et on continue notre petit tour d'horizon des forces en présence lors des Vintage Days 2017. Cette manifestation courrait sur trois jours, du vendredi au dimanche. Je me suis contenté d'y être présent le samedi, jour où il me semblait être le plus certain de voir la plus grande quantité de véhicules. J'ai largement fait l'impasse sur les défilés de mode, le concours d'élégance et les divers jeux pour me consacrer à ce qu'il y avait de moins vivant, les mécaniques.
Certainement la plus ancienne des automobiles présentées ce samedi sur l'esplanade Robert Badinter, cette de Dion-Bouton du début du 20esiècle. Elle pourrait dater des années 1910 ou de la toute fin de la première décennie de ce siècle mais j'avoue ne pas connaître parfaitement la production de la marque et ne pas posséder un savoir encyclopédique à ce sujet. Je vous prie de me pardonner.

de Dion Bouton

La matinée de ce samedi, les cours Montaigne et Fénelon étaient réservés à la parade motorisée et aux spectateurs qui étaient bien nombreux. Il est amusant de constater combien tous sont conciliants avec l'automobile pourvu qu'elle soit un tantinet ancienne à l'heure où l'on "réfléchit" à interdire les centre-villes aux véhicules à moteur et à commencer par les plus vieilles d'entre-elles.

Des voitures dans la ville

Pas jeune non plus, une Citroën B10 des années 1920. On note que cette automobile ne possède pas de freins à l'avant et qu'elle est directement dérivée de la B2 dont elle utilise le moteur. Il s'agissait d'une version améliorée de la B2, notamment parce qu'elle avait une caisse "tout acier", et ne remplaçait pas cette B2 qui fut construite jusqu'à l'apparition de la B12 en 1926.

Citroën B10

Un peu plus de trente ans après, les choses ont évolué et chez Citroën c'est l'époque de la DS et de la déjà ancienne 2CV dont on voit là l'un des derniers modèles à capot en tôle ondulée agrémenté d'une baguette en aluminium. Les études de la 2cv Citroën avaient débuté plus de vingt ans auparavant et avaient été arrêtées en raison de la seconde guerre mondiale.

Négociation de virage

La 2cv Citroën a su inspirer des hurluberlus anglais qui s'en sont donné à cœur joie avec cette plate-forme et cette motorisation. Les transformations sont assez nombreuses un peu partout, au Royaume-Uni mais aussi en Allemagne ou aux Pays-Bas. En France, notre administration interdit toute tentative d'imagination non autorisée depuis longtemps et c'est ma foi bien dommage.

Deux chevaux et trois roues

2cv Burton

mardi 5 septembre 2017

Vin d'âge d'aise

On continue notre récapitulation des véhicules en présence lors des Vintage Days et on commence par une Porsche 356.

Porsche 356

Juste à côté, une DS devant une Renault Caravelle pour une invitation au voyage.

Citroën DS et Renault Caravelle

Un peu plus loin, une Panhard Dyna X bien reconnaissable.

Panhard Dyna X

Quelques années séparent ces deux Citroën, d'abord une C4 puis une Rosalie.

Citroën C4

Citroën Rosalie

Sur une base de 2cv Citroën, une amusante Lomax trois roues qui donne le sourire aux spectateurs comme aux occupants du véhicule.

Lomax

Plus américaine, plus cossue, plus puissante, plus connue, une Chevrolet Corvette modèle 1956.

Chevrolet Corvette 1956

Peu courante et assez rare, une Volkswagen Karmann Ghia type 34 bien agréable.

Volkswagen Karmann Ghia type 34 1966

lundi 4 septembre 2017

D'autres autos des Vintage Days

Elle était présente lors de la précédente édition des Vintage Days et ça a été un réel plaisir de la revoir, c'est la 2cv AZU décorée aux armes de l'apéritif corrézien Salers.

Citroën 2cv et Solex

On reste chez Citroën avec une Rosalie et une 2cv. Les Citroën des années 1930 étaient bien représentées avec au moins quatre Rosalie dont une était en compagnie d'une jolie Chevrolet Corvette.

Citroën Rosalie et 2cv

Chevrolet Corvette et Citroën Rosalie

On passe chez Renault avec une sympathique Dauphine. Alors la question est : véritable Gordini ou pas ? Je n'en sais pas beaucoup plus que ce que l'image laisse paraître.

Renault Dauphine

Nous restons dans la production hexagonale avec une très sympathique Panhard Dyna Z.

Panhard Dyna Z

Si nous passons les Alpes, nous trouvons cette belle Lancia Flavia assez rare en nos contrées en en cet état. Une belle restauration pour une belle automobile au tempéramment sportif.

Lancia Flavia

Enfin, très rare en France et même peut-être exemplaire unique sur le territoire national, une Mercedes Benz 200 cabriolet de 1933. Une année qui rappellera quelque chose aux plus férus d'Histoire parmi vous. Cette auto de grand luxe devait sans doute être enviée par les pontes du régime nazi qui arrivait aux commandes du reich. Il n'en reste pas moins que l'automobile est belle et sa restauration d'un très haut niveau.

Mercedes Benz 200 cabriolet 1933

dimanche 3 septembre 2017

Les jours millésimés épisode 1

Depuis vendredi et jusqu'à aujourd'hui, Périgueux résonne au son des moteurs de véhicules anciens et vit à l'heure des années trente à soixante-dix avec force animations. J'ai passé une grande partie de ce samedi à faire le plein d'images d'automobiles anciennes et il se pourrait que vous en ayez à bouffer dans les jours à venir. Si j'ai trouvé cette édition moins enthousiasmante que celle de l'an passé, c'est en grande partie en raison de l'absence des véhicules d'exception qui étaient présents dans l'enceinte de la propriété Brou de Laurière. Pas de Bugatti, pas de Delahaye ou de Talbot pour 2017. Par contre, il m'a semblé voir bien plus d'américaines qui ne jouaient pas la carte de la sobriété.
Le matin, on pouvait admirer un grand nombre de véhicules sur l'esplanade Badinter et assister à la grande parade dans les rues de la ville. L'après-midi, on voyait déjà bien moins de modèles exposés mais on pouvait tout de même en trouver de beaux exemplaires dans les rues et sur les places de la ville. La place Montaigne était réservée à l'espace "néo rétro" avec beaucoup d'américaines et des stands dédiés à la personnalisation des carrosseries. Cette partie m'a semblé un peu pauvre et assez peu intéressante. Je ne m'y suis pas attardé.
Et donc, quelques photos...

Citroën Rosalie

Citroën Traction Avant

Citroën 2cv

Renault 1000kg Goelette

Mobylette

125 Motobécane

Buick 1948

De Soto 6

Chevrolet Corvette

mardi 29 août 2017

Plus que Renault et sans haine, c'est bien plus beau, c'est Citroën

CItroën DS coupé et cabriolet

mercredi 19 juillet 2017

Ben mon cochon

Elles étaient demandées et attendues, les voilà les vedettes de la caravane du Tour de France, les 2cv cochonnes bien connues de toutes et tous.

Cochonnerie

Cochonnerie

Cochonnerie

Cochonnerie

Cochonnerie

Cochonnerie et poulet

dimanche 16 juillet 2017

Une 2cv Citroën vue à Périgueux

2cv Type A

jeudi 13 juillet 2017

Hey ! On est intelligents ou pas ?

La nuit a été courte et n'ayant rien de mieux à faire, je me suis laissé aller à réfléchir pour passer le temps. Ce n'est pas venu tout seul, je vous rassure. Il a fallu une sollicitation extérieure, en l'occurence une réflexion entendue à la radio, pour que la machine se mette en branle. En substance, il était question d'une personne qui détourne des choses récupérées pour créer d'autres choses avec un minimum d'outils et, dans l'idéal, sans recours à une source d'énergie autre que la sienne propre, de la 100% musculaire garantie sans OGM[1].
Ce type a l'air de s'amuser comme un petit fou avec ses bouts de palettes, ses vieux chauffe-eau, l'argile récupérée sur son terrain et les trésors récupérés dans les déchetteries. Bien sûr, il s'éclate encore plus avec son jardin, son verger, ses poules. Dans l'idée, il cherche à tendre vers une certaine autonomie alimentaire et énergétique. A tous les coups, il doit avoir une certaine appétence pour la cause écologique. Il vit à la campagne, est propriétaire de sa maison et de son terrain et, apparemment, a un emploi dans la vraie vie. Il a une automobile, ne refuse pas le "progrès"[2]. Bref, rien ne permet de le soupçonner d'être un illuminé, un jeune drogué inadapté, un punk à chien, un rastaquouère.
La récupération de ce qui est jeté, de ce qui est réputé ne plus avoir la moindre valeur, et l'utilisation de tout ce qui n'a a priori aucune chance de pouvoir être monnayé est devenu un jeu obsessionnel. Et le plus rigolo, c'est que ça marche ! Notre bonhomme ne se ment pas, il ne cache pas qu'il faut parfois se tuer un peu (mais pas trop) à la tâche pour parvenir à ses fins. Mieux, il reconnaît avoir parfois la flemme ou un désir d'efficacité et préférer la perceuse électrique ou la tronçonneuse au vilebrequin et la hache. C'est un pragmatique plus qu'un idéologue et c'est à mettre à son crédit.

Il faut cultiver notre jardin

Il y a deux conditions impératives qui s'imposent à qui veut entreprendre un potager. D'abord, bien entendu, avoir un bout de terrain à disposition. Ensuite, et c'est encore plus important, avoir l'envie et accepter de se fatiguer. En gros, faut qu'ça plaise. Sans plaisir, c'est peine perdue, c'est même pas la peine d'entreprendre. Si jamais vous vous décidez à faire pousser des trucs et des machins dans une terre qui est basse et qui colle aux bottes, si jamais vous y allez en vous disant que vous seriez mieux à boire une bière en regardant Derrick sur l'écran de votre téléviseur 4K, il vaux mieux que vous oubliiez. Vous avez beau cultiver des belles idées écologistes, il faut voir la réalité en face, vous êtes plus un théoricien qu'un praticien. Et puis en plus il pleut et vous avez mal au dos alors…
Par contre, si vous réussissez à prendre tout ça comme un jeu, là c'est autre chose ! Tous les jardiniers en herbe vous le diront, une tomate mûrie au soleil naturel sur un pied planté dans de la vraie terre, ça a un peu plus le goût de tomate que de la boule rouge boosté au substrat hydroponique. D'ailleurs, ce jardinier, en toute honnêteté, reconnaît humblement produire les meilleures tomates du monde connu.
Faire son jardin, c'est apprendre, écouter les conseils, connaître des doutes et des déceptions mais aussi des joies et des bonnes surprises. On commence à faire son compost, on trace ses sillons en estimant ce que l'on pourra récolter. On ajuste d'une année sur l'autre, on teste des légumes ou des tubercules exotiques, pour voir. En ce moment, plusieurs personnes m'en ont parlé, la mode est à la cacahuète qui, je ne l'aurais pas cru, pousse très bien sous nos latitudes.
Si on a suffisamment la main verte et assez de terrain, on peut envisager les conserves, le séchage. Et puis, peut-être, commencerez-vous à produire par vous-même les graines et les plants de l'année suivante. Alors là, c'est quasi le nirvana. Avec une légitime fierté, vous faites un beau bras d'honneur au système et à tous les Monsanto et autres Bayer du monde ! Bravo !
Le top, c'est — nul besoin de le préciser[3] — de produire des pommes de terre, de l'ail et du persil. Les pommes de terre à la sarladaise n'en seront qu'encore plus succulentes, c'est du garanti sur facture. Et puis, si vous êtes assez fou, pourquoi ne pas faire pousser du blé que vous récolterez à la main et que vous moudrez avec un moulin à pierre à manivelle pour produire une farine qui vous donnera le pain à cuire dans un four construit de vos mains alimenté au bois coupé par vous ? Je n'ai aucune idée de la surface nécessaire à la production de blé suffisante pour une année. Ça doit pouvoir se calculer.

Récupérer, construire et bâtir

Pour bien réussir, il faut être imaginatif, avoir une âme d'inventeur. Ce n'est pas donné à tous. Moi, pour ne citer que la personne la plus intelligente connue de moi, je n'ai pas la chance d'être assez imaginatif pour voir comment détourner un machin pour faire une machine. Heureusement, il y en a pour venir en aide aux handicapés tels que moi. Par exemple, j'ai vu ça sur Internet, un type[4] explique comment bricoler un "poêle dragon" à partir d'une bouteille de gaz, d'une vieille cocotte et de bouts de ferraille récupérés. Et le truc, c'est que ça marche. Alors bon, d'accord, il convient de relativiser. C'est un peu moins beau qu'un Godin ou un Jøtul, c'est visiblement du "fait maison" avec tout ce que cela implique comme concessions en termes d'esthétique très personnelle et de finitions encore à finir. Mais bon, ça marche, ça produit de la chaleur, ça permet de cuisiner et de chauffer une pièce. En plus, ça fonctionne avec des bouts de bois glanés dans les bois, des petites branches et même des feuilles mortes. La limite, mais on doit pouvoir améliorer le système, c'est qu'il faut recharger le poêle tous les quart d'heure. C'est un peu contraignant, ça oblige à rester à moins de quinze minutes de la pièce où est placé le dispositif et à faire des quarts pour la nuit. On a rien sans rien.
Construire plus grand comme une "habitation" ? Il y en a qui font. Je vous avais montré une cabane en branches et en torchis perdue dans les bois il y a quelque temps. Les moins aventureux choisiront une vieille caravane ou une carcasse de fourgon, les plus riches acquerront une yourte et les plus créatifs feront avec ce qu'ils trouveront et quelques outils sommaires. On pourra pousser l'idée jusqu'à vouloir produire de l'électricité avec des panneaux solaires ou une éolienne. On réfléchira à avoir une réserve d'eau et on rendra son petit chez-soi agréable et confortable sans se préoccuper des réglementations diverses et variées. On tutoiera gentiment l'illégalité et ça n'en sera que plus savoureux.
Ceci dit, rien ne vous empêche de bâtir encore plus grand et en toute légalité avec un vrai permis de construire et un raccordement aux réseaux d'adduction d'eau et d'électricité. Une maison en bois ou en terre voire en pierres. En fait, ça dépendra beaucoup de vos compétences et de votre détermination.

À la recherche de l'intelligence perdue

Je ne suis tout de même pas si bête que ça ! Je sais faire des trucs. Je sais lire, écrire, un peu compter. Je ne suis tout de même pas idiot ? Si ? C'est pas impossible, finalement.
Comme pas mal de mes semblables d'aujourd'hui, je suis un utilisateur, pas un constructeur. Je sais utiliser une machine à café, un ordinateur, une automobile, un appareil photo, un ouvre-boîte, un robinet d'eau chaude et froide, un téléphone, une chaîne Hi-Fi. La plupart du temps, je ne comprends même pas comment tout cela fonctionne. J'ai une vague idée des techniques mises en œuvre dans la production électrique et me contente de brancher une prise dans une autre, mâle dans femelle, en respectant ce que d'autres personnes ont conçu pour les idiots de mon genre afin qu'ils ne s'électrocutent pas trop. Du coup, on ne cherche même plus à comprendre tellement on nous mâche le boulot. On nous débarrasse du besoin de réfléchir. On devient bête par confort et fainéantise. C'est pile-poil ce que je me suis dit ce matin après avoir bu mon café à l'issue d'une courte nuit.
Le confort moderne nous propose un marché de dupe auquel nous adhérons tous ou presque. Tenez, rien que pour dire, à quoi bon apprendre à écrire ? A quoi bon acquérir quelques notions d'orthographe ? Aujourd'hui, on peut parler à son téléphone pour écrire un courrier électronique. Si on est encore adepte du clavier, on fait confiance au correcteur orthographique. Quant à écrire avec un stylo sur du papier, pfiou ! C'est un truc de vieux chnoque, plus personne fait ça de nos jours !
Il paraît qu'il y a des personnes qui reconnaissent ne plus savoir écrire. Ça ne m'étonne pas tant que ça. Parmi toutes les critiques que l'on peut faire à l'encontre de la photo numérique, il y a sans doute celle de la trop grande facilité d'exécution apportée par les dispositifs à notre disposition. D'un côté, c'est un réel progrès de ne plus rater ses photos, c'est certain. Mais d'un autre côté, il y a ce petit truc qui faisait qu'il fallait être un peu initié pour comprendre comment faire une photo bien exposée. Je ne parle pas ici du cadrage ou de la qualité "artistique" d'une image, je ne vous entretient que de l'aspect technique. Certains appareils photo réfléchissent à ce qu'ils ont devant leur "œil". Ils comprennent s'il s'agit d'une personne ou d'un paysage et adaptent les réglages en fonction. A quoi bon apprendre le rapport qu'il existe entre la sensibilité, l'ouverture du diaphragme et la vitesse d'obturation ? Moi qui suis déjà vieux, je peux vous dire qu'il valait mieux comprendre ça avec un Zenit E !
On ne peut pas tout savoir sur tout. Ce n'est pas nouveau. Peut-être, mais c'est pas sûr, fut un temps où l'érudition était de ce monde. Peut-être a-t-il été possible d'embrasser la totalité des savoirs disponibles et connus dans une même cervelle. Aujourd'hui, ce n'est pas envisageable. Nous sommes entrés dans l'ère des experts. Il n'y a pas si longtemps, peut-être un siècle en arrière, une personne pouvait sans doute posséder le savoir nécessaire à sa survie. Le monde était majoritairement à la campagne et mangeait ce qu'il produisait grâce à son travail. On savait couper son bois et coudre ses habits, équeuter les haricots et tuer le poulet. Pour pas mal de personnes de notre monde gagné à la cause moderniste, les légumes connus sont les frites surgelées, les brocolis surgelés, les salades sous atmosphère contrôlé et les tomates en flacon. Donnez-leur des salsifis, des épinards ou des poireaux et vous verrez leur attitude se changer pour celle d'une poule découvrant un couteau.
Autrefois, quand on savait pas on consultait son dictionnaire. Aujourd'hui, on cherche sur Internet. Je suis un vrai défenseur du projet wikipedia qui, malgré tout ce que l'on peut raconter, est un projet ambitieux et généreux. Il y a une vraie belle idée derrière, je vous l'assure ! Un contenu toujours à jour, toujours (ou presque) corrigé, globalement fiable et disponible partout et à tous. Enfin pourvu que l'on ait un ordinateur et l'électricité en plus d'Internet, bien sûr. Avec Internet, plus besoin de savoir, il est préférable de savoir chercher, de savoir questionner. La date de la naissance de Erik Satie ? A quoi bon mémoriser ça quand on a la réponse à portée de quelques tapotements de touches ?
Le problème, c'est que la culture, ce n'est pas que le savoir. wikipedia ou plus généralement Internet et l'ordinateur, fait l'impasse sur le contexte général. On a accès à l'œuvre de Verlaine mais on ne sait rien du mouvement dans lequel il s'inscrit, son époque, sa vie. On peut profiter d'une visite virtuelle du Louvre mais ne rien connaître de l'histoire des lieux, de Paris, de l'architecture du bâtiment. On trouve la recette de cuisine que l'on veut mais l'on a pas celle qui est transmise de génération en génération dans une famille.
Quelque part, l'intelligence est liée à la culture et la culture à la civilisation. Une civilisation, c'est avant toute chose une histoire collective. Pour prétendre à la civilisation, il faut au minimum être deux. Ça, j'en ai la certitude. A partir de trois, ça commence à merder mais il faut faire avec. Si nous sommes ce que nous sommes, c'est dû à l'amoncellement de strates superposées les unes sur les autres depuis l'apparition de l'Homme d'une part mais aussi depuis l'apparition du premier mammifère et de la première amibe avant lui. La civilisation, c'est un long cheminement.
Les choses vont trop vite. Si l'on ne veut pas être largué, on est obligé de suivre le mouvement. Tant pis pour les fondamentaux, on fait du passé table rase. On se dirige vers ce que l'on appelle le trans-humanisme. Est en train de naître un état de symbiose entre l'organique et la machine. L'idée de l'Homme augmenté fait son chemin. L'Homme équipé n'est pas nouveau, les prothèses ont déjà une longue histoire. Les jambes de bois, les crochets, les lunettes, les hanches en titane ou le cœur artificiel sont déjà des visions du passé. On nous parle de rétine connectée permettant de recevoir des informations de ce que nos yeux voient, on parle d'implants neuronaux permettant de générer des sensations à la demande. L'ordinateur gagnera peut-être dans un futur proche sa place en chacun d'entre-nous pour notre plus grand bonheur.
Franchement, si un jour on arrive à concevoir un dispositif qui permet la transmission de pensée et l'accès à toutes les ressources du monde entier, un dispositif qui nous permettrait de voir un film directement "dans notre tête", à converser avec n'importe qui à l'autre bout de la planète[5] sans nous préoccuper d'une langue différente ou d'un accent à couper au couteau, à transférer des images captées par notre œil bionique à la vitesse de la lumière, hein ? Franchement, ça fait rêver, non ? Tiens, faire l'amour avec son fantasme de la perfection absolue quand bon me semble ou créer la sensation de déguster le plus grand vin du monde ou le plus délicieux de tous les plats juste en imaginant la chose mais en ressentant "pour de vrai" ces sensations, hein ? Ça donne pas un peu envie, ça ? Et peu importe de savoir si la personne avec qui vous discutez de la dernière coupe du monde de football existe en chair et en os ou en puces et connexions. Rien à foutre ! L'important c'est l'échange et la sensation retirée de cela, non ?

Faut vivre avec son temps

On peut regretter le passé. On peut idéaliser ce passé et cultiver un penchant certain pour la nostalgie. Il y a encore quelques années, pour peu que l'on ne soit pas manchot on pouvait réparer plein de trucs soi-même. La bagnole qui refusait de démarrer était rendue à la raison d'un bon coup de clé à molette bien placé. On savait gratter les platinées, nettoyer les bougies, régler son ralenti, faire sa vidange, corriger une bielle défaillante avec un bout de fil de fer, détordre un piston fondu avec sa bite et son couteau. Maintenant que les temps ont changé, si on sait lever le capot de sa voiture on s'empresse de le refermer tellement rien ne semble accessible. Réparer le pneu crevé de sa motocyclette sur un bord de route n'est plus à la portée de tout un chacun. D'abord, il n'y a plus d'outillage de bord. Et puis, avec une bécane de 350 kg, si on a pas une grue d'atelier dans sa sacoche, on n'arrive à rien.
Autrefois, le mécanicien vous escroquait avec le mégot rivé au coin des lèvres mais il réparait. Aujourd'hui, il ne fume plus mais ne répare plus non plus. Il change, il remplace. Il branche la valise, il dit que c'est "ça" qui déconne et qu'il faut changer tout "ça" avec et que ça va coûter chérot. On le voit, il escroque toujours mais d'une manière plus électronique, plus sophistiquée, plus moderne, quoi !
Nous, pauvres cons qu'on est, on nous a pas trop demandé notre avis. On nous a pas demandé si on préférait du réparable ou du jetable. On aurait pu résister, certains l'ont fait, mais il est un fait immuable dans la nature humaine, c'est que c'est toujours la modernité qui gagne à la fin. Le bronze a gagné face à la pierre polie, le fer face au bronze. C'est comme ça. Il y avait un truc qui marchait super bien, jamais en panne. Un jour, un mec arrive avec un nouveau truc plus moderne qui fait la même chose mais en mieux, en plus rapide ou en plus fort ou en moins fatiguant, peu importe. Par contre, ce nouveau truc peut tomber en panne. Bon, braves cons que nous sommes, on accepte le risque pour pas passer pour des vieux cons.
Un exemple qui vaut ce qu'il vaut. La machine à écrire. On prend une bonne vieille Underwood. Ça tombe jamais en panne ce truc. Même pas la peine de la graisser, rien. Paf ! La machine à écrire électrique débarque. Moins besoin de se muscler digitalement, frappe plus rapide. Oui, mais le jour de panne de secteur, le troupeau de dactylo est à l'arrêt. Et voilà que l'ordinateur débarque avec son logiciel de traitement de texte. Oh ! On peut même enregistrer son courrier pour plus tard. Ouais mais pas d'électricité, pas d'ordinateur. Et en plus, les bugs incompréhensibles, les mises à niveau du système qui fait que le logiciel ne marche plus, l'imprimante qui n'est plus compatible avec le nouveau système ou qui a les buses qui se bouchent ou qui chie du toner partout. Du coup, on vire tout et on rachète du plus récent en faisant mine de ne pas savoir qu'il faudra tout refaire dans deux ou trois ans. Le truc, c'est que le stylo Bic©, lui, il est toujours là prêt à reprendre le service.
Collectivement, l'humanité est capable de beaucoup plus aujourd'hui qu'hier. Pour le meilleur comme pour le pire. Individuellement, c'est autre chose. Vivre indépendamment des autres en visant une certaine autarcie est de plus en plus difficile. Chacun de nous, un peu plus certains que d'autres toutefois, détenons une partie du savoir global et on comprend donc pourquoi les techniques de communications sont devenues si importantes que l'on ne peut plus s'en passer. Ce que l'on appelle le "Big Data" et l'intrication serrée de la globalité colossale de données fait que rien n'est plus et ne sera jamais plus arrêté. Le savoir de l'humanité qui a pu avoir l'apparence d'un bloc monolithique est devenu changeant, polymorphe, mouvant. Dans tous les domaines, les croyances explosent et sont remises en question au profit des dernières découvertes. L'esprit humain à lui même n'est plus en mesure de suivre le rythme effréné auquel il est soumis et doit se replier vers la machine, déléguer son intelligence aux robots.
Avec morgue et suffisance, on peut penser que le savoir de l'Homme de la Préhistoire se limitait à la taille de bouts de pierre, à la fabrication de pointes et d'épieux, à quelques techniques de chasse, à quelques remèdes bricolés avec de la bave de mammouth et des champignons hallucinogènes et à l'art de dégueulasser des parois avec des dessins. Il ne connaissait rien au moteur à combustion interne, ne savait pas faire fonctionner un bistouri électrique, était bien incapable de faire fonctionner Windows©[6] et n'avait même pas de conscience écologique véritable. Il n'empêche que celles et ceux qui, parmi eux, ont réussi à procréer sont nos ancêtres. Et nous comme eux avons sans doute les mêmes besoins vitaux. Je ne pense pas que l'on puisse sérieusement prétendre qu'il était moins intelligent que nous le sommes. Notre intelligence s'est enrichie de la sienne et le problème d'aujourd'hui est de se demander quelle intelligence nous transmettrons aux générations futures si nous la confions aux machines. Est-ce que les machines auront assez d'imagination pour imaginer la suite ? Il semble qu'elles ne seront jamais dans le besoin de quoi que ce soit. Les machines ne rêvent pas. Peut-être que l'Homme se singularise par la grandeur de ses rêves. Les petits rêves c'est bien pour passer le temps mais ce n'est pas très utile, il vaut mieux faire de grands rêves !

Bon allez, un dessin sans rapport avec quoi que ce soit pour finir...
Food Truck

Notes

[1] au passage, je n'ai rien contre les OGM

[2] téléphone mobile, ordinateur, Internet...

[3] mais on ne sait jamais

[4] et ce ne doit pas être le seul

[5] voire de l'univers

[6] mauvais exemple

dimanche 25 juin 2017

Direction la plage

En vacances avec la 2cv

samedi 10 juin 2017

Vieilles photographies #11

automobile

lundi 6 mars 2017

Les belles routes de France

Rallye Touristique

dimanche 19 février 2017

Exposition d'automobiles et de motocyclettes à Marsac-sur-l'Isle

Vous pouvez aller voir les véhicules exposés, et éventuellement en acheter quelques uns lors de la vente aux enchères, aujourd'hui encore. Belle exposition de beaux véhicules. J'ai fait quelques images que je vous montrerai au gré de mon humeur du moment.
Pour commencer, une sélection de véhicules qui m'ont particulièrement plu. Hormis la Citroën Traction Avant cabriolet, des automobiles très anciennes dont une sans doute rare et de moi inconnue Alexandre Espine de course. Du moins, on peut le supposer en voyant le numéro d'inscription.

Automobile Alexandre Espine
Sur celle qui suit, il est amusant de voir où les concepteurs ont jugé bon de placer le coffre, entre le conducteur et le passager et les éventuels passagers relégués loin à l'arrière.

En route !
Une marque déjà plus connue avec une de Dion-Bouton déjà bien plus moderne. La carrosserie est déjà pensée comme un tout d'un bout à l'autre de l'automobile. On a placé des portes, la ligne est plus basse, c'est là, dans les grandes lignes, ce que l'on trouvera jusqu'à la fin des années 30.

de Dion-Bouton

Cette ALBA exhibe une petite peluche sur le bouchon de radiateur et est doté d'un très utile accessoire permettant de ranger son parapluie lorsqu'il ne pleut pas. A ce sujet, on note l'absence de pare-brise mais aussi la présence de deux gros phares laissant imaginer que l'on pouvait s'aventurer dans une nuit noire en toute sécurité.

ALBA
De 1939, cette Traction Avant cabriolet marque une évolution importante dans l'histoire de la conception automobile. Depuis quelques années, on ne monte plus en voiture mais on descend dedans.

Traction Avant Cabriolet 1939

- page 1 de 5

Haut de page