Mot-clé - Vintage Days

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 31 octobre 2016

Un homme heureux

C'était lors des Vintage Days à Périgueux. J'ai été attiré par le beau sourire du monsieur, je me suis approché, j'ai déclenché.

Heureux au volant de son Amilcar

jeudi 27 octobre 2016

Comme une épée

Je vous le redis, je suis assez occupé. Aujourd'hui, j'ai perdu un bon paquet d'heures à préparer un site Internet. J'aurais pu faire simple et me contenter de partir sur une base que je maîtrise un peu mais j'ai eu une idée parfaitement ridicule qui m'a conduit à innover et à utiliser un framework[1] que je ne connaissais pas. C'est un peu amusant de comprendre comment il est construit et comment on peut le plier à l'usage que l'on en veut faire. C'est aussi chronophage[2].
Là, je suis en train d'envoyer le site qui n'est pas fini par ftp sur l'hébergement du client afin qu'il puisse voir un peu à quoi pourrait ressembler son site. Je me suis dit que plutôt que d'aller jusqu'au bout il pouvait être bon de déjà valider l'idée. Je fais tout à l'envers. J'aurais dû commencer par lui faire valider le devis, devis que je n'ai pas fait parce que j'étais en train de perdre mon temps.
Donc, je n'ai rien fait pour le blog et je puise dans mes réserves pour une photo que j'ai rapidement passée en noir et blanc.

Qu'est-ce cette caisse ?

Notes

[1] c'est un mot anglais qui ne veut pas dire grand chose

[2] ça veut dire que ça fait perdre du temps

vendredi 16 septembre 2016

Bidasses en folie

Une sélection de véhicules militaires aujourd'hui. Parmi ceux-ci, deux raretés avec la présence d'un Cushman américain et d'un NSU chenillé allemand. Curieusement, le Kettenkrad allemand affichait un drapeau américain en plus d'étoiles sur les ailes. Allez savoir ! Peut-être que les GI ont utilisé ces engins lors de leur avancée à travers les lignes ennemies ? Bon, je n'en sais rien et ça me semble curieux et puis ça permet de voir ce véhicule étonnant. Ce n'est pas si courant.

Harley Davidson WL et NSU Kettenkrad, les ennemis d'hier réconciliés

NSU kettenkrad

NSU US ?

Cushman et Norton 16H

Norton 16H

mercredi 14 septembre 2016

Comme des pommes

Plus communes, plus populaires, que les Bugatti, les Renault Dauphine ont été très présentes sur nos routes avant que les automobilistes se rendent enfin compte qu'il y avait bien mieux à faire que de conduire ces engins sans grand intérêt. Certains d'entre-eux, pourtant, cherchent à perpétuer une tradition que l'on aurait pu rêver éteinte à tout jamais et préservent ces petites automobiles à moteur arrière (sauf en cas de tête à queue).
Dans les photos que je vous propose aujourd'hui, vous noterez la présence d'une Ondine qui est une version plus luxueuse de la Dauphine. La Dauphine naît de la 4cv dont elle reprend une bonne partie de la mécanique. Elle donnera à son tour naissance à un cabriolet (Caravelle et Floride étant à mes yeux la même chose) et aux R8 et R10. Alors, Renault abandonnera les voitures à propulsion (sauf pour les Alpine, bien sûr) pour longtemps.

Dauphine

2cv et Dauphine

Quand est-ce qu'on mange ?

Dauphine Gordini et Lotus Seven

Dauphine

Dauphine Gordini

mardi 13 septembre 2016

Quelques rares automobiles

Périgueux, Vintage Days, hôtel particulier Brou de Laurière. Rien que pour les yeux, pour le plaisir de voir ces objets mécaniques hors du commun. Une Bugatti, une Delahaye, une Delage. Combien ça peut coûter ? Aucune idée. Est-ce que ça peut seulement avoir un prix ?

Delage

Delahaye Competition

Bugatti 35 huit cylindres

Bugatti 35

samedi 10 septembre 2016

Du seul œil, le vent

Un peu par esprit de provocation, un peu pour emmerder le monde, beaucoup parce que je ne vois pas une seule raison qui m'obligerait à les passer sous silence, je vous ai préparé une sélection des véhicules japonais pour aujourd'hui.
Parce que je n'aime pas tous les véhicules français ou européens, parce que je n'aime pas tous ceux des Etats-Unis d'Amérique, je peux apprécier les automobiles et motocyclettes japonaises. Je vous assure, certaines sont réellement intéressantes. Pour commencer, une petite et très rigolote Nissan Figaro. De ce que j'en sais, elle n'a jamais été importée ou vendue en France d'une manière officielle. C'est là une petite voiture à la bouille sympathique qui se présente comme précurseur du courant "néo rétro" qui nous a donné les nouvelles Fiat 500 ou PT Cruiser. Ce n'est que mon avis mais la Nissan est bien plus intéressante que ces productions citées plus haut. Ce que j'aime bien dans cette petite Figaro, c'est que ses concepteurs ont digéré des influences européennes pour créer quelque chose de tout à fait nouveau.

Amusante Nissan Figaro
Nous parlions il y a peu de la "customisation" des Harley Davidson. Il n'y a pas que les propriétaires de moto américaine qui sont attirés par la personnalisation et j'ai croisé une Yamaha que je pense être une XV 950 sur le stand de Liberty Yam. On aime ou pas mais on peut au moins reconnaître que le travail semble bien fait et le résultat convainquant. Comme toute personnalisation, bien entendu, celle-ci est appréciée ou pas. C'est une question de goût... personnel. Pour ma part, je ne me verrais pas chevaucher pareille machine. Cela ne m'empêche pas de faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit et d'esprit de tolérance et d'apprécier.

Yamaha XV 950 - pas certain

Plus ancienne, une petite Honda S800 coupé. Doté d'un petit moteur rageur qui grimpe aux alentours des 10000 tours, cette petite auto sportive est aujourd'hui bien moins courante qu'une Triumph Spitfire ou qu'une MG. Son unique défaut pour certains est d'être née au Japon. C'est un argument qui tient bien moins la route que le véhicule lui-même. Evidemment, si l'on me donnait le choix entre une S800 et, par hasard, une berlinette Alpine, je n'hésiterais pas un instant mais il faut reconnaître que l'Alpine fait partie de mes voitures préférées.

Honda S800 Coupé

On reste chez Honda avec une petite 125 SL très bien restaurée. Alors là, nous sommes en présence de ce que les Japonais savent faire. Ils excellent dans l'écoute des attentes et des modes pour proposer des véhicules récréatifs bien conçus et agréable à l'œil. Le fait qu'ils sachent comprendre et entendre le marché n'est pas à mes yeux un défaut.

Honda 125 SL

Avant d'être connues sous la marque Nissan, Nissan vendait ses automobiles sous la marque Datsun, en France. Une belle et rare Datsun Fairlady était présente lors des Vintage Days de Périgueux. Ce joli petit cabriolet venait marcher sur les plates-bandes de leurs homologues d'outre-Manche. Il ne déméritait pas sur le plan esthétique ou pour les qualités mécaniques.

Datsun Fairlady

vendredi 9 septembre 2016

Utilitaires aux Vintage Days

J'ai toujours aimé les utilitaires. Ils n'étaient pas trop représentés lors des Vintage Days de Périgueux mais il faut bien reconnaître qu'ils peinaient à être dans le thème. Tout de même, il y en avait quelques uns. Je passe sur les véhicules militaires (j'y reviendrai) pour me consacrer à ceux qui ont eu une vie civile et laborieuse.

Hotchkiss PL25

GMC CCKW

GMC CCKW

Citroën HY

La Poste roule pour vous

Citroën "Belphégor"

Hotchkiss PL25

Berliet GAK

jeudi 8 septembre 2016

Luxe à la française ?

Bugatti, Delage, Delahaye, Talbot ou Voisin, à mes yeux cela ne fait aucun doute, ce sont des marques automobiles qui ont porté haut une certaine idée du luxe et du prestige. Le cas de Facel Vega est, pour moi, plus compliqué. D'accord, ces autos étaient chères. D'accord, elle visait une clientèle haut de gamme. D'accord aussi pour dire qu'elle a cherché à explorer ce domaine de l'automobile de luxe. Mais le fait qu'il y ait eu relativement peu de voitures produites et que la marque ait disparu suffit-il à encenser ces véhicules ? Je n'en suis pas certain.
Si on reconnaît assez aisément une Facel Vega à sa calandre, la ligne générale de ces automobiles ne me semble pas se démarquer des canons de l'époque. Pire, il me semble que Daninos lorgnait plus du côté des bagnoles américaines que de celui des belles carrosseries européennes. Je ne dis pas que les Facel Vega sont laides ou banales mais qu'elles sont assez conventionnelles. Ce qui a manqué à Facel Vega, peut-être, c'est une motorisation noble. L'idée d'aller puiser dans les catalogues de V8 américains ou, sur la fin, dans celui de Volvo, nous éloigne d'un beau moteur, par exemple un six cylindres en ligne, qui aurait été conçu pour ces autos. Alors oui, les grosses Facel Vega étaient puissantes, la marque faisait sa promotion sur le fait que ses voitures étaient les coupés quatre places les plus puissants du monde. Toutefois, à mon sens, on est loin de la beauté d'une Jaguar ou même d'une Merdedes. Sur la fin, les Facel Vega s'affinent, deviennent plus belles en devenant plus petites.

La Facel Vega vue à Périgueux lors des Vintage Days est une FV3 ou une HK500. J'ai du mal à bien l'identifier. Elle a tout de même de la gueule, on ne peut pas le nier. Non loin étaient exposées des Cadillac et des Chevrolet contemporaines. Elles attiraient plus le badaud. L'échec de Facel Vega, le fait que ça ait été une petite marque sur un petit créneau peut expliquer qu'elle n'ait pas pu mener à bien tous ses projets. Mais la question que je me pose est de savoir si cet échec est dû à la faute à pas de chance ou au fait que ces automobiles ne pouvaient pas incarner réellement ce que l'on pouvait attendre d'une voiture de luxe à l'époque. Il y a un côté romantique à pleurer sur le triste sort de cette marque trop tôt disparue, sur le fait qu'elle n'ait pas été suffisamment soutenue par les pouvoirs publics ou les actionnaires. Bon. On n'entend jamais soulever l'idée que cette marque n'était peut-être tout simplement pas très intéressante.

FV3 ou HK 500 ?

Rare d'accord. Belle ?

Facel Vega

Facel Vega

mercredi 7 septembre 2016

Le cul et un dessin

On me l'a demandé, je l'ai. La décoration des portes arrière de la 2cv fourgonnette Salers est aussi jolie que la partie avant ou les flancs. Je vais continuer à traiter les photos prises lors de ces Vintage Days. Je ne les présenterai pas toutes, certaines ne sont vraiment pas intéressantes, mais il en reste tout de même un bon paquet.

2cv Salers

Se déguiser

mardi 6 septembre 2016

Les belles américaines

Deux motos vues aux Vintage Days pour aujourd'hui. Deux motos américaines bien modifiées qui, sans doute, ne plairont pas à tout le monde. C'est un fait, le propriétaire d'une Harley Davidson aime transformer sa motocyclette. On peut penser que ces machines sont tellement peu plaisantes et finies lorsqu'elles sont livrées neuves qu'il convient de mettre la main à la pâte pour la terminer. Honnêtement, ce n'est pas cela. Ce qu'il se passe, c'est pour commencer qu'il existe une profusion de catalogues et fournisseurs de pièces et accessoires visant à transformer une Harley Davidson en une machine personnalisée. Un peu comme, dans les années 60, on achetait un petit chien qui balançait la tête pour mettre sur la plage arrière de sa R16 ou une paire de phares antibrouillard pour sa SIMCA 1000. Parfois, les modifications se limitent à un pare-brise, un nouveau pot d'échappement, un porte-bagage. D'autres fois, il s'agit d'une fabrication d'une nouvelle moto en partant de la feuille de papier. Et là, on peut arriver à des machines vraiment superbes. C'est une question de goût, c'est certain. Si vous ne partagez pas mon avis, c'est simplement que vous avez des goûts de chiottes. Donc, deux machines que je connaissais déjà. La première est celle d'un propriétaire de Sanglas. Je ne l'avais vue qu'en photo et je n'ai eu aucun problème pour la reconnaître lorsque je l'ai aperçue en fer et en os.

Une bien jolie Harley Davidson
La seconde est une réalisation de Monsieur Fabien Lespinasse qui officie sous l'enseigne Top Chop à Mensignac en Dordogne. A sa manière, c'est un artiste qui sculpte le métal, soude, poli, et peint afin de concevoir de magnifiques machines.

Harley Davidson de Top Chop

lundi 5 septembre 2016

On ne boit pas sans peine

C'était à Périgueux et c'était les Vintage Days. Vous n'ignorez pas l'intérêt que je porte à l'endroit des 2cv et particulièrement les modèles anciens et particulièrement les fourgonnettes. Et justement, une d'entre-elles était présente parmi les véhicules exposés. Il était difficile de ne pas la voir. Il s'agit d'une AZU de 1955 superbement restaurée et décorée.C'est jean do, peintre en lettres diplômé qui a assuré de main de maître le lettrage. A l'intérieur de la 2cv, on pouvait trouver des caisses de boissons apéritives de la marque corrézienne.

2cv Salers

2cv Salers

2cv-salers-18.jpg

2cv Salers

dimanche 4 septembre 2016

Vintage Days

Je rentre de Périgueux. Sur un peu plus de deux jours se déroulent les "Vintage Days", la troisième édition pour être parfaitement exact. Le concept de cette animation, de cette fête qui s'étale jusqu'aux ruelles et places de la vieille ville, c'est de regrouper un nombre affolant de véhicules plus ou moins anciens mais aussi de jouer sur les codes vestimentaires, sur l'imagerie des temps prétendus heureux des fifties et sixties, ces années 50 et 60 du rock n'roll et des jupes à pois. Bon. Honnêtement, moi, ce qui m'intéressait, c'était les bagnoles, les bécanes et les camions. Rien à foutre des jupes et des coiffures à la mode d'il y a 50 ou 60 berges. Alors disons-le, j'ai été servi. Entre hier et aujourd'hui, j'ai amassé plus de six-cents photos dont plus de cinq-cents rien que pour la journée d'hier. Il y avait un peu de tout. De la caisse américaine, du custom, du hot-rod, du restauré à la perfection, du populaire et de l'élitiste, de l'allemand et de l'anglais, du français et de l'italien. Pour tous les goûts en quelque sorte et tant pis pour les pisse-froids qui n'aiment pas la voiture ou la moto. Ce n'étaient pas leurs jours, on va dire.

Plus de six-cents photos. Je n'ai absolument pas terminé de trier. Bien sûr, il va y en avoir un bon paquet qui vont partir illico à la corbeille. Mais déjà, j'en ai vu quelques unes qui me semblent un peu intéressantes.
Là où j'ai cru devenir un peu fou, c'est lorsque je suis rentré dans la cour de l'hôtel particulier de Brou de Laurière dont je vous avais déjà parlé. Là, tout de suite, une Bugatti Type 57 Atalante et une Delahaye Competition. Rien que pour ces deux automobiles de légende, j'ai dû faire une bonne vingtaine d'images. Ce que l'on découvrait derrière l'hôtel n'était pas fait pour me calmer. Des Bugatti, des Bugatti, des Bugatti et encore des Bugatti en plus d'autres automobiles aussi préstigieuses. Bon. Ça fait tout drôle quand on remonte dans sa Peugeot 405 break Diesel.
Pour commencer, trois photos. Vous me direz si vous voulez que je continue.

Bugatti Type 57 Atalante et Delahaye Competition

Panhard & Levassor

Ford Vedette

page 2 de 2 -

Haut de page