mercredi 22 mars 2017

Encore Ulysse

Chut !

dimanche 8 janvier 2017

La place du chat

Au coin du feu

lundi 21 novembre 2016

Noir et blanc en noir et blanc

Poussière d'étoile

samedi 12 novembre 2016

Le sommeil du prédateur

Ulysse dort

samedi 20 août 2016

Sur un mur

Un chat sur un mur

mardi 16 août 2016

Chacun cherche son chat

Quand tique la science

dimanche 24 juillet 2016

Chat noir et blanc en noir et blanc

On ne réveille pas un chat qui dort

Un petit somme avant l'heure de la sieste

samedi 23 juillet 2016

Le fauve tel qu'en lui-même

Ulysse pourrait légitimement se prévaloir du titre du chat le moins éveillé du grand sud ouest. Surnommé "le tigre du Périgord" il règne en maître sur son territoire avec une bonhommie fainéante. Pour asseoir sa toute puissance il peut compter sur sa prestance à même de forcer le respect du plus téméraire. Grand et gros et gras, il n'a pas besoin de montrer sa force. Sa monstrueuse corpulence suffit amplement à dissuader les plus fous des jeunes chats fous qui viendraient à lui contester un moment son règne.

Le fauve se repose
Son agenda se limite à de larges plages consacrées à la sieste réparatrice ponctuées par les festins gargantuesques réclamés par le goinfre. La nuit, il dort comme tout un chacun. Soumis à la marche du temps commune à tous sur notre planète, on peut estimer qu'il est pleinement en éveil durant deux ou trois heures cumulées dans un nycthémère. Ulysse est un gros dormeur.
Lorsqu'il fait chaud comme ces jours derniers, sa principale occupation consiste à chercher un endroit agréable, ombragé, balayé par une mince brise rafraîchissante, et de dormir. Il a ses endroits dûment répertoriés. S'il pleut, s'il fait mauvais, il préfèrera dormir sur une chaise ou un lit à l'intérieur.

Grande fatigue, grandes dents
Pour l'heure, il dormait sur le toit d'une niche. Il en écrasait ferme. Je me suis tenu à bonne distance pour le photographier dans son inaction avec un objectif à longue focale. Il s'est réveillé, m'a jeté un regard hésitant entre la plus ferme réprobation, la colère et fatigue exaspérée. J'ai eu peur de l'avoir trop dérangé dans son sommeil et qu'il ne parvienne pas à se rendormir. Heureusement, il n'en a rien été.

Repos félin

samedi 28 novembre 2015

Diesel, chien d'infidèle

Déjà, que les choses soient claires, je préfère très nettement les chats aux chiens. Comme l'avait dit je ne sais plus qui, le premier point qui joue en faveur des chats, c'est qu'il n'existe pas de chat policier. Je n'aime pas beaucoup les policiers, je n'aime pas beaucoup les chiens. Je ne les hais pas non plus. Je me suis dit que Diesel, le chien du RAID était en quelque sorte un chien d'infidèle. Et alors, ma pauvre cervelle accompagnée de ma main débile ont fait le reste. Je n'en suis pas particulièrement fier. Quoique...

Chat pas de Geluck

mardi 15 septembre 2015

Ulysse, on lui fait croire qu'il va avoir à manger

ulysse_eveil.jpg

dimanche 6 septembre 2015

Iggy

Iggy

samedi 21 mars 2015

Iris, yeux, chat et autres choses

Une bonne grève, c'est toujours bon à prendre, d'autant plus si elle touche le groupe Radio France et, en particulier puisque c'est quasiment la seule radio que j'écoute, France Inter. J'aime les grèves de France Inter. C'est l'occasion d'entendre des musiques, des chansons, qui sont habituellement exclues de la programmation. Ainsi, lors d'une grande grève, dans les années 2000, j'avais eu l'occasion de découvrir l'intégrale de "Different trains" de Steve Reich. Si je ne me souviens plus de la date de l'événement, je me souviens qu'il faisait beau et que je rentrais du boulot en voiture. Malheureusement, mais c'est la vie, il n'y a pas que de bonnes musiques à écouter sur les ondes de France Inter durant ces grèves.

Ce matin, je retiens du Serge Gainsbourg avec une chanson extraite de l'album "Histoire de Melody Nelson". C'est toujours avec plaisir que j'écoute du Serge Gainsbourg. Je n'y pense pas assez. Alors, c'était bien agréable mais ça n'a pas duré. Peu de temps après, on a eu droit à la très énervante Vanessa Paradis et au très agaçant Benjamin Biolay pour une chanson inepte dont j'extraie ces paroles qui suffisent à dire combien c'est sot et néfaste : "La vie c'est comme un tractopelle, pas besoin de permis". Il fallait oser. Si j'ai bien compris, c'est le Benjamin Biolay (que tu sois bio, bio ou lay, fais ce qu'il te plaît, chantait Higelin) qui a commis ces paroles. Je connais mal le Biolay responsable de ça. Je pense savoir qu'il s'agit plus ou moins d'un "artiste" français, un chanteur de variété, sans doute auteur-compositeur et interprète. Il a une certaine renommée. Je ne connais pas suffisamment son œuvre pour en faire une critique sérieuse mais pour ce que j'en sais, je pense que l'on peut faire l'impasse et passer à tout autre chose. A Steve Reich, par exemple, qui, bien que nettement moins français n'est certainement pas dépourvu d'un certain talent. Evidemment, on reprochera peut-être à Steve Reich de ne pas faire dans la gaudriole et de ne point écrire de chanson pour la Vanessa Paradis éreintante. Ou on l'en félicitera, au choix.

La peur du vol de son image personnelle

MarvinJe connais un chat étonnant. Il a été nommé Marvin et je n'y suis pas totalement pour rien et je n'en suis pas qu'un peu fier d'avoir contribué à ce baptême, je vous prie de me croire. Ce n'est pas rien que de trouver le nom adéquat d'un animal de compagnie. Marvin, c'est en référence au petit robot, penchant au R2D2 de "Star Wars", de "H2G2" de Douglas Adams qui s'appelle, je vous le donne en mille, Marvin. Marvin est un robot très intelligent, bien trop intelligent, et très neurasthénique, à la limite de la dépression critique autant que chronique. Et il se trouve que Marvin le chat a un faux air de Marvin le robot. Je ne suis pas sûr qu'il soit si intelligent et si dépressif, toutefois. Marvin, donc, est un chat qui est arrivé tout jeune et tout affamé chez ma maman. Il est entré, il a mangé, il a accepté d'être caressé et il est resté. C'est pas con, un chat. Ça sait bien qu'une bonne maison où l'on vous nourrit, ça mérite bien quelques aménagements avec les humains.
MarvinCe chat n'est pas sauvage. Il n'hésite pas à venir se blottir dans vos bras, il se laisse caresser dans le sens du poil. Il fait tout très bien comme un chat domestique, un chat de compagnie. Ça le sait d'instinct, ce qu'il faut faire pour être accepté dans une maison d'accueil, un chat. Il faut faire mine d'être heureux d'être là, se laisser aller à quelques ronronnements qui flatte le "maître", ne pas trop mordre ou griffer la main qui s'approche, tout ça. Ils doivent se refiler le truc de génération en génération, depuis le temps qu'ils fréquentent le genre humain. Et Marvin, il a ces trucs et astuces dans sa besace. Il a tout compris et il sait le mettre en pratique. Sauf que, et là c'est étrange, il a une peur bleue, une détestation absolue, une sainte horreur, une haine compulsive, des appareils photo. Il n'éprouve aucune réticence à venir me voir, à grimper sur mes genoux, pourvu que je n'aie pas d'appareil photo en mains. Sitôt que je tente de le photographier, il s'enfuit. C'est pas étrange, ça ?
J'ai fait le test plusieurs fois et pas plus tard qu'hier. Dès qu'il voit cette grosse boîte noire avec cette protubérance quasi phallique pointée vers lui, il se casse. C'en est cocasse. Sauf que ça semble l'effrayer réellement. On ne dirait pas que c'est du chiqué ou pour se donner un genre. Il a vraiment peur. Hier, j'ai monté mon plus gros objectif à focale variable pour l'avoir par surprise. Il était loin dans le jardin et il devait se sentir suffisamment à distance de la machine infernale pour accepter de ne pas s'esbigner illico.
Ulysse, le gros chat que je vous ai déjà présenté ici en d'autre temps se fout complètement de l'appareil photo. Il n'a pas peur, il n'est ni joyeux ni agacé, il s'en fout. Remarquez, Ulysse, c'est le genre de gros chat à ne se préoccuper que de trouver un endroit où dormir et d'avoir de quoi manger à satiété. Le reste, je pense qu'il s'en fout. Avec les beaux jours qui vont finir par arriver, il va sortir de la maison et aller roupiller au soleil avant de rentrer pour manger. Ce n'est pas si difficile, une vie de chat. Ce ne doit pas être très passionnant, on n'a jamais entendu parler d'un chat qui aurait écrit ses mémoires, par exemple.

Iris

IrisLe printemps est là. L'équinoxe a vécu. Les fleurs dans les jardins ou sur les arbres, les bourgeons sur les branches, les jours qui s'allongent, il n'y a pas de doute possible. Devant chez moi, la glycine redouble d'efforts pour une nouvelle saison. Elle va se couvrir de feuilles, de fleurs, elle va lancer des branches en tous sens dans l'espoir de s'accrocher quelque part, un peu comme une moule sur son rocher. Dans le même temps, je me demande si la comparaison est pertinente.
Chez ma maman, ce sont les iris qui ont dégainé les premiers (ou presque). Je ne suis pas très sensible à la beauté supposée des fleurs. Je ne dis pas que ce n'est pas agréable de voir des fleurs, de voir des couleurs, tout ça. Je ne le dis pas mais je dis que je m'en fous un peu. Je ne suis pas très sensible à la beauté des choses. A la limite, je vais être impressionné par la force, la grandeur, la majesté d'un chêne multi-centenaire. Mais baste ! La sortie de l'hiver, c'est l'entrée dans le printemps et l'arrivée des fleurs. C'est ainsi qu'est faite la nature. Et reconnaissons-le au risque de passer pour un pleurnichard laissant couler des larmes de bonheur à la simple vue de fleurs colorées, il est plus intéressant (et aussi plus facile) de photographier une plante en fleurs qu'un embrouillamini de branches sèches vides de feuilles. Sacrifiant à la facilité, profitant de ce que j'avais l'appareil photo, j'ai fait une photo d'un iris en fleur. Voilà. Ça c'est fait.

De l'iris à l'œil

De parler d'iris, ça me fait penser à celui de l'œil. Et de parler de l'œil, ça me fait penser aux yeux et à la vision. Je me demande s'il ne va pas falloir que je prenne rendez-vous chez un spécialiste pour faire vérifier ma vue. J'ai comme l'impression, depuis quelques semaines, que la presbytie a gagné du terrain. Je m'en suis aperçu en dessinant. J'ai du mal à trop m'attarder sur les plus fins détails. C'est que j'ai le nez à une dizaine de centimètres du papier, quand je dessine, aussi. Pour lire, ça va. Même sans lunettes, en fait. C'est un peu l'avantage de ma pathologie, quelque part. Si l'on met de côté l'astigmatisme, j'ai un œil pour voir au loin et un pour voir de près. Pratique. Enfin sauf pour une bonne vision binoculaire, bien entendu.
Je passe du coq à l'âne. Quoi que. Ça se tient, finalement. J'ai parlé de France Inter, j'ai parlé des yeux, je parle des deux. Il s'en passe, des trucs, dans ma tête ! Avant la grève de Radio France, il y avait une pub qui m'agaçait prodigieusement. Je hais la pub mais celle-ci m'agaçait presque plus que les autres. Je mets à part la pub pour la Matmut qui tient le haut du classement au rang de la détestation suprême. Cette pub est celle pour une sorte de complémentaire santé. Elle met en scène deux personnes. Une dit à l'autre qu'elle a dû se faire faire de nouvelles lunettes et qu'elle en a eu pour deux-cents euros de sa poche. L'autre lui rétorque qu'avec la complémentaire, elle a eu ses lunettes pour rien. Pauvre conne ! Et ta complémentaire ? Tu ne l'as paies pas, peut-être ? Pour moi, c'est de la publicité mensongère parmi les plus haïssables dans la mesure où elle s'adresse à celles et ceux qui ont les moyens de se payer ce service et qui, non contents d'avoir du fric veulent en conserver toujours plus. J'ai l'agacement facile, je le sais. C'est l'une de mes principales qualités. Je dois faire des efforts considérables pour ne pas exploser à longueur de journée. C'est de l'agacement rentré. Si je ne me contrôlais pas, je ne ferais qu'exploser tout au long de la journée. Ce serait éreintant à force.
Mais revenons à nos affaires de durcissement du cristallin. C'est un processus lié à la déliquescence de la condition humaine liée à l'âge tout à fait normal et documenté. On vit trop vieux. Il faudrait savoir tirer sa révérence avant la décrépitude. J'en connais des plus vieux que moi qui sont atteints par la limite de l'âge. Leur cervelle fait de la colle à pneu, ils réfléchissent à reculons, les pauvres ! Je ne donnerai pas de nom pour ne pas froisser les concernés qui viennent ici lire mes textes, regarder mes dessins et photos. C'est déjà bien qu'à leur âge ils aient encore la présence d'esprit de le faire. C'est quasi inespéré, pour tout dire. Ils ont bien raison de tenter encore, malgré tout, de s'instruire auprès d'un phare de la pensée universelle tel que je le suis moi. Il faut se montrer magnanime avec les plus vieux, les plus mal foutus, les plus proches d'une fin prochaine et douloureuse et atroce.
Donc, j'en arrive à me demander si je n'aurais pas besoin de nouvelles lunettes pour y voir mieux. Si c'est pour y voir moins, ça ne sert à rien. Par exemple, je dessine moins, ces derniers temps. Je me demande si ça n'aurait pas un rapport de causalité. Je vais noter cela quelque part et je vais tenter de penser à prendre un rendez-vous chez mon ophtalmologue préféré.

Une grande surprise au début du mois d'avril prochain ?

Suspense ! Suspense ! Ah ! Ah ! Ah ! Qu'est-ce que c'est marrant de parler sans rien dire ! D'ici quelques semaines, je vous annoncerai un événement qui vaut son pesant de cacahuètes. Je ne vais rien dévoiler. Je ne connais pas avec certitude la date officielle de la survenue de la chose. Je vous tiendrai au courant et, éventuellement, émaillerai mes billets de quelques indices jusqu'au jour fatidique.

vendredi 13 mars 2015

Ulysse avec DxO

Juste histoire de voir si je parviens à tirer une meilleure image qu'hier avec un autre logiciel.

Ulysse

mercredi 10 décembre 2014

Chat fait rien

Juste un dessin que j'ai fait il y a quelques jours au cours de mes diverses recherches d'un personnage. Il n'a aucun intérêt, ce chat. Comme je ne savais pas quoi lui faire tenir, j'ai mis un couteau. Pourquoi ? Aucune idée. Pourquoi pas ?
L'autre jour, ma mère est passée ici et elle a vu ce dessin. A mon grand étonnement, il semble lui avoir plu. Elle me l'a dit plusieurs fois et sans que j'aie eu besoin de la forcer à le dire sous la torture. Alors, peut-être, était-ce sincère. Moi, je n'ai pas compris ce qu'il avait de bon, ce dessin de chat. Normalement, ce chat aurait dû faire partie de ces dessins que je fais pour passer le temps sur un bout de papier et dont l'avenir passe par la cheminée. Mais là, bon, comme il semblait plaire à mère, je l'ai conservé par devant moi sans trop savoir qu'en faire.
Ce matin, je retombe dessus. Je porte toujours le même jugement sur ce dessin. Il n'a rien de bien intéressant. Ceci dit, comme je n'aurai probablement pas le temps de faire autre chose pour aujourd'hui, je le recycle pour nourrir le blog.

Chat qui tient un couteau et que l'on ne sait pas pourquoi

- page 1 de 2

Haut de page