Mot-clé - Gastronomie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 19 mars 2017

Juste ce qu'il faut, ni plus ni moins

De quoi c'est que je pourrais vous causer ce jour ? Tiens ! Je vais vous causer de ma vie. Ce matin, je me lève juste à l'heure qu'il faut et je file plein d'entrain faire juste la quantité de café nécessaire. Je bois un premier bol juste de la bonne contenance et fume une cigarette avec la quantité de tabac calculée au plus juste. Je la fume de la manière idéale et vais me débarrasser au gramme près de la matière fécale et de l'urine qui m'encombre le bas-ventre. Plus léger, je prends une douche à la température idéale et commence à glander le plus délicieusement du monde, sans la moindre once de culpabilité.
A un moment, il se trouve que j'ai envie de dessiner et parce que la vie est bien faite il me suffit de lancer la bras gauche vers l'arrière pour qu'il atteigne la ramette de feuilles vierges pendant que la main droite est déjà équipée du porte-mine que je préfère. Je n'ai aucune idée de ce que je vais dessiner mais cela ne me préoccupe pas. Quoi qu'il se passe, un dessin naîtra, c'est une certitude. Hop et hop et re-hop, des lignes apparaissent et je vois se créer un camion en mauvaise posture. La trame est là, j'ajoute les détails là où il est séant de les placer et je délaisse le porte-mine de chez Pentel pour le BrushPen de la même boutique. L'encrage va bon train et bientôt, alors que je n'ai été dérangé que par l'arrivée d'un copain qui avait envie de boire du café, le dessin est jugé terminé.
Alors, à partir de là, ça a commencé à merder un peu. D'abord, j'ai eu l'envie d'allumer un feu dans la cheminée parce que j'avais en prévision de me concocter un plat dont j'ai le secret et que je pourrais laisser mijoter au coin du feu. Le problème, c'est que le feu ne voulait pas prendre. Le bon côté, c'est que je me suis débarrassé d'un peu de ces saloperies de pubs que je conserve pour allumer le feu, le mauvais côté, c'est que ça m'a énervé, ces bûches qui refusaient de jouer leur rôle de combustible.
Et puis, comme si un motif à énervement ne suffisait pas, j'ai entrepris de tenter d'extraire des piles qui avaient gonflé dans une lampe torche. J'en ai tenté des astuces ! La pile bloquée a bougé de deux centimètres environ mais elle est toujours là. Finalement, je suis allé chercher la bombe de produit miracle et on verra bien. J'ai laissé la lampe de côté et je suis allé faire cuire mes haricots.
Les haricots, j'aime plutôt bien ça. C'est moins pratique que les pâtes, c'est peut-être un peu moins protéiforme que la pomme de terre qui se plie avec bonheur à tout un tas de préparations différentes et également délicieuses, mais j'aime bien le haricot longuement mijoté qui fond en bouche et prend mieux que personne le goût des autres ingrédients. Le haricot sait se gorger du piquant piment et du gras mouton et du sel et de la tomate. Il aspire tous ces goûts et parfums et ne les dénature jamais. Et puis, le haricot, ça fait cow-boy au bivouac avec la cafetière qui garde le café au chaud sur une pierre plate du foyer.

Arrêtons là ce panégyrique du haricot. Premièrement, je ne suis pas payé par le syndicat des producteurs de haricots et je n'ai pas de cadeau à leur faire. Je ne vais pas m'occuper de faire sa promotion sans contrepartie. Croyez-le, je paie mes haricots au prix fort, je n'ai pas de passe-droit, pas de coupon de réduction, pas de tarif préférentiel. Cela assure ma parfaite indépendance d'esprit et garantit mon impartialité honnête et libre. Ce que je dis au sujet du haricot ne regarde que moi. J'en dis ce que je veux comme je le veux. Je milite pour la liberté d'expression.
Et donc, le dessin de ce matin. Tout à l'heure j'ai démarré l'ordinateur auquel est relié le numériseur. J'ai posé le dessin sur la vitre, baissé le capot et lancé le logiciel d'acquisition. Automatiquement, grâce à un petit script que j'ai bricolé moi-même, le fichier a provoqué le lancement de Photoshop en arrivant dans le dossier où se rangent les numérisations. J'ai juste nettoyé un peu le dessin en enlevant les poussières et l'ai enregistré en jpeg pour une publication sur ce blog. A présent que j'ai jugé l'heure venue de publier un billet pour ce dimanche, je vais l'importer dans le dossier idoine sur l'espace disque loué chez mon hébergeur et vais l'intégrer dans ce billet. Si tout va bien, vous le verrez s'afficher après celle ligne.

Camion au fossé

dimanche 12 mars 2017

Tant pis pour vous

Vous l'aurez cherché et moi, quand on me cherche, on me trouve. Ainsi, il vous plaît de parler écumoire bouchée et louche à trous. Grand bien vous fasse et je me plie de bonne grâce à votre volonté puisqu'ainsi semble-t-elle être en ces temps sereins qui, il est vrai, n'invitent pas à trop réfléchir à de plus graves et importants sujets. Parce que le bonheur réside dans la capacité à refuser le malheur sous toutes ses formes avec une obstination qui force le respect et que l'état résultant est contagieux, je suis empli de bonheur à mon tour. Heureux de mon lectorat béât, comme à deux doigts de l'épectase, il me faut accéder à son attente et nourrir à ma façon l'intéressant sujet l'occupant depuis hier soir.
Il se trouve que je conserve par devers-moi une louche assez ancienne dont je ne me sers que trop rarement dans le rôle pour elle conçu par des générations d'orfèvres en articles culinaires pensés et manufacturés avec l'amour du travail bien fait et le souci constant de satisfaire la laborieuse ménagère dans la parfaite réalisation de sa mission quotidienne.
Louche, cet ustensile l'est par nature. On peut l'imaginer plongée au cœur d'un potage au cresson conservé à bonne température dans une belle soupière en porcelaine de Gien, prête à remplir sa fonction et à verser dans les belles assiettes creuses des convives leur content de délices potagers sans jamais laisser perler la moindre goutte sur la nappe amidonnée d'une blancheur virginale. La louche est, ne nous y trompons pas, la reine de la table.
La louche est le symbole vivant de l'authenticité et de la distinction. Le fromage de Camembert (Orne) n'est-il pas traditionnellement "moulé à la louche" ? Un fromage moulé à l'écumoire ou façonné à la fourchette à escargot n'aurait pas la même tenue si impeccable, si au-dessus de tout soupçon. La louche est, de tous ceux pouvant composer une ménagère, la pièce représentant le mieux l'esprit du "must to have" en cours à la cour d'Angleterre et ailleurs de par le vaste monde.
Or donc, certains impudents osent par ailleurs soumettre l'idée que l'on pourrait, faute d'écumoire, faire usage d'une louche préalablement percée de trous. C'est sacrilège. Une fois vandalisée, la louche ne pourra jamais plus avoir les honneurs d'une table honnête d'une bonne maison. La maîtresse de maison serait raillée et moquée et cela la conduirait certainement à nourrir une profonde et noire mélancolie à même de ne plus mettre autant de cœur à satisfaire son devoir conjugal. C'est ainsi que l'affront fait à la louche pourrait, j'ose l'affirmer aujourd'hui, conduire à une inversion de la courbe de la natalité et, ainsi, faire perdre à notre beau pays son statut envié de pays riche d'un peuple vigoureux. Que dieu nous protège de cela et apporte sa protection aux belles louches de notre pays.

Ustensile ménager affublé de strabisme XXe siècle

mercredi 1 mars 2017

Ce n'est pas très clair

Récapitulons. Si je comprends bien ce qui est en train de se passer, il est très clair que le Parti Socialiste n'est absolument plus à gauche. Du côté de la rue de Solférino on écarte plus d'aborder le sujet du ralliement à Emmanuel Macron qui, c'est lui qui le dit, n'est ni à gauche ni à droite. Donc, pas à gauche, bien au contraire !
On aurait dû se méfier, c'est vrai, avec les propos tenus par Manuel Valls. Il ne cachait pas, lorsqu'il était au gouvernement et avant lors des primaires de la gauche de 2012, sa vision très libérale du monde tel qu'il devrait être. Mais, candide comme je le suis, je me disais que le PS allait suivre son candidat élu bon gré mal gré. Ça aurait fait, au moins, bon joueur. Il ne semble pas que l'on se dirige vers cette option et tout donne à penser qu'un bon nombre de membres du PS va rejoindre Macron et son mouvement "en marche".
Au point où l'on en est, je me demande si Hamon ne devrait pas abandonner pour rejoindre Mélenchon. C'est certainement une décision difficile à prendre mais, par honnêteté, si Hamon est si à gauche qu'il semble le laisser penser, il ne doit pas rester dans cette pétaudière qu'est le PS. Et puisqu'il est hors de question que Mélenchon abandonne, il n'y a guère d'autre solution pour regrouper la gauche.
Les voix de Mélenchon, de Hamon et de Jadot ne permettront sans doute pas à la gauche de gagner les élections présidentielles mais au moins ils auront essayé. De toutes les façons, on peut considérer le PS en état de mort cérébrale et c'est bien fait pour sa gueule et je ne déposerai pas de couronne sur sa tombe. C'est comme ça, chaque chose a une vie et une mort. Le PS peut mourir sans mettre en péril les idées du Socialisme. D'ailleurs, le PS ne les porte plus, ces idées.
Pour les prochaines élections, je suis dans l'expectative. D'un côté, il y a ce vociférant Mélenchon qui continue à m'agacer avec ses propos trop taillés à la hache, de l'autre il y a ce Hamon que je ne connais pas, qui est moins habile que Mélenchon, mais qui tient des propos qui ne sont pas dénués d'intérêt. Je n'ai pas d'autre candidat en vue et il faudra bien choisir à un moment ou à un autre. Déjà, j'ai abandonné l'idée du vote blanc ou de l'abstention. Ce sera l'un de ces deux là. Du moins pour le premier tour parce que pour le deuxième tour (s'il y en a un)...
On sait désormais qu'il est urgent de ne pas écouter les organismes de sondage. Ils se trompent, ils ne savent plus mesurer le peuple. Ce n'est pas de leur faute mais il faut bien en tenir compte. Enfin bon. Pour le moment, les pronostics sont pour un match entre l'extrême-droite de la Peine et le n'importe quoi libéral de Macron. Et là, par contre, c'est abstention ou vote blanc. L'intérêt de l'abstention, c'est bien que l'on ne pourra pas alors me suspecter d'avoir voter pour l'un ou l'autre.


Hier soir, je me suis amusé à cuisiner dans la cheminée. Pourquoi ? Parce que j'avais allumé un feu ! J'ai commencé à faire cuire des haricots lingots à l'eau sur la cuisinière et après je suis passé à la cheminée et à la cocotte en fonte. Des oignons, de l'ail, une carotte, du sel et du poivre, un peu de piment aussi, un talon de jambon cru et du lard fumé en plus d'une boîte de tomates au jus. C'est parti pour deux ou trois heures de cuisson tranquille. Ça ne peut pas être mauvais

Ça mijote

mercredi 25 janvier 2017

Vous avez beau dire, y a pas seulement que d'la pomme

Tarte aux pommes

jeudi 1 décembre 2016

Les comptes de mots passants

Ce matin, l'horloge à micro-ondes était formelle. Sur son cadran de bois de palissandre et de cristal, la colonne de mercure anodisé peinait à monter les barreaux de son échelle à vapeur. J'approchai avec prudence l'oreille pour entendre ce qu'elle avait à me dire. La petite voix fluette et chevrotante eut grand peine à murmurer un souffle embué presque éteint.
— Entre huit et neuf, mon bon maître !
C'est ainsi chaque matin, une forme de protocole certes ampoulé mais bien agréable. Les objets de la maison doivent s'y plier. Je veux bien les accueillir à la condition qu'ils affectent la déférence due à mon rang de maître des lieux. L'armoire à faire du froid doit faire une courbette lorsque j'approche de sa manivelle, la casserole inversée doit lever le couvercle en guise de salut, la table de bois synthétique doit se tenir droite lorsque je m'accoude sur son plateau. Je demande à ce que les objets me respectent et c'est bien le moins qu'ils puissent faire en échange de l'abri par moi à eux offert sans contrepartie financière.
" Il faut savoir se faire respecter par les objets inanimés sans âme ", me disait naguère un vieillard grabataire mais très sage. Ce brave homme m'avait en son temps enseigné comment atteindre le niveau supérieur du bonheur domestique. " Lorsque c'est entre huit et neuf, basculer l'interrupteur tu dois ". J'avais estimé la formulation perfectible mais n'avais pas manqué d'inscrire la pensée dans mon carnet en peau de taupe de Sibérie méridionale.
Ce matin, je me suis souvenu de la parole du vieil homme sage. C'était entre huit et neuf et nous étions le premier jour du mois de décembre de cette année. J'ai mis la chaudière en route.

Bécasse

mardi 29 novembre 2016

Le chou, c'est pas de la tarte

Pour mon repas de hier soir, en hommage à Fidel Castro qui n'aimait rien plus que ce plat, j'ai fait une sorte de chou braisé à ma manière. Avec du chou. Vert, le chou. Je l'ai lâchement coupé en quartiers pendant qu'il avait le dos tourné et je l'ai détrognonné avant de le blanchir dans un grand volume d'eau salée. Après, une fois que je l'ai trouvé suffisamment blanchi, je l'ai laissé égoutter dans une passoire à trous.
Dans un ustensile de cuisine supportant la chaleur, j'ai fait blondir un oignon et j'ai ajouté des lardons. Parce que j'en avais, j'ai épluché et coupé deux carottes en rondelles. Bien fait pour elles ! J'ai ajouté le chou et les carottes aux oignons et lardons et j'ai ajouté un peu de sel et de poivre. J'ai laissé cuire à couvert à petit feu pendant le temps nécessaire.
Parce que la veille j'avais fait un rôti de porc dans l'échine, j'ai mangé une tranche de rôti avec le chou. Et comme dessert, une tarte aux pommes parce que j'en avais fait une et que je voue un véritable culte à cette pâtisserie particulièrement appréciée, me dit-on, de Fidel Castro de son vivant.

tarte aux pommes

jeudi 17 novembre 2016

Conseil pâteux du jour

Plein les nouilles

- page 1 de 10

Haut de page