Faut pas qu'on raconte des carabistouilles au peuple de France. L'heure est gravissime, on ne va plus avoir de carburant et on ne va plus pouvoir se déplacer. Le pays va s'arrêter de fonctionner, le PIB va chuter, l'économie va s'arrêter, Bruno Lemaire va se sentir mal, il va défaillir, se morfondre, se lamenter, crier et pleurer, menacer et causer dans le poste. On peut même se demander si ce n'est pas le pire à venir.
Il n'empêche. Si on réfléchit un peu…
Il y a la question écologique et du réchauffement climatique. On le sait, l'un des principaux gaz à effet de serre est le CO2 aussi appelé dioxyde de carbone ou gaz carbonique ou encore anhydride carbonique. Et d'où c'est qu'il vient, ce CO2 ? Hum ? Je vous demande. Et bien, le CO2, il vient de ce que l'on brûle des énergies fossiles qui sont des "pièges à carbone". C'est pour ça qu'on parle de décarboner les activités humaines. Pour libérer ce carbone piégé, on peut brûler du gaz, du charbon ou du pétrole mais aussi du bois ou, plus généralement, un peu tout ce qui brûle. Quand vous craquez une allumette, vous faites du mal à la planète. Faut le savoir pour pas mourir idiot.
Si l'on s'en tient aux actions qu'il nous faudrait entreprendre pour le bien de notre planète, il faudrait déjà arrêter de produire du CO2. Donc, il faudrait que nous cessions de brûler tout ce qui passe à portée de main, à commencer par les cierges, les chandelles (que certains brûlent par les deux bouts) et, bien sûr, le pétrole et tous ses dérivés comme le gasoil, l'essence sans plomb, le GPL, le mazout, le fuel lourd, le kérozène, l'essence à briquet. Bien que je puisse m'avancer un peu ne maîtrisant pas le sujet, il me semble que les ceux qui se chauffent ou se déplacent grâce au charbon ne sont plus légion. On évitera donc de trop les blâmer ici.
À moins d'être un climatosceptique acharné, on ne peut plus aujourd'hui nier les conclusions données par les rapports successifs du GIEC qui est, mais vous le savez très bien, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Depuis le président Chirac qui disait "notre maison brûle" jusqu'au président Macron qui raconte que le climat est l'une de ses principales préoccupations, en notre beau pays, on a une conscience très aiguisée de la problématique et on s'engage à tout mettre en œuvre pour que la vie soit encore possible, dès demain, dans un monde en péril. Moi, je dis qu'on a bien de la chance d'avoir des politiques comme Pannier-Runacher qui sont là pour nous inviter à économiser sur le chauffage et à modérer la vitesse sur routes ouvertes (ça ne concerne pas les courses motorisées) pour le bien de tous.

Et c'est là que je ne comprends pas. Je suis peut-être idiot mais quand même. Si l'écologie est réellement une priorité, on devrait se réjouir du blocage des raffineries et profiter de l'aubaine offerte pour prendre la seule décision qui vaille réellement : arrêter la vente et la distribution de carburants pétroliers. Point.
Plus d'essence, plus de gasoil, plus rien. Les Français se débrouilleront bien pour les déplacements réellement nécessaires. On me racontera que oui mais et pour l'approvisionnement des commerces nécessaires ? Et pour le déplacement de celles et ceux qui doivent se déplacer, aller au domicile de personnes, distribuer du courrier, aller éteindre des incendies, effectuer des soins à domicile ? Comment c'est-i qu'on va faire ? Les pieds ? Le vélocipède ? La traction animale ? Le deltaplane ? Et pourquoi pas d'abord ? Et il reste les transports ferroviaires, aussi. Alors, oui, je sais, le train ne passe pas partout. C'est un souci. Il va y avoir des malheureux, des drames aussi, mais on ne fait pas de révolution écologique sans casser d'œufs.
Face aux jérémiades incessantes des pisse-froid et des réactionnaires, il est nécessaire de voir les opportunités qui s'offrent à nous, les nouvelles voies qui s'ouvrent. Nous allons voir les commerces de proximité refleurir dans les bourgs et les campagnes, nous allons assister à l'éclosion de systèmes d'entraide partout sur le territoire. Les plus vaillants mettront leurs mollets au service de la collectivité, les clubs cyclistes serviront enfin à la société, les haras nationaux seront de nouveau utiles et choyés, les charrons refabriqueront les chariots et charrettes qui seront tirés par de beaux gros bœufs que nos éleveurs élèveront et castreront pour le bien public. Les routes cesseront d'être couvertes de ce sale revêtement bitumeux et retrouveront leur charme d'antan. Les diligences, en complément des trains, permettront toujours les liens entre populations éloignées de quelques lieues, les relais de poste rouvriront et ce sera la bonheur retrouvé.
Mes amies, mes amis, je vous le dis et je vous conjure de m'écouter, les grévistes sont ceux par qui les jours heureux adviendront prochainement dans pas longtemps. Grâce à eux et à leur corps défendant, sans qu'ils en aient bien conscience, nous allons pouvoir respirer à pleins poumons un air purifié et vivifiant. Je suis intimement persuadé que la chance qui nous est aujourd'hui offerte de décarboner réellement et durablement notre économie est une chance qu'il nous faut saisir. Cette économie du carbone n'aura au fond fait que causer plus de problème qu'elle n'aura proposé de solutions durables. Il va falloir se remonter les manches et prendre notre avenir en mains. Il va y avoir besoin de marcheurs et c'est là qu'apparaît la vision de ce président trop souvent raillé. Nous allons enfin prendre conscience de son génie auquel il croit depuis si longtemps contre vents et marées. Nous allons être dans l'obligation de nous rendre à l'évidence. Oui ! Emmanuel Macron est un génie ! Je le clame aujourd'hui. Je fais mon mea culpa. Je me suis trompé sur son compte. Moi qui le pensais crétin, idiot, malfaisant, stupide, nocif, prétentieux, dédaigneux, arrogant, je le considère aujourd'hui tel un bienfaiteur, un guide, un phare guidant l'humanité dans son ensemble vers des jours les meilleurs qui soient. Gloire à Emmanuel Macron !