Mot-clé - Périgord

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 29 août 2017

Plus que Renault et sans haine, c'est bien plus beau, c'est Citroën

CItroën DS coupé et cabriolet

lundi 28 août 2017

Arrivée d'air chaud

Descendre aux arbres

jeudi 24 août 2017

Est-ce bien un couvent ?

J'étais passé par Sainte-Alvère et m'y étais arrêté pour faire quelques photos. Cette bâtisse à l'abandon m'avait attiré l'œil. C'est un bel ensemble, apparemment vaste, certainement destiné à une quelconque activité peu ou prou religieuse. J'ai fait cette photo en me disant que je trouverais bien des renseignements sur Internet.
J'ai trouvé mention d'un couvent à Sainte-Alvère, une carte postale ancienne présentant une vue aérienne du lieu aussi, mais je ne suis sûr de rien. Il serait sans doute intéressant de pénétrer dans l'enceinte pour faire des images des lieux.

Ancien couvent à Sainte-Alvère

mercredi 23 août 2017

Des Pétaroux et des hommes

Que serait un Pétaroux sans son preux chevalier, sans sa gente dame ? Un être inanimé, une mécanique inerte, un véhicule sans grand destin. Avant que ne sonne l'heure du départ de la Randonnée à la Noix, j'ai promené la lentille de mon objectif sur la foule pour saisir quelques portraits.

Préparatifs

Le gang des têtes de mort

Un teletubbies, m'a-t-on apprit

Rebelle

Prêt au départ

Feuque

Concentration

mardi 22 août 2017

Des Pétaroux mais pas que

Il y avait des tracteurs agricoles anciens à la Cassagne. Le plus intéressant de tous, parce que le plus ancien et le moins courant, était le Austin de la fin des années 20. Ce tracteur a été construit en France, à Liancourt dans l'Oise où Austin avait une usine. Je ne connais pas le modèle exact, je n'a pas pensé à noter l'information. Étaient présents également, un Société Française Vierzon 204, quelques Mc Cormick, un Allis-Chalmers porte outils un beau MAN, un Fordson et un intéressant Renault équipé d'un moteur Diesel Perkins.

Tracteur Austin des années 20
A l'écart des cyclomoteurs et de la foule étaient stationnées les motocyclettes. A l'ombre des noyers, je croise deux petites Yamaha sympathiques dans leur cadre bucolique.

Deux jolies petites Yamaha
En raison de l'accroissement du nombre d'inscriptions et, donc, de cyclomoteurs présents, les organisateurs de la fête ont, cette année, changé de lieu pour l'aire de stationnement des Pétaroux. Ils sont descendus dans le pré pour bénéficier de plus de place. Sur les deux images suivantes, prises en fin de journée, il manque déjà un bon nombre de machines. Les cyclomotoristes les plus éloignés commençaient déjà à charger les remorques et fourgons pour repartir chez eux.

Quelques uns des cyclomoteurs présents
Les cyclomoteurs sont en vedette


Autres choses

Ce blog pourrait arrêter de nuire gravement

Rien n'est éternel. Hier, j'ai appris que mon hébergeur allait abandonner de fournir le gestionnaire de bases de données PostgreSQL utilisé par le blog qui nuit (très) grave !. Cette interruption de service surviendra en octobre. Cela veut dire que si je ne trouve pas la bonne solution pour migrer la base de données vers MySQL, le blog mourra.
Hier, du coup, j'ai fait une sauvegarde complète du blog et de sa base de données. Cela représente tout de même pas loin de 1Go. Cela signifie que, grosso modo, rien ne sera perdu totalement. Ce blog a plus de dix ans et j'en suis toujours à me demander à quoi il peut bien servir. Il ne s'est pas trouvé de réel sujet et à part me permettre de montrer un peu des dessins et des photos, accessoirement à publier le feuilleton en bande-dessinée, on ne peut pas prétendre qu'il a un thème précis. Il est un peu à mon image, bordélique, brouillon, anarchique.
Périodiquement, je songe à tout arrêter. Un jour, il me semble que c'était un 1er janvier, j'ai décidé de rendre la publication journalière. Chaque jour, un petit quelque chose. Je ne sais pas pourquoi j'ai eu cette idée stupide et encore moins pourquoi je m'y suis tenu. Ce n'est pas une lourde charge, je peux me contenter de balancer un mauvais dessin ou une photo quelconque histoire de dire que j'ai mis quelque chose. Ça ne me prend généralement pas beaucoup de temps.
Mais là, il y a cette décision de l'hébergeur qui pourrait m'aider à trouver une bonne raison pour mettre un terme à cette petite aventure. Je me demande s'il faut laisser passer l'occasion.
Il y a la question de la poursuite de la publication du feuilleton de Liaan. Bon. Rien ne m'empêcherait de mettre sur pied un nouveau petit blog pour cela. Liaan pourrait aussi prendre sa liberté et créer son propre blog ou site pour publier ses planches. Je suis prêt à l'aider à mener à bien cette affaire.
Du reste, je pourrais aussi ouvrir un nouveau blog qui aurait une raison d'être plus claire. Je ne suis pas certain que la forme du blog soit la meilleure. Je devrais peut-être plutôt me diriger vers une galerie sur laquelle je pourrais montrer les dessins et les photos dans plusieurs rubriques biens classées et rangées. Il faut prendre le temps d'y réfléchir.
Et dans le même temps, je l'aime bien un peu, ce blog. Au fil des ans, une petite "communauté" informelle s'est créée. Certains sont arrivés, d'autres sont partis mais il y a un petit noyau de personnes à suivre le blog et, je l'espère, à y trouver une source à l'amusement, au dialogue, au sourire ou à la réflexion.

Du passé faire table rase

Un temps, j'ai espéré que ce blog aurait pu devenir un espace collaboratif dans lequel vous auriez tous pu être acteurs. Hormis Liaan et quelques autres comme Fifi, peu ont été celles et ceux à accepter de jouer le jeu. Et pourtant, je suis certain que nous avons tous des sujets de prédilection et des choses à dire et à montrer.
Un nouveau blog riche de plusieurs intervenants pourrait être une chouette idée à mettre en place. On pourrait imaginer partir sur un noyau de quelques personnes qui tiendraient rubrique sur le (les) sujet(s) de leur choix à date régulière. Honnêtement, ce ne serait pas forcément une lourde charge de travail pour chacun. Certains pourraient bien ne publier que tous les quinze jours ou même une fois par mois.
Il serait toutefois intéressant de définir une sorte de ligne éditoriale, un fil commun entre tous les sujets, même ténu. Je pense que si vous venez, si vous suivez ce blog, c'est qu'il existe un lien entre nous tous. J'ai du mal à comprendre quel il peut être mais il doit exister quelque part.
Ce que l'on peut analyser rapidement, c'est que les thèmes présents sur ce blog qui pourraient nous unir sont un intérêt pour l'humour, les véhicules anciens, la motocyclette, la photo et le dessin. Plus, peut-être, l'écriture. Ça m'étonnerait fort que parmi vous il n'y ait personne qui soit compétent dans un de ces thèmes.

Tout n'est pas si mauvais

L'un des projets que j'ai préféré sur ce blog a été le feuilleton collaboratif. Bon, on ne reviendra pas sur le fait qu'il s'est quasi saboté de lui-même et que la plupart des participants ont été découragés. Ça a été, à mon sens, un bon exemple de ce qu'aurait pu être un blog réalisé à plusieurs. Je sais que l'idée de construire (pour des prunes) ensemble tient de la douce utopie. Il y a toujours un moment où on est confronté à des problèmes de personnalité, à des conflits larvés, à des ego difficiles.
L'un des problèmes est lié à l'utilisation de l'outil informatique. J'ai plusieurs fois eu à faire face à des personnes qui auraient pu accepter de participer mais qui ne savaient pas poster une image ou écrire un texte. Evidemment, je pourrais être celui qui se chargerait de la mise en ligne et de la préparation des images ou autres mais l'idéal serait tout de même que chacun soit autonome. Ce n'est tout de même pas si difficile.

La fin des illusions

Aussi, après tout, peut-être que je m'illusionne un peu. Il n'est pas impossible que personne ne pleure ce blog s'il vient à disparaître. Aujourd'hui, les blogs ne sont plus vraiment à la mode. Ils paraissent bien difficiles à utiliser face aux réseaux sociaux. Je connais des personnes qui auraient sans doute plein de trucs très intéressants à raconter sur des sujets qu'ils maîtrisent bien mais qui préfèrent utiliser, par exemple, facebook plutôt que d'avoir à apprendre à se servir des outils d'un blog comme celui-ci. C'est compréhensible finalement.
Ce qu'il y a aussi, c'est qu'il faut avoir le désir et l'envie de partager et ça, ça ne se commande pas. Forcément, un blog tenu par une seule personne tend à virer à une forme d'égocentrisme. Je montre mes photos, mesdessins, mes goûts, mes centres d'intérêt. Et moi, ça me lasse un peu.
Enfin voilà. Je vous balance ça comme ça et vous en faites bien ce que vous voulez. Si vous avez quelques minutes pour réfléchir, pour proposer, pour dire, n'hésitez pas à laisser un commentaire, à m'envoyer un courrier électronique ou à m'entretenir de vive voix à l'occasion.

lundi 21 août 2017

La Cassagne, première salve de Pétaroux

Je suis rentré de la Cassagne avec près de quatre-cents images. Je ne vous les montrerai pas toutes parce que la plupart sont ratées ou sans intérêt mais il y en aura tout de même suffisamment pour parvenir à vous en lasser, rassurez-vous.
Belle édition que cette quatrième. Le soleil était de la partie et ce sont environ trois-cent quinze cyclomoteurs qui étaient inscrits pour la randonnée des Pétaroux à la Noix. La bonne ambiance était présente à tous les étages et je peux avancer sans trop craindre de contrefaire la réalité des faits que plusieurs milliers de personnes sont passées par ce beau petit village du Périgord Noir pour une raison ou pour une autre. L'attraction était bien entendu les cyclomoteurs exposés en priorité mais se tenait aussi un vide-greniers et une bourse d'échanges bien fréquentés tous les deux. La chaleur aidant à cela, la buvette ne désemplissait pas et le repas du midi accueillait plus de cinq-cents personnes qui semblaient apprécier la paëlla préparer par un traiteur de Terrasson-Lavilledieu. Quelques tracteurs agricoles étaient présents ainsi qu'un camion Citroën déjà vu en les lieux lors d'éditions précédentes. A noter la présence d'un journaliste de LVM qui couvrait l'événement et qui devrait prochainement relater les faits dans l'hebdomadaire bien connu des collectionneurs et amateurs de moto ancienne.

Comme on peut s'y attendre, les Motobécane et Peugeot représentaient le gros des effectifs avec toutes sortes de modèles de tous âges. Si certains de ces cyclomoteurs affichaient un strict état d'origine, restaurés ou pas, d'autres étaient parfois profondément modifiés, souvent avec bonheur, par leur propriétaire comme cette Motobécane EV à mon avis magnifique qui se donne des airs d'entretube avec son réservoir "maison" et sa fourche à parallélogramme d'origine Peugeot.

Motobécane revue et corrigée
Toujours Motobécane et toujours modifié, voilà une réplique de Stromboli, une préparation du tout début des années 60 que l'on doit à un concessionnaire de la marque et qui, à l'aide d'accessoires bien choisis, une belle gueule sportive à la bécane. Cette belle réalisation attirait les connaisseurs et même les plus jeunes d'entre eux.

La Stromboli attire aussi les plus jeunes
Habituée de la manifestation, la Gitane Testi splendide qui fait bien des envieux, moi en premier. La restauration et l'état est, je pense que l'on peut le dire, parfaite. Ces petits "pète feu" étaient parmi les plus luxueux qui existaient à l'époque et ceux qui avaient la chance d'en avoir un n'étaient pas peu fiers de chevaucher une pareille machine !

Gitane Testi
D'un continent l'autre, bien plus oriental, une autre machine qui était assez prisée en son temps et qui, aujourd'hui, a une belle cote sur le marché du cyclomoteur de collection, le Honda SS50. Son petit moteur quatre temps n'était pas nécessairement d'une fiabilité à toute épreuve mais au moins il permettait de s'exonérer de la corvée du mélange et pouvait donner la sensation de piloter une vraie moto. Il me semble que c'est la première que je vois à La Cassagne. Celle-ci était visiblement "dans son jus" d'origine et ce n'est pas plus mal bien qu'une restauration saurait lui rendre son lustre d'antan.

Honda SS50
On reste dans le domaine de la production japonaise et dans la même marque mais on quitte le monde du cyclomoteur pour celui du vélomoteur avec une 125 Twin. Elle était venue avec son pilote en spectatrice et était arrêtée un peu à l'écart. Ce n'est pas que je sois attiré par ces petites motos mais j'ai trouvé là l'occasion de faire une photo rigolote de par la présence inopinée et inattendue d'une pompe. Un arrêt à la pompe pour la Honda ?

Arrêt à la pompe
On revient aux choses sérieuses avec un document qui sera utile à celles et ceux qui se demandent aujourd'hui encore à quoi peut bien ressembler un moteur de Motobécane. Ces ignorant-e-s pourront là parfaire leur éducation et s'émerveiller de la beauté de la chose pour le même prix et par la même occasion.
Moteur de mob
Pour terminer, par pur sadisme, je vais maintenant publier une photo qui va en faire baver plus d'un parmi les gens de goût et les fins connaisseurs de ce que l'on pouvait faire de mieux dans le monde du cyclomoteur vélomoteur en terre d'Allemagne de l'ouest, en République Fédérale d'Allemagne. Ce modèle date de 1979. C'est un Kreidler Florett RS en assez bon état d'origine et, là encore, c'est la première que je vois à La Cassagne.

Kreidler 50 RS 1979

dimanche 20 août 2017

Le jour des Pétaroux

Affiche la Cassagne 2017

samedi 19 août 2017

Ombres et moutonnements

Les moutons de terre et de ciel

dimanche 13 août 2017

Sarlat, ville à touristes

Sarlat

samedi 5 août 2017

Fleur de soleil

Fleur des champs

samedi 29 juillet 2017

Y a d'l'électricité dans l'air

Pylône

vendredi 28 juillet 2017

Heureusement, ce n'était pas un lundi

Side-car Kawasaki

Lundi, je dois aller dépanner un ordinateur. La veille, je commence à chercher un disque dur sur lequel j'ai enregistré tout un tas d'utilitaires utiles. Habituellement, il est là, dans cette valise mais il ne s'y trouve pas. Ah ! Peut-être est-il plutôt là ? Non plus. Hum. Je regarde ici, je fouille les tas et les piles, je vide les étagères, rien. Je ne parviens pas à mettre la main sur ce disque dur et me débrouille autrement avec une clé USB.
Mais tout de même, ça m'ennuie d'avoir perdu ce disque. Je me souviens l'avoir utilisé chez un client récemment. Je l'appelle et lui demande si, par le plus grand des hasards, je ne l'aurais pas oublié chez lui. Il regarde et me dit qu'il ne voit rien qui puisse ressembler à ce que je cherche.
Pendant presque une semaine, j'ai cherché. J'ai même cherché dans la voiture, des fois que... Rien à faire et ça commençait bien à m'agacer un peu. Hier après-midi, j'ouvre la valise où je range habituellement ce disque dur pour prendre un câble. Et qu'est-ce que je trouve ? Le disque dur. Pourtant, j'ai regardé là plusieurs fois. C'est à n'y rien comprendre. D'accord, il était tout au fond, sous une grande quantité de câbles et d'adaptateurs divers mais tout de même ! Bon.

Demain matin, si vous êtes dans le coin et que vous n'avez rien de mieux à faire, avec Patrick François et Marc Balland, séance de dédicace du Palmier au Mag Presse de la place du Coderc à Périgueux !

Dédicace de Palmier

Affiche corrigée

mercredi 26 juillet 2017

Barrage de Tuilières

Construit entre 1905 et 1908 sur la Dordogne, le barrage de Tuilières est un barrage mobile. Ça ne signifie pas qu'il change de place mais qu'il est pourvu de vannes ou de portes coulissantes chargées de retenir ou, au contraire, de laisser passer l'eau. Ce barrage permet de conserver une certaine réserve d'eau qui alimente les génératrices de la centrale hydroélectrique "au fil de l'eau". Au lieu de créer une grande réserve d'eau et de se servir de la chute d'eau pour obtenir la force nécessaire à l'entraînement des turbines, c'est le courant presque naturel du fleuve qui est utilisé.
C'est l'ingénieur Albert-André Claveille, enfant de Mouleydier, qui est à l'origine de ce projet ambitieux qui a employé jusqu'à plus de neuf cents personnes sur la fin des travaux. On imagine aisément qu'en ce début de XXe siècle on en appelait plus à la force musculaire qu'au machinisme. Bâti en pierres taillées dans des conditions qui ne devaient pas être faciles, cette usine électrique est entrée en fonction dès 1909 et était chargée en priorité d'amener l'électricité à une fabrique de canons de la région d'Angoulême ainsi qu'à la Poudrerie de Bergerac lors de la première guerre mondiale. Aujourd'hui encore, le site produit ses megawatts tout comme les autres centrales hydroélectriques dispersés le long de la Dordogne ou de la Vézère.
Dès ses origines, on avait pensé à équiper le barrage d'une passe à poissons. Le saumon était un poisson très présent et très péché à tel point qu'il composait bien souvent le quotidien de la table des populations les plus modestes. Avant l'installation des barrages, les saumons et autres migrateurs remontaient jusqu'au Massif Central afin de regagner les frayères. Hélas, ces constructions ont fait que les poissons ne peuvent plus guère aller plus loin, aujourd'hui, qu'aux portes de Brive-la-Gaillarde pour la Vézère et jusqu'à bien avant la haute-Corrèze pour la Dordogne. A Tuilières, un ascenseur à poissons est entré en activité et permet aux saumons, aloses, lamproies et esturgeons de remonter la rivière. Un autre dispositif a été installé pour les anguilles qui, contrairement aux autres migrateurs, remontent dans leur jeunesse et redescendent une fois l'âge de raison atteint.
Enfin bon, l'association Migado sera plus à même de vous apporter toutes les précisions à propos de la migration des poissons. J'ai fait plusieurs photos du barrage de Tuilières dont celle que je vous propose aujourd'hui.

Barrage de Tuilières
ou

Barrage de Tuilières

lundi 24 juillet 2017

Un canal en Périgord

C'est un canal creusé entre 1838 et 1843 pour contourner les rapides de la Dordogne de Mauzac à Mouleydier. Une succession d'écluses est construite à Tuilières. Je ne connaissais pas ces lieux, je n'ai pas eu le temps de faire toutes les photos que j'aurais souhaité. J'y retournerai !

Ecluse de Tuilières

- page 2 de 27 -

Haut de page