lundi 10 décembre 2018

Il va parler !

dimanche 9 décembre 2018

Et si on laissait sa chance à l'utopie ?

Ça l'ennuyait beaucoup. Lui qui aimait vivre dans l'illusion, illusion entretenue par son entourage, qu'il pouvait tout contrôler, qu'il contrôlait tout, l'espace et le temps, les femmes et les hommes, les événements autant que les éléments, il affichait une mine grave et contrariée en regardant ce qui se passait dans le pays sur l'écran de son poste de télévision. Ses conseillers, ses ministres, la préfecture de police, les services de renseignement, tout le monde le tenait au courant de tout continuellement. On lui disait les cris entendus, les voitures incendiées, les devantures brisées, les attaques contre les forces de l'ordre. Tout. Il savait tout.
Il faisait carrément la gueule. Il n'avait même plus envie de fanfaronner, de prétendre que tout était sous contrôle et que tout serait jugulé dans les heures à venir, que les mouvements de contestation allaient s'éteindre comme ils s'étaient enflammés. Il n'y croyait plus. Il était assis dans son fauteuil, bien au fond, les mains crispés sur les accoudoirs, la tête légèrement baissée et il restait plongé dans son mutisme qui ne laissait rien présager de très bon. Il n'avait rien mangé à midi, il avait réclamé une bouteille de cognac et il se la sifflait consciencieusement, petit verre après petit verre, les yeux rivés sur l'écran qui déversait un flot ininterrompu de mauvaises nouvelles.
Il ne voulait plus voir personne, il tentait de réfléchir aux solutions qui se présentaient encore à lui. Tout accepter des revendications des manifestants impliquait qu'il se dédise sur tous les points, sur l'ensemble de la politique qu'il avait commencé à mettre en place. Il s'y refusait. Dans le fond, il ne voulait rien donner. Il se refusait à accorder quoi que ce soit. Il était le chef, il était au pouvoir, il avait gagné. Il se considérait comme un monarque républicain investi de tous les pouvoirs, du droit de vie et de mort sur son peuple. Il luttait encore contre l'idée bien tentante de faire charger l'armée, de réprimer la contestation par la force des armes, de faire couler le sang, de faire revenir le calme par tous les moyens à sa disposition. Le chef d'état-major avait tenté de le tempérer, d'expliquer qu'il y avait d'autres moyens que de lancer l'armée contre le peuple, que ça ne ferait qu'envenimer la situation. Il s'était resservi un cognac et s'était renfoncé un peu plus dans son fauteuil, les yeux injectés de sang mauvais.
On avait osé faire état d'une dissolution de l'Assemblée, d'une éventuelle démission. Il s'était mis dans une colère folle et avait envoyé promené tout le monde. Dans les rangs de son parti, on disait la peur. On disait aussi son soutien pour le président mais avant tout, on le pressait de prendre la parole, de trouver des mots d'apaisement, de faire des promesses, de faire des concessions. Or, il n'en était pas question. Il fallait tenir le cap, montrer sa détermination, prouver son courage et sa volonté.
Il se demandait à quel moment ça avait commencé à merder. Il avait réussi à revenir sur les acquis sociaux avec juste ce qu'il fallait de contestations, de grèves, de manifestations. Il était parvenu à plus ou moins convaincre le peuple avec les éléments de langage habituels qu'il maniait à la perfection, il arrivait parfaitement à manipuler, à rouler dans la farine, à mentir avec le parfum de la vérité, à affirmer le caractère inexorable et indispensable de ses décisions. Il y avait eu l'affaire Benalla mais il croyait qu'elle était enterrée, que l'on avait oublié ça. Il avait bien entendu la grogne lors de l'affaire de la piscine, du renouvellement de la vaisselle de l'Elysée. Il s'était contenté de hausser les épaules et de penser que les Français étaient décidément des Gaulois réfractaires. Ce bon mot l'avait amusé, il l'avait ressorti. Il n'aurait peut-être pas dû. Il restait que l'on l'avait choisi en raison de son intelligence, tout le monde lui reconnaissait une intelligence hors du commun, non ? Il avait plein d'énergie, il était jeune, il était beau. Qu'est-ce que l'on pouvait demander de plus ?
Il avait secrètement contacté les dirigeants des partis politiques du pays et des syndicats. Tous l'avaient mis en garde et assuré qu'ils ne contrôlaient rien de ces mouvements. C'était l'anarchie ! C'était ce qu'il détestait le plus. Sauf pour le monde des affaires, bien sûr. Là, il acceptait tout à fait que tout soit dérégulé à l'extrême. La richesse aux riches, la pauvreté aux pauvres et les vaches seraient bien gardées. Pour le président, l'évidence était que les puissants comme les miséreux n'ont que ce qu'ils méritent.
Dans le fond, ce n'est pas qu'il était bête ou méchant, le président, c'est juste qu'il s'était laissé endoctriné. Il avait été formaté comme ça par cette secte de penseurs, de sachants, acquis à la cause libérale. La chute du bloc soviétique avait amené de l'eau à leur moulin. Ils pouvaient enfin prétendre que le socialisme ne fonctionnait pas et qu'il ne restait donc qu'une possibilité : le libéralisme.

Et là…

J'avais commencé à écrire ce texte, je me suis aperçu qu'il n'allait pas me mener loin. Je préfère l'arrêter là.
Taper sur Macron, bon, c'est tentant, bien sûr. D'autant plus que je n'ai pas voté pour lui, que je n'ai pas souhaité qu'il arrive au pouvoir (même si, je dois le reconnaître, je suis soulagé que ce ne soit pas la candidate qui ait été élue). Taper sur Macron, donc, c'est tentant et c'est facile. D'accord, il n'a rien fait pour que ça n'arrive pas mais il n'est sans doute pas seul responsable de ce "ras le bol".
Nous sommes dimanche, au lendemain de ce que l'on appelle "l'acte 4" des manifestations parisiennes des Gilets jaunes. Je ne parviens toujours pas à me sentir complètement solidaire avec ce mouvement et à faire miens les revendications et propos de ces Gilets jaunes. La principale demande semble désormais être le départ de Macron. Ce serait comme un préalable à toute discussion pour un changement de société.
Plus que le départ de Macron, il me semble plus probable que l'on pourrait se diriger vers une dissolution de l'Assemblée nationale, un départ du premier ministre, de nouvelles élections et une cohabitation. Une grande consultation citoyenne ? Des états généraux populaires ? J'ai entendu que des maires ouvraient déjà des cahiers de doléances et se disaient prêts à les communiquer à la présidence de la République. Une nouvelle société ne peut pas, à mon avis, se construire sur une seule baisse des taxes sur les carburants. Une liste de revendications circule sur le web. Limitation du salaire des patrons, fin du CICE, contrôle plus strict du train de vie des élus, augmentation du salaire minimum, création d'emplois pour les demandeurs d'emploi… On pourra dire que certaines (la plupart ?) de ces idées sont fantaisistes mais celles imposées par l'idéologie libérale ne le sont-elles pas tout autant ?

vendredi 7 décembre 2018

La gendarmerie prête à sortir ses véhicules blindés d'intervention !

COP 24 inquiétude pour le climat

mercredi 5 décembre 2018

Internet c'est le mal

La COP 24 qui se tient à Katowice en Pologne nous rappelle que Internet participe à l'émission de gaz à effet de serre et au réchauffement climatique. Un simple courriel produirait à lui seul un équivalent de quatre grammes de CO2. Un courrier électronique contenant une pièce jointe en génèrerait plusieurs dizaines de grammes. Les plus gros consommateurs d'électricité et producteurs de CO2 seraient les sites de "streaming" vidéo, les youtube et autres netflix.
Ce blog paraît bien petit et innocent face à ces poids lourds de l'Internet mondial mais il fait sa part en matière de nuisance. Les fichiers sont hébergés par un serveur dans un centre de données dans le nord de la France qui abrite également un serveur de base de données sans lequel ce blog n'existerait pas. Pour mettre en ligne un billet, j'ai besoin d'un ordinateur connecté à Internet. J'envoie les textes et images sur le serveur et cela utilise de l'énergie. Pour visiter ce blog, vous avez besoin d'un ordinateur, d'une tablette ou d'un smartphone. Vous utilisez de l'énergie vous aussi.


Pour réduire l'impact sur le climat, je pourrais commencer par faire des billets courts, légers, sans images. Vous pourriez vous contenter de regarder ça après vous être posé la question de la pertinence de vos actes et de ne pas vous prêter au jeu puéril et énergivore des commentaires. Vous pourriez aussi organiser, par zones géographiques à définir, une séance de connexion à ce blog qui permettrait à plusieurs personnes de le voir ensemble pendant quelques minutes. Cela créerait du lien social, vous permettrait de partager, de boire un coup, de parler de la marche du monde. Ces séances pourraient être hebdomadaires. En une petite demi-heure, vous auriez connaissance de l'ensemble du contenu publié sur le blog et vous pourriez éteindre l'ordinateur.
Je sais bien que vous n'avez pas un ordinateur uniquement pour pouvoir visiter ce blog. Heureusement pour vous ! Pour ma part, je reconnais laisser l'ordinateur démarré et connecté presque 24 heures sur 24. Je pourrais au moins l'éteindre le soir et débrancher la freebox. Ça ne me manquerait pas, ça ferait du bien pour l'ensemble de la biosphère, ça me ferait faire des économies. Mais je suis trop fainéant même pour un truc aussi simple à faire ! Ou trop insouciant, ou trop mauvais par nature, ou trop bête pour avoir conscience des conséquences de mon mode de vie. Quoi qu'il en soit : c'est mal.

lundi 3 décembre 2018

Et si les Gilets jaunes étaient simplement bêtes ?

Entendu Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire. Elle a bien clairement expliqué la situation actuelle après les actions des Gilets jaunes et la volonté d'Emmanuel Macron et du gouvernement d'Édouard Philippe. Ben voilà ! Une fois que l'on prend le temps d'expliquer les choses, tout devient beaucoup plus clair et, du coup, on comprend.
Alors. Ce que notre président est en train de faire, ce qui lui tient le plus au cœur, c'est de sauver la planète. C'est pour cela qu'il combat avec tant de force tout ce qui peut contribuer à l'émission de gaz à effet de serre, le gaz carbonique en premier, bien sûr. Emmanuel Macron travaille d'arrache-pied à bâtir un monde meilleur, un monde vivable, un monde écologique. Pour cela, avant d'attirer tous les pays du monde dans sa foulée, notre président veut sauver la France, son pays, ses habitants. Notre président est bienveillant.
Il faut bien comprendre que si nous voulons nous en sortir, il faut quitter le vieux monde. SI on ne comprend pas ça, forcément, ça coince. Le vieux monde, c'est celui du moteur à combustion interne, qu'il fonctionne au gas-oil ou à l'essence, du chauffage au fuel et de tout plein de choses mauvaises pour la planète. C'est pour cela, pour notre bien, qu'il a été décidé de taxer les carburants. Les taxes nous aident à quitter ce vieux monde et à entrer de plain-pied dans le nouveau. On nous aide et nous invite à troquer nos vieux véhicules polluants contre de l'automobile propre pour accéder à la mobilité écologique. C'est pour cela que le gouvernement a décidé de mettre en place un système d'aide financière propre à nous aider dans cette transition écologique.

Et avec un peu de pédagogie, il est évident que les Gilets jaunes laisseront les récriminations et la colère pour applaudir et laisser éclater leur joie. Cependant, toutefois, néanmoins, malgré tout, il y a quelques questions qui continuent à perturber le bon entendement de ce bas peuple de l'ancien monde.
Par exemple, pourquoi on ne taxe pas le kérozène des avions, le fuel lourd des navires ? Et aussi, pourquoi on ne crée pas des taxes qui iraient toucher les industries polluantes ou les marchés financiers ? On ne peut pas en vouloir à ces Gilets jaunes de l'ancien monde de penser que l'on ne pique de l'argent qu'à eux. Et puis, il y a aussi la question de la fraude fiscale qui s'élèverait, selon les sources quelque part entre 50 et 100 milliards d'euros. Et encore, sans trop parler de l'ISF, de la baisse des APL, de la CSG pour les retraités et toutes ces sortes de choses.
Ce que le petit monde du vieux monde ne comprend pas tout à fait non plus, c'est en quoi la fermeture des petites lignes SNCF, de petits hôpitaux, de divers services publics et la réforme de l'administration vont impacter durablement la transition écologique et énergétique. Des fois, on peut se demander si l'idée forte de notre bon président de la République n'est pas de sacrifier ces petites gens du vieux monde tout simplement. Comme on dit, on ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs.

Brune Poirson affirmait que le gouvernement est à l'écoute des Gilets jaunes et ouvert au dialogue. Je veux bien essayer de la croire mais j'ai comme un doute. Je ne veux pas faire un procès d'intention à Macron mais tout de même… Est-ce que l'on peut répondre à la grogne, à la colère, en affirmant rester droit dans ses bottes ? Parmi les revendications des Gilets jaunes, certaines sont contradictoires, d'autres idiotes, d'autres encore stupides. Ok. Mais tout n'est pas de ce tonneau. Il y en a qui sont revendiquées par beaucoup de Français. Si ce mouvement recueille plus de 80% de soutiens dans la population, c'est tout de même bien le signe de quelque chose, non ? On peut croire que ce gouvernement et plus largement les "gens de pouvoir" ne sont plus en lien avec la réalité vécue par cette population qui a le sentiment de subir le pouvoir, de ne pas être représentée par lui, d'être sous le joug de la classe dirigeante qui aurait tous les droits et aucun devoir. Ça ne peut pas se terminer juste comme ça avec quelques propos moralisateurs. Qui peut croire que le Français, ce Gaulois réfractaire, prend plaisir à polluer l'atmosphère ? Qui peut croire qu'il refuse l'automobile électrique juste parce qu'il aime son turbo-Diesel ?


Je me demande si une solution de "sortie de crise" existe aujourd'hui. Ce que ces mouvements de Gilets jaunes semblent montrer plus que tout, c'est la multiplicité, la diversité des mécontentements et des colères. Il n'est même pas envisageable de satisfaire toutes les demandes tellement elles sont nombreuses et parfois contradictoires. Il faudrait trouver au moins un plus petit dénominateur commun, un point, ne serait-ce qu'un point, qui ferait consensus. Il ne suffira plus de supprimer les taxes sur le carburant, ça c'est désormais une certitude. Ce qui est grave, à mon sens, c'est aussi la défiance généralisée qui se met en place contre tout ce qui peut revêtir le costume de l'officiel. Politiques, syndicalistes, mais aussi presse. Cette défiance ne semble pas toucher les forces de l'ordre pour le moment mais qu'en sera-t-il si ce gouvernement demande à la police et à l'armée de rétablir l'ordre public par tous les moyens ? Le risque d'insurrection est-il si éloigné que ça ? Il paraît que des mouvements naissent aussi en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne. La contagion peut-elle s'étendre ? Ce ne sont pas les questions qui manquent !

dimanche 2 décembre 2018

Des revendications légitimes

mercredi 28 novembre 2018

Apprendre à causer bien



samedi 24 novembre 2018

Darmanin se fout de notre gueule

Déjà, il a une bonne vraie gueule de con. De vrai con, vraiment. Il est ministre de l'Action et des Comptes publics. Il a été exclu de Les Républicains. Il s'est prononcé contre le mariage homosexuel. Un con, vous dis-je.
Ce con, donc, a voulu dire combien il comprend les Français de la France d'en-bas. Et comment ça s'y prend un immense et glorieux connard quand ça veut dire qu'il comprend cette France populaire ? Hein ? Il s'y prend comme le con magnifique qu'il est, il se lamente lamentablement des prix des restaurants parisiens où l'on doit payer deux cents euros pour deux personnes… sans même prendre de vin. Mais mon pauvre gros con de ministre de merde ! Est-ce que tu sais seulement à qui tu parles, toi qui est fils de tenancier de bar et de femme de ménage ? Comment peux-tu, toi, ignoble connard, mépriser le petit peuple, toi qui en viens, connard ! Comment ?
Il voudrait mettre de l'huile sur le feu, ce connard merdeux, qu'il ne s'y prendrait pas mieux. Je ne sais pas ce que va donner cette colère des gilets jaunes mais déjà, on sait quelle tête placer au bout d'une pique, pour commencer.
Je suis en colère.

jeudi 22 novembre 2018

Le gas-oil, une nouvelle vision du luxe

Fut un temps où le moteur Diesel était réservé aux poids-lourds, aux tracteurs agricoles et aux voitures taxi. Le moteur Diesel était un mal nécessaire, plus économe en carburant mais aussi poussif, bruyant, polluant. A la faveur des deux chocs pétroliers des années 70 et à la hausse du prix du pétrole consécutive, le gas-oil a su attirer d'abord les gros rouleurs puis toute la France avec les promesses de consommation moindre et, surtout, de coût plus bas au litre.
De longue date, deux constructeurs proposaient des automobiles à moteur Diesel, Mercedes-Benz et Peugeot. Aux débuts des années 80, Renault, Volkswagen puis tous les autres ont placé ces motorisations dans leurs catalogues. Parce qu'un moteur Diesel est plus technique qu'un moteur essence, qu'il nécessite une pompe à injection, un bloc moteur et une culasse capable de supporter un taux de compression plus grand, des injecteurs aussi, le prix de l'automobile à moteur Diesel était plus important que la même automobile à moteur à carburateur classique. On pensait se rattraper sur son investissement en payant moins cher son carburant. Et peu à peu, effet d'échelle aidant, les constructeurs ont pu proposer des voitures roulant au gas-oil à prix égal. En France, ça a été un appel d'air, ça a marché et la majorité des automobilistes s'est mis à rouler en Diesel.
Il y a eu des améliorations. On a ajouté un turbo-compresseur, on a imaginé des systèmes d'injection plus performants, on a cherché à atteindre le niveau d'agrément du moteur à essence. Les voitures neuves sont devenues les voitures d'occasion tant et si bien que bientôt, on a été presque incapable de trouver autre chose que du Diesel sur le marché. Avec les améliorations, le moteur Diesel est devenu plus fragile, moins fiable, moins increvable, plus cher à l'entretien mais il était devenu la norme et c'était le choix par défaut pour l'automobiliste. En concession, il fallait la demander explicitement pour que l'on vous propose une automobile à moteur essence.
Et alors, l'écologie est passée par là. Un coup, il fallait rouler en Diesel, un autre coup, il ne fallait surtout pas utiliser de Diesel. La valse hésitation a fait que l'on ne savait plus exactement qu'elle attitude adopter. Aujourd'hui, c'est haro sur le Diesel, c'est tollé contre l'essence, c'est l'enthousiasme pour l'électrique ! Et on s'apercevra qu'il y aura besoin de beaucoup de centrales électriques et que l'on ne pourra pas produire suffisamment et ça repartira pour un tour. On veut nous faire comprendre qu'il nous faut changer de paradigme, que le temps du véhicule personnel est derrière nous. Nous n'y sommes pas prêts.

mercredi 21 novembre 2018

Parce qu'il le vaut bien

Si scandale il y a, où se trouve-t-il ? Est-il dans les millions cachés aux services fiscaux japonais ou dans l'avidité ? Lorsque l'on gagne ses neuf millions d'euros par mois an, a-t-on raisonnablement besoin de gagner encore plus ? Craint-on les fins de mois difficiles ? Vit-on dans la peur du lendemain ? Carlos Ghosn est suspecté d'avoir omis de déclarer pas loin de la moitié de ses revenus (38 millions d'euros au lieu de 78 millions d'euros). Si l'erreur involontaire n'est pas totalement inenvisageable, elle est assez peu crédible. L'erreur aurait couru sur plusieurs années, entre juin 2011 et juin 2015.
Garder une poire pour la soif, c'est humain. Constituer des réserves pour les toujours possibles jours mauvais, c'est compréhensible. Nous avons tous un paquet de sucre mis de côté, du café d'avance, une bouteille d'huile et un paquet de pâtes dans les placards. Je suppose que Carlos Ghosn est un inquiet, un anxieux. Chaque jour, il doit se dire que l'on ne sait pas de quoi demain sera fait et, sans même y réfléchir, il met un petit million de côté pour pouvoir voir venir, au cas où.
Et puis, Carlos Ghosn est une personne tout à fait honorable. Un grand patron, un capitaine d'industrie, un redresseur d'entreprise, un visionnaire d'exception. Au Japon, on en a fait un héros de manga. C'est un être charismatique et complexe, un représentant de l'excellence à la française. Grâce à lui, le fleuron de l'industrie française qu'est Renault s'est hissé au plus haut à l'échelle mondiale.
S'il est d'ores de déjà écarté de la direction de Nissan, il reste à son poste de PDG de Renault. On a tout de même noté qu'il était quelque peu empêché et on a nommé un Bolloré pour faire l'intérim. Ouf ! Les Twingo et autres Zoé vont continuer à tomber des chaînes et à fleurir dans les concessions. C'est qu'il faut en vendre des voitures pour payer le salaire de Carlos ! Bon, il faut être honnête, il n'y a pas que ce salaire à payer. Et en plus des salaires, il y a la publicité. Parce qu'une Renault, s'il n'y avait pas la pub, ça se vendrait moins bien, il faut le reconnaître. Chez Renault, le budget pub monte à plus de quatre cents millions d'euros par an. Ce n'est pas rien mais c'est à ce prix que l'on trouve de la Renault dans les spots pub de la télé et sur les pages en papier glacé des bons magazines. C'est qu'il faut réussir à vendre toutes ces voitures qui donnent tant de travail à tant de monde.
Et là, on se prend à frémir d'effroi à l'idée que l'image de Renault puisse être écornée par la mise en cause de son estimable patron. La bourse a réagi, les investisseurs sont frileux. Le consommateur pourrait chercher à sanctionner la marque et s'en détourner pour la concurrence. Il faut calmer le jeu comme on dit dans les milieux sportifs. Il faut rassurer et dépassionner le débat. Jusqu'à preuve du contraire, Carlos Ghosn est innocent. Ce sont les Japonais qui manœuvrent pour faire tomber ce héros au sourire si doux et au grand cœur. Salopards de Japonais ! Ah ! Les traitres ! On ne peut pas faire confiance à ces gens étranges au sourire impénétrable. D'ailleurs, Carlos Ghosn n'a rien dissimulé au fisc français à ce que l'on en sait. Ça prouve bien que nous avons affaire à quelqu'un de foncièrement honnête. Il faut sauver Renault, il en va de l'avenir de la nation.

lundi 19 novembre 2018

Macron sauve la planète - épisode 1

jeudi 15 novembre 2018

Pas touche au gas-oil du peuple !

Je n'irai pas manifester avec les "gilets jaunes". Je suis plein de suspicion par rapport à ce mouvement et je pense que le combat n'est pas des plus nobles qui soient. Je ne manifesterai pas aux côtés de la Peine et de Mélenchon. On a les combats qu'on peut.
C'est quoi le problème au juste ? Le prix des carburants. C'est tout ? Oui, c'est rien que ça. C'est juste que des gens disent qu'ils en ont marre de payer pour rouler. Dans l'idéal, ils voudraient que les carburants soient gratuits. Parce qu'ils ont conscience que l'on ne leur accordera pas ça, ils demandent que, au moins, le gouvernement baisse les taxes. A quel niveau ? Je n'en sais foutre rien.
On m'a demandé si ça me plaisait de payer des taxes. On m'a dit, bien sûr, que je ne devais pas me sentir concerné ou, pire encore, que j'étais un soutien fidèle et sans concession à Macron. Je rassure tout le monde, je paie mon carburant comme tout le monde et je n'aime pas la politique de Macron.
Pour certains, l'idée est de foutre le bordel pour réussir, à terme, de mener la révolution qui va conduire Macron et ses sbires au pilori. Le peuple va ainsi se soulever et marcher sur l'Élysée comme un seul homme. On va voir ce qu'on va voir ! On ne pique pas les sous du peuple sans avoir à craindre son courroux. Les têtes au bout des piques, les barricades… et le carburant à un prix aussi bas que possible.
Plus prosaïquement, je ne me vois pas revêtir cet horrible gilet jaune pour parader en public. J'ai ma dignité. Et pourquoi pas un nez rouge ou des mocassins à gland, tant qu'on y est ? Franchement, faut pas s'aimer pour accepter de se ridiculiser ainsi.
Qu'il y ait de la colère contre Macron, ça je le comprends. C'est bien. Ça aurait été encore mieux de comprendre plus tôt qu'il ne fallait pas le mener à son poste mais bon, on ne refait pas l'Histoire. Je me demande combien il y en aura à manifester qui ont glissé le bulletin Macron dans l'urne aux premier et deuxième tour des présidentielles. La colère présente est la voix de la déception, le prix du carburant est un prétexte à manifester. Vous allez voir qu'ils seront plus nombreux pour cette mobilisation que lorsqu'il s'agit de défendre les services publics, la Sécurité Sociale, les acquis sociaux. La France est peuplée d'automobilistes qui défendent un modèle de société qui sent le gas-oil.

dimanche 11 novembre 2018

La paix n'a pas gagné la bataille

Cent ans après, de quoi nous souvenons-nous ? On nous a raconté qu'il fallait cultiver le souvenir pour que ce soit la Der des Ders à tout jamais. Le conflit fini, la paix aurait pu, aurait dû, se propager pour longtemps. On sait ce qu'il en a été. On est même allé jusqu'à accuser les pacifistes d'avoir provoqué la deuxième guerre mondiale. Faut-il des raisons pour expliquer une guerre ? Peut-on expliquer la guerre ? L'excuser ? La comprendre ?
La guerre existe depuis longtemps, existera encore longtemps, est partout à différentes échelles. La paix ne fait pas partie de la panoplie du genre humain. La paix, si seulement elle peut exister un jour, devra être le fruit d'un énorme bouleversement des consciences, du schéma mental de l'Homme. Tout donne à penser que nous ne sommes pas prêts pour la paix, que nous sommes programmés pour la guerre, le combat.
On peut le comprendre, nous sommes le fruit d'une longue évolution du vivant et ce vivant se bat pour sa survie et sa reproduction depuis très longtemps. Les tout premiers organismes vivants se contentaient peut-être de puiser leur source de vie de l'environnement, de la chimie de leur milieu, de la lumière et de la chaleur du soleil. Les premières cellules, il y a peut-être 3,5 milliards d'années, étaient possiblement des cyanobactéries, des stromatolithes, pour qui le sens de la vie était sommaire. Il y avait bien une certaine forme de vie, embryonnaire, mais pas de pensée, pas de but, pas d'idée.
A un moment, la concurrence est arrivée. Les espèces se sont multipliées, des stratégies sont nées. Certaines solutions n'ont pas connu le succès et ont été abandonnées. La concurrence a conduit à croître plus vite ou en plus grand nombre, de détruire les organismes voisins. Le règne végétal n'est pas pacifique du tout, la guerre est toujours présente. L'idée de la défense d'un territoire, de l'occupation d'un écosystème, de l'éradication des concurrents n'est pas nouvelle et nous avons hérité de toute cette longue histoire.
Aujourd'hui, pour vivre, nous devons tuer. Ne serait-ce qu'une carotte ou un poireau. Mais nous ne voulons pas seulement vivre, nous voulons l'abondance, nous refusons le risque de manquer. Alors, on y va à tour de bras, on ratiboise, on avale goulûment, on dévore à belles dents, on vole la part du voisin et le voisin par la même occasion et sa femme et sa fille pour faire bonne mesure. Et enfin, son cochon, ses rutabagas et on va faire une petite sieste avec le sourire de celui qui a bien œuvré. C'est ce que l'on appelle l'humanité.

Un siècle après la fin de cette guerre horrible on nous fait de beaux discours et de belles cérémonies. On en appelle à la paix entre les peuples et c'est de la belle hypocrisie, du pur mensonge fait-main, de la vraie belle ouvrage. Je ne comprends pas le sens profond de tout cela. Devoir de mémoire ? Ah ! Le Devoir de mémoire ! Il se trouve que je n'ai pas, dans ma famille, de "Mort pour la France". Il doit bien y en avoir, hein, mais pas un qui ait franchi la barrière de ma lignée et qui soit arrivé jusqu'à moi. Je ne le regrette pas, je ne m'en enorgueilli pas non plus. C'est comme ça. Mon arrière grand-père maternel, du côté de son père, était Allemand pour ce premier conflit mondial. Il n'est pas mort à la guerre. Je n'ai pas de monument au morts où aller me recueillir. Il m'arrive de les regarder, ces monuments, de lire la liste de ceux tombés au champ d'honneur entre 14 et 18 puis entre 39 et 40. Parfois, ceux de la guerre d'Algérie ont été ajoutés. Je n'ai pas connaissance d'un monument pour ceux d'Indochine.
Que va-t-il se passer ? A Paris, on va réveiller la flamme du soldat inconnu, on va dire des mots et on va s'en retourner préparer la prochaine guerre ou vendre des armes pour une guerre économiquement profitable. Hypocrisie de merde. Merde à la guerre, merde aux armées, merde aux militaires ! Merde, merde et re-merde !

- page 1 de 21

Haut de page