vendredi 14 août 2015

Opium du peuple

Et ce n'est pas une apologie de la drogue et ce n'est pas non plus un dessin où il faut trouver un sens caché ou je ne sais quoi. C'est juste que je ne savais pas quoi dessiner et que ça a donné ça.

rat-STUP.jpg

mercredi 24 juin 2015

Le Rat, il veut pas mourir de soif

Le Rat, il a soif

lundi 22 juin 2015

La peine de mort pour tous

Le Rat, il milite pour le retour de la peine de mort

samedi 28 mars 2015

Le Rat enquête sur l'affaire de l'A320

Les mots sont lâchés. Je lis ce matin sur le site du journal Sud Ouest que Andreas Lubitz, co-pilote vraisemblablement responsable du crash de l'Airbus A320, était fou. Si c'est écrit dans le journal, c'est que c'est vrai. Fou. C'est un drôle de mot que celui-là. Il me semble sorti de l'univers de Gogol, du XIXe siècle. Combien de fois ai-je pu entendre dire que l'on ne devait pas parler de "folie" en matière psychiatrique ! Que ce Andreas là ait été déséquilibré, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Tellement déséquilibré qu'il a fini par choir, du reste. Enfin bon, il y a eu accident, sans doute criminel, c'est triste et con. S'il avait des idées suicidaires, il n'était pas obligé d'en faire profiter tout ce monde là. Quoi que ça me fait penser à un livre de Arto Paasilinna, "Petits suicides entre amis", dans lequel un groupe de candidats au suicide décident de partir ensemble à bord d'un car pour aller mettre fin à leur vie au soleil. Ensemble, ils se pensent plus fort pour passer à l'acte, ils s'entraident. Et si ça se trouve ? Ce serait une chouette histoire que de s'apercevoir que tous étaient réunis pour un suicide collectif. Non ? En attendant, le Rat mène l'enquête.

A320, le Rat mène l'enquête

mercredi 25 février 2015

Rat au nez rouge

Le rat a le nez rouge

mercredi 15 octobre 2014

Chercher et détruire

Search & Destroy

samedi 16 août 2014

Le Rat et la sécurité routière

Selon l'ONISR, le mois de juillet de cette année aurait enregistré une sorte de record du nombre de tués sur la route avec (seulement) 304 morts durant le mois. Il faut remonter à 1954 pour connaître un chiffre aussi bas.

Il n'y a pas si longtemps, France Inter proposait, une fois encore, une émission sur la sécurité routière et, plutôt, contre la vitesse accusée de mille maux. Au cours de cette émission, seule la parole bien pensante était entendue. Tout le monde était d'accord pour affirmer, rappeler, asséner la bonne parole et fustiger les "chauffards", les mauvais automobilistes, les voitures trop puissantes, les grosses berlines allemandes, les soiffards, les andouilles, les beaufs, les débiles qui aiment leur voiture.
Nul doute que ces propos, ces mise en garde, ont porté leurs fruits. Paf ! Plein de morts en moins pour le mois de juillet. 40 morts en moins en juillet 2014 par rapport à juillet 2013. Un résultat que l'on n'hésite pas à qualifier d'historique. On ne peut que se réjouir de cela tant il est triste que l'on puisse mourir bêtement sur les routes de France. Du côté des autorités, on est content mais on cherche à comprendre ce qui a conduit à cette baisse de la mortalité.

Puisqu'il n'est pas permis de discuter de la manière de conduire et de la vitesse, je ne vais pas dire ce que j'en pense. Un peu tout de même parce qu'il y a une question qui ne manque pas d'arriver dès lors que l'on parle du sujet pour dire que l'ennemi, c'est la vitesse. A chaque fois, à la radio, lorsque l'antenne est ouverte aux auditeurs, il y a au moins une personne pour faire du mauvais esprit et pour demander que l'on lui explique comment et pourquoi on n'enregistre pas tant de morts surnuméraires en, par exemple, Allemagne où certaines portions d'autoroute ne sont pas sujettes à des limitations de vitesse.
Il y a quelques mois de cela, j'apprends que, en Grande-Bretagne, on a désactivé tout un tas de radars et que l'on est même allé jusqu'à relever la vitesse autorisée sur autoroute. Pour autant, et avouez que c'est bizarroïde en diable, pas plus de morts. Chez nous, le débat est fermé. Il y a le discours officiel, il y a les associations de victimes de la route, et il y a les annonces de nouvelles limitations de vitesse. Jamais on ne parle de l'état du réseau routier, de l'infrastructure, des "points noirs".

La sécurité routière
Ce que je trouve un tantinet étrange, c'est que l'information du nombre de morts record pour juillet 2014 n'a pas été tellement repris. C'est comme si ça ennuyait les gens de la sécurité routière que l'on soit moins mort sur la route. On devrait se réjouir de ces chiffres, on devrait les analyser, comprendre ce qu'il s'est passé et en tirer les enseignements qui s'imposent. Si ça se trouve, c'est juste la faute à pas de chance, la faute au hasard. Si ça se trouve, on ne peut pas savoir pourquoi il y a eu moins de morts.
Et moi, des pistes, j'en aurais plein. Par exemple, si on empêchait les gens de prendre leur voiture, sûr qu'il y aurait bien moins de morts. On pourrait très bien relever tellement le prix des carburants que l'on n'aurait quasiment pas les moyens de faire des kilomètres sans y réfléchir à deux fois. On pourrait aussi tellement pousser à fond le contrôle technique obligatoire pour que l'on n'ait plus les moyens d'avoir un véhicule. On pourrait obliger les constructeurs à ne produire que des véhicules incapables de dépasser, disons, les 30 km/h. Mais aussi et surtout, on pourrait détruire toutes les routes et les remplacer par des mauvais chemins bien garnis en nids de poule.

Haut de page