Art objectif

La question de l'art n'a pas fini d'alimenter les discussions stériles qu'affectionnent les discoureurs impénitents. Les commentaires publiés hier sont intéressants dans la mesure où ils sont terriblement caricaturaux.

Que je sache, rien ne prédisposait à ce que l'on en arrive à parler de dégradations. Je montrais quelques photos prises dans l'abbaye de Tourtoirac. La partie la plus ancienne de cette abbaye est, de prime abord, en mauvais état. On peut penser qu'il serait bon de restaurer tout ça, de repeindre les murs, de refaire les sols, de remplacer les carreaux cassés. Et puis, pour moi qui la découvre dans cet état, je me dis qu'il est urgent de ne rien faire et qu'il faut conserver l'édifice dans l'état où il se trouve. Sur les murs, on peut apercevoir des traces d'anciennes peintures et de décorations géométriques assez étonnantes. Pour moi, il n'est pas question d'art. La base de cette abbaye a plus de mille ans. Au cours des siècles et au moins dès le XIIe siècle, le bâtiment a été repris, transformé, reconstruit.
Je viens dans ces lieux pour faire des photos et je préfère l'ambiance donnée par cette décrépitude, par les traces et les affres du temps à une autre qui serait rendue par une restauration savante. Quoi qu'il y aurait peut-être un autre intérêt.
Quoi qu'il en soit, l'abbaye est plutôt bien conservée et préservée. Je suppose que la commune manque de moyens pour en faire plus. A tout prendre, je préfère cette partie un peu délabrée à l'autre, celle qui sert aujourd'hui encore de lieu de culte, qui est en bien plus mauvais état et qui présente nettement moins d'intérêt. Mais la polémique lancée par Liaan, polémique qui n'a pas de fondement, portait sur l'éventuelle possibilité que d'affreux "jeunes" viennent "vandaliser" ce monument en apposant "tags et graphs". Il paraît que ça serait mal parce que ça ne serait pas de l'art. Bien. Et pourquoi ne serait-ce pas de l'art ? Parce que ça ne plaît pas ? Parce que quoi, au juste ? Qui peut juger de ce qui est du domaine artistique ?
En Dordogne, on aime à dire que l'art est présent depuis des lustres et on n'hésite pas à qualifier d'artistiques les peintures et gravures qui ornent les grottes et abris sous roche. Mais est-ce bien de l'art ? Nous n'en savons rien ! Si cela se trouve, ces peintures avaient un rôle précis au sein de croyances et de pratiques magiques. Et là, on en est toujours à se demander si l'art peut avoir une utilité. Il y a une quarantaine d'années, Jeannot le Béarnais entreprend de graver une quinzaine de mètres carrés de son plancher d'un texte dément[1]. Quelques semaines après avoir fini son œuvre, il meurt. Un psychiatre découvre et achète ce plancher en 1993. Dès lors, cette œuvre est considérée comme une représentation de l'art brut. Le plancher est actuellement visible du côté de l'hôpital Sainte-Anne dans le 14e arrondissement de Paris.
Je me fous de l'art. J'accepte les conventions sociales qui font que les toiles et les statues, les musiques et les architectures, les films et les photographies, toutes ces réalisations déclarées artistiques par de hautes autorités compétentes dans leur domaine sont bien des œuvres d'art mais dans le fond, je me fous complètement que ce soit de l'art ou pas.

Abbaye Saint-Pierre-ès-Liens
C'était à Domme il y a quelques jours. J'assistais à la mise en place dans l'église d'une installation d'art contemporain à laquelle j'avais participé pour partie d'un point de vue technique. L'église était ouverte au public durant cette mise en place. A un moment, j'aperçois un visiteur qui tient un appareil photo qui me fait entrer dans un rare état d'excitation. Je m'approche du photographe et le questionne sur son appareil. C'est un Alpa, marque suisse caractérisée par la qualité de fabrication autant que pour ses prix nettement supérieurs à la moyenne. Une sorte de Leica, si vous voulez, mais suisse. Je pensais la marque disparue dans les années 80 mais non, elle a été reprise à la fin des années 90 et elle produit désormais une petite chambre photo modulable, l'Alpa 12. C'est cela que je voyais. Qualité de fabrication exceptionnelle et rigoureuse et choix de matériaux nobles font de ces appareils une sorte d'œuvre d'art.
Et oui ! Est-ce que ces appareils photos, objets manufacturés utiles et utilitaires peuvent entrer dans le cadre de l'œuvre artistique ? Après tout, on admet qu'un beau meuble d'un ébéniste célèbre (Boulle par exemple) soit considéré comme une pièce d'art. Alors pourquoi pas un appareil photo ou un réfrigérateur ? Parce que cet appareil photo serait conçu pour un petit nombre, une élite, tandis que le réfrigérateur serait fabriqué pour le plus grand nombre ? Tel que présenté sur la photo qui suit, l'Alpa 12 coûte environ 20 000 euros. Bois de palissandre pour les poignées, déclencheur en or. SI je mets des poignées en palissandre et des incrustations en or sur mon réfrigérateur, j'ai une œuvre d'art ?

ALPA of Switzerland
Toujours à Domme, dans le cadre de l'exposition collective "Pas à Pas"[2] organisée par l'Office de la Culture de Domme, j'ai pu voir plusieurs exemples d'art contemporain. Une d'entre elles faisaient débat d'autant plus facilement que l'artiste responsable était absent. Pour tout vous dire, cette œuvre, je ne l'ai pas vue. Il s'agit, d'après ce que j'ai compris, d'une toile d'araignée tissée de fils très fins, installée dans un jardin. Les fils sont tellement fins que c'en est invisible. Et là, d'aucuns criaient presque au scandale et au foutage de gueule. Sauf que non. Cette œuvre que je n'ai pas vue, on peut la voir dans des circonstances précises. Il faut que ce soit au petit matin et qu'il y ait de la rosée. Alors, la toile apparaît perlée de fines gouttelettes. Et là, ça doit être magnifique. Pas de bois de palissandre, pas d'or, pas d'utilité mais combien de poésie ! Est-ce de l'art ? On n'en peut pas douter un instant.
Dans un autre style, dans l'ancien hôtel de ville, j'ai pu voir une installation qui m'a bien plue. Il s'agissait d'un travail sur le thème des abeilles. Une bande son de bourdonnements d'abeilles guide les visiteurs vers une salle sombre au centre de laquelle une structure fait penser aux alvéoles d'une ruche. Je vous laisse juger de la pertinence de l'œuvre et dire s'il s'agit d'art ou pas. Ce que je sais, c'est que ça m'a plu.

Art contemporain et abeilles

Notes

[1] Le plancher de Jeannot

[2] Jusqu'au 15 octobre 2014 à Domme

Un commentaire à ajouter ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page