Mot-clé : Conflans-sainte-Honorine


Tous les mots-clés

samedi 1 septembre 2018

Élastique comme du latex - suite


Donc, il y avait une grue dans le parc du prieuré à Conflans-Sainte-Honorine et on pouvait l'apercevoir depuis la rue Carnot. Dans le parc, on pouvait s'approcher de cette grue et comprendre ce qu'elle faisait là. Au bout d'un solide câble d'acier, une cage est posée au sol. Quelques personnes s'affairent autour. Il semble que l'une de ces personnes est en train de se faire équiper de tout un attirail.
Toutes les personnes prennent place dans la cage et le grutier entre en action pour l'élever dans les airs à plus de cinquante mètres de hauteur. Vous l'aurez compris, il s'agit là de s'essayer au saut à l'élastique.
A l'origine de cette animation, il y a l'association Une idée en l'air dont le slogan nous éclaire sur ses buts : "Nous, quand on s'envoie en l'air, on n'oublie pas notre latex". L'idée est de récolter des fonds pour la lutte contre le SIDA et d'autres maladies. Et donc, cette association propose à des personnes saines de corps et d'esprit de monter à des dizaines de mètres pour se lancer dans le vide en ayant une confiance aveugle en un bout d'élastique. Vous le feriez, vous ? Moi pas !

La nacelle est en l'air
Les pieds au bord de la nacelle, la jeune femme semble hésiter à sauter le pas. Ira ? Ira pas ? En bas, c'est ce que tous se demandent. On ne la poussera pas, c'est à elle de se décider. A mon avis, il faut affronter sa peur et ça ne doit pas être si simple. On a beau vous avoir assuré que tout est sous contrôle, que le matériel est vérifié et revérifié, il doit exister une petite appréhension.

la tête en bas en l'air
Elle a sauté ! L'élastique semble étonnamment court au regard de la hauteur. Certes, il n'est pas question de faire un élastique qui irait au sol, ce ne serait pas très pertinent. De combien s'allonge-t-il, cet élastique ? De beaucoup !

Ça ne descendra pas plus bas
La chute est rapide, l'élastique se tend et remonte. Là, mieux vaut avoir le cœur bien attaché et, peut-être, avoir déjeuné légèrement. Pendue par les pieds, la jeune femme joue au yo-yo quelques secondes avant de penduler. A présent, il s'agit de se redresser pour arrêter de jouer au cochon pendu et de laisser le grutier vous redescendre au sol. Le public applaudit le courage.

On se redresse avant la descente

vendredi 31 août 2018

Élastique comme du latex


Ça se passe à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines (78). Depuis le bas de la rue Carnot, on voit la flèche d'une grue se dresser dans le parc du Prieuré au-dessus de la cime des arbres.
Il doit y avoir des travaux. Je continue ma route, emprunte la rue Crapotte et redescend vers les quais où j'arrête la voiture. Il fait beau, nous nous arrêtons à une terrasse pour boire une boisson rafraîchissante avant de monter vers la tour Montjoie. De là, direction l'église qui a été rénovée et le parc avec son château qui héberge le Musée de la Batellerie. Le panneau qui indique les heures d'ouverture du parc nous indique qu'il devrait être fermé. Pourtant, il y a foule. Je décide d'entrer. Les portes sont ouvertes, après tout.
Une fois dans les jardins, nous comprenons que la ville a mis en place des animations pour l'été. Une immense structure gonflable permet aux jeunes et aux adultes de s'essayer au saut dans le vide. Nous continuons la promenade et nous apercevons la flèche de la grue vue plus tôt. La curiosité me pousse à m'approcher pour voir quels sont les travaux entrepris là. C'est humain.

Camion grue