Le web, sa neutralité, la haine et la loi

Ces jours derniers, on parle beaucoup de filtrer Internet, d'interdire, de contrôler, de censurer. Sur le fond de l'affaire, que l'on empêche la propagation de certains propos nauséabonds, ça peut paraître une bonne chose. Dans les faits, je pense que ce n'est rien de moins qu'une vraie fausse bonne idée et que, pire, ce serait une grave atteinte à la liberté d'expression.

Incitation à la haine raciale, apologie de la pensée nazie, publication de photographies pédophiles, tout cela pourrait être rendu impossible à faire sur un Internet français contrôlé par la loi et par des hommes (et femmes, oui, bon). Au nom de la défense de belles idées, on est en ce moment même en train de nous pousser à accepter que l'on mettre le web sous la coupe d'une armée de censeurs prompts à couper dans le vif au moindre faux pas. La technique de manipulation est simplissime. On commence par faire admettre à la population qu'il est inconcevable qu'il puisse exister une zone de non droit, l'Internet, dans laquelle on peut dire tout et n'importe quoi, souvent le pire du pire. Par exemple, on dit qu'il existe des propos négationnistes, antisémites, racistes, pédophiles ou conspirationistes sur la toile et que, l'on est bien tous d'accord avec ça, c'est dangereux et intolérable. Il est bien difficile de reconnaître que si, on aime bien trouver des belles choses comme ça et que l'on s'en délecte dès que l'on a cinq minutes à tuer. Alors, ça ressemble vite à un consensus et on peut envisager un projet de loi.

Je suis présent sur Internet depuis déjà pas mal d'années. Je ne sais pas comment je me suis débrouillé mais je ne suis pas si souvent que cela tombé sur des sites pédophiles ou nazis ou antisémites ou je ne sais quoi du genre. Je dois avoir du pot. Par contre, et ça n'a rien à voir avec Internet, j'ai déjà eu en mains un numéro de Minute[1], j'ai déjà vu des photos de jeunes enfants nus[2], j'ai déjà entendu des personnes dans la vraie vie tenir des propos ouvertement racistes, antisémites, cons. Que l'on puisse trouver cela aussi sur Internet, que l'on puisse éventuellement empêcher que l'on trouve cela sur Internet, n'empêchera jamais que les gens se parlent. Quoi que, après tout, pourquoi pas ?
Et tenez, que penseriez-vous d'une loi qui empêcherait aux gens de se parler librement chez eux ou dans la rue ou dans un lieu public quelconque, vous ? Avec de bons motifs, bien entendu, je veux dire. Moi, je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que j'ai mauvais esprit, ça ne me plairait pas. Mais bon.

Donc, l'idée de contrôler Internet revient sur le tapis. C'est que ça doit démanger tous les dirigeants de tous les pays du monde, cette affaire. La liberté d'expression, c'est bien mais point trop n'en faut. Imaginons comment l'on pourrait contrôler le contenu de l'Internet. Pour commencer, parlons pour notre pays. Bien. Alors, pour aller sur Internet, il faut passer par un fournisseur d'accès. Un FAI, comme on dit. Que ce soit Free, Orange, SFR ou n'importe quel autre, le fournisseur d'accès vous loue de la bande passante, un service de résolution des DNS, de la bande passante et quelques autres services divers. Il vous prête une adresse IP parmi toutes celles qu'il a en stock pour que vous puissiez vous connecter à des serveurs et tout le bazar. Si vous voulez aller sur un site hébergé sur un serveur quelque part au fin fond de l'état de Caroline du Nord, vous commencez par vous connecter[3] au serveur DNS de votre FAI lequel achemine votre demande vers le serveur demandé. Votre fournisseur d'accès est donc en mesure de connaître votre adresse IP (elle est à lui) et l'adresse que vous demandez. Il serait donc simple de mettre en place, au niveau des serveurs DNS, un annuaire de noms de domaine interdits. Mais la technique pèche au moins sur quelques points simples. Déjà, en tout premier, il est tout à fait possible d'atteindre un site hébergé sur un serveur quelque part dans le monde[4] directement avec une adresse IP et ceci d'autant plus simplement que la version 6 du Internet Protocol (IPv6) est en train de se mettre doucement en place. Avec une adresse IPv6, potentiellement, chaque ordinateur du monde entier devrait pouvoir avoir son adresse personnelle. Ce qui veut dire que le serveur web hébergeant des sites répréhensibles pourrait être déplacé géographiquement et être accessible de partout tout de même.
Mais vous pouvez tout aussi bien utiliser des ruses de sioux pour naviguer à travers les tuyaux de l'Internet en restant caché. On peut imaginer utiliser un proxy ou mettre en place un système crypté à travers un tunnel. Votre FAI voit bien que vous utilisez une connexion Internet mais il n'est pas foutu de dire où elle aboutit. Honnêtement, pour quelqu'un qui veut s'en donner la peine, il n'est pas bien difficile de se cacher un peu.
Admettons que je sois attiré par des sujets que l'on veut interdire. Peut-être serais-je assez malin pour ne pas aller demander à Google ou je pourrais éventuellement trouver ce que je cherche. Sans compter sur une technique vieille comme l'humanité[5] qui consiste à coder ses paroles, ses messages. Si je parle d'étoile jaune ou de bambin d'amour, à votre avis, de quoi pourrais-je bien causer ? Et ce n'est pas très fin, comme codage. Les cons et les salauds ne sont pas nécessairement des imbéciles et certainement pas plus que les personnes habitées par de nobles pensées bien pures.
Alors oui, bien entendu, les "grandes oreilles" peuvent tout écouter, tout analyser, tout passer à la moulinette et démanteler un réseau clandestin. Bon. Mais pour moi, le problème est bien qu'un état, au nom de toutes les raisons imaginables, puisse contrôler le contenu d'Internet. Il y a la notion presque écrite dans les tables de la loi d'Internet qui est celle de la neutralité. Ça veut dire que l'on ne peut pas empêcher quiconque à avoir un accès à Internet et que les FAI n'ont pas à surveiller, critiquer ou censurer ce que vous faites de votre connexion. Que l'on puisse faire fermer un site après une décision de justice, je l'admets parfaitement. Que par une autre décision de justice on puisse interdire à une personne d'accéder à Internet, pourquoi pas. Je veux bien que l'on puisse ne pas tout autoriser. Je ne défends personne et pas plus les sites aux contenus puants. Il n'empêche que je me demande pourquoi on n'irait pas jusqu'à interdire les sites inutiles ou idiots ou plein de fautes d'orthographe ou qui font usage de Comic Sans MS. Si cela se trouve, le Blog qui nuit (très) grave ! ne passerait pas l'épreuve de la censure.
Ceci dit, si jamais la France éternelle se dote d'outils législatifs adéquats, je veux bien postuler comme censeur ! J'ai commencé à faire une petite liste de sites qu'il me plairait voir interdit de cité.

neutralité du web

Notes

[1] journal d'extrême droite

[2] dans des albums photo de famille

[3] en simplifiant et pour un utilisateur lambda s'entend

[4] ce serveur peut très bien être votre ordinateur personnel

[5] là, je m'avance peut-être un peu

Un commentaire à ajouter ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page