mercredi 20 février 2019

Salon Périgueux Classic Auto - troisième déflagration

Je ne sais pas si j'aurai assez de ma prochaine vie pour ravaler les regrets liés à la présence de cette détestable foule traînant les pieds la goutte au nez. Je ne le sais pas et je m'en fous. Certes, je n'ai pas pu faire les photos que j'aurais pu souhaiter. Un moment, je me suis posé la question de l'intérêt de les faire, ces photos, du reste. Parce que je n'étais pas venu chargé de mon matériel pour rien, j'ai déclenché au petit bonheur la chance et puis je suis passé à autre chose, à mes rêves de vin rouge, de pain frais, de pâtes chaudes. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de ces vieilles bagnoles devenues objets de collection ? Rien.
Dans un grand pavillon étaient exposées des Citroën anciennes dont certaines arrivées jusque nous depuis les années 20 du siècle dernier. Parmi les plus âgées, celle présentée sur la photo qui suit qui a dû transporter bien des personnes aujourd'hui enterrées bien profondément. Quelle est l'histoire de cette voiture ? Entre combien de mains est-elle passée ? On ne le dit pas.


Des mêmes lointaines années, la 5HP Citroën était présente sous plusieurs formes. Cette petite voiture a su convaincre les acheteurs et a été un beau succès commercial pour Citroën. C'est celle que l'on appelait "citron" pour la raison première qu'elle était jaune. Faudra pas qu'on vienne me raconter que nos ancêtres étaient sots et qu'il n'avaient pas d'imagination. D'ailleurs, on peut s'amuser de ce que certains se sont plu à nommer "chaudron" un cyclomoteur de chez Motobécane et, tout en même temps, déplorer que l'imagination a fait relâche au moment d'appeler simplement "bleue" un autre piège de la même marque.



C'est plus récent, c'est plus rapide, c'est plus curieux. C'est une machine qui tentait de prouver qu'une Citroën pouvait faire des étincelles dans les épreuves sportives automobiles. Elle n'a pas été ridicule dans quelques courses sur route ou sur piste, il faut bien le reconnaître. Il faut reconnaître aussi que nous sommes bien éloignés du modèle commun. C'est une curiosité.


Pour en finir avec cette série, une dernière image qui montre deux utilitaires Citroën et une monoplace MEP X27 (Maurice Emile PEZOUS) à moteur de GS de près de 80cv bien moins pratique pour transporter des marchandises diverses et variées mais sans doute aussi bien plus amusante à conduire.

citroen-1.jpg

lundi 18 février 2019

Salon Périgueux Classic Auto - détonation deuxième

Pourquoi Citroën a-t-il appelé son utilitaire "HY" ? Je n'en ai pas la moindre idée. Il est présenté au Salon de l'auto de Paris de 1947, un an avant la présentation de la 2cv. Enfin c'est ce que j'ai pu lire. Sa production se poursuit jusqu'en 1981. Une belle longévité pour un utilitaire populaire et besogneux. Il a été présent sur l'ensemble du territoire national soit qu'il servait à quelque artisan ou commerçant, soit qu'il s'avilissait au service de la police ou qu'il se rendait utile auprès d'un corps de sapeurs pompiers, d'un hôpital ou d'une commune. Durant toutes ces années, ni le confort très relatif ni la consommation importante ni la direction dure et au rayon de braquage indigent n'ont pu venir contredire le succès commercial que la fiabilité, la capacité de chargement, le plancher bas, la praticité et l'intelligence de conception lui valait. Aujourd'hui objet de convoitise auprès de nombreux collectionneurs ou jeunes entrepreneurs voulant se lancer dans l'aventure du foudetreuque, il est devenu hors de prix.

HY Citroën-SIMCA
Restons chez Citroën avec une automobile qui a fait entrer la modernité dans le paysage routier français à partir de sa présentation au public en 1955. Je ne vais pas m'essayer à dresser une liste des innovations et des idées neuves. Nous l'avons tous vue ou conduite, cette DS, cette auto qui sauva la vie du Général et qui brilla dans de nombreux rallyes automobiles. Voiture du bourgeois français comme du représentant de commerce, du père de famille ou du taxi, elle a été l'archétype du savoir-faire national. De fait, la production des autres marques du pays semblaient incroyablement fades face à cet engin venu du futur. Voilà une DS 20 de la fin des années 60 ou du tout début de la décennie suivante.

Citroën DS
Une automobile de chez Citroën qui aura marqué les esprits elle aussi, la deux chevaux. Celle présentée ici laisse les badauds admirer ses entrailles mécaniques qui laissent bien de la place pour loger du vide, du rien. On ne présente plus cette petite automobile pratique, économe, solide et fiable.

2CV au capot levé
Une autre 2cv, un peu plus récente que la précédente en compagnie d'une Volkswagen avec remorque monoroue. Jetez un œil à l'immatriculation de la Citroën pour sourire un peu.

VW et VW
Avec ses belles jantes, une autre CItroën qui aura marqué les esprits, la Traction Avant. Il n'en manquait pas à ce salon, venues fêter le centenaire de la marque. Un peu à la manière de la DS, la Traction a été l'auto du bourgeois, du résistant, du repris de justice, du flic du taxi, du jeune désargenté aussi, vers sa fin de carrière. Depuis longtemps déjà, elle est entrée dans le monde de l'automobile de collection et on ne la voit plus guère que presque trop bien restaurée.

Traction avant

dimanche 17 février 2019

Salon Périgueux Classic Auto - première salve

Je m'y suis donc déplacé moi aussi. C'est l'un des événements liés au véhicule ancien où il faut aller sur l'agglomération périgourdine avec, bien sûr, les Vintage Days. Cette première manifestation de l'année se déroule au parc des expositions de Marsac-sur-l'Isle dans deux larges bâtiments et aussi à l'extérieur. Beaucoup de visiteurs ont répondu à l'appel des organisateurs qui n'ont pas ménagé les efforts de communication avec des affiches placardées partout dans Périgueux et alentours. Cette année, le salon était placé sous le signe de la marque Citroën qui, née en 1919, fête ses cent ans.
Je m'y suis rendu avec mon petit frère et son roadster Smart. Cela nous a permis de pénétrer à l'intérieur de la zone d'exposition et de représenter cette marque et ce modèle. Il me semble que c'était la seule présente. Nous commençons donc la visite du salon par les extérieurs. Je sors l'appareil photo de son sac, procède à quelques réglages approximatifs et déclenche une première fois pour une belle et rare Triumph TR5.

Rare Triumph TR5
Quelques pas vers la gauche et je m'arrête devant deux représentantes des bombinettes pisciacaises tout à la fois objets de fantasmes chez certains et sujets de sarcasmes chez d'autres. C'était là des automobiles aguicheuses aux prétentions sportives et béquilles pour dragueurs impénitents. Elles n'étaient certes pas les plus puissantes, elles ne pouvaient sans doute pas concurrencer les championnes de l'époque, elles ne pouvaient pas non plus s'affranchir totalement de leur origine utilitaire et populaire mais elles n'étaient pas non plus ridicules. Moi, je les aime bien, ces SIMCA.

SIMCA Rallye 2
Avec son moteur V4 d'origine Ford, une jaune Matra 530 SX plutôt rare. Le dessin de ces autos sportives peut laisser dubitatif. On peut imaginer que l'artiste à l'origine de ces lignes difficiles avait son idée en tête. Peut-être fallait-il se démarquer de la concurrence en faisant autre chose. Pourquoi pas ça plutôt qu'autre chose ? On ne le saura sans doute jamais. Presque puissantes, presque efficaces, ces Matra se révéleront être encore un peu trop chères pour la clientèle jeune visée. Elle sera remplacée par la Bagheera quelques années plus tard.

Matra 530 SX
Pendant ce temps là, chez Renault on ne reste pas les bras croisés. L'habitude de dire du bien de la marque au losange comme disent les cons ne peut pas m'être reprochée. Toutefois, honnête et exempt de toute mauvaise foi, je ne peux pas ne pas reconnaître aux R8 Gordini et Alpine A 110 d'être un poil plus convaincantes que les SIMCA et Matra précitées. Si je ne suis pas certain de choisir la R8 si l'on me proposait un choix entre elle et la Rallye 2, je n'hésiterais pas un instant pour prendre l'Alpine si l'on me la proposait au choix d'un peu n'importe quelle autre auto sportive (à l'exception d'une Bugatti 35 toutefois). La question ne se pose pas, on ne me propose même pas une Twingo ou une autre saloperie infecte.

Alpine et R8
Toujours en naviguant de la droite vers la gauche, je m'arrête pour faire une photo sans doute sans trop réfléchir à ce que je faisais. Une 4cv, une DS, une Mercedes. Bon. Je ne peux pas expliquer.

quelques automobiles
Ah oui ! Le thème principal du salon était Citroën. Il y a donc la DS du dessus et maintenant une 2cv-Voisin qui a bien bourelinguée et qui faisait la fierté de son propriétaire amateur de cactacées.

2cv Voisin au long cours

vendredi 15 février 2019

Demain et après-demain

samedi 9 février 2019

Deux chevaux cachée dans l'image

2cv à l'arrêt

Une belle photo

vendredi 8 février 2019

Une nuit d'hiver à Périgueux

Une 2cv dans la nuit

samedi 15 décembre 2018

Le bonheur, c'est une question de volonté

J'en ai marre d'entendre les gens se plaindre et se complaire dans le malheur. Le bonheur, ce n'est pourtant pas difficile. C'est à la portée de toutes les personnes de bonne volonté, il suffit d'y mettre un peu du sien. C'est à croire que ces gens préfèrent le marasme et la morosité, qu'ils aiment à pousser cette longue plainte bien lassante et lancinante. Et que on n'a pas assez d'argent, et que les fins de mois sont dures, et que il y a trop de taxes, et que les riches ils sont riches et les pauvres pauvres… Pfiou ! J'en ai marre d'entendre ça à longueur de journée.
Ça sert à quoi de se plaindre ? Ils ne feraient pas mieux de se creuser la tête pour trouver des solutions à leurs petits problèmes, tous ces gens ? Ça me dégoûte, moi, toutes ces personnes qui se lamentent pour un rien. Ce qui me rend triste, c'est qu'elles ne sont même pas capables de voir que le bonheur est à portée de main, que tout est fait pour que tout aille pour le mieux pour eux. C'est vraiment pénible. Il ne faut pas avoir de dignité pour se plaindre ainsi quand on a le ventre plein et les pieds au chaud, que les illuminations de Noël sont mises en place, que les rayons des magasins sont pleins de marchandises affriolantes et les étals emplis de mets raffinés et de gourmandises appétissantes.
Le bonheur, il est là, jamais bien loin, au bout de la carte bancaire mais aussi tout autour de nous, dans les villes et les campagnes. Plutôt que de passer leur temps à manifester et à bloquer les ronds-points, puisqu'ils semblent ne pas vouloir travailler, pourquoi ces râleurs ne décident-ils pas plutôt d'aller passer du bon temps ailleurs ? Moi, il me semble que si j'avais l'intention de manifester mon mécontentement, j'en profiterais pour aller au bord de la mer, au soleil. Je pense qu'il faut toujours privilégier le bonheur au moment de faire un choix de vie.

Vivement les vacances

vendredi 14 décembre 2018

Ami 6 bondissante

samedi 8 décembre 2018

Les AMI de mes AMI sont mes AMI

vendredi 7 décembre 2018

La gendarmerie prête à sortir ses véhicules blindés d'intervention !

jeudi 29 novembre 2018

Faire voyager une Citroën 2cv par la Poste

On me dira que ce n'est pas chose possible. On dira qu'une 2cv ne rentre pas dans une boîte à lettres et que, quand bien même, elle dépasserait largement les limites de poids et de taille imposées par la Poste. Et ce "on" n'aurait pas tort de dire tout cela sauf que, moi, j'arrive à envoyer une 2cv par la Poste grâce à une petite astuce toute simple.

dimanche 25 novembre 2018

Ça vaut mieux qu'une chaise de même


Et comme nous sommes dimanche et qu'il faut se détendre…

Je vous propose un petit jeu. Il s'agit de jouer avec LREM. Je propose "La Révolte En Mouvement", "La Rue Emmerde Macron" et, bien sûr, "La Ratatouille Enerve Mémé". A vous !

jeudi 22 novembre 2018

Le gas-oil, une nouvelle vision du luxe

Fut un temps où le moteur Diesel était réservé aux poids-lourds, aux tracteurs agricoles et aux voitures taxi. Le moteur Diesel était un mal nécessaire, plus économe en carburant mais aussi poussif, bruyant, polluant. A la faveur des deux chocs pétroliers des années 70 et à la hausse du prix du pétrole consécutive, le gas-oil a su attirer d'abord les gros rouleurs puis toute la France avec les promesses de consommation moindre et, surtout, de coût plus bas au litre.
De longue date, deux constructeurs proposaient des automobiles à moteur Diesel, Mercedes-Benz et Peugeot. Aux débuts des années 80, Renault, Volkswagen puis tous les autres ont placé ces motorisations dans leurs catalogues. Parce qu'un moteur Diesel est plus technique qu'un moteur essence, qu'il nécessite une pompe à injection, un bloc moteur et une culasse capable de supporter un taux de compression plus grand, des injecteurs aussi, le prix de l'automobile à moteur Diesel était plus important que la même automobile à moteur à carburateur classique. On pensait se rattraper sur son investissement en payant moins cher son carburant. Et peu à peu, effet d'échelle aidant, les constructeurs ont pu proposer des voitures roulant au gas-oil à prix égal. En France, ça a été un appel d'air, ça a marché et la majorité des automobilistes s'est mis à rouler en Diesel.
Il y a eu des améliorations. On a ajouté un turbo-compresseur, on a imaginé des systèmes d'injection plus performants, on a cherché à atteindre le niveau d'agrément du moteur à essence. Les voitures neuves sont devenues les voitures d'occasion tant et si bien que bientôt, on a été presque incapable de trouver autre chose que du Diesel sur le marché. Avec les améliorations, le moteur Diesel est devenu plus fragile, moins fiable, moins increvable, plus cher à l'entretien mais il était devenu la norme et c'était le choix par défaut pour l'automobiliste. En concession, il fallait la demander explicitement pour que l'on vous propose une automobile à moteur essence.
Et alors, l'écologie est passée par là. Un coup, il fallait rouler en Diesel, un autre coup, il ne fallait surtout pas utiliser de Diesel. La valse hésitation a fait que l'on ne savait plus exactement qu'elle attitude adopter. Aujourd'hui, c'est haro sur le Diesel, c'est tollé contre l'essence, c'est l'enthousiasme pour l'électrique ! Et on s'apercevra qu'il y aura besoin de beaucoup de centrales électriques et que l'on ne pourra pas produire suffisamment et ça repartira pour un tour. On veut nous faire comprendre qu'il nous faut changer de paradigme, que le temps du véhicule personnel est derrière nous. Nous n'y sommes pas prêts.

mercredi 21 novembre 2018

Parce qu'il le vaut bien

Si scandale il y a, où se trouve-t-il ? Est-il dans les millions cachés aux services fiscaux japonais ou dans l'avidité ? Lorsque l'on gagne ses neuf millions d'euros par mois an, a-t-on raisonnablement besoin de gagner encore plus ? Craint-on les fins de mois difficiles ? Vit-on dans la peur du lendemain ? Carlos Ghosn est suspecté d'avoir omis de déclarer pas loin de la moitié de ses revenus (38 millions d'euros au lieu de 78 millions d'euros). Si l'erreur involontaire n'est pas totalement inenvisageable, elle est assez peu crédible. L'erreur aurait couru sur plusieurs années, entre juin 2011 et juin 2015.
Garder une poire pour la soif, c'est humain. Constituer des réserves pour les toujours possibles jours mauvais, c'est compréhensible. Nous avons tous un paquet de sucre mis de côté, du café d'avance, une bouteille d'huile et un paquet de pâtes dans les placards. Je suppose que Carlos Ghosn est un inquiet, un anxieux. Chaque jour, il doit se dire que l'on ne sait pas de quoi demain sera fait et, sans même y réfléchir, il met un petit million de côté pour pouvoir voir venir, au cas où.
Et puis, Carlos Ghosn est une personne tout à fait honorable. Un grand patron, un capitaine d'industrie, un redresseur d'entreprise, un visionnaire d'exception. Au Japon, on en a fait un héros de manga. C'est un être charismatique et complexe, un représentant de l'excellence à la française. Grâce à lui, le fleuron de l'industrie française qu'est Renault s'est hissé au plus haut à l'échelle mondiale.
S'il est d'ores de déjà écarté de la direction de Nissan, il reste à son poste de PDG de Renault. On a tout de même noté qu'il était quelque peu empêché et on a nommé un Bolloré pour faire l'intérim. Ouf ! Les Twingo et autres Zoé vont continuer à tomber des chaînes et à fleurir dans les concessions. C'est qu'il faut en vendre des voitures pour payer le salaire de Carlos ! Bon, il faut être honnête, il n'y a pas que ce salaire à payer. Et en plus des salaires, il y a la publicité. Parce qu'une Renault, s'il n'y avait pas la pub, ça se vendrait moins bien, il faut le reconnaître. Chez Renault, le budget pub monte à plus de quatre cents millions d'euros par an. Ce n'est pas rien mais c'est à ce prix que l'on trouve de la Renault dans les spots pub de la télé et sur les pages en papier glacé des bons magazines. C'est qu'il faut réussir à vendre toutes ces voitures qui donnent tant de travail à tant de monde.
Et là, on se prend à frémir d'effroi à l'idée que l'image de Renault puisse être écornée par la mise en cause de son estimable patron. La bourse a réagi, les investisseurs sont frileux. Le consommateur pourrait chercher à sanctionner la marque et s'en détourner pour la concurrence. Il faut calmer le jeu comme on dit dans les milieux sportifs. Il faut rassurer et dépassionner le débat. Jusqu'à preuve du contraire, Carlos Ghosn est innocent. Ce sont les Japonais qui manœuvrent pour faire tomber ce héros au sourire si doux et au grand cœur. Salopards de Japonais ! Ah ! Les traitres ! On ne peut pas faire confiance à ces gens étranges au sourire impénétrable. D'ailleurs, Carlos Ghosn n'a rien dissimulé au fisc français à ce que l'on en sait. Ça prouve bien que nous avons affaire à quelqu'un de foncièrement honnête. Il faut sauver Renault, il en va de l'avenir de la nation.

- page 3 de 22 -

Haut de page