samedi 28 septembre 2019

Ça n'en finira donc jamais ?

Angoulême, ses remparts, ses automobiles. Il faut évacuer la question, tenter de finir par vous lasser, vous en dégoûter à tout jamais. Ce n'est pas terminé, non. Il reste encore des images. C'est à Angoulême mais finalement, on parle peu de la ville dans cette succession de billets. Ça pourrait se passer à Lamotte-Beuvron ou à Auch que ça ne changerait pas grand chose. Ce qui m'intéresse, ce sont les automobiles anciennes qui étaient là.
Dans la cour de la mairie, une Buick d'avant la première guerre mondiale. C'est la réponse de la General Motors à Ford et sa Model T.

Buick Model 25
De chez les Américains aussi, une Chrysler Bluebird assez impressionnante avec son air bien agressif et ses sorties d'échappement menaçantes. Il me semble qu'en matière de sport mécanique, on semble penser qu'une apparence ou une couleur permettra de remporter la victoire. Il est possible que le bluff fonctionne aussi dans le domaine, qu'il y ait un aspect psychologique dans les épreuves motorisées. Est-ce qu'un engin rose bonbon aurait moins de chance de gagner qu'un autre rouge furieux ? J'en doute un peu. Il doit falloir intimider l'adversaire, l'impressionner, lui faire peur.

Chrysler Bluebird
Remarquez, cette petite Alvis n'a rien de très agressif. On l'imagine plutôt parcourant la campagne anglaise avec à ses commandes un gentleman en costume de tweed, une casquette posée au sommet du crâne. Peut-être n'était-elle pas à Angoulême pour remporter une compétition mais plutôt pour s'amuser et se dégourdir les bielles.

Alvis
Cette autre anglaise, une Riley cette fois, laisse penser qu'elle est là pour faire parler la poudre. Les échappements jouent un grand rôle dans cette guerre psychologique. J'ai toujours aimé les voitures ou camions qui ont un essieu avant poussé loin devant le radiateur. Pour moi, il n'y a rien de plus beau et, en conséquence, rien de plus laid qu'un porte-à-faux avant.

Riley six cylindres
Pour terminer, je ne vous raconterai pas ce que c'est, je l'ignore, je ne l'ai pas noté. J'ai juste été amusé par cette inscription inspirée par les tags. La voiture de Mickey ?

Austin Seven ?

vendredi 20 septembre 2019

Belge, anglaises et boules de gomme

J'ai le cerveau qui fait de la colle. Ça vous amusera peut-être de l'apprendre. Moi, ça me fait rire très modérément. Je vous explique. J'ai fait des photos d'automobiles à Angoulême. Si vous suivez un peu ce blog, vous aurez compris ça. Bon. Je fais des photos et je fais confiance à ma cervelle défaillante pour retenir les marques des autos. Et alors, des fois ça marche et des fois, non. Je regarde une image et je ne suis pas foutu de me souvenir de la marque de la voiture représentée là. C'est désolant, c'est bouleversant, c'est embêtant.
Là, par exemple, bon, c'est une FN Sport avec sa belle carrosserie en alu bouchonné. C'est d'autant moins difficile de le savoir que c'est écrit dessus. Après, ça a des limites. Ne me demandez pas le type exact et l'année de production. Je n'ai pas un savoir encyclopédique. Il y en a, vous leur faites voir un malheureux écrou et ils vous disent tout du véhicule, son histoire, sa vie, son kilométrage et la liste de ses propriétaires, la date des vidanges et de changement de bougies. Tout. C'est fascinant. Ainsi, j'en connais un qui sait tout à propos de tout mais d'une façon très ciblée. Très très ciblée, la façon, je veux dire. C'est époustouflant. Ça ne concerne pas l'automobile mais il n'y a pas que l'automobile dans la vie. Son truc, à lui, c'est le batteur à œufs modèle C302 F. Il connaît par cœur la liste des pièces le composant, les spécificités du modèle 1956, le nom des ouvriers de la chaîne de montage année par année. Il est incollable sur le sujet. Et moi, je ne suis pas foutu de me souvenir de la simple marque d'une bagnole. Il n'y a pas à tortiller, mon cerveau n'est pas en bon état.

FN sport
Pourtant, des fois ce n'est pas si simple. Sur la photo suivante, on voit une Alvis avec une belle carrosserie en aluminium elle aussi. Ce n'est pas pour me vanter mais je suis prêt à parier que tout le monde n'aurait pas été capable d'identifier la marque. Déjà, bon, il faudrait connaître cette marque. C'est moins connu que du Renault ou du Peugeot. C'est anglais et nous autres Français ne connaissons pas si bien les automobiles produites en Grande-Bretagne. On identifie bien les Land Rover, les Range Rover, les Mini, la Triumph Spitfire, peut-être les Rolls-Royce et l'Aston Martin de James Bond mais pour le reste, c'est vite plus compliqué. Et pour les utilitaires, je n'en parle même pas ! Faut dire que dans le domaine les Anglais ont fait fort. Ah ça, ils ont osé tenter des carrosseries spéciales. Les Scammel, les Bedford, les Atkinson, les Leyland, les AEC ! Quelle gueule ils avaient !

Alvis
Anglaise aussi la Riley qui suit. Deux images de la même automobile dont une qui prouve qu'elle est capable de rouler. Là, c'est pareil, l'identification est rendue simple par la présence du logo sur le radiateur. C'est écrit "Riley" alors je suppose que c'en est une. De la même manière, on se serait amusé à mettre l'étoile Mercedes que je jugerais que c'en est une. Je me tromperais mais je resterais arcbouté sur ma position, affirmant avec morgue et dédain que l'étoile, c'est Mercedes. Je me rendrais ridicule une fois de plus et j'en concevrais beaucoup de peine et de colère rentrée. Cependant, là je suis presque sûr de mon coup, c'est bien une Riley.

Riley
Riley qui roule
Et donc, il reste cette dernière automobile sur laquelle je butte. Je pense qu'il s'agit d'une anglaise sans certitude formelle. Si c'est bien une anglaise, ce n'est ni une Jaguar ni une Bentley, pas plus une MG qu'une Morgan. Je vais prendre le risque de proposer une marque. Il est possible que ce soit une Alvis. Je compte sur vous pour apporter plus de précisions.

Qui me dira ce que c'est ?


Cette dernière automobile est donc une mystérieuse Len Kin 1938 Grand Prix. J'ai effectué des recherches sur Internet sans rien trouver de bien précis à son sujet. Pièce unique ? Pas impossible. Sur quelle base ? Quelle motorisation ? Je ne le sais pas.

jeudi 14 mars 2019

Salon Périgueux Classic Auto - blast septième

Une petite sélection d'anglaises automobiles pour apporter notre soutien au peuple d'outre-Manche en ces heures de Brexit quelque peu compliqué. Pour commencer, majestueuse et luxueuse, une Bentley Mark VI. A ses débuts, Jean Daninos se créa sa voiture personnelle sur une même base. Ce fut la "Cresta II" et cela indique qu'il y aurait eu une "Cresta I". Ce fut le cas mais Daninos ne l'a pas dessinée. La "Cresta II" est en quelque sorte le prémice de la lignée des Facel-Vega.

Bentley Mark VI
Automobile de luxe aussi, mais les Anglais ont su faire ça, une Bristol 403 motorisée par un six cylindres BMW. SI l'on souhaitait vraiment trouver un rapport entre Bristol et Facel-Vega, on userait de tout son capital disponible de mauvaise foi et l'on expliquerait doctement que Bristol comme Facel-Vega utilisèrent des moteurs à 8 cylindres en V d'origine Chrysler. On ne le fera pas.
Bristol
Beaucoup plus populaire quoiqu'équipée pour les beaux jours ensoleillés avec son toit couvrant, une petite Morris Minor dont je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est qu'elle est assez jolie et agréable.

Morris Minor
Déjà vue à Marsac-sur-l'Isle, une Riley dont je ne parviens pas à me souvenir le type exact. Si vous avec le temps et le courage nécessaires, vous pourrez faire une recherche sur Internet pour nous renseigner.

Riley
Pour terminer, une belle Sunbeam-Talbot 90. Talbot qui a été une marque connue en France pour ses automobiles de grand luxe est tombée dans l'oubli quasi généralisé avant d'être ressortie par SIMCA qui a utilisé le nom pour désigner les 1100, 1510, Horizon, Solara et autres Tagora… Triste destin.

Sunbeam Talbot 90

samedi 8 septembre 2018

Un peu de tout en différé des Vintage Days

En observant les photos faites lors de ces Vintage Days périgourdines, je ne peux pas m'empêcher de m'émerveiller face à la diversité de l'automobile. Elle peut être petite ou grande, sportive ou pépère, familiale ou exclusive, jaune ou rouge ou bleue ou verte, sérieuse ou amusante. Je suis bien incapable d'imaginer le nombre de modèles différents créés depuis les origines de l'automobile à travers le monde mais j'ai tout de même le sentiment qu'ils sont nombreux et diversifiés.
En fonction des époques et des modes, on peut noter des caractéristiques permettant de dater avec plus ou moins d'exactitude le véhicule présent. Par exemple, parmi les plus anciennes, nous avons cette automobile Unic que l'on peut supposer des années 20.

Unic
Sans doute un peu plus récente, cette De Soto est probablement des années 30. Dans le fond, peu de différences. Une ligne de caisse légèrement plus basse, plus d'arrondis, de galbes. Les éléments de carrosserie sont dessinés avec plus de souci dans l'harmonie des lignes. Sur l'Unic, le capot semble s'attacher à être au plus près du moteur quand, sur la De Soto, on cherche à créer une ligne. A mon avis, que ce soit dans l'automobile ou la motocyclette, c'est dans ces années 30 que les véhicules commencent à chercher à avoir un style, à être réellement dessinées.

De Soto
Dans ces années là, ces années d'entre deux guerres, malgré la crise économique, on produit des automobiles luxueuses ou sportives qui ne sont pas à destination du peuple. Il me semble que l'idée du roadster anglais naît dans ces années 30. On sait les Anglais friands de tradition. La Riley ici présente est un mélange de classicisme et d'une certaine modernité. La voiture est basse mais la calandre et les gros phares font anciens. Aussi, il est difficile de dire si elle date d'avant ou d'après ces années trente.

Riley
Des années trente, la ligne de la Traction Avant. Avec quelques modifications, elle sera présente dans les concessions Citroën jusqu'au milieu des années 50. Certes, elle fera figure d'antiquité à la sortie de la DS mais il faut reconnaître qu'elle devait être le comble du modernisme au début des années trente.

Traction Avant très décorée
Quasi contemporaines à la Traction, les Peugeot de l'époque de la ligne fuseau, d'abord avec la 402, étaient représentées par une 202. Celle-ci semble vouloir saluer la libération avec ses drapeaux français et américain.

Amitié franco-américaine en 202 Peugeot

Dans l'après-guerre, certains constructeurs poursuivent ou reprennent la production des modèles d'avant 1939 tout en réfléchissant à la suite. Chez Panhard, on ne fait plus les automobiles de grand luxe d'avant le conflit mondial. Le nouveau modèle sera plus petit, le moteur sera un bicylindre à plat, ce sera la Dyna X. On notera que le dessinateur de cette automobile ne sera pas allé vers la simplicité et la sobriété des lignes. Est-elle belle ? Est-elle laide ? Les avis sont partagés. Aujourd'hui, c'est assurément une curiosité.

Dyna Panhard
Jolie ou moche, on peut aussi se le demander en voyant cette petite Austin-Healey Sprite. Au moins, a-t-elle une allure comique avec ses gros phares qui lui valurent le surnom de "frogeye". C'est une petite automobile sportive, de construction assez rustique et légère. Dans l'absolu, elle ne bénéficie pas d'une puissance folle mais elle sait utiliser les chevaux en présence avec efficacité.

Austin-Healey Frogeye
Si l'on veut plus de puissance, dans la même marque on peut choisir une automobile qui respecte à peu près les mêmes codes mais avec un moteur et un niveau de finition bien supérieurs. Ça reste une automobile sportive "à l'anglaise" avec ce qu'il faut de conservatisme "à l'anglaise". Tout de même, ça s'embourgeoise bien.

Austin-Healey mkII
Et du côté des Français ? Ah ! Lorsqu'un constructeur important décide de s'intéresser à l'automobile "sportive", elle sort un cabriolet sur une base de berline. Enfin… au moins pour l'appellation commerciale. Parce que, disons-le, entre la 504 cabriolet ou coupé et les 504 berline, break ou plateau, il n'y a qu'une vague ressemblance. Née sous le crayon du carrossier italien Pininfarina, elle est plutôt agréable à l'œil.

Peugeot 504 cabriolet

vendredi 17 juin 2016

Lorsque les Anglais savaient faire des automobiles

J'ai été prévenu par mon frère qui les a vues hier soir. Ce matin, je vais voir si elles sont toujours présentes. Elles sont bien là, trois automobiles anglaises venues par la route pour visiter le beau pays de France. Tout naturellement, elles passent par le Périgord. Trois automobiles anglaises, donc, une Rover, une Riley et une Lagonda. La première des trois marques est sans doute celle que vous connaissez le mieux. La Lagonda, vous la connaissez peut-être grâce aux Aston Martin qui ont repris le nom pour quelques modèles. Quant à Riley, c'est déjà plus confidentiel. Rattachée à Rover, la marque Riley a disparu avec Rover en 2005.
Je ne connais pas vraiment ces automobiles et ne vais donc pas vous en apprendre beaucoup. Celle qui me semble la plus intéressante est la Lagonda mais les autres ne déméritent pas. Place aux images.

Rover 14

Rover 14

Riley

Beaux payes

Riley et Lagonda

Lagonda_1

Haut de page