Mot-clé - dessin de merde

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 5 décembre 2016

La chute d'un géant et la revanche des minables

Alors que Gotlib est passé de vie à trépas, alors qu'il est considéré tantôt comme un génie de la BD tantôt comme un amuseur iconoclaste, j'entends une voix pour proclamer qu'il n'existe guère plus de bons dessinateurs dans le monde de la bande dessinée. Je ne suis absolument pas d'accord avec ce constat assassin et définitif. Bien sûr que les bons dessinateurs sont là, bien sûr qu'il y en a même de meilleurs que ceux d'antan !
Il faudrait voir à arrêter de dire des conneries. Les personnes qui critiquent les dessinateurs d'aujourd'hui sont ceux qui reconnaissent à Gotlib et d'autres d'avoir renouvelé le genre. Il admettent donc que le dessin de ce qu'ils appellent "l'âge d'or" de la BD franco-belge a balayé les anciens noms de ce mode d'expression. Et aujourd'hui, ces vieux cons refusent que le genre se renouvelle une fois encore. Tant pis pour eux. Qu'ils vivent dans leur passé poussiéreux et qu'ils crèvent la bouche ouverte !
Les mauvais dessinateurs d'aujourd'hui seront sans doute ceux qui paraîtront classiques dans quelques décennies et c'est comme ça.

Meilleurs et plus mauvais

mercredi 18 mai 2016

Du fond de la mine

Récemment, j'ai dû faire un dessin à la con. De ce dernier, je ne conserve que la partie que je vous propose. Le reste est d'une rare bêtise.

Data mining

vendredi 13 mai 2016

Il faut se ménager

Ce n'est plus vivable. Il faut ranger, jeter, nettoyer, faire de la place. Depuis ce matin, je cherche un truc en vain. Impossible de remettre la main dessus. Je cherche et ça me permet de voir l'étendue du problème. Il y a trop de bordel chez moi. Ce n'est plus acceptable, je ne peux presque plus bouger dans la pièce principale, obligé que je suis d'enjamber, d'éviter, de calculer chaque pas, de prévoir le prochain. C'est le bordel. Entre les piles de feuilles de papier qui se sont effondrées et les divers objets disséminés partout en vrac et sans compter les ordinateurs et autres accessoires informatiques qui doivent se partager la place avec les sacs photo, les chaises, la table, les outils, les malettes, caisses, appareils photos et je ne sais quoi encore, je suis submergé par les objets et ça commence à bien faire.
J'ai entrepris un grand premier tri et une première vague de ménage. Je jette les emballages crevés, je descends au sous-sol les objets qui n'ont rien à faire ici, je regroupe le matériel photo dans un coin et les bouteilles pleines ou vides dans un autre. Je pèse chaque objet pour savoir s'il convient de le conserver ou non. Et j'arrive à reconstituer une pile de dessins abandonnés, de dessins griffonnés. Je les classe. D'un côté, ceux que je garde, de l'autre ceux qui partent dans la cheminée en prévision d'une prochaine flambée et enfin quelques uns qui partiront au feu mais dont je veux conserver une trace malgré tout. Je démarre l'ordinateur et je les numérise. Il n'y a rien de bien intéressant, ils seront plus utiles pour réchauffer la maison. J'aurais dû m'y prendre plus tôt dans l'année, c'est ballot. Allez, ils n'attendent plus que l'allumette !

Candidats à la flambée

jeudi 28 avril 2016

De merde

personnage-lampe.png

mercredi 3 février 2016

Vide dans la tête

J'étais prêt à ne pas publier de billet. Heureusement, quelqu'un m'a suggéré de faire un dessin de merde, un vrai bon dessin pourri. C'était une riche idée et je me suis exécuté illico. C'est venu tout seul. Je garde cette idée, elle pourrait bien me resservir. N'essayez surtout pas de comprendre quelque chose à ce dessin, il n'y a rien à comprendre.

rat-rien.jpg

samedi 12 décembre 2015

Se soulager en glissant un étron brun marine dans l'urne

Aux chiottes le front !

mercredi 4 novembre 2015

Par bonheur, je ne m'appelle pas Lucette

Sans déconner, je ne serais pas dans la merde si notre président décidait de venir prendre le café chez moi. J'ai la chance que l'idée ne lui soit pas passer par la tête et qu'il ait préféré Lucette à moi. Déjà, il aurait fallu faire du ménage pour poser les fleurs et ça n'aurait pas été une mince affaire, je vous prie de me croire. Et puis, je ne sais pas trop si je me serais contenté de lui poser les questions qui ne fâchent pas, celles que l'on m'aurait dit de poser.
Mais le pire, c'est que je n'aurais pas été en état de le recevoir. Depuis avant-hier je le sentais débarquer, le bon gros premier rhume de la saison 2015-2016. La gorge qui gratte, le nez qui coule et quelque chose dans la tête qui tambourine, man ! Des nuits encore plus courtes qu'à l'accoutumée et une soif à pousser à boire de l'eau. Quelle misère. On est bien peu de chose. Par chance, j'ai de l'aspirine. De l'effervescente enrichie à la vitamine C que j'ai achetée chez le pharmacien. Et d'ailleurs, le laboratoire a de la chance que je ne sois pas en forme parce que, je vous le jure, en temps normal j'aurais tapé un scandale qui serait entré dans les annales. La raison de ce courroux refoulé ? J'explique. Jusque là, il y avait des cachets à 1000 mg et d'autres à 500 mg. Ils nous ont inventé des cachets à 330 mg, ces salopards ! 330 milligrammes ? Ça ne ressemble à rien, ça ! Comme si, une fois qu'on avait mis un peu de vitamine C il n'y a plus la place pour une dose complète d'aspirine ! Ça a failli me mettre hors de moi.
J'adore le spectacle du cachet qui fait des bulles dans le verre d'eau. C'est joyeux, je trouve. Ça fait un peu comme si on se soignait au Champagne, le mauvais goût en moins. Les suppositoires, c'est moins festif. Quoique. Ce qui est clair, c'est que ça a moins bon goût. J'aime l'aspirine parce que je trouve que c'est bien plus efficace que les ersatz comme le paracétamol ou l'imposition des mains. L'aspirine, c'est franc du collier. Ça fait le job et ça le fait bien. On raconte par-ci par-là que c'est hyper dangereux, qu'il faut faire hyper gaffe. Mon cul !

Si je m'étais appelé Lucette et si le président était venu boire un café à l'improviste, j'aurais eu l'air malin à l'accompagner avec mon verre pétillant plein d'aspirine et mon nez coulant. J'aurais même pas trop su quoi lui dire. J'aurais hésité sur les questions à poser, je me serais planté, j'aurais eu une sale gueule sur les photos. Et peut-être je lui aurais éternué sur le plastron, au président. Ça aurait fait mauvais genre, à la télé, un président couvert de morve.
J'entends à la radio et à l'instant que Denis Robert sort demain un bouquin intitulé "Mohicans" et qui explique ce que je ressens depuis des années, que les fondateurs de Hara Kiri et de Charlie Hebdo, donc, ont été "volés" par Val et sa bande. C'est un bouquin que je vous recommande chaudement d'acheter. Et si vous ne voulez pas le lire, vous pouvez me le refiler, j'en ferai bon usage.

Encore un bon dessin à la con

- page 1 de 2

Haut de page