Moi René Tardi, suite

Je vous parlais du premier opus[1] de l'histoire de René Tardi, père de Jacques le 15 décembre 2012. Aujourd'hui, je vais vous causer du deuxième livre qui précède, on nous le laisse entendre, un troisième. Dans ce deuxième épisode, nous retrouvons René Tardi sur la route durant son retour à la liberté depuis la Poméranie orientale jusqu'à Valence.

Moi René Tardi prisonnier de guerre au stalag IIB - Jacques Tar
C'est la fin de la guerre et face à l'avancée de l'Armée rouge, on vide les camps, ceux ordinaires, les stalags, et les camps d'extermination, aussi. Pour les prisonniers, déjà mal en point, c'est une longue marche qui débute sur les routes avec des détours, des haltes plus ou moins longues, la faim, les exécutions. Les jours passent et la guerre est de plus en plus mal engagée pour les Allemands. Les bombardements alliés écrasent des villes, l'armée allemande n'a plus de quoi faire voler ses avions, les camions, les chars d'assaut sont en panne de carburant. Pourtant, certains soldats croient encore en la capacité d'Hitler à gagner la guerre.
En s'appuyant sur le carnet de son père dans lequel il s'est attaché à décrire le plus fidèlement possible sa vie dans ce stalag et la marche jusqu'à la liberté, Jacques Tardi livre une bande dessinée forte en charge émotive et en colère rentrée contre les nazis mais aussi le peuple allemand qui approuvait encore assez largement les idées de Hitler et ses acolytes. Jacques Tardi se représente comme l'enfant qui aurait pu être aux côtés de son père pour lui poser des questions, pour expliciter tel ou tel détail, pour s'interroger et pour critiquer, aussi.
Plus que le premier tome et peut-être parce que plus en contact avec la population civile, cette BD me semble être en colère, avoir un appétit de vengeance. Il faudra que je relise le premier épisode. Apparemment, Jacques Tardi laisse supposer qu'il y aura une suite à l'histoire, après que René est rentré chez lui à Valence et qu'il a été réintégré dans l'armée française, lui qui s'était engagé avant guerre.
L'histoire nous emmène depuis le stalag IIB en Poméranie, en hiver, jusqu'à la rencontre avec les soldats anglais et américains, les libérateurs, puis jusqu'à Valence. En aparté, on assiste au suicide de Hitler dans son bunker et à celui de temps d'autres dignitaires nazis et de leur famille. C'est la débâcle espérée par certains et crainte par d'autres. Pour moi, vraiment, c'est toute la partie qui explique qu'une large partie du peuple allemand était rangée aux idées nazie qui m'a mis en colère. J'imagine que c'est la preuve de la force de cette BD. Je n'ai pas connu la guerre, je n'ai pas eu à en souffrir, je n'étais bien sûr pas dans ce stalag IIB, je n'ai forcément jamais rencontré René Tardi. Et pourtant, à la lecture de ce livre, j'avais le sentiment de le vivre. Etonnant. Je vous conseille la lecture, ça vaut le coup.

Note

[1] j'aime bien quand ça fait un peu pompeux, des fois

Haut de page