Mot-clé - La Rochelle

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 23 décembre 2016

Encore la Rochelle

Il ne faisait pas chaud et nous étions à deux doigts de l'hiver. Il n'y avait pas foule dans la Rochelle. Les chalets du marché de Noël étaient clos et il n'était pourtant pas très tard. Dans le même temps, nous étions dans la nuit de lundi à mardi et ce n'est probablement pas le moment où les gens sortent le plus. Ces chalets étaient surveillés par des agents de sécurité qui semblaient se dire qu'ils auraient été mieux chez eux. Les terrasses n'accueillaient encore que quelques fumeurs emmitouflés et grelotants et les rues de la vieille ville n'étaient parcourues que par quelques jeunes qui, sans trop de conviction, tentaient de faire un peu de bruit.
Venant de la Grosse Horloge, ancienne porte donnant sur le port, j'emprunte la rue du Temple, artère commerciale de la vieille ville. Au croisement de cette rue du Temple et de la rue des Templiers, un groupe de policiers qui interdisent l'accès à cette rue. De lourdes bâches noires sont tendues et occultent la vue tout en attisant la curiosité. Je m'arrête et demande à l'un des policiers qui semble se cailler les miches ce qu'il se passe. Il me raconte qu'il y a eu une rupture de canalisation d'eau et qu'ils sont là pour protéger la population. Mon visage dit mon incrédulité sans qu'il me soit nécessaire de l'exprimer par des mots. Le policier m'assure qu'il ne ment pas. Je le rassure et lui dit que je le crois. Je continue mon petit bonhomme de chemin et fais quelques photos sans grand intérêt. Mes pas me conduisent à faire le tour du quartier en passant devant l'hôtel de Ville et la Poste pour revenir par la rue Dupaty à l'autre bout de la rue des Templiers où d'autres policiers tout aussi frigorifiés font le pied de grue en tapant le sol pour se réchauffer les arpions. Je m'arrête et fait mine de vouloir voir quelque chose à travers la bâche. On me regarde d'un air suspicieux. Je comprends que l'on se demande si, des fois, je ne serais pas une saloperie de journaliste ou un truc de ce genre. Faut dire qu'un type à l'apparence louche qui se promène dans le froid et la nuit avec un appareil photo, ça fait vous poser tout un tas de questions intelligentes.
Le lendemain j'apprendrai que cette opération policière était à mettre en relation avec la reconstitution d'un sordide homicide survenu lors de la fête de la musique de 2015.

Porte de la grosse horloge - La Rochelle
Vieux port - La Rochelle

jeudi 22 décembre 2016

L'alternative Darktable

Lors de mes premières incursions dans la photo numérique, je faisais confiance à l'appareil et prenais mes photos sans trop me poser de questions. D'abord avec un Nikon Coolpix 990 au boulot puis avec un petit Contax et enfin avec le Canon 400D, je faisais les photos en jpeg. Les appareils étaient tous configurés ainsi par défaut.
En allant chercher à faire mieux avec le Canon, je me suis inscrit sur le forum eos-numérique et j'ai compris l'intérêt de basculer du jpeg au RAW. Au départ, j'ai utilisé le logiciel fourni par Canon, Digital Photo Professional qui est un bon logiciel de développement des fichiers "brut de capteur". J'en étais globalement satisfait mais il manquait quelques fonctions que d'autres logiciels fournissaient. J'avais bien utilisé Camera RAW de Adobe en relation avec Photoshop et j'avais remarqué que cela fonctionnait très bien mais il s'agit là d'une solution à utiliser au coup par coup. Alors, je me suis dirigé vers Aperture de chez Apple. L'intérêt de ce logiciel, précurseur concurrencé par Lightroom de chez Adobe, est de fournir un catalogueur. C'est à dire que vous pouvez créer des dossiers, organiser les photos, ajouter des mots-clés en plus de, bien entendu, développer vos fichiers et les exporter. Tout allait plutôt bien pour moi et voilà que Apple annonce qu'elle arrête le développement de son logiciel et qu'il le remplace par celui déjà fourni avec les iPhone et iPad. J'ai essayé mais n'ai rien trouvé d'intéressant là-dedans.
Entre temps, à la faveur d'une promotion ou de sa sortie, j'ai testé dXo, Affinity Photo, une nouvelle version de Digital Photo Professional, Phocus de chez Hasselblad et quelques autres sans jamais trouver ce que je cherche. L'autre jour, je vous le disais, j'ai pu essayer la dernière version de Lightroom de chez Adobe.

Passer au libre ?

Je ne tiens pas à payer un abonnement à Adobe pour utiliser son logiciel qui, pourtant, me semble intéressant. Il existe une alternative, libre et gratuite, avec Darktable. Ce logiciel existe pour nombre de distributions Linux mais aussi pour FreeBSD et MacOS. Ça tombe bien, j'utilise des Mac ! J'ai aussi une ou deux machines qui tournent sous Linux avec Xubuntu mais je les pense trop anciennes et trop peu puissantes pour jouer à utiliser ce logiciel.
Je télécharge la distribution pour Mac et l'installe sur le iMac. Je lance Darktable, connecte mon appareil photo et... rien. Le Canon 60D n'est pas reconnu. Je quitte l'application, la relance, constate le même problème. Pour être sûr, je redémarre le Mac. Pas de résultat. Je sors la carte SD de l'appareil et la glisse dans le lecteur de carte du iMac. Les photos apparaissent.
A présent, il faut importer les images qui m'intéressent. L'ergonomie de Darktable est perfectible. Je ne comprends pas trop comment importer ces images à coup sûr. Rien ne vient me dire que les images sont maintenant sur le disque dur. Je choisis une image, tente quelques réglages, l'exporte au format TIFF. J'ouvre ce fichier dans Photoshop pour finir le traitement[1]. Je fais quelques réglages et tente une exportation en jpeg pour le blog. J'obtiens une erreur de la part de Photoshop. Tiens ? Dans la mesure où Photoshop accepte tout à fait d'exporter une image ne provenant pas de Darktable, je déduis que le problème est lié au fichier issu de Darktable. J'essaie plusieurs réglages d'exportation depuis Darktable mais rien ne semble convenir à Photoshop. Bizarre.
Dans l'idée et j'en suis bien conscient, pour plus de logique et de cohérence, je devrais utiliser GIMP au lieu de Photoshop. Je n'ai pas essayé. Le problème, c'est la force de l'habitude. Je connais assez bien Photoshop et j'ai l'impression de passer d'un outil facile et intuitif à une machine compliquée et hasardeuse lorsque je passe de Photoshop à GIMP[2].
Mais ce que je reproche le plus à Darktable, c'est sa lenteur et sa stabilité aléatoire. Son ergonomie est assez difficile à cerner, aussi. Par contre, ce logiciel ne manque pas d'options et de possibilités. L'intégration dans Mac OS X n'est pas parfaite. Un truc qui m'agace et que je retrouve dans presque tous les logiciels libres issus du monde Linux portés sur Mac, c'est la navigation dans le système de fichiers. Quelle plaie ! On est à mille lieues des standards du Mac où tout est d'une simplicité confondante. On peut accepter de faire avec vu le prix auquel sont proposés les logiciels libres et gratuits mais tout de même, c'est regrettable. Possible que l'on ne puisse pas faire autrement. Je ne sais pas.
J'ai tenté de traiter trois images avec Darktable avant de revenir à Aperture. Je vais toutefois tenter de m'y mettre avec un peu plus d'obstination dans les jours à venir. Des logiciels performants, ça ne manque pas. Ceux de chez Adobe ne me conviennent pas en raison du système de location. Affinity Photo que j'ai pu tester lors du programme de versions Bêta est très convaincant. Le souci, c'est qu'il n'y a pas de fonction catalogueur et que j'ai pris goût à cela. Peut-être vais-je devoir accepter de gérer ce catalogue à la main en multipliant les dossiers et sous-dossiers sur le disque. Adieu les mots-clé, les recherches aisées. A moins qu'un logiciel, un jour, apporte ce que j'attends d'un logiciel photo.

La Rochelle - tour de la lanterne
La Rochelle - statue hommage Eugène Fromentin
La Rochelle - ancre

Notes

[1] je travaille toujours ainsi mais je ne dis pas que c'est intelligent. C'est juste une habitude personnelle

[2] qui est pourtant un très bon logiciel

mercredi 21 décembre 2016

Passage par la Rochelle au petit matin

J'étais à la Rochelle pour le boulot. J'ai profité de l'occasion pour aller faire quelques images dans la nuit et au petit matin et aussi pour tester un peu trop vite la toute dernière version de Photoshop et de Lightroom. Concernant ces logiciels désormais disponibles en location, s'il y a certainement tout un tas de nouveautés sans doute indispensables il me semble qu'il y a surtout tout un gros tas de fonctions qui seront inutiles à toutes celles et ceux qui, comme moi, on un usage assez basiques de ces outils informatiques. Ceci dit, je connais très mal Lightroom que je n'ai utilisé que très peu lors de la sortie de la version Bêta il y a des années de cela. Malgré tout, ce logiciel de développement des fichiers RAW issus des appareils photo numériques est bien meilleur que Aperture, le logiciel de chez Apple abandonné depuis quelques années et remplacé par un logiciel ridicule, Photos, qui a bien du mal à faire croire que l'on peut réellement faire quelque chose avec lui.
Le problème, pour moi, c'est que si je me limite à l'offre "photographe" de chez Adobe qui donne accès à Photoshop et à Lightroom, il me faut accepter de payer un peu plus d'une dizaine d'euros par mois. Et ça, je ne peux pas m'y faire.
Enfin bref, donc, une photo réalisée tôt le matin à la Rochelle hier matin et traitée avec Lightroom pour voir. J'essaierai un traitement avec les logiciels que j'utilise habituellement pour voir si je parviens à obtenir un rendu équivalent.

Le vieux port de la Rochelle

Haut de page