Mot-clé - Macron et LREM

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 29 janvier 2020

Macronie et virage à droite

danger Macron

lundi 6 janvier 2020

Macron l'infect et la suspecte défense des sectes


En savoir plus au sujet de la miviludes

La miviludes va-t-elle disparaître ? - France Inter
Qui veut la peau de la miviludes - La Menace Théoriste
Dissolution de la Mission Interministérielle - Marianne
Site de la miviludes

lundi 23 décembre 2019

Gloire lui soit rendue

samedi 21 décembre 2019

La magie de Noël au service de la réforme des retraites

mercredi 18 décembre 2019

Propositions à gogo

J'aime l'humour, j'aime rire. J'aime ce qui est susceptible de provoquer le rire. J'aime l'humour de qualité supérieure, l'humour surchoix, l'humour d'excellence. Alors, j'espérais trouver une belle occasion de rigoler en acceptant de faire un site Internet pour un candidat aux élections municipales prochaines se réclamant de l'esprit des salopards du parti présidentiel. Je ne suis pas déçu.
Le site est en place. Il reste quelques bricoles à fignoler mais je considère que ma part de travail est terminée dans les grandes lignes. A présent, il est question de le remplir. Ce n'est pas moi qui vais dérouler l'argumentaire, rédiger le programme, dire les ambitions ou dévoiler les idées. Ce serait amusant que l'on me laisse le soin de le faire à mon idée mais ce serait aussi dangereux. Pour l'instant, les quelques zones dévolues aux textes sont remplies de "lorem ipsum" et cela ne dit pas grand chose du programme politique de l'équipe de candidat·e·s. Soyons honnête, toutefois, une idée est là pour annoncer ce programme, une belle déclaration d'intention comme on en rêve souvent. Elle tient en une phrase d'une beauté époustouflante, ciselée avec amour par un amoureux des lettres, par un littéraire exigeant féru de poésie : « Soixante propositions pour la commune, ensemble nous réussirons mieux ! ». N'est-ce pas beau ?
Or, un problème arrive et vient enrayer le fonctionnement de cette belle machine. N'avons-nous pas été trop ambitieux en avançant l'hypothèse que nous pourrions trouver soixante idées d'un coup ? C'est que les idées, ça ne se trouve pas aussi simplement que l'on peut le penser. J'en connais qui en cherchent au moins une depuis des années sans parvenir à mettre la main dessus.
Un coup de fil. « Est-ce qu'il est possible de changer le titre et écrire "quarante idées" ? », me demande l'interlocuteur. Dissimulant le fou rire que je sens prêt à éclater, je le rassure et lui propose même, arguant du fait que ces élections se dérouleront en 2020, de proposer vingt idées. Je sens la tête de liste réfléchir un instant à la suggestion, il n'a pas entendu la moquerie, l'ironie. Il hésite et déclare que ce n'est pas sot. Il me faut redoubler d'efforts pour ne pas rire trop fort.


A cet instant, je lui conseille de faire une liste de toutes ces propositions et de les classer par ordre d'importance. Je l'encourage à me faire part des toutes premières d'entre-elles. Il n'hésite pas un instant : le patrimoine, l'embellissement de la commune, du lien entre les concitoyens… Ça s'arrête là. Ça n'a pas beaucoup avancé depuis la dernière fois. Ce n'est pas gagné. Pas d'inquiétude, les propositions arriveront au fil du temps ! C'est là l'idée forte ! Oui ! La voilà ! On va faire appel aux concitoyens pour apporter les propositions ! On va organiser des réunions publiques et on mettra en place une consultation citoyenne !
Une autre question. « Peut-on enlever le texte de la page d'accueil ? ». On peut le faire, oui. Le futur élu (il n'en doute pas un instant puisqu'il est soutenu par un sénateur du département, octogénaire et transfuge du PS passé à LREM) me raconte qu'après avoir beaucoup réfléchi, il ne faut pas assommer l'électeur sous trop de texte et préférer des formules chocs bien senties. Bon. Le problème, c'est que ces formules, il faut les trouver. Là, comme ça, elles ne lui viennent pas à l'esprit, à monsieur le futur maire. Il va les chercher. Ok. C'est pas gagné.

mardi 17 décembre 2019

La retraite à points expliquée aux crétins et aux imbéciles

samedi 30 novembre 2019

Cas de conscience

C'est un type que je connais un peu. Il est un peu écrivain, un peu historien, il aime la politique, est passionné par la Résistance, se dit plutôt de gauche, croit en l'homéopathie, en la sophrologie, en plein de thérapies douteuses, il aime les vidéos porno et il s'est mis en tête de se présenter en tête de liste aux municipales de sa commune de Dordogne. Il n'a pas d'investiture officielle mais sa liste se réclamera de LREM. Son programme est basé sur la culture, la sauvegarde du patrimoine et le "sociétal". C'est un programme bien creux.
Il me téléphone et me demande de lui faire un site Internet pour présenter sa liste et son programme. Il me demande combien ça coûterait. Le site me semble assez simple, je propose de le faire pour 400 euros. Quelques jours passent. Il me rappelle et me dit que ce serait mieux que je lui fasse ce site pour 250 euros. Je lui dis que ce n'est pas grand chose et il m'avance que s'il est élu, j'aurai sans doute à faire un site pour la commune. Bon. Je ne lui dis ni oui ni non.
Et moi, dans le fond, je n'ai pas du tout envie de faire un site Internet pour une personne qui se reconnaît en Macron et ses sbires. Je le lui ai dit, je lui ai expliqué que j'avais une réelle détestation de tous ces gens et que je n'avais pas beaucoup de sympathie pour celles et ceux qui sont proches de LREM. Il en a rit riz. Et moi, voilà. Je n'ai pas envie de travailler même très indirectement pour Macron. Vraiment pas. Ce n'est pas en accord avec mes idées. J'ai le sentiment que je nourrirais de la honte à m'associer à ce type sur ce projet électoral. Et je pense que je vais être beaucoup plus clair et plus franc avec lui la prochaine fois qu'il me relancera, que je lui expliquerai que non, je ne peux pas faire de site Internet pour lui dans ces conditions.
Ce type, je le connais un peu. Ce n'est pas un mauvais bougre, il est un peu largué, il a des idées confuses et des pensées aléatoires. Il est un peu dépressif, il se soigne, il a des soucis de santé. Il est sympathique par certains aspects, presque touchant. Je ne le déteste pas, je n'y arrive pas. Ce serait plus simple. C'est juste que je ne peux pas le suivre sur ce chemin. Il trouvera quelqu'un d'autre, il pourra faire un site gratuit en utilisant les services de l'une ou l'autre des multiples sociétés qui proposent ça. Mais ce sera sans moi.

- page 1 de 5

Haut de page