Mot-clé - cyclomoteur

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 3 novembre 2018

On va pas tourner autour du pot

Mobilité

samedi 22 septembre 2018

SMOL is beautiful

Roulez vite, roulez bon

mercredi 22 août 2018

La Cassagne saison 5

Jacques et Henri Boudet, Gilles et Denis Portal et Marcel Seurat créent en 1973 la société B.P.S.. En 1982, la marque disparaît. Bien connue et forte d'une solide réputation dans le monde de l'enduro, la marque aveyronnaise a produit des petites machines à moteur Minarelli qui faisait des envieux chez les jeunes des années 70-80. La loi scélérate qui interdisait les cyclomoteurs à vitesses sur les routes françaises brisait les rêves de ces jeunes. Du jour au lendemain, les Flandria, Testi, Kreidler et autres cyclos à vitesses devaient être requalifiés en vélomoteurs pour pouvoir encore circuler. Bien sûr, il fallait que le pilote soit titulaire d'un permis de conduire adéquat. Combien sont-ils ces cyclos à avoir été détruits faute de pouvoir être utilisés ? L'exemplaire de cette belle B.P.S. présent à la Cassagne faisait plaisir à voir.

BPS
En ces années de basculement dans une nouvelle décennie, celle des années 80, de la série "Dallas", des mauvais films français et de la mode vestimentaire à chier, on commence à proposer aux jeunes des petites motos qui ressemblent à des grandes. Ce n'est pas toujours très heureux, ce n'est pas souvent convainquant. Chez Honda, on crée la MB 8 pour répondre à la nouvelle législation française. Cette petite moto est basée sur la MB 5 que l'on pouvait voir à la Cassagne. Il me semble bien que c'est la première que je voyais là. Alors, certes, ça n'a pas été une révélation. Ce n'est pas une machine qui me passionne particulièrement mais, du fait de la relative rareté de la machine, j'ai considéré qu'elle méritait que je la prenne en photo.

honda MB5

Une machine qui n'aura pas fait la randonnée, c'est ce trois roues sur base Motobécane. Alors, d'abord, l'engin n'est certainement pas homologué et c'est déjà en soi une raison pour qu'il ne se promène pas sur route ouverte. La réalisation est tout à fait satisfaisante et de bonne facture. Maintenant, qu'est-ce que ça vaut en terme de performances et de comportement routier ? Le mystère reste entier. Il n'empêche que ce véhicule semble retenir l'attention des deux jeunes qui se voient sans doute déjà écumer les petites routes alentours pour rejouer un "Easy Rider" campagnard ou un "Mad Max" agricole, au choix.

trike artisanal
Parce que je ne m'en lasse décidément pas, revoilà la Motobécane la plus intéressante du plateau. J'aime à peu près tout sur cette machine. La question que l'on peut se poser est de savoir quelle peut être la vraie utilité d'un pareil engin. Est-ce que ça marche mieux qu'une Mobylette d'origine ? Est-ce que c'est plus confortable ? Est-ce que c'est plus utilitaire ? Sans doute pas. Pire, on peut avancer sans trop craindre de se tromper que tout cela ne sert strictement à rien sauf à se faire plaisir. Et le plaisir, n'est-ce pas le plus important ?

Motobécane plus belle qu'une Motobécane
Les constructeurs français ont eu du mal à comprendre cela et à accepter d'en tenir compte. En France, le cyclomoteur naît sous Vichy, en 1943. C'est dans l'immédiat après-guerre qu'il connaît son essor alors qu'il est question de motoriser les classes laborieuses au moindre coût. Populaire et rustique, le cyclomoteur avant tout une machine utilitaire simple d'utilisation et d'entretien. Trop radins, trop bêtes, les constructeurs français, Motobécane et Peugeot en tête, rechignent à moderniser leur production pour proposer des cyclomoteurs plus amusants, plus beaux, plus "jeunes". C'est dommage d'avoir raté ceci.

Tenaille motorisée
Celle-ci aussi nous l'avons déjà vue. Le secret n'a plus raison d'être, la mèche a été vendue, on sait que c'est une création du Prof Turbled qui fait les belles heures de ce blog. On applaudit encore une fois l'humour et la qualité de la réalisation !

secours aux victimes
A côté d'une "grosse" 125 Peugeot TA des années 50, une frêle Motobécane était en charge de procurer les premiers soins aux blessés. Ce petit poste hospitalier motorisé équipé des équipements les plus à la pointe — perfusion, scanner à circonvolution inverse, bistouri à plasma modulaire, et moteur à réduire les fractures — était piloté par une infirmière que je vous présenterai sans doute un autre jour…

lundi 20 août 2018

La Cassagne 2018

Cette année, le thème retenu pour cette grande fête de la Mobylette était "La Septième Compagnie". Je ne vais pas revenir sur cette série de trois films de Robert Lamoureux à l'humour bien franchouillard qui a fait rire la France des années 70. Il était donc demandé aux participants de cette fête organisée par "les Pétaroux à la Noix" de venir déguisés selon ce thème. Nous avions donc un étalage de militaires kakis casqués.
L'idée d'intégrer l'esprit militaire à cet événement pouvait faire tordre le nez à tout bon antimilitariste. Heureusement, l'humour permettait de faire passer la pilule. Ce même antimilitariste se réjouissait de ce que tous n'avaient pas souhaité s'associer au thème en choisissant des déguisements bien moins belliqueux. L'humour et le militaire n'ont jamais fait très bon ménage. Que peut-on faire d'autre que de ridiculiser les militaires pour faire rire avec la guerre ? Ceci dit, à la réflexion, il me semble bien que les militaires n'ont besoin de personne pour se ridiculiser.
Donc, du militaire, de l'humour… et de l'imagination. Si certains avaient choisi l'uniforme, d'autres tablaient sur l'accessoire guerrier. Ici nous avions la caisse de munitions, là le fusil accroché au cadre. Quelques participants ont eu l'idée d'ajouter une ou deux roues à leur cyclomoteur pour tracter des armes de destructions massives comme nous le montre cette photo :

Mobylette de guerre
Parfaitement dans le thème, cet engin venait de Corrèze. Bien évidemment, la machine guerrière est factice. L'ingénieux concepteur de la chose que j'ai pu rencontrer affirmait que tout était construit avec des éléments de récupération. Un vélo, quelques morceaux de tube, un bidon en plastique… L'ensemble faisait bien illusion.
Je le disais, tous n'ont pas souhaité jouer le jeu et sont venus avec leur cyclomoteur "de tous les jours" comme TAZ, venu du Lot voisin, avec sa Peugeot 103 de toute beauté. Malheureusement, la fidèle machine est tombée en panne au trentième kilomètre de la randonnée longue de quatre-vingts.
Quelques cyclomoteurs plus rares étaient présents à l'image de cette Cazenave girondine qui n'avaient rien de militaire.

Plus beau cyclomoteur
Cazenave

La fête était belle, le soleil était au rendez-vous, l'ambiance était à la bonne humeur généralisée mais on devait regretter la chute de trois cyclomoteurs survenue on ne sait comment. On supposera que nous avons là un exemple de ce que l'on appelle "l'effet domino". La première machine aura poussé la deuxième qui aura entraîné la troisième. On ne répétera jamais assez combien il est important de s'assurer de la bonne stabilité du cyclomoteur à l'arrêt. Il est vrai qu'il aurait sans doute été prudent de placer une planchette sous la béquille. Heureusement, nul blessé n'est à déplorer. Il ne semble pas que les machines aient été gravement endommagées.

Le drame
Déjà présente l'an dernier, cette Motobécane méritait bien d'être de nouveau photographiée. De toutes les machines présentes, il n'est pas impossible que ce soit celle qui me plaisait le plus.

Motobécane d'exception
Initialement strictement réservée aux cyclomoteurs d'avant 1980, la fête de la Cassagne s'ouvre chaque année un peu plus à d'autres formes de véhicules. Cette année, nous avions droit à des tracteurs anciens, à quelques camions, à des engins militaires, à quelques voitures américaines, à des automobiles plus ou moins "de collection". Parmi ces dernières, une Renault 8 S bien restaurée si ce n'est le crochet d'attelage qui, à mon avis, est en trop. Je me suis demandé si ce n'était pas là la voiture d'un participant qui aurait amené son cyclomoteur en remorque. Ce n'est pas impossible et, en ce cas, cela excuserait la petite faute de goût.

Renault 8 S

samedi 26 mai 2018

Ça marche pas à tous les coups

J'arrive à Saint-Julien-de-Lampon, et il n'y a pas grand chose à voir. La balade est déjà partie, les participants du rassemblement du Motobécane Club de France seront de retour vers 17 heures. Sur la place du village, une 51, une Mobyx et c'est tout. Ah non, pardon, j'avais mal vu. Un peu à l'écart, quelques personnes sont regroupées au chevet d'une D55 Motoconfort. Elle refuse de démarrer. Son propriétaire dépose la bougie, rien à signaler de ce côté. Alors, c'est la carburation. On dépose la cuve du carburateur et les avis et conseils se font entendre.

Les conseils et avis fusent
"C'est un gicleur", dit l'un ; "c'est le filtre", dit un autre. Le gicleur est soufflé à la bouche et remonté. On ouvre le robinet d'essence et on actionne les pédales. Le petit monocylindre pète ! Oui enfin… Pas longtemps et uniquement avec le starter. Si on lâche la tirette du starter le moteur s'étouffe et s'arrête. Il y a un souci au niveau de l'arrivée d'essence, c'est certain. Pas de problème, on démonte le carburateur de nouveau.

Vérification du carburateur
Le joint de la cuve ne résiste pas longtemps. Heureusement, il y a un tube de pâte à joint. Dans le fond de la cuve, il y a une couche de résidus de vieille essence. Ça doit venir de là. On gratte, on nettoie, on essuie, on remonte. Retour aux pédales. Le moteur démarre sur le starter. Aussi, il s'arrête dès que l'on le lâche. Le problème vient d'ailleurs. On reprend la clé et dépose une fois de plus le carburateur.

Remontage du carburateur
Quelqu'un préconise de remplacer ce carburateur Gurtner — qui, selon lui, ne vaut rien — par un Dell'Orto bien plus efficient. Ah mais c'est qu'à Saint-Julien-de-Lampon, ça ne sera pas simple à trouver sous le sabot d'un cheval ! Il est alors proposer de filer à Sarlat, la ville la plus proche, pour tenter d'en dénicher un. Hum.
Ah mais voilà une nouvelle piste. Un petit joint torique doit se trouver là, sur le tube d'émulsion. Il est tout foutu. Voilà. L'origine du problème est là, c'est certain. Un joint torique de cette taille, il n'y en a pas parmi les outils et petites pièces prévus. Par contre, il y a un rouleau de chatterton. Ça devrait faire l'affaire. On en découpe un bout et on l'enroule autour du tube d'émulsion. Remontage, pédales, pétage, étouffage, redémontage.
Cette fois, on ne sait plus trop. On propose des pistes plus ou moins farfelues et fantaisistes. La plupart sont écartées. L'essence arrive, la cuve se remplit bien ; l'allumage est bien réglé ; c'est juste que ça ne fonctionne (et pas très bien) qu'avec le starter. On baisse les bras, on rassemble les outils et on charge la D55 sur la remorque. Elle ne participera certainement pas à la balade du samedi et il est à craindre qu'elle ne sera pas plus en état pour la promenade du dimanche. Dommage.

Le moteur du D55

dimanche 17 septembre 2017

Vu aujourd'hui

Chevrolet Impala 1963

Autour de l'eau ?

jeudi 7 septembre 2017

Des populaires aux Vintage Days

Lorsque l'on est écœuré de trop de luxe tapageur, que les Jaguar ou autres Bentley vous sortent par les trous de nez, quoi de mieux que de diriger son regard vers les véhicules populaires ? Et il se trouve que de ces modestes véhicules, il y en avait aussi à Périgueux.
Après sa nationalisation, Renault se dirige vers l'automobile destinée aux masses laborieuses. On a un truc conçu pendant les années de guerre, un machin propulsé par un moteur à quatre cylindres placé à l'arrière. Parce que l'on ne manque pas d'imagination, à la RNUR, on l'appelle "4cv". Elle est produite jusqu'en 1961 sans grands changements.

Comme un canari

Renault 4cv

Le grand luxe en petit

On le constate sur la dernière image, le luxe (et même le grand luxe) n'est pas oublié chez Renault. Il s'agit là d'un luxe modeste. Point de cuir Connoly, de ronce de noyer, d'aluminium bouchonné mais quelques accessoires supplémentaires et un gain de quelques chevaux. De cette 4cv, on cherche à concevoir un nouveau modèle. Ce sera la Dauphine.

Renault Dauphine

Le plein de phares

Sur la deuxième image, on est épaté par le nombre de dispositifs d'éclairage en présence. Je me suis renseigné auprès de son propriétaire qui m'a appris qu'il avait réalisé lui-même (et en tôle s'il vous plaît !) ce capot qui donne un aspect bien sportif à cette modeste Dauphine.

Motoconfort et Motobécane sont au rendez-vous pour illustrer la mobilité mécanique du petit peuple, de la France d'en-bas, du gagne-petit, du laborieux.

Motoconfort et Motobécane pour une équipée sauvage

Il n'en reste pas moins vrai que l'on n'a pas besoin d'engin d'exception pour afficher un grand sourire et tutoyer le bonheur simple. La preuve ces deux jeunes gens chevauchant un GT10 et un TSA Peugeot, deux sympathiques cyclomoteurs que l'on prend plaisir à revoir.

Petites Peugeot

mercredi 23 août 2017

Des Pétaroux et des hommes

Que serait un Pétaroux sans son preux chevalier, sans sa gente dame ? Un être inanimé, une mécanique inerte, un véhicule sans grand destin. Avant que ne sonne l'heure du départ de la Randonnée à la Noix, j'ai promené la lentille de mon objectif sur la foule pour saisir quelques portraits.

Préparatifs

Le gang des têtes de mort

Un teletubbies, m'a-t-on apprit

Rebelle

Prêt au départ

Feuque

Concentration

mardi 22 août 2017

Des Pétaroux mais pas que

Il y avait des tracteurs agricoles anciens à la Cassagne. Le plus intéressant de tous, parce que le plus ancien et le moins courant, était le Austin de la fin des années 20. Ce tracteur a été construit en France, à Liancourt dans l'Oise où Austin avait une usine. Je ne connais pas le modèle exact, je n'a pas pensé à noter l'information. Étaient présents également, un Société Française Vierzon 204, quelques Mc Cormick, un Allis-Chalmers porte outils un beau MAN, un Fordson et un intéressant Renault équipé d'un moteur Diesel Perkins.

Tracteur Austin des années 20
A l'écart des cyclomoteurs et de la foule étaient stationnées les motocyclettes. A l'ombre des noyers, je croise deux petites Yamaha sympathiques dans leur cadre bucolique.

Deux jolies petites Yamaha
En raison de l'accroissement du nombre d'inscriptions et, donc, de cyclomoteurs présents, les organisateurs de la fête ont, cette année, changé de lieu pour l'aire de stationnement des Pétaroux. Ils sont descendus dans le pré pour bénéficier de plus de place. Sur les deux images suivantes, prises en fin de journée, il manque déjà un bon nombre de machines. Les cyclomotoristes les plus éloignés commençaient déjà à charger les remorques et fourgons pour repartir chez eux.

Quelques uns des cyclomoteurs présents
Les cyclomoteurs sont en vedette


Autres choses

Ce blog pourrait arrêter de nuire gravement

Rien n'est éternel. Hier, j'ai appris que mon hébergeur allait abandonner de fournir le gestionnaire de bases de données PostgreSQL utilisé par le blog qui nuit (très) grave !. Cette interruption de service surviendra en octobre. Cela veut dire que si je ne trouve pas la bonne solution pour migrer la base de données vers MySQL, le blog mourra.
Hier, du coup, j'ai fait une sauvegarde complète du blog et de sa base de données. Cela représente tout de même pas loin de 1Go. Cela signifie que, grosso modo, rien ne sera perdu totalement. Ce blog a plus de dix ans et j'en suis toujours à me demander à quoi il peut bien servir. Il ne s'est pas trouvé de réel sujet et à part me permettre de montrer un peu des dessins et des photos, accessoirement à publier le feuilleton en bande-dessinée, on ne peut pas prétendre qu'il a un thème précis. Il est un peu à mon image, bordélique, brouillon, anarchique.
Périodiquement, je songe à tout arrêter. Un jour, il me semble que c'était un 1er janvier, j'ai décidé de rendre la publication journalière. Chaque jour, un petit quelque chose. Je ne sais pas pourquoi j'ai eu cette idée stupide et encore moins pourquoi je m'y suis tenu. Ce n'est pas une lourde charge, je peux me contenter de balancer un mauvais dessin ou une photo quelconque histoire de dire que j'ai mis quelque chose. Ça ne me prend généralement pas beaucoup de temps.
Mais là, il y a cette décision de l'hébergeur qui pourrait m'aider à trouver une bonne raison pour mettre un terme à cette petite aventure. Je me demande s'il faut laisser passer l'occasion.
Il y a la question de la poursuite de la publication du feuilleton de Liaan. Bon. Rien ne m'empêcherait de mettre sur pied un nouveau petit blog pour cela. Liaan pourrait aussi prendre sa liberté et créer son propre blog ou site pour publier ses planches. Je suis prêt à l'aider à mener à bien cette affaire.
Du reste, je pourrais aussi ouvrir un nouveau blog qui aurait une raison d'être plus claire. Je ne suis pas certain que la forme du blog soit la meilleure. Je devrais peut-être plutôt me diriger vers une galerie sur laquelle je pourrais montrer les dessins et les photos dans plusieurs rubriques biens classées et rangées. Il faut prendre le temps d'y réfléchir.
Et dans le même temps, je l'aime bien un peu, ce blog. Au fil des ans, une petite "communauté" informelle s'est créée. Certains sont arrivés, d'autres sont partis mais il y a un petit noyau de personnes à suivre le blog et, je l'espère, à y trouver une source à l'amusement, au dialogue, au sourire ou à la réflexion.

Du passé faire table rase

Un temps, j'ai espéré que ce blog aurait pu devenir un espace collaboratif dans lequel vous auriez tous pu être acteurs. Hormis Liaan et quelques autres comme Fifi, peu ont été celles et ceux à accepter de jouer le jeu. Et pourtant, je suis certain que nous avons tous des sujets de prédilection et des choses à dire et à montrer.
Un nouveau blog riche de plusieurs intervenants pourrait être une chouette idée à mettre en place. On pourrait imaginer partir sur un noyau de quelques personnes qui tiendraient rubrique sur le (les) sujet(s) de leur choix à date régulière. Honnêtement, ce ne serait pas forcément une lourde charge de travail pour chacun. Certains pourraient bien ne publier que tous les quinze jours ou même une fois par mois.
Il serait toutefois intéressant de définir une sorte de ligne éditoriale, un fil commun entre tous les sujets, même ténu. Je pense que si vous venez, si vous suivez ce blog, c'est qu'il existe un lien entre nous tous. J'ai du mal à comprendre quel il peut être mais il doit exister quelque part.
Ce que l'on peut analyser rapidement, c'est que les thèmes présents sur ce blog qui pourraient nous unir sont un intérêt pour l'humour, les véhicules anciens, la motocyclette, la photo et le dessin. Plus, peut-être, l'écriture. Ça m'étonnerait fort que parmi vous il n'y ait personne qui soit compétent dans un de ces thèmes.

Tout n'est pas si mauvais

L'un des projets que j'ai préféré sur ce blog a été le feuilleton collaboratif. Bon, on ne reviendra pas sur le fait qu'il s'est quasi saboté de lui-même et que la plupart des participants ont été découragés. Ça a été, à mon sens, un bon exemple de ce qu'aurait pu être un blog réalisé à plusieurs. Je sais que l'idée de construire (pour des prunes) ensemble tient de la douce utopie. Il y a toujours un moment où on est confronté à des problèmes de personnalité, à des conflits larvés, à des ego difficiles.
L'un des problèmes est lié à l'utilisation de l'outil informatique. J'ai plusieurs fois eu à faire face à des personnes qui auraient pu accepter de participer mais qui ne savaient pas poster une image ou écrire un texte. Evidemment, je pourrais être celui qui se chargerait de la mise en ligne et de la préparation des images ou autres mais l'idéal serait tout de même que chacun soit autonome. Ce n'est tout de même pas si difficile.

La fin des illusions

Aussi, après tout, peut-être que je m'illusionne un peu. Il n'est pas impossible que personne ne pleure ce blog s'il vient à disparaître. Aujourd'hui, les blogs ne sont plus vraiment à la mode. Ils paraissent bien difficiles à utiliser face aux réseaux sociaux. Je connais des personnes qui auraient sans doute plein de trucs très intéressants à raconter sur des sujets qu'ils maîtrisent bien mais qui préfèrent utiliser, par exemple, facebook plutôt que d'avoir à apprendre à se servir des outils d'un blog comme celui-ci. C'est compréhensible finalement.
Ce qu'il y a aussi, c'est qu'il faut avoir le désir et l'envie de partager et ça, ça ne se commande pas. Forcément, un blog tenu par une seule personne tend à virer à une forme d'égocentrisme. Je montre mes photos, mesdessins, mes goûts, mes centres d'intérêt. Et moi, ça me lasse un peu.
Enfin voilà. Je vous balance ça comme ça et vous en faites bien ce que vous voulez. Si vous avez quelques minutes pour réfléchir, pour proposer, pour dire, n'hésitez pas à laisser un commentaire, à m'envoyer un courrier électronique ou à m'entretenir de vive voix à l'occasion.

lundi 21 août 2017

La Cassagne, première salve de Pétaroux

Je suis rentré de la Cassagne avec près de quatre-cents images. Je ne vous les montrerai pas toutes parce que la plupart sont ratées ou sans intérêt mais il y en aura tout de même suffisamment pour parvenir à vous en lasser, rassurez-vous.
Belle édition que cette quatrième. Le soleil était de la partie et ce sont environ trois-cent quinze cyclomoteurs qui étaient inscrits pour la randonnée des Pétaroux à la Noix. La bonne ambiance était présente à tous les étages et je peux avancer sans trop craindre de contrefaire la réalité des faits que plusieurs milliers de personnes sont passées par ce beau petit village du Périgord Noir pour une raison ou pour une autre. L'attraction était bien entendu les cyclomoteurs exposés en priorité mais se tenait aussi un vide-greniers et une bourse d'échanges bien fréquentés tous les deux. La chaleur aidant à cela, la buvette ne désemplissait pas et le repas du midi accueillait plus de cinq-cents personnes qui semblaient apprécier la paëlla préparer par un traiteur de Terrasson-Lavilledieu. Quelques tracteurs agricoles étaient présents ainsi qu'un camion Citroën déjà vu en les lieux lors d'éditions précédentes. A noter la présence d'un journaliste de LVM qui couvrait l'événement et qui devrait prochainement relater les faits dans l'hebdomadaire bien connu des collectionneurs et amateurs de moto ancienne.

Comme on peut s'y attendre, les Motobécane et Peugeot représentaient le gros des effectifs avec toutes sortes de modèles de tous âges. Si certains de ces cyclomoteurs affichaient un strict état d'origine, restaurés ou pas, d'autres étaient parfois profondément modifiés, souvent avec bonheur, par leur propriétaire comme cette Motobécane EV à mon avis magnifique qui se donne des airs d'entretube avec son réservoir "maison" et sa fourche à parallélogramme d'origine Peugeot.

Motobécane revue et corrigée
Toujours Motobécane et toujours modifié, voilà une réplique de Stromboli, une préparation du tout début des années 60 que l'on doit à un concessionnaire de la marque et qui, à l'aide d'accessoires bien choisis, une belle gueule sportive à la bécane. Cette belle réalisation attirait les connaisseurs et même les plus jeunes d'entre eux.

La Stromboli attire aussi les plus jeunes
Habituée de la manifestation, la Gitane Testi splendide qui fait bien des envieux, moi en premier. La restauration et l'état est, je pense que l'on peut le dire, parfaite. Ces petits "pète feu" étaient parmi les plus luxueux qui existaient à l'époque et ceux qui avaient la chance d'en avoir un n'étaient pas peu fiers de chevaucher une pareille machine !

Gitane Testi
D'un continent l'autre, bien plus oriental, une autre machine qui était assez prisée en son temps et qui, aujourd'hui, a une belle cote sur le marché du cyclomoteur de collection, le Honda SS50. Son petit moteur quatre temps n'était pas nécessairement d'une fiabilité à toute épreuve mais au moins il permettait de s'exonérer de la corvée du mélange et pouvait donner la sensation de piloter une vraie moto. Il me semble que c'est la première que je vois à La Cassagne. Celle-ci était visiblement "dans son jus" d'origine et ce n'est pas plus mal bien qu'une restauration saurait lui rendre son lustre d'antan.

Honda SS50
On reste dans le domaine de la production japonaise et dans la même marque mais on quitte le monde du cyclomoteur pour celui du vélomoteur avec une 125 Twin. Elle était venue avec son pilote en spectatrice et était arrêtée un peu à l'écart. Ce n'est pas que je sois attiré par ces petites motos mais j'ai trouvé là l'occasion de faire une photo rigolote de par la présence inopinée et inattendue d'une pompe. Un arrêt à la pompe pour la Honda ?

Arrêt à la pompe
On revient aux choses sérieuses avec un document qui sera utile à celles et ceux qui se demandent aujourd'hui encore à quoi peut bien ressembler un moteur de Motobécane. Ces ignorant-e-s pourront là parfaire leur éducation et s'émerveiller de la beauté de la chose pour le même prix et par la même occasion.
Moteur de mob
Pour terminer, par pur sadisme, je vais maintenant publier une photo qui va en faire baver plus d'un parmi les gens de goût et les fins connaisseurs de ce que l'on pouvait faire de mieux dans le monde du cyclomoteur vélomoteur en terre d'Allemagne de l'ouest, en République Fédérale d'Allemagne. Ce modèle date de 1979. C'est un Kreidler Florett RS en assez bon état d'origine et, là encore, c'est la première que je vois à La Cassagne.

Kreidler 50 RS 1979

dimanche 20 août 2017

Le jour des Pétaroux

Affiche la Cassagne 2017

mercredi 21 septembre 2016

Des mobs en bord de route

Entraide entre mobyletteurs

mardi 30 août 2016

Un 103, deux 103, trois 103, quatre 103, cinq 103, six 103, sept 103 et huit 103 Peugeot

Est-ce que l'art sert à quelque chose ? Est-ce que l'art doit être utile ? Est-ce qu'une peinture, une sculpture, une poésie, doivent réellement avoir une fonction ? Et puis c'est quoi, l'art ? Faut-il s'arrêter à la peinture, la sculpture, l'architecture et ces formes d'arts "officiels" ? C'est pas simple, tout ça. Si l'on accepte que l'art ne doit pas obligatoirement avoir d'utilité, alors cet engin vu à la Cassagne lors de la fête des Pétaroux à la Noix est une œuvre d'art. Si l'art doit avoir été réalisé par une personne qui maîtrise sa technique, alors oui, il s'agit bien d'une œuvre d'art. Et peu importe que le tour à métaux ait remplacé le ciseau du sculpteur ou le pinceau du peintre. Il y a eu une vision, il y a eu un besoin viscéral de réaliser, il y a eu le désir de mener son projet au bout. Et c'est là, à mon avis, ce qui constitue l'essence même de l'artiste. Cette irrépressible envie de produire quelque chose qui ne sera ni un outil ni un objet utile ni quoi que ce soit qui ne se se suffira pas à elle-même.

8 moteurs de 103 Peugeot
Le déclic a été provoqué par la vision d'un engin pourvu de deux moteurs de cyclomoteur placés l'un derrière l'autre. Il a été question de faire mieux, de faire plus. Trois moteurs alignés ! Oui mais c'est que ça commençait à faire long. Le cerveau se met à bouillir et l'idée jaillit. Ce sera huit moteurs en V. Eh ouais ! Huit moteurs de 103 Peugeot en deux sous ensemble de quatre.

Une réalisation proche de la perfection
Le huit cylindres en V, ça fait tout de suite penser à l'Amérique. Là, c'est du pur franchouillard. Du moteur qui n'a rien de noble, du vulgaire moteur de cyclo, du deux temps commun, du moteur de traîne-cul de base. Et pour rester au plus proche de l'idée, on va faire en sorte qu'il reste le maximum de pièces d'origine. On conservera les pots d'échappement, on conservera la selle et le réservoir, les cylindres et les culasses. Tant que l'idée est dans la tête, c'est assez simple. Après, il faut passer à la réalisation et là, il faut avoir de solides connaissances en mécanique et en utilisation de machines-outils, en tour et en fraiseuse. Et une fois que le tout est conçu, réfléchi, il faut régler. Arrive le jour où l'on presse le bouton de démarrage et que les moteurs entre en action ! J'imagine la fierté de l'artiste lorsque son œuvre prend vie.

L'œuvre du diable ? Vraiment ?
"Mais au fond, ça sert à quoi ?" demandait une personne présente. C'était l'incompréhension totale. Cette personne n'avait visiblement pas conscience du fait que, justement, ce qui fait la beauté de l'œuvre c'est bien qu'il s'agit en quelque sorte d'un acte gratuit. Il est bien évidemment exclu de rouler légalement sur route avec cette machine. Il y a peu de chances pour qu'elle puisse recevoir une homologation. De toutes façons, la machine n'est pas prévue pour rouler longtemps. Elle n'est pas confortable, elle n'est pas facile à conduire. Non, c'est juste un délire d'artiste.

400cc d'art mécanique

jeudi 25 août 2016

Harley des champs

C'était à la Cassagne et ce n'était pas une mobylette. Cela ne m'a pas empêché de faire une photo, déjà parce que ça ne coûtait pas bien cher de faire une photo de plus. Il n'est pas tout à fait inconcevable que le propriétaire de cette moto américaine ait eu un cyclomoteur dans sa jeunesse. Alors, on supposera qu'arrivé à un âge avancé il ait désiré renouer avec le temps passé, celui de l'insouciance, des premières balades, des premiers baisers, des sorties entre copains.
Le temps a passé. Une vie professionnelle satisfaisante a permis l'achat d'une première moto, d'une seconde et puis, enfin, celle des rêves adolescents, la moto américaine, celle qui sent bon le barbecue texan, la country à chapeau, la Route 66, Easy Rider. Ça y est, on peut l'acheter, l'Harley ! Et comme on ne retrouve pas ce que l'on a perdu, on tente d'aller le retrouver en revenant du côté des Mobylettes. L'homme est un éternel insatisfait. Pouah !

Une Harley Davidson dans un champ

- page 1 de 2

Haut de page