Mot-clé - la Cassagne

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 20 décembre 2016

Camion Citroën

Citroën U55 caisse entrepreneur

lundi 19 décembre 2016

Traction Avant de chez Citroën

Traction Avant Citroën

dimanche 18 décembre 2016

Camion militaire du dimanche soir

Berliet GBC8KT

mercredi 21 septembre 2016

Des mobs en bord de route

Entraide entre mobyletteurs

mardi 30 août 2016

Un 103, deux 103, trois 103, quatre 103, cinq 103, six 103, sept 103 et huit 103 Peugeot

Est-ce que l'art sert à quelque chose ? Est-ce que l'art doit être utile ? Est-ce qu'une peinture, une sculpture, une poésie, doivent réellement avoir une fonction ? Et puis c'est quoi, l'art ? Faut-il s'arrêter à la peinture, la sculpture, l'architecture et ces formes d'arts "officiels" ? C'est pas simple, tout ça. Si l'on accepte que l'art ne doit pas obligatoirement avoir d'utilité, alors cet engin vu à la Cassagne lors de la fête des Pétaroux à la Noix est une œuvre d'art. Si l'art doit avoir été réalisé par une personne qui maîtrise sa technique, alors oui, il s'agit bien d'une œuvre d'art. Et peu importe que le tour à métaux ait remplacé le ciseau du sculpteur ou le pinceau du peintre. Il y a eu une vision, il y a eu un besoin viscéral de réaliser, il y a eu le désir de mener son projet au bout. Et c'est là, à mon avis, ce qui constitue l'essence même de l'artiste. Cette irrépressible envie de produire quelque chose qui ne sera ni un outil ni un objet utile ni quoi que ce soit qui ne se se suffira pas à elle-même.

8 moteurs de 103 Peugeot
Le déclic a été provoqué par la vision d'un engin pourvu de deux moteurs de cyclomoteur placés l'un derrière l'autre. Il a été question de faire mieux, de faire plus. Trois moteurs alignés ! Oui mais c'est que ça commençait à faire long. Le cerveau se met à bouillir et l'idée jaillit. Ce sera huit moteurs en V. Eh ouais ! Huit moteurs de 103 Peugeot en deux sous ensemble de quatre.

Une réalisation proche de la perfection
Le huit cylindres en V, ça fait tout de suite penser à l'Amérique. Là, c'est du pur franchouillard. Du moteur qui n'a rien de noble, du vulgaire moteur de cyclo, du deux temps commun, du moteur de traîne-cul de base. Et pour rester au plus proche de l'idée, on va faire en sorte qu'il reste le maximum de pièces d'origine. On conservera les pots d'échappement, on conservera la selle et le réservoir, les cylindres et les culasses. Tant que l'idée est dans la tête, c'est assez simple. Après, il faut passer à la réalisation et là, il faut avoir de solides connaissances en mécanique et en utilisation de machines-outils, en tour et en fraiseuse. Et une fois que le tout est conçu, réfléchi, il faut régler. Arrive le jour où l'on presse le bouton de démarrage et que les moteurs entre en action ! J'imagine la fierté de l'artiste lorsque son œuvre prend vie.

L'œuvre du diable ? Vraiment ?
"Mais au fond, ça sert à quoi ?" demandait une personne présente. C'était l'incompréhension totale. Cette personne n'avait visiblement pas conscience du fait que, justement, ce qui fait la beauté de l'œuvre c'est bien qu'il s'agit en quelque sorte d'un acte gratuit. Il est bien évidemment exclu de rouler légalement sur route avec cette machine. Il y a peu de chances pour qu'elle puisse recevoir une homologation. De toutes façons, la machine n'est pas prévue pour rouler longtemps. Elle n'est pas confortable, elle n'est pas facile à conduire. Non, c'est juste un délire d'artiste.

400cc d'art mécanique

lundi 29 août 2016

BAL

C'est une photo déjà ancienne. C'est une diapositive, peut-être sur un film Kodachrome et elle a vingtaine d'années. Je ne me souviens plus du matériel utilisé pour la faire. Il est possible que ce soit avec un Leica mais ce peut aussi être avec un Canon. Peu importe. Elle représente une boîte à lettres ancienne que l'on pouvait voir au moulin de Ladoux sur la commune de la Cassagne.
Le moulin de Ladoux est construit juste à côté de la source du Coly, petit affluent de la Vézère. Cette source est réputée par sa nature. C'est une résurgence qui pourrait cacher à neuf mètres de profondeur ce qui serait le plus long siphon du monde. Plusieurs équipes de plongeurs ont tenté d'explorer les lieux. Parmi ceux-ci, il en est même un qui est bien connu puisqu'il s'agit de Nicolas Hulot.
J'avais rencontré le propriétaire de ce moulin. Une personne très sympathique qui mettait un point d'honneur à entretenir le moulin qui était son habitation. Depuis, il est mort, les lieux sont plus ou moins à l'abandon, la boîte à lettres a disparu. Il reste cette photo et comme je n'ai pas prévu grand chose pour le blog aujourd'hui, ce sera elle qui sera à l'honneur.

Moulin de Ladoux - La Cassagne

jeudi 25 août 2016

Harley des champs

C'était à la Cassagne et ce n'était pas une mobylette. Cela ne m'a pas empêché de faire une photo, déjà parce que ça ne coûtait pas bien cher de faire une photo de plus. Il n'est pas tout à fait inconcevable que le propriétaire de cette moto américaine ait eu un cyclomoteur dans sa jeunesse. Alors, on supposera qu'arrivé à un âge avancé il ait désiré renouer avec le temps passé, celui de l'insouciance, des premières balades, des premiers baisers, des sorties entre copains.
Le temps a passé. Une vie professionnelle satisfaisante a permis l'achat d'une première moto, d'une seconde et puis, enfin, celle des rêves adolescents, la moto américaine, celle qui sent bon le barbecue texan, la country à chapeau, la Route 66, Easy Rider. Ça y est, on peut l'acheter, l'Harley ! Et comme on ne retrouve pas ce que l'on a perdu, on tente d'aller le retrouver en revenant du côté des Mobylettes. L'homme est un éternel insatisfait. Pouah !

Une Harley Davidson dans un champ

- page 1 de 4

Haut de page