Le rhum, poison fruit de l'esclavage


tandis que mon œil torve[1] quittait la bouteille de rhum photographiée et présentée ici hier, j'en vins à me questionner sur l'histoire de cet alcool. Il ne me fallut pas longtemps pour réaliser l'évidence : le rhum n'aurait jamais existé sans l'esclavage.
Et de fait, le rhum est issu en droite ligne de la culture de la canne à sucre. La culture de la canne à sucre est intimement liée à l'esclavage. Une recherche sur Internet m'informait de l'origine sud-asiatique de cette plante. Une recherche plus poussée m'apprenait que la canne à sucre avait alors été implantée sur les côtes africaines et que sa culture était assurée par des esclaves.
Christophe Colomb découvre le continent américain. On comprend que le climat des îles des Caraïbes pourrait être favorable à cette culture. Seulement, pour cultiver cette canne d'où l'on tire le sucre dont l'Europe s'est entiché, il faut de la main d'œuvre. Le génie humain n'étant jamais en reste pour inventer une nouvelle saloperie, on organise le transport d'esclaves de l'Afrique vers l'Amérique.
Il y a une forte demande de sucre, on l'a vu, il faut de la main d'œuvre pour cultiver la canne à sucre, on l'a dit. L'offre doit répondre à la demande. Nous sommes en présence des merveilles de l'économie capitaliste avant qu'elle ait été théorisée. Il s'agit d'un capitalisme bien décomplexé. Si l'on peut ne pas payer la main d'œuvre, pourquoi s'en priver ? Rapidement, les femmes et hommes transportés dans des conditions épouvantables à travers l'Atlantique ne sont plus considérés comme des êtres humains mais comme des marchandises. On les vend, on les achète, on en dispose. Dans les plantations, l'espérance de survie est d'une dizaine d'années. Entre la fin du XVe siècle et l'abolition de l'esclavage, on estime à plus de trente millions de femmes et hommes à avoir été vendus et achetés. On estime à plus de 10% les "pertes" durant les traversées.
Avec la canne à sucre, on produisait du sucre. Si on a du sucre, on le sait bien, on peut produire de l'alcool. On eut l'idée de distiller la canne à sucre et on inventa le rhum. Ce rhum devint l'alcool exotique par excellence, celui des marins, des pirates. C'était surtout le fruit du sang des esclaves exploités au sens propre par des propriétaires avides et cupides.

C'est pour ces raisons qu'il faut refuser le rhum et lui préférer le whisky écossais qui, lui, n'a pas de sang sur les mains et donne de la classe et de la distinction vraie à celui qui sait s'en délecter, assis dans un moelleux fauteuil près d'un flamboyant feu de cheminée.

Note

[1] le plus torve des deux, je veux dire

Commentaires

1. Le vendredi 11 mai 2018, 12:21 par Sax/Cat

Pour être plus précis, le single malt scotch whisky n'a sur les mains que du sang anglais, ce qui n'est pas grave du tout.

2. Le vendredi 11 mai 2018, 12:23 par Michel

@Sax/Cat : Ça a du sang ces bestioles ?

3. Le vendredi 11 mai 2018, 13:24 par Oncle Dom-Tom

Bon, moi, si on m'avait proposé une croisière gratuite aux Caraïbes à cette époque là, je pense que j'aurais flairé le coup fourré.

4. Le vendredi 11 mai 2018, 13:29 par Liaan

Sont-ce les lunettes de vue de Van Gogh ?
(je remarque qu'une des branches est absente,
ou tout du moins coupée sur la photographie)

Bon, sinon, je préfère toujours le poison Nég'ita.
(On ne se refait pas)

5. Le vendredi 11 mai 2018, 14:01 par Jaune Vouaine et J'aime stivouart

Le wouiski, c'est bien meilleur après avoir traversé le désert de Sonora, quand, après avoir attaché ton cheval à l'entrée du saloon, tu te rafraîchis le gosier à grandes lampées avec cette délicate et rafraîchissante boisson.

6. Le vendredi 11 mai 2018, 14:10 par Michel

@Oncle Dom-Tom : Oui, moi aussi. Mais j'ai des origines polonaises du côté de ma mère et donc suis un peu slave. Et quand je lis "slave" je ne peux pas m'empêcher de penser à une curieuse similarité avec le mot "slave" pour dire "esclave" dans d'autres langues que la mienne. Je suis potentiellement descendant d'esclave, si ça se trouve !
@Liaan : Tout à fait. Van Gogh me les a prêtées le temps de la photo. Pour l'anecdote, une fois qu'il a vu la photo il est parti se couper l'autre oreille et il a décidé de passer définitivement aux lentilles de contact.
Vous préférez le Neg'ita au Lagavulin. Voyez-vous, ça m'arrange.
@Jaune Vouaine et J'aime stivouart : Sans doute, sans doute. Le souci est que je n'ai pas de cheval et que je ne tiens pas d'une façon inconsidérée à traverser quelque désert qui soit. J'ai déjà bien assez à faire avec le désert intellectuel régnant partout et ailleurs.

7. Le vendredi 11 mai 2018, 15:08 par Tournesol

@Michel : rassurez vous,les bons esclaves venaient de Slovénie et de Croatie.Les romains les appréciaient car ils se rebellaient peu,étant plutôt versés dans la résignation.
Mais l’esclavage des noirs découle de la controverse de Valladoid,Charles Quint ayant des 1526 interdit l’esclavage des amérindiens,par souci du salut de son âme.Et puis si les européens étaient décimés par la vérole,les amérindiens crevaient de la grippe,il fallait bien les remplacer.Les noirs passaient par là,ils ont fait l’affaire.
Je ne suis pas sûr que le vin de nos amis grecs et romains aie toujours été élevé par des hommes libres.Mais je continuerai à boire du vin et du rhum,pour la meilleure raison qui soit: parce que c’est bon!
Mais la bière a l’ame pure et n’est entachée d’aucune infamie depuis les mésopotamiens,à la vôtre!

8. Le vendredi 11 mai 2018, 19:02 par Le prof Turbled

@Tournesol :
ValladoLid! Ne confondez pas avec Hémoroïd!
@Michel :
Vous souffrez de désert intellectuel? Vous vivez près d'un stade?

9. Le vendredi 11 mai 2018, 20:28 par Michel

@Le prof Turbled : Mon dieu non !

10. Le vendredi 11 mai 2018, 23:18 par fifi

Six slaves, six nettoie, si ce n'est toi - c'est donc ton frère.

Savez vous que le pays où ses habitants sont les plus propres, c'est la ( enfin c'était ) : la Yougoslavie.

11. Le vendredi 11 mai 2018, 23:23 par fifi

La honte, préférer le Neg'ita au Lagavulin ... il me déçoit grave l'ancêtre. Bon, je fais des fautes grosses comme moi, mais là, c'est un scandale.

12. Le samedi 12 mai 2018, 04:48 par Tournesol

@Le prof Turbled : Valadolidl?Il avaient déjà des supermarchés à l’epoque?

13. Le samedi 12 mai 2018, 10:34 par arielle à cadaquès

@Tournesol : C'est un sujet à controverse, certains prétendent que oui, d'autres nient l'existence du supermarché !