Ce que l'on nous dit aujourd'hui de nous, c'est que notre espèce aurait dans les 300000 ans ( homme de Djebel Irhoud, aujourd'hui au Maroc ). L'homme de Cro-Magnon, lui, est beaucoup plus proche de nous avec ses 28000 ans. A priori, de ce que j'en ai compris, il n'y a pas grand chose qui nous distingue de cet ancêtre. Il me semble donc permis de penser qu'il n'y a pas de raison pour que nous puissions nous croire très différents des hommes et femmes de l'époque de Robert II le Pieux, il y a mille ans.
Et c'est là que le journal Sud-Ouest, relayant un papier de "Ça m'intéresse" jette un pavé dans la mare en nous apprenant ce que notre espèce sera dans 1000 ans. Nous ne serons pas là pour le voir mais je suppose que nous pouvons faire confiance à ce qui est écrit. Selon ces articles, à cause de l'utilisation du téléphone portable, nous allons être profondément modifiés. Et moi, je dis que ça fait du bien d'approfondir son savoir en lisant des choses pareilles. Même si ça fait un peu peur, tout de même, pour dire la vérité. Une entreprise sérieuse et au-dessus de tout soupçon a planché sur cette question éminemment importante de savoir à quoi donc que l'être humain il ressemblera dans 1000 ans et ça fout la trouille. Je vous mets une image avec des légendes en langue anglaise.


Ces recherches scientifiques de haut vol ont conduit à la modélisation d'un être humain de 3022 et, ne me demandez pas pourquoi, c'est une femme, Mindy, qui est sortie de la boîte à réfléchir. Un cerveau rétréci, un cou massif, un dos courbé, des doigts crochus et un coude plié à 90°. Pouah ! Qu'elle est laide ! On ne veut pas devenir comme ça, quelle horreur ! Cessons d'utiliser nos smartphones et autres ordinateurs portables. Disons le tout net, c'est de la connerie monumentale. Lorsque j'ai découvert ce "papier" de merde, publié dans une rubrique « science et technologie », j'ai rigolé. Si jamais j'avais eu à écrire quelque chose à propos de cette prétendue étude, je l'aurais sans doute fait sur le ton de l'ironie, de la moquerie, de la dénonciation de la connerie en action.
Le problème, c'est que même si ça m'a amusé de lire ces conneries, ces mensonges, ces absurdités, ça m'a aussi beaucoup agacé. Je ne me fais plus aucune illusion sur le fait qu'un journal tel que Sud-Ouest ne cherche plus depuis longtemps à viser la qualité de l'information mais là, tout de même, ils y vont fort. Il faut reconnaître à la décharge du journal que l'article n'est qu'une resucée de celui de Ça m'intéresse qui n'est lui-même qu'une resucée de celui du Daily Mail.

Les cons, ça ose tout

Prétendre que d'ici 1000 ans nous utiliserons toujours les smartphones, et même à une échéance de dix ans, c'est osé. Prétendre que l'usage de ce smartphone va aussi radicalement modifier notre anatomie qu'il conduira à la soudure des os du coude, c'est du grand art. Supposer que, à cause des écrans une nouvelle paupière va faire son apparition pour protéger la rétine de la lumière bleue, c'est d'une part oublier que le ciel est globalement plutôt bleu depuis, disons, un certain temps et que, me semble-t-il, l'évolution ne se fait pas exactement de cette manière. Ce n'est pas parce que l'homme a un jour découvert qu'il était bien d'utiliser une cuillère pour manger son potage qu'une cuillère est apparu au bout de la main. Ce n'est pas parce que nous tenons quelque chose dans la main que nos doigts deviennent crochus pour tenir des objets. Je suppose que l'Homme comme toute la lignée qui l'a précédé depuis que la main est apparue, s'est servi de cet outil pour tenir des choses. Une branche par ci, un caillou par là, une banane ou un navet… La main n'a pas attendu l'apparition du smartphone pour devenir utile et être utilisée. Faut pas forcément prendre nos ancêtres pour des cons finis.
Pour Sud-Ouest, cette histoire est une opportunité de remplir ses pages avec de la matière qui ne coûte rien ou pas grand chose. Je peux comprendre la logique économique. Il doit y avoir quelqu'un ou quelqu'une au sein de la rédaction qui passe son temps sur twitter à l'affût de nouvelles sensationnelles susceptibles de faire le buzz et qui, en quelques minutes, pond un papier (de merde) pour pas cher.
D'accord, hier, à la date de parution de la chose, nous étions un jour férié. Le grouillot de service se devait de nourrir les pages du journal et il n'avait pas trop le cœur à ça. Le problème, c'est que récemment, sur France Inter, j'entendais une autre information scientifique à mon avis un poil plus intéressante qui causait de la possibilité de refaire marcher des paraplégiques. Ça n'aurait sans doute pas coûté des masses de pognons de faire un papier sur cette information qui, en plus, aurait eu le mérite de ne pas être de la merde en barre. Après, d'accord, on peut préférer la désinformation à l'information. C'est un choix, une ligne rédactionnelle comme une autre.


Je vous donne un lien pour la copie d'écran de l'article de Sud-Ouest (au cas où celui-ci ne serait plus accessible un jour prochain). Et surtout, n'oubliez pas de jeter votre portable le plus vite possible, avant qu'il soit trop tard !