jeudi 15 août 2019

Cinquantième anniversaire de Woodstock

vendredi 2 août 2019

Plus jamais ça, les mesures de la République en marche

dimanche 21 juillet 2019

Programme spatial français

lundi 15 juillet 2019

Ça tourne pas rond

Renault au théâtre du rond-point ?

dimanche 14 juillet 2019

Le jour du quatorze juillet

Je reste dans mon lit douillet. On m'avait dit que je devais me trouver quelque part soit le 12, soit le 13, soit le 14. Hier, nous étions le 13, je n'ai pas pu être là où on m'espérait. La veille, le 12, j'y suis allé. Sans doute trop tôt dans la matinée. Ceux que je devais rencontrer n'étaient pas là. Aujourd'hui, je n'ai pas envie de bouger de chez moi. Tant pis, un nouveau rendez-vous sera convenu… ou pas. Je m'en fous.
La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas. Et c'est vrai et faux. Parfois, je peux trouver un certain charme à une marche quasi militaire mais surtout révolutionnaire. Je ne le cache pas, je peux être sensible à une musique qui appelle à un élan collectif, à prendre les armes et à aller taquiner l'oppresseur. Seulement d'un point de vue intellectuel et romantique, toutefois. Celui qui me fera marcher au pas, il n'est pas né. Ceci dit, rester dans le lit douillet, faut pas pousser non plus. Je ne peux pas dessiner dans le lit. Ça ne me convient pas. Certains y parviennent sans doute. Pas moi.
Je ne fais pourtant de mal à personne, en n'écoutant pas le clairon qui sonne ! Et de fait, le clairon n'est pas l'instrument de musique à qui va ma préférence. Et si je réfléchis un instant à la question des instruments de musique, je dois reconnaître que je n'ai pas d'instrument préféré. Sans doute est-ce parce que je n'aime pas la musique. Je n'aime pas trop le bruit d'une manière générale. Je sais bien que l'on doit ordinairement distinguer le bruit de la musique. Il paraît que ce sont deux choses distinctes. Je veux bien tenter de faire l'effort de le croire mais force est de constater que, dans la majeure partie des cas, les éventuelles différences ne sont pas flagrantes.
Le 14 juillet, on fête la prise de la Bastille. C'est l'événement qui marque le début de la Révolution française. On peut se demander pourquoi nous avons besoin d'une fête nationale, pourquoi il faudrait que celle-ci donne l'occasion à des militaires de défiler et quel est le rapport entre cette Révolution et ces néfastes de politiques qui s'occupent de nous en attendant que le peuple, un jour peut-être, s'occupe d'eux. Je nourris une haine sincère contre l'armée et contre ces connards de politiques. Ce qui est bien avec la haine, c'est que j'en ai pour tout le monde. Mes réserves de haine sont inépuisables. J'en donne aux religions, aux sportifs, aux hommes et aux femmes, aux flics et aux chefs. J'ai la haine facile et il n'est pas difficile de pouvoir en bénéficier.
Ce matin, j'ai fait un dessin. J'en avais commencé un autre lorsque j'ai eu l'idée de celui-ci. Il s'agit sans doute d'une sorte d'extra-terrestre. Je ne sais pas d'où il vient, où il est, ce qu'il fait ou pense. Ce n'est pas mon boulot d'expliquer.

dimanche 7 juillet 2019

La part des anges

C'est un copain qui m'a donné l'information. Dans la nuit du 2 au 3 juillet, dans le Kentucky, un entrepôt de Jim Beam a été victime d'un incendie causé par la foudre. Ce sont 45000 tonneaux de bourbon qui sont partis en fumée, 9 millions de litres du spiritueux envolés directement vers les nuages. Les anges ont dû bien en profiter.

samedi 22 juin 2019

La bougie ou l'atome

Avec les nouveaux déboires de l'EPR de Flamanville, la question d'arrêter les frais se pose. A l'origine, il y a une quinzaine d'années, le budget pour la réalisation de ce réacteur de nouvelle génération s'élevait aux alentours de trois milliards d'euro. Aujourd'hui, on ne sait pas quand l'EPR entrera en fonction mais on sait que le budget sera multiplié par quatre au minimum. Sans doute aurait-il fallu prendre la mesure du fiasco lorsqu'il en était encore temps. Entre le couvercle de la cuve réalisé en un acier ne répondant pas au cahier des charges et les imprévus, nous en arrivons à présent à des soudures qui risquent de ne pas tenir le coup.
Pour les cadres du chantier, on pourrait mettre l'EPR en activité et revenir sur les travaux plus tard. Que le bazar risque de nous péter à la gueule n'inquiète pas outre mesure les experts d'EDF. Bon. C'est vrai que l'on peut croiser les doigts, se munir d'une bonne patte de lapin et espérer que tout se passe bien. Et puis, ce serait ballot d'avoir investi autant d'argent pour tout démolir. Il y a eu de l'investissement. L'investissement, c'est un pari sur l'avenir. Le pari que l'EPR finira un jour par produire de l'électricité. Le pari aussi qu'il n'y aura pas de fuite de radiations. Le pari que l'on saura réparer l'EPR plus tard. C'est une partie de poker avec son lot de bluff.
Nous sommes tous pareils. Lorsque l'on a investi une somme dans quelque chose, on est prêt à continuer à investir parce qu'il serait bien dommage de perdre la mise de fond. De peur de perdre de l'argent, on est prêt à risquer d'en perdre plus encore. Vous jouez une certaine somme au casino. Vous perdez. Bon. Au moins, vous aimeriez récupérer la somme de départ alors vous rejouez et vous reperdez et vous avez encore plus à récupérer alors vous jouez encore plus. C'est idiot mais c'est commun. Combien ont acheté une automobile d'occasion et ont investi de plus en plus de fric dans un véhicule qui se dépréciait de plus en plus ?
Si ça se trouve, avec un peu de chance, l'EPR de Flamanville fonctionnera un jour. Il aura coûté cher, il demandera une surveillance poussée, il ne sera sans doute jamais rentable mais nous aurons prouvé à la face du monde comment on sait bien faire avec notre système D dont nous sommes si fiers. Pour minimiser les pertes, on augmentera le coût de l'électricité et on nous racontera combien nous devons être fiers d'avoir de l'électricité propre qui ne produit pratiquement pas de gaz à effet de serre.
Alors le retour à la bougie, ma foi, pourquoi pas ? Plus sérieusement, réduire la consommation, économiser l'électricité (et le reste), remplacer toutes ces petites merveilles technologiques qui fonctionnent grâce à l'électricité par des systèmes mécaniques utilisant la force mécanique de nos petits bras. Les stores électriques, les portails automatiques, les volets roulants, l'électro-ménager inutile, les climatiseurs et tant d'autres ingénieuses machineries.

lundi 20 mai 2019

A la rencontre d'auteurs et d'autrices de grand talent et d'ouvrages de haute qualité avec de brillantes illustrations

salon livre illustré Thenon 2019

lundi 6 mai 2019

Un million d'espèces en voie de disparition, émoi, émoi et moi

mercredi 1 mai 2019

La deuxième plus grande colonie de manchots empereurs a presque disparu

La meilleure attitude à adopter, finalement, c'est sans doute de s'en foutre. Les manchots disparaissent comme d'autres oiseaux, comme des insectes, comme des mammifères et nous-mêmes finiront par disparaître à notre tour. Nous sommes face à l'inéluctable et nous avons bien conscience de ce caractère. Ça nous renvoie à notre brève condition de mortels. Nous savons que notre vie aura un terme, nous savons que nous sommes des sursitaires, mais nous faisons comme si nous allions parvenir à conjurer le sort et nous en sortir. Dans le fond, à moins d'être parfaitement idiots, nous ne nous faisons guère d'illusion quant à la fin de l'histoire. Nous allons mourir, comme un manchot, comme un papillon, comme un lombric.
Et pourtant, on gesticule, on fait mine de croire que la vie est importante et qu'il faut perpétuer l'espèce, en préserver d'autres. On s'illusionne en pensant qu'il est important de maintenir un certain ordre des choses sur cette planète comme si elle avait toujours habité la vie sous la forme que l'on connaît. On agite les bras pour conserver des cathédrales ou des sites remarquables comme si le genre humain était appelé à vivre jusqu'après la fin du monde. Si ça se trouve, l'humain est con. Il refuse sa finitude comme une grande injustice et il se berce de l'illusion qu'il vivra encore à travers sa descendance. C'est peut-être la condition pour accepter de continuer ce jeu cruel aux buts mal définis.
Les manchots empereurs disparaissent, leur fin est programmée. On accuse le réchauffement climatique, on dit que ce réchauffement climatique est dû à l'activité humaine et je ne pense plus aujourd'hui que l'on puisse sérieusement douter de cela. Ainsi, nous allons réussir à nous exterminer et à entraîner des êtres vivants qui ne nous ont rien demandé dans notre macabre sillon. Moi, je ne me fais pas de souci pour la planète ou pour la "vie" qu'elle abrite. Cette vie prendra encore de nouvelles formes, l'évolution n'est pas terminée. Parce qu'il est sans doute bien présomptueux de croire que l'Homme serait l'aboutissement de quoi que ce soit. L'animal le plus intelligent qu'a jamais accueilli cette planète ? Sans doute. Nous sommes le fruit d'une longue lignée, nous ne sommes pas le but qui aurait été écrit par un dieu ou une puissance extérieure ou supérieure. Du moins, je ne le pense pas et je considère qu'il n'y a pas de preuve crédible du contraire.
D'ici quelques décennies, on estime que jusqu'à 70% de la population humaine aura disparu. Un peu partout, on s'inquiète sérieusement de ce que les bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques connus. Les épidémies conjuguées aux famines, aux guerres, au manque d'eau potable, au rétrécissement des terres habitables vont être mis en œuvre pour faire le ménage dans cette population d'êtres grouillants et verbeux. Avec un peu de chance, je serai mort à l'heure de ce grand coup de balai. Dans vingt ans, je n'en doute pas, je ne serai plus là et je ne m'en porterai pas plus mal. Je crèverai sans trop de regret, sans beaucoup de tristesse. Peut-être, juste un peu de contrariété de ne pas connaître la fin de l'histoire mais bon, on sait déjà que la fin ne sera pas envieuse.

samedi 27 avril 2019

Droit à l'erreur

vendredi 26 avril 2019

Macron d'émission

jeudi 25 avril 2019

Quatre-vingt douzième printemps pour Albert Uderzo par Toutatis !

mercredi 24 avril 2019

D'un extrême à l'autre

On a donc appris que la tête de liste de LaREM, Nathalie Loiseau, avait été candidate d'une liste étudiante d'extrême droite dans sa jeunesse. Mme Loiseau a d'abord raconté qu'elle n'avait aucun souvenir de cet épisode et puis, parce que ça ne fait pas bien sérieux de ne pas avoir de mémoire à ce point, elle a prétendu qu'elle n'avait pas perçu l'orientation politique de cette liste, l'Union des étudiants de droite, émanation du Groupe Union Défense. Enfin, elle a plaidé l'erreur de jeunesse. Bien entendu, et on n'en attendait pas moins, les forces vives de LaREM apportent leur soutien à Mme Loiseau.
Le droit à l'erreur, le droit à la mémoire sélective, le droit à la bêtise dont se prévaut Mme Loiseau sont bien pratiques mais on ne peut raisonnablement pas lui dénier d'être dans l'erreur, de n'avoir pas de cervelle ou d'être bête. Après tout, ce ne doit pas être de sa faute, la pauvre. A mon avis, ça ne doit déjà pas être simple à vivre au quotidien. En plus, mais là non plus elle n'y peut rien, elle semble avoir autant de charisme qu'une huître échouée sur une feuille de papier hygiénique. Moi, je n'ai pas compétence à me prononcer sur le sujet mais aurais-je été en charge de trouver une tête de liste pour les élections européennes que j'aurais sans doute choisi autre chose, n'importe quoi sauf ça. Un parpaing, par exemple. On n'a jamais reproché à un parpaing ses pertes de mémoire ou ses engagements politiques passés.
Sur France Inter, une journaliste a tenté de prendre la défense de Mme Loiseau en rappelant Jospin et le Lambertisme ou Chirac et sa présence auprès du PCF. Et moi, je trouve que c'est plutôt bien que l'on rappelle ça, histoire de dire que, finalement, tous les politiques ont des casseroles qui leur collent au cul et que c'est tout boudin blanc et blanc boudin. Après, bien sûr, on peut être journaliste et avoir des idées, des opinions. Par exemple, ce matin même, un chroniqueur insupportable a parlé du cas du journaliste Gaspard Glanz qui aurait, selon lui, un peu trop d'idées politiques. C'est qu'il ne faut pas en avoir trop non plus. Il faut juste ce qu'il faut d'idées et plutôt des bonnes qui vont dans le bon sens. Ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet mais toujours à propos de Gaspard Glanz, il a été dit que ce n'était peut-être pas tout à fait un journaliste vrai dans la mesure où il n'aurait pas de carte de presse. Un pas tout à fait journaliste avec des idées de gauche, ça mérite bien d'être mis au ban de la société.
Donc, le droit à l'erreur de jeunesse. On en a tous fait, des erreurs de jeunesse, on ne va pas le nier. Pour beaucoup, la première erreur a sans doute été de naître. Je trouve dommage que le fœtus n'ait pas le sens de la dignité nécessaire pour se suicider avant qu'il soit trop tard. J'en connais des tonnes qui m'auraient pas manqué s'ils n'étaient pas nés. Mais bon, les gens naissent et ils commencent à vieillir. La vie, c'est souvent faire des choix. On peut se tromper, faire des mauvais choix, faire des erreurs. Moi-même, je suis presque certain d'en avoir fait, des erreurs. Il faut vivre avec. Parfois, on fait des erreurs dont on n'est pas très fier. Alors, on ne va pas aller clamer en public qu'on a fait telle ou telle connerie, on tente de sauver ce qui peut encore l'être. Parfois, on commet des erreurs qui entraînent que l'on soit obligé de persister dans l'erreur. Il serait trop coûteux d'effacer l'ardoise et de repartir de zéro. Alors, on continue, on arrive à se persuader que ce n'était pas une erreur mais un plan de carrière ou un style de vie.
J'en sais certains qui se bouffent les doigts d'avoir commis des gosses cons comme c'est pas permis et qui, en société, prétendent qu'ils sont heureux d'avoir des rejetons pareils, par exemple. D'autres sont allés à l'école pour apprendre un métier à la con et ils ont fait carrière, sont montés dans la hiérarchie, ont vu leur pouvoir d'achat augmenter. Ils racontent qu'ils ont réussi leur vie et je n'en doute pas un instant. Réussir une vie de merde, oui !
Dans la vie, on est amené à faire des choix et donc à faire des erreurs. Le problème, c'est que l'on n'accepte pas de ne pas choisir. Vous savez, c'est le choix entre la peste et le choléra. On croit que la marche du monde tient au choix que l'on nous propose. On croit qu'il faut choisir entre le Pen et Macron, qu'il faut choisir entre Mme Loiseau et la pêche à la ligne. Je pense que la grande force, c'est de pouvoir suspendre son choix, de savoir dire que non, je ne choisis pas, que je ne comprends pas les termes de ce choix, les enjeux. Je pense qu'il est préférable de passer pour un gentil idiot que pour un méchant salopard.

- page 1 de 23

Haut de page