mercredi 20 février 2019

Salon Périgueux Classic Auto - troisième déflagration

Je ne sais pas si j'aurai assez de ma prochaine vie pour ravaler les regrets liés à la présence de cette détestable foule traînant les pieds la goutte au nez. Je ne le sais pas et je m'en fous. Certes, je n'ai pas pu faire les photos que j'aurais pu souhaiter. Un moment, je me suis posé la question de l'intérêt de les faire, ces photos, du reste. Parce que je n'étais pas venu chargé de mon matériel pour rien, j'ai déclenché au petit bonheur la chance et puis je suis passé à autre chose, à mes rêves de vin rouge, de pain frais, de pâtes chaudes. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de ces vieilles bagnoles devenues objets de collection ? Rien.
Dans un grand pavillon étaient exposées des Citroën anciennes dont certaines arrivées jusque nous depuis les années 20 du siècle dernier. Parmi les plus âgées, celle présentée sur la photo qui suit qui a dû transporter bien des personnes aujourd'hui enterrées bien profondément. Quelle est l'histoire de cette voiture ? Entre combien de mains est-elle passée ? On ne le dit pas.


Des mêmes lointaines années, la 5HP Citroën était présente sous plusieurs formes. Cette petite voiture a su convaincre les acheteurs et a été un beau succès commercial pour Citroën. C'est celle que l'on appelait "citron" pour la raison première qu'elle était jaune. Faudra pas qu'on vienne me raconter que nos ancêtres étaient sots et qu'il n'avaient pas d'imagination. D'ailleurs, on peut s'amuser de ce que certains se sont plu à nommer "chaudron" un cyclomoteur de chez Motobécane et, tout en même temps, déplorer que l'imagination a fait relâche au moment d'appeler simplement "bleue" un autre piège de la même marque.



C'est plus récent, c'est plus rapide, c'est plus curieux. C'est une machine qui tentait de prouver qu'une Citroën pouvait faire des étincelles dans les épreuves sportives automobiles. Elle n'a pas été ridicule dans quelques courses sur route ou sur piste, il faut bien le reconnaître. Il faut reconnaître aussi que nous sommes bien éloignés du modèle commun. C'est une curiosité.


Pour en finir avec cette série, une dernière image qui montre deux utilitaires Citroën et une monoplace MEP X27 (Maurice Emile PEZOUS) à moteur de GS de près de 80cv bien moins pratique pour transporter des marchandises diverses et variées mais sans doute aussi bien plus amusante à conduire.

citroen-1.jpg

lundi 18 février 2019

Salon Périgueux Classic Auto - détonation deuxième

Pourquoi Citroën a-t-il appelé son utilitaire "HY" ? Je n'en ai pas la moindre idée. Il est présenté au Salon de l'auto de Paris de 1947, un an avant la présentation de la 2cv. Enfin c'est ce que j'ai pu lire. Sa production se poursuit jusqu'en 1981. Une belle longévité pour un utilitaire populaire et besogneux. Il a été présent sur l'ensemble du territoire national soit qu'il servait à quelque artisan ou commerçant, soit qu'il s'avilissait au service de la police ou qu'il se rendait utile auprès d'un corps de sapeurs pompiers, d'un hôpital ou d'une commune. Durant toutes ces années, ni le confort très relatif ni la consommation importante ni la direction dure et au rayon de braquage indigent n'ont pu venir contredire le succès commercial que la fiabilité, la capacité de chargement, le plancher bas, la praticité et l'intelligence de conception lui valait. Aujourd'hui objet de convoitise auprès de nombreux collectionneurs ou jeunes entrepreneurs voulant se lancer dans l'aventure du foudetreuque, il est devenu hors de prix.

HY Citroën-SIMCA
Restons chez Citroën avec une automobile qui a fait entrer la modernité dans le paysage routier français à partir de sa présentation au public en 1955. Je ne vais pas m'essayer à dresser une liste des innovations et des idées neuves. Nous l'avons tous vue ou conduite, cette DS, cette auto qui sauva la vie du Général et qui brilla dans de nombreux rallyes automobiles. Voiture du bourgeois français comme du représentant de commerce, du père de famille ou du taxi, elle a été l'archétype du savoir-faire national. De fait, la production des autres marques du pays semblaient incroyablement fades face à cet engin venu du futur. Voilà une DS 20 de la fin des années 60 ou du tout début de la décennie suivante.

Citroën DS
Une automobile de chez Citroën qui aura marqué les esprits elle aussi, la deux chevaux. Celle présentée ici laisse les badauds admirer ses entrailles mécaniques qui laissent bien de la place pour loger du vide, du rien. On ne présente plus cette petite automobile pratique, économe, solide et fiable.

2CV au capot levé
Une autre 2cv, un peu plus récente que la précédente en compagnie d'une Volkswagen avec remorque monoroue. Jetez un œil à l'immatriculation de la Citroën pour sourire un peu.

VW et VW
Avec ses belles jantes, une autre CItroën qui aura marqué les esprits, la Traction Avant. Il n'en manquait pas à ce salon, venues fêter le centenaire de la marque. Un peu à la manière de la DS, la Traction a été l'auto du bourgeois, du résistant, du repris de justice, du flic du taxi, du jeune désargenté aussi, vers sa fin de carrière. Depuis longtemps déjà, elle est entrée dans le monde de l'automobile de collection et on ne la voit plus guère que presque trop bien restaurée.

Traction avant

mardi 29 août 2017

Plus que Renault et sans haine, c'est bien plus beau, c'est Citroën

CItroën DS coupé et cabriolet

Haut de page