mardi 29 décembre 2020

Brouettes motorisées

brouettes

mardi 15 décembre 2020

AWO souhaits

AWO/Simson

mardi 8 décembre 2020

Pour faire patienter


Une NSU attelée qui a autorisation de circuler sur les voies de chemins de fer‌. C'était à l'occasion d'un premier avril, dans les années cinquante. Les dimanches, du fait d'une moindre circulation des trains, on pouvait rouler sur les voies ferrées, en Allemagne, avec un véhicule adapté. C'était l'un des poissons d'avril diffusé par l'usine NSU dans son bulletin. J'avais trouvé cette information dans un Science et Vie de ces années-là. J'avais reproduit une des photos en dessin, il y a déjà un sacré bout de temps. Ce dessin avait été envoyé à La Vie de la Moto, c'était du temps où Bourdache y travaillait, ça ne nous rajeunit pas.

mardi 1 décembre 2020

Vespa de concours

La page de bande dessinée, que je vous présente ici, vient d'une participation à un concours de BD. Comme les deux précédentes pages des "Contes & Légendes en Wallonie". Ces dernières avaient concouru lors d'un évènement crée par la région wallonne. Je vous rassure, ces deux planches avaient été sélectionnées pour la finale, et ont été exposées à cette occasion.

La page, que je vous propose ce mardi, est issue, aussi, d'un autre concours organisé par la revue Spirou. Il s'agissait de trouver le thème d'une nouvelle série qui aurait eu les honneurs du magazine. Là, je suis incapable de vous dire si ma planche aurait été sélectionnée : elle est arrivée après la date limite du concours ! En conséquence, pas de participation possible. Le règlement était formel. Le concours s'était déroulé en deux étapes : l'une était de sélectionner un scénario, la seconde fut ouverte aux dessinatrices ou dessinateurs pour réaliser le travail des lauréats. C'est pour cela qu'une seconde signature est située sur la vignette finale : Rabier. Il y a eu plusieurs gagnants pour différentes histoires. J'avais choisi ce texte, car il y avait un véhicule, et pas n'importe quoi : un scooter Vespa. Est-ce que la face du monde aurait été changée si cette planche de BD avait vraiment participé ? Je ne le pense pas vraiment. Dans l'attente de la suite du feuilleton que tout le monde désire, c'est donc encore une partie de mes fonds de tiroirs.

Léonard Vespa

mardi 24 novembre 2020

Contes et légendes en Wallonie - épisode 2

Contes et légendes

mardi 17 novembre 2020

Contes et légendes en Wallonie - épisode 1

Contes et légendes

jeudi 5 novembre 2020

La couleur

Une expérience intéressante de colorisation, ou pourquoi se casser la tête à colorier à la main. J’ai fais la connaissance, via un forum consacré à la bande dessinée, d’un dessinateur ayant pas mal d’heures de vol et une honnête production d’albums de bandes dessinées. Il s’agit de Patrick Dumas, dessinateur, en particulier, d’une série dans le style « ligne claire », scénarisé par Jean-Yves Brouard : Alan Mac Bride. J’avais entendu parler d'albums de ces histoires sans plus. Je n'en possède pas.
Le dessinateur Patrick Dumas a été enchanté par les histoires de François Lagaufre, Facteur en 2CV. Je lui ai parlé du feuilleton qui passe sur le blog, avec ma manière de travailler. Patrick Dumas a dessiné entièrement les aventures d’Alan Mac Bride avec une tablette graphique. Comme vous le savez, je suis comme qui dirait un artisan (rétrograde, diraient certains) qui ne travaille qu’en manuel. Mes couleurs sont donc appliquées consciencieusement à l’aide de feutres. Patrick Dumas m’a proposé de faire un essai de colorisation d’une partie de la page 111 avec l’aide de Photoshop, histoire de voir ce que cela pourrait donner, mais dans une gamme de couleurs standard, comme pour une bande dessinée grand public. Voici donc le résultat qui m’a, je vous l’avoue, assez épaté

colorisation de Patrick Dumas
Je reprocherai tout de même, à cette colorisation son côté "déjà-vu", son côté "mainstream", passe-partout, tel qu’on le voit dans la plupart des magazines de bandes dessinées. Il y a un manque de personnalité flagrant avec cette manière de colorisation. Il est vrai que cela plait à beaucoup de monde, car à notre époque, pour vendre, il faut compter sur un public qui n’aime pas trop la nouveauté, la plupart de nos contemporains sont très moutonniers et n’acceptent souvent que ce qu’ils ont l’habitude de voir. C’est ainsi.

Je m’étais dit que j’aurais pu demander à notre Maître du Blog de faire, lui aussi, un essai de colorisation du feuilleton, mais je pense qu’il n’a pas que ça à faire. Cet essai me permet de voir que les pages du feuilleton supportent très bien une mise en couleurs « à la machine ». Ça fait tout de suite "pro" ! Inutile de me demander de continuer le feuilleton de cette manière, je persévère dans mon traité des couleurs, à la main, même si c’est un procédé très lent.

une autre mise en couleurs, toujours Photochop, mais moins "mécanique"

colorisation de Patrick Dumas

Haut de page