dimanche 15 septembre 2019

Remparts d'Angoulême

Alors que les catastrophes annoncées menacent, que les collapsologues de tout poil nous assurent des lendemains sombres, que la diversité écologique fait grise mine et que déjà tant d'espèces du vivant, animales ou végétales, sont à reléguer au rang des souvenirs défunts, nous pouvons nous réjouir de voir que se perpétue la tradition des Remparts d'Angoulême nés il y a quatre vingts ans. Alors que l'on cherche si souvent à bannir l'automobile, la motocyclette, le véhicule utilitaire de nos rues et avenues citadines, il se trouve que l'on sait aussi leur ouvrir toute grandes les portes des cœurs de cité pour le bonheur toujours intact des insatiables inconscients amateurs d'engins aussi vrombissants que polluants. Et tant pis pour les éveillés écologues défenseurs de la nature.
J'ai eu la chance de pouvoir être présent à Angoulême cette année. Je parle de chance parce que je fais partie de ces inconscients dont je parle un peu plus haut. Oui, je le confesse avec ce rouge si particulier qui sait monter au front de ceux qui le méritent, j'aime l'odeur de l'essence, le bruit des moteurs, les nuages de gaz d'échappement et les belles carrosseries des temps passés. Oui, je suis un dangereux criminel qui, à la défense de la planète, préfère le bruit et la fureur de ces machines diaboliques que sont les automobiles de course de jadis. Oui, j'ai honte et bats ma coulpe mais oui, j'aime ça. C'est mal et j'aime aussi cela. Vous pouvez me conspuer, m'agonir des pires injures, inventer même celles qui n'existent pas encore, vous n'y changerez rien.
Pour aller à Angoulême, j'ai dû user d'un moyen de transport polluant. Arrivé sur place, j'ai utilisé un appareil photo numérique qui fonctionne grâce, en grande partie, à de l'électricité nucléaire. En revenant, j'ai traité les images faites là-bas sur un ordinateur qui consomme lui aussi de cette électricité. Si vous lisez ces lignes, si vous regardez les images, vous serez complice de ce grand gâchis et je veux que vous sachiez que vous contribuez au réchauffement climatique et à la disparition des passereaux et des rhinocéros.
Des photos, j'en ai fait plus de deux cents. Il y avait matière à déclencher. Je vais essayer de vous montrer les plus intéressantes en plusieurs fois et en respectant plus ou moins la chronologie des événements. Pour commencer, donc, quelques images prises devant le stand de la FFVE. On pouvait y voir une imposante et magnifique Panhard & Levassor Sans-Soupapes (licence Knight), une Amilcar CGSS, une Talbot Baby, deux représentantes de la maison FACEL VEGA, une Dino Ferrari et quelques autres automobiles dignes d'intérêt. Je vous raconterai ultérieurement ce que j'ai encore pu voir et photographier.

  • Amilcar CGSS
  • Amilcar CGSS
  • Talbot T23 Baby
  • Facel Vega Facellia
  • Dino Ferrari 246
  • Facel Vega 2

jeudi 14 mars 2019

Salon Périgueux Classic Auto - blast septième

Une petite sélection d'anglaises automobiles pour apporter notre soutien au peuple d'outre-Manche en ces heures de Brexit quelque peu compliqué. Pour commencer, majestueuse et luxueuse, une Bentley Mark VI. A ses débuts, Jean Daninos se créa sa voiture personnelle sur une même base. Ce fut la "Cresta II" et cela indique qu'il y aurait eu une "Cresta I". Ce fut le cas mais Daninos ne l'a pas dessinée. La "Cresta II" est en quelque sorte le prémice de la lignée des Facel-Vega.

Bentley Mark VI
Automobile de luxe aussi, mais les Anglais ont su faire ça, une Bristol 403 motorisée par un six cylindres BMW. SI l'on souhaitait vraiment trouver un rapport entre Bristol et Facel-Vega, on userait de tout son capital disponible de mauvaise foi et l'on expliquerait doctement que Bristol comme Facel-Vega utilisèrent des moteurs à 8 cylindres en V d'origine Chrysler. On ne le fera pas.
Bristol
Beaucoup plus populaire quoiqu'équipée pour les beaux jours ensoleillés avec son toit couvrant, une petite Morris Minor dont je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est qu'elle est assez jolie et agréable.

Morris Minor
Déjà vue à Marsac-sur-l'Isle, une Riley dont je ne parviens pas à me souvenir le type exact. Si vous avec le temps et le courage nécessaires, vous pourrez faire une recherche sur Internet pour nous renseigner.

Riley
Pour terminer, une belle Sunbeam-Talbot 90. Talbot qui a été une marque connue en France pour ses automobiles de grand luxe est tombée dans l'oubli quasi généralisé avant d'être ressortie par SIMCA qui a utilisé le nom pour désigner les 1100, 1510, Horizon, Solara et autres Tagora… Triste destin.

Sunbeam Talbot 90

Haut de page