Mot-clé - dessin de merde

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 24 novembre 2019

Salon des refusés

lundi 29 juillet 2019

Ça ne tient qu'à vous

samedi 29 juin 2019

Dessin infini

vendredi 1 février 2019

A chaque besoin sa startup

dimanche 27 janvier 2019

Défaillance du crayon

samedi 19 janvier 2019

Quand l'art fait cale

dimanche 23 décembre 2018

Craindre la Chine ?

On m'a parlé d'un reportage sur la Chine et son dirigeant diffusé sur arte,. Hier soir, n'ayant rien de mieux ou de pire à faire après avoir mangé et alors que je commençais à m'ennuyer ferme, je suis allé voir ce documentaire.
Après près d'une heure et quart, je me sentais mal. J'avais peur, je craignais pour l'avenir du monde et ma survie à court terme. J'envisageai déjà sérieusement une guerre nucléaire, un conflit mondial, une crise sans précédent, des tensions diplomatiques dantesques, la mort de l'Europe, des États-Unis d'Amérique, de nos systèmes économiques et politiques, la fin de la démocratie, le malheur, la détresse, les pleurs et les larmes, les cris et les lamentations, un immense cataclysme, des combats et des hostilités. J'avais peur et je pensais sérieusement qu'il valait peut-être mieux en finir tout de suite, se suicider sans plus attendre, laisser le monde courir à sa perte sans moi. Je n'avais pas le moral.
La tête basse embrumée de pensées noires, je suis allé me coucher. J'ai fini le roman en cours parce que, s'il faut mourir, c'est con de le faire sans connaître la fin d'une histoire. J'ai éteint la lumière et je me suis mis à cogiter. Je ne déteste rien plus au monde que de cogiter alors que je ne souhaite que sombrer dans un sommeil réparateur. J'ai réfléchi à ce documentaire et, peu à peu, j'ai commencé à avoir un peu moins peur. Alors, j'ai pu m'endormir.

La Chine contre le reste du monde ?

Je vous conseille de voir ce documentaire. Je ne sais pas s'il sera disponible longtemps, je ne sais pas comment ça marche, cette affaire de "replay". Bon. Là, je viens de vérifier, c'est disponible. Si vous ne souhaitez pas voir ça, je vais vous raconter en quelques mots ce que je pense en avoir compris.
On nous explique qui est Xi Jinging. Fils de haut dignitaire de l'époque de Mao mis au ban du parti et du système pour trahison, il est soumis à des brimades alors qu'il est encore enfant. Plus tard, il est envoyé travailler une terre ingrate en compagnie d'autres intellectuels ou enfants d'intellectuels. Il en chie. Toutefois, son père finit par être réhabilité et Xi Jinping poursuitevit des études qui lui permettentpermirent de grimper les échelons dans le système[1]. Pour bien faire, il choisit de repartir du bas et de gagner ainsi une légitimité et une certaine aura. Finalement, il arrive à la tête de la Chine.
Une fois au pouvoir, il décide de faire de la Chine un acteur majeur dans le commerce mondial, une puissance égale aux USA en matière militaire, de faire gagner le communisme à l'échelle mondiale. Pour cela, il crée les "routes de la soie", il achète des ports (notamment celui du Pirée en Grèce), des aéroports (par exemple celui de Toulouse-Blagnac en France), construit des infrastructures en Asie et en Afrique. En quelques années, l'armement chinois se développe considérablement avec des navires, des équipements divers et variés et de toutes sortes. La Chine crée des bases militaires en mer de Chine sur des îlots artificiels et installe une base à Djibouti.
Tout au long du reportage-documentaire, on nous rappelle ou nous fait entendre le mot "communisme". On nous montre des images d'une réunion où sont présents des chefs d'états, ceux de la Russie, de l'Iran, Viêt Nam, d'Inde et du Pakistan ainsi que d'autres que nous pouvons considérer comme "douteux". On nous montre des défilés militaires, des porte-avions, des soldats en arme déclarant leur fidélité indéfectible au parti communiste. On entend des témoignages d'opposants à Xi Jinping et aussi des partisans farouches, on nous montre les systèmes de surveillance avec reconnaissance faciale des passants en temps réel, on nous explique combien la Chine n'est pas un pays démocratique et combien son dirigeant est un quasi dictateur, surtout depuis qu'il a fait changer la constitution pour avoir le droit de rester à son poste aussi longtemps qu'il lui semblera bon.
On entend les commentaires de Fabius, Raffarin, un type de la CIA, on entend des chercheurs, des politologues, des experts, dire qu'il faut craindre la puissance de la Chine, dénoncer les conflits d'intérêt, les accords scélérats.

C'est foutu

Bref, on regarde ce documentaire-reportage durant un peu plus d'une heure et on a vraiment la désagréable sensation que la Chine va déclarer la guerre contre le monde entier pour imposer son communisme et que Xi Jinping va devenir le maître du monde entier et de ses environs. C'est flippant. Mais une fois l'émotion retombée un peu, on commence à réfléchir à tout ce que l'on a vu et entendu et on relativise un brin.
Les défilés militaires ? On a les nôtres en France, me semble-t-il. De l'armement ? Bah… La France ne se défend pas trop mal dans ce domaine non plus, non ? Il paraît même que nous serions parmi les meilleurs vendeurs d'armes à l'échelle de la planète. Et puis, en quoi le communisme serait une idée plus mauvaise que celle qui régit nos pays "occidentaux" ? Les investissements en Asie et en Afrique ? Ah oui ! Mais les USA, les pays européens, la France ? Jamais ? On n'a pas pressuré les pays africains quitte à devoir payer des dictateurs locaux pour obtenir quelque matière première ? Vraiment jamais ?
Pour ce qui est de la question de l'hégémonie chinoise pour les affaires de commerce, regardez un peu autour de vous tout ce que vous achetez aux Chinois. Vous y trouvez pourtant votre compte à l'heure de débourser. Pour notre confort de consommateur, serait-il préférable que les Chinois restent nos esclaves ?
Il reste que, sans doute, notre idée à vue basse qui consistait à croire que nous allions pouvoir tout faire construire en Chine sans que, à un moment donné, ça constitue quelques problèmes était un peu idiote. Certainement que nous allons nous rendre compte que maintenant que la Chine a toutes les cartes en main, on va être obligé de mettre la main à la poche un peu plus profondément.
Ce qui est inquiétant, c'est le contrôle sur les citoyens chinois. Toutefois, ne nous voilons pas la face, si les Chinois ont moins de scrupules que nous, nous tendons vers les mêmes méthodes de contrôle de la population. Les caméras sont présentes aussi dans nos villes, nos discussions sur les réseaux sociaux, nos courriels, nos activités sur Internet sont surveillées, pesées, analysées. Si c'est Google, facebook, un état, qui est à la manœuvre, le résultat est bien le même, dans le fond. Le fait que Xi Jinping soit un peu plus une sorte de dictateur que Trump ou Macron, bon, ok. Chez nous, on a le droit de voter, de choisir parmi quelques candidats.
Je me suis demandé si ce documentaire-reportage n'était pas un peu trop dirigé et alarmiste en plus d'être anxiogène. Si vous l'avez vu, ça m'intéresse d'avoir votre avis là-dessus.

Note

[1] La rédaction sous l'emprise de la drogue n'est pas recommandée

mercredi 31 octobre 2018

Dessin et intelligence

Une étude américaine de 2015 montre la relation entre intelligence et compréhension de l'art pictural. Les chercheurs ont observé que plus les facultés intellectuelles étaient développées et plus l'aptitude à comprendre ou apprécier une œuvre abstraite était grande. Ainsi, une personne d'intelligence basse ou moyenne saura reconnaître un portrait académique ou un paysage simple quand il faudra une intelligence plus développée pour décrypter un dessin de type bande dessinée, une intelligence supérieure pour du dessin de type "dessin de presse" ou un dessin en noir et blanc humoristique. Les créations abstraites ne seraient accessibles qu'aux plus brillants cerveaux.
L'étude démontre que l'ajout de couleurs à un dessin facilite son accessibilité au plus grand monde et, plus étonnant, que le choix d'utiliser ou non la couleur renseigne sur les facultés mentales à l'abstraction de l'artiste ou du créateur. Toutefois, et faute d'avoir accès à une étude montrant l'intelligence de ces artistes, les auteurs de l'étude restent prudents quant à la question de juger de l'intelligence des artistes figuratifs académiques d'avant l'émergence de l'art abstrait au vingtième siècle.
Selon les chercheurs, l'importance de la culture populaire et de la confrontation à cette culture dans l'apprentissage des codes des arts graphiques des "comics" et l'habituation à ce mode d'expression depuis le plus jeune âge depuis la fin des années 1920 aux États-Unis d'Amérique et en Europe occidentale est à prendre en compte et doit servir à pondérer les résultats de l'étude. Néanmoins, une corrélation claire peut être faite entre intelligence et l'appétence pour l'expression picturale proche de l'abstraction.
L'analyse des résultats des tests réalisés sur une cohorte de plusieurs milliers de personnes des deux sexes de cinq ans et plus entre 2010 et 2014 tend à prouver un accord entre l'artiste et son public. Plus la peinture ou le dessin est proche de la réalité perçue et moins le niveau d'intelligence est élevé. Plus ce niveau d'intelligence est bas et plus la demande de ressemblance est grande. Là où les esprits brillants sauront apprécier une vision fantaisiste de la réalité voire, pour les mieux dotés, une absence totale de référentiel avec cette réalité, les autres réclameront de la précision, de l'accord avec le monde réel.

La suite plus tard…


Et sinon, pour faire peur à l'occasion de l'Halloween, un cyclope unijambiste.

dimanche 18 mars 2018

Le retour de l'horreur

Vieille bagnole insignifiante

jeudi 18 janvier 2018

¡Caramba!

lundi 1 janvier 2018

Quoi qu'il en soit et comme le veut la tradition, je vous souhaite une bonne année 2018

2018.jpg

vendredi 17 novembre 2017

On s'éclate, on fait une boum

Un fort laid dessin aujourd'hui. C'est déjà une belle et bonne chose que je sois conscient de la nullité de ce dessin, que j'aie assez de discernement pour voir que ce n'est pas avec des trucs du genre que je passerai à la postérité. Avoir cette conscience, c'est déjà beaucoup, je vous l'assure ! Il y a tellement de personnes de par le vaste monde à penser être des génies méconnus ou maudits alors que ce ne sont que, au mieux, de gros nuls tout pourris.
Mais au moins, vous demanderez-vous, ai-je pris du plaisir à commettre pareille saillie ? Même pas. Pas du tout, même. Je vous l'assure, si j'étais capable de faire mieux, je ne m'en priverais pas. Mais voilà, on fait ce qu'on peut et, souvent, vaudrait encore mieux rien faire. Et alors, me demanderez-vous encore, pourquoi nous infliger pareille horreur ? Tout simplement parce que j'aime vous embêter, par pure méchanceté gratuite.

mardi 10 octobre 2017

Les tripes à l'air

C'est un iMac de 2010 qui a un souci de disque dur. Bien entendu, ce qui sur ce disque dur malade est très important et ce serait extrêmement dommageable que ces données soient perdues. Bien entendu aussi, on n'a pas jugé bon faire des sauvegardes régulières parce que, entre autres raisons, un disque dur externe, c'est pas donné.
On me demande de remplacer le disque dur et, si possible, de récupérer les données sur le disque en panne. Moi, je dis que je vais essayer de faire tout ça. Ouvrir un iMac, ça ne m'amuse jamais beaucoup. C'est que c'est un peu délicat. Vaut mieux savoir ce qu'on fait, quoi. J'ai commandé un nouveau disque dur et l'accessoire nécessaire pour y connecter le capteur de température utilisé par le système. Ça devrait arriver dans les jours à venir.
En attendant, donc, j'ai ouvert la bête et prélevé le disque dur. Ce disque, je l'ai connecté à mon ordinateur et je suis en train de transférer à petite vitesse son contenu vers un autre disque. On m'annonce qu'il y en a encore pour une quinzaine d'heures. Un dixième du volume des données est déjà sur le disque réseau. Faut être patient. Dans le même temps, ça travaille tout seul, je ne suis pas obligé de surveiller de trop près.


Vous aurez noté l'absence de billet pour la journée d'hier. C'est juste parce que j'étais parti travailler à Périgueux et que je suis rentré un peu tard mais aussi et surtout parce que j'étais invité à manger un pot au feu et que, entre le blog et un pot au feu, je n'hésite pas l'ombre d'un instant. Voilà.

dimanche 28 mai 2017

Nazis from outer space

Point Godwin

- page 1 de 2

Haut de page