Mot-clé - Trimoteur

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 mars 2019

Contribuables, accélérez !

C'est une information donnée par la radio nationale ce matin que l'on ne saurait qualifier autrement que croquignolesque. En dégradant, cassant, couvrant, peinturlurant les radars, les Gilets jaunes seraient à l'origine d'un manque à gagner de six-cent soixante millions d'euros au titre des recettes fiscales. On apprend donc que ces radars seraient de facto des quasi fonctionnaires chargés de collecter l'impôt et, par voie de conséquence, l'automobiliste irrespectueux des limitations de vitesse un contribuable espéré par Bercy.
Un temps, j'ai pensé que ces radars visaient à faire respecter ces limitations de vitesse afin de faire baisser "l'insécurité routière" et le nombre d'accidents. Candide, je pensais que ces radars étaient là pour notre bien à tous, que l'on voulait nous protéger. Il n'en est rien ! Ces radars sont là pour ponctionner le citoyen et garnir les caisses de l'État. C'est bien que ce soit enfin clairement dit.
On accuse donc les Gilets jaunes de nuire au budget commun. A cause d'eux, notre pays ne va pas pouvoir boucler les fins de mois. Hier, nous apprenions que la dégradation de ces radars avait provoqué un accroissement du nombre d'accidents et de décès chez les piétons et cyclistes. On en apprend tous les jours. On pourrait se demander si la communication gouvernementale ne serait pas défaillante. N'y aurait-il plus personne pour relire les déclarations et relever le ridicule qu'elles peuvent contenir ?
Le responsable est le Gilet jaune. A cause de lui, l'État n'a plus de sous ; à cause de lui, les cyclistes meurent ; à cause de lui, les assurances sont exsangues. Le Gilet jaune est la cause de tous les maux. Donné en pâture au bon peuple, voué aux gémonies, livré à la vindicte populaire, le Gilet jaune. C'est lui l'ennemi, c'est lui le responsable, c'est lui qu'il faut combattre ! Ne nous y trompons pas. Macron et ses sbires sont nos amis, des amis qui veulent notre bien.

vendredi 1 février 2019

A chaque besoin sa startup

lundi 5 février 2018

Fatal dessin

J'étais en train d'encrer le dessin du jour. Devant moi, l'ordinateur était allumé et j'ai eu l'idée d'aller sur un site Internet. Le navigateur s'est mis à patauger dans la semoule sans parvenir à ouvrir la page demandée. Je décide d'aller voir un autre site mais le navigateur donnait tous les signes d'un beau plantage. Je cherche à quitter l'application et celle-ci semble bien bloquée. Bon. Je retourne sur le Finder et le moins que l'on puisse dire c'est que ça ne marche pas très bien.
Je décide de redémarrer cet ordinateur qui tourne depuis plus de quinze jours. Hum… La barre de progression se bloque vers la fin du démarrage. Je vais chercher une clé USB sur laquelle se trouve l'installateur du système. Je pense à un disque dur en train de lâcher. L'ordinateur démarre depuis la clé. C'est bon signe. Je me dis que je vais devoir ouvrir la machine pour changer le disque dur. J'ai un SSD dont je ne fais rien, ça va être l'occasion de donner un petit coup de fouet à cet ordinateur âgé de plus de dix ans. Avant, pour m'assurer que le problème vient bien du disque dur, je lance l'utilitaire permettant de contrôler l'état de ce dernier. Ça prend son temps et ça me sort un message d'erreur un peu étrange. Je relance une vérification et cette fois on me dit que le disque est en bon état. Bizarre.
Toujours depuis cette clé USB, je tente de définir le disque de démarrage pour redémarrer depuis le disque dur. Le système se bloque. Je procède à un redémarrage forcé en appuyant longuement sur le bouton de démarrage et en relançant l'ordinateur. La barre de progression avance et se bloque de nouveau mais, en plus, l'ordinateur s'éteint de lui-même. Je n'aime pas ça du tout. Nouvelle tentative, même résultat. L'ordinateur amorce un démarrage et s'éteint. Bon. Il est en panne.
Il est trop tôt pour poser un diagnostic. Ce peut être le disque qui fout la merde mais j'ai le sentiment désagréable que c'est plus profond. Ça ne m'arrange pas parce que je vais avoir besoin d'un Mac portable rapidement. Je vais tenter d'en trouver un d'occasion à distance raisonnable. Je sens que la journée d'aujourd'hui va être consacrée à ça alors que j'ai du boulot en retard. C'est la vie hein…
Ce qui est amusant, c'est le rapprochement que je fais avec le dessin que j'étais en train d'encrer. Prémonition ? Simple hasard ? Coïncidence ? Peu importe. J'ai fini d'encrer le dessin et c'est déjà une bonne chose de faite.

Trois roues de pro

mardi 6 décembre 2016

Faisons le tri

Tri Peugeot Limoges

mardi 9 juin 2015

Tri sélectif

tri potager

En ce qui concerne la MZ, après le nettoyage du réservoir que je vais peut-être remonter tel quel, je me suis aperçu d'un nouveau problème qui me laisse quelque peu perplexe. Le pneu avant frotte contre le garde-boue. Je ne vois absolument pas pourquoi. Je n'ai pas touché à ce garde-boue et je ne comprends pas pourquoi le fait de changer la chambre à air aurait pu faire gonfler le pneu. Je vais déposer le garde-boue, donc. Pour cela, il faut que je dépose la roue. Faire et défaire, c'est toujours travailler, disait mon grand-père.

Des nouvelles de la MeuZeu

Donc, la roue ne frotte plus, l'air est dans les pneus, le réservoir est "nettoyé". Ne reste plus qu'à poser ce réservoir dans le cadre, à préparer un peu de mélange à 3% et à tenter quelque chose, non ?

Elle a démarré

Il y a sans doute encore un léger réglage de carburation à faire mais elle démarre. Qu'est-ce que ça pue, les deux temps ! Une vraie infection.

mardi 17 septembre 2013

Bourse d'échange de Groléjac

Ce dimanche 15 septembre, une bourse d'échange et une exposition de véhicules anciens étaient organisées à la base de loisirs de Groléjac. J'ai fait beaucoup de photographies que je vais vous présenter en plusieurs fois. Je commence doucement avec les quelques véhicules à deux ou trois roues.

Ce que je cherchais vraiment et espérais trouver, c'était les tracteurs agricoles anciens. Je ne m'attendais pas à voir autant de véhicules. En plus des tracteurs, il y avait un nombre assez impressionnant d'automobiles dont certaines vraiment exceptionnelles. Nous verrons cela plus tard.
Pour commencer, deux cyclomoteurs. Le premier est un Honda SS50. Il faut aimer. Avec le temps, on peut lui trouver un certain intérêt. A l'époque où les petits jeunes le chevauchait sauvagement dans nos campagnes en tentant de draguer la greluche, je trouvais ce véhicule fort laid et disgracieux. Je n'ai pas changé d'avis.
Honda 50SS
Le deuxième cyclomoteur n'a rien à envier au Honda question laideur. Pourtant, il me plaît déjà beaucoup plus. Il faut dire que l'un de mes frères a eu un Kreidler un peu spécial, un RS (le modèle haut de gamme de la marque) qui n'avait certainement pas à rougir face à la trapanelle nippone. Celui qui était à vendre à Groléjac (à un prix que j'ignore) est un TM. Le "T" est là, me semble-t-il, pour la turbine qui a la charge de refroidir le petit moteur deux temps.
Kreidler TM
A présent, plus ancien, une Monet-Goyon des années 50 à suspension Grégoire.
Monet-Goyon
Une petite moto populaire que j'aimerais bien avoir, une Motobécane au bruit ensorceleur.
Motobécane
Maintenant, nous arrivons à du sérieux. Rien de moins qu'une 500 RGST Terrot attelée !
500 Terrot et side-car
Et pour finir cette petite série des véhicules d'exception que l'on pouvait voir à Groléjac, un trimoteur Peugeot 57 TNO.
trimoteur Peugeot 57 TNO
Demain, la suite...

Haut de page