Mot-clé - la Bachellerie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 19 juillet 2020

Il en faut des picotins

jeudi 18 juillet 2019

Honda HR-V et combustion spontanée ?

Depuis combien de temps était-elle là, visiblement abandonnée ? Plus d'un an ? Peut-être. Un certain temps on va dire. Elle était jaune, pas en trop mauvais état, immatriculée dans les Hautes-Alpes, me semble-t-il me souvenir. Longtemps, elle est restée là, sur l'ancien tracé de l'ancienne RN 89 et elle ne semblait intéresser personne. On ne l'a pas vandalisée, on l'a laissée tranquille. C'est une Honda HR-V appelée aussi "Joy Machine". C'est une automobile construite entre la toute fin des années 90 du précédent millénaire et les premières années de notre millénaire présent. Ce n'est pas un véhicule qui m'a marqué ou qui m'a donné envie. Ce n'est pas non plus un véhicule qui a connu une large diffusion en France, il me semble. De fait, je ne sais pas grand chose de cette automobile. Est-ce une bonne voiture ? Je n'en sais rien. Je m'en fous.
Enfin bon. Elle est restée longtemps sans que personne ne s'en inquiète trop et elle a fini par brûler. Est-ce à cause des fortes chaleurs ou est-ce quelqu'un qui a trouvé là matière à laisser s'exprimer ses penchants pour la pyromanie ? Je l'ignore. Une automobile peut-elle s'enflammer spontanément à la faveur de la canicule ? Je l'ignore aussi. Ce que je sais, c'est que cette Honda ne parcourra plus les routes et chemins du pays.


lundi 15 juillet 2019

Ça tourne pas rond

Renault au théâtre du rond-point ?

samedi 13 juillet 2019

Épis c'est tout

céréales en vrac

vendredi 28 juin 2019

Angle de champ

lundi 6 août 2018

Course de caisses à savon

Ce dimanche après-midi, c'était jour de course au village. La rue de la République et les voies adjacentes, sécurisées par des bottes de paille, étaient coupées à la circulation et, sous un soleil écrasant, la population se massait le long de la descente. Une vingtaine de caisses à savon étaient en compétition. On trouvait un peu de tout, de la tondeuse autoportée débarrassée de son moteur au prototype savamment conçu. Quatre ou trois roues, carrosserie en contreplaqué ou en tôle formée à la massue, petites ou grandes roues, avec un guidon, un volant ou juste des leviers placés de part et d'autre de l'engin, toutes les solutions étaient représentées. Certaines avaient plus de succès que d'autres, bien sûr, mais il était un point qui était bien présent dans tous les cas, c'était l'humour.

  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • Azerat était en force !
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie
  • caisses à savon la Bachellerie

Le départ était donné au haut du village depuis un pan incliné constituée par une remorque. Dès que le départ était donné, les candidats lâchaient les freins et alors débutait la descente infernale. Les meilleurs pilotes choisissaient la meilleure trajectoire quand d'autres se contentaient de faire ce qu'ils pouvaient pour maîtriser leur machine et contenir les écarts et louvoiements intempestifs préjudiciables à la réalisation d'un chrono de légende.
Cette première édition de cette course de caisses à savon faisait écho à la course de côte de la Bachellerie d'autrefois sauf que là, c'était bien sûr une course de descente bien moins rapide mais aussi bien plus respectueuse de l'environnement. Parce que pardon mais niveau pollution, il n'y a pas mieux que la caisse à savon ! Bien sûr, il était fait appel à de puissants tracteurs à quatre roues motrices pour remonter les caisses à savon pour la prochaine manche. De tout petits tracteurs auraient sans doute été bien suffisants, s'ils avaient été un peu anciens, ils auraient pu ajouter un petit quelque chose à l'événement. Mais bon, hein…

mardi 3 juillet 2018

Quelque chose de Michèle

Morgan Plus 4

Haut de page