Et pendant ce temps, à Thenon…


Je m'étais rendu à Thenon pour faire le plein de carburant. Aux pompes, deux véhicules attendaient du côté droit tandis que, du côté gauche, celui qui, parce que l'orifice de remplissage de mon véhicule s'ouvre du côté droit, a ma préférence, se trouvait une automobile immatriculée en Bretagne arrêtée dans le sens contraire de la marche. Ce n'est pas que j'aie quoi que ce soit contre les Bretons et j'ai bien conscience qu'il convient de ne pas, d'un cas particulier, faire de généralité mais je n'ai pas pu m'empêcher de qualifier l'automobiliste présent là d'abruti fini. D'accord, je le comprends, en se présentant ainsi à contresens il avait l'ouverture de son réservoir du bon côté et, j'en conviens, cela était plus pratique. Cependant, l'automobiliste ne semblait pas avoir pensé un instant qu'en agissant de la sorte il empêchait un autre automobiliste d'attendre son tour de ce côté des pompes à carburant. Je me rangeais donc, sans rien dire, derrière les deux véhicules de droite et patientait.
Arrivant dans la direction de Périgueux, trois automobiles s'engagent sur le parking du supermarché. Trois automobiles américaines. Je me murmure à l'oreille que j'ai été bien avisé de prendre un appareil photographique avec moi et cela me met de bonne humeur.
La première voiture a fini de faire le plein de carburant, la deuxième se met en position. Le temps qu'elle en ait fini, le Breton idiot en arrive tout juste à raccrocher son pistolet. Alors, il commence une danse rituelle assez amusante bien qu'un peu déconcertante. Dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, il fait le tour des pompes (en passant derrière la voiture qui me précède) à deux reprises en lançant des regards appuyés de haut en bas et de droite à gauche. Je finis par comprendre que le Breton débile cherche du papier pour essuyer ses mimines. N'en trouvant pas, dépité, il se résout, la mort dans l'âme pense-je, à s'installer au volant de sa petite auto. Alors, ce qui devait arriver arriva. Une autre auto arrive et se place face au capot du breton véhicule. Le Breton mou du bulbe agite alors frénétiquement les bras derrière son pare-brise pour faire comprendre que l'arrivant le gène beaucoup. Pendant ce temps, je prends position pour à mon tour remplir mon réservoir.
Une courte engueulade survient au terme de laquelle notre Breton demeuré est contraint de repartir en marche arrière. Je ris sous cape. Je repose le pistolet, visse le bouchon de réservoir et monte dans la voiture. Je décide d'aller vérifier s'il n'y aurait pas moyen de faire des images des américaines entrevues. Quelle chance ! Elles sont là, bien garées, s'offrant en spectacle. Je me gare, prends l'appareil et vais faire des images. J'en profite pour discuter avec le propriétaire de la Dodge. Il m'apprend qu'elle arrive de l'Arizona où elle était plus ou moins abandonnée. Il y a eu du boulot pour la rendre roulante, il a fallu changer le radiateur et le carburateur, par exemple. Par contre, nulle question de restauration pour le moment, elle va rester dans son jus, dans l'état où elle a été trouvée. C'est un choix, j'aime bien aussi.
Il s'agit donc d'une Dodge de 1948 équipée de son six cylindres à soupapes latérales. A ses côtés, une Cadillac de 1958 et, un peu plus loin, une Plymouth de 1953, toutes deux munies de V8 culbutés. Je refais quelques photos, finis de causer avec le propriétaire de la Dodge et repars chez moi.

Dodge Coupé 1948
Cadillac Coupe DeVille 1958
Buick Special 1953


Commentaires

1. Le mercredi 23 mai 2018, 10:06 par Tournesol

Négrier,c’est votre deuxième prénom?

2. Le mercredi 23 mai 2018, 10:07 par Michel

@Tournesol : Non ! Ma profession.

3. Le mercredi 23 mai 2018, 10:19 par Sax/Cat

Je constate quand même qu'ils sont garés comme des sagouins.
Ils mériteraient d'être bretons tiens.

4. Le mercredi 23 mai 2018, 10:35 par Liaan

@Sax/Cat : Je remarque que la Buick Special 1953 est immatriculée en Gironde...
Si les 5 sont bien des 3 !
Parce ces chiffres façon pochoir prêtent à confusion. Je signalerais bien le cas à l'agent Beudebois ou à Longtarin.

@Michel : L'écrivain-dessinateur illustré sur l'affiche (dessin, conception, réalisation Michel Loiseau) ressemble fortement à notre regretté Cabu.
Je vois que vous utilisez l'écriture inclusive avec Auteur.e.s histoire de vous distinguer. Si un mot me fait horreur, c'est bien le mot auteure (avec encore plus dément, autrice utilisé par certains)
Comme l'avait noté, je crois, nono sur ce blog, confondre le genre grammatical avec le genre humain, c'est bien des couenneries très tendance.

5. Le mercredi 23 mai 2018, 10:37 par Liaan

@Liaan :
Parce ces chiffres façon pochoir
Je suis tellement prude que je n'emploie plus le mot que...

6. Le mercredi 23 mai 2018, 10:47 par Michel

@Sax/Cat : Il faut reconnaître que les places de parking ne sont pas étudiées pour accueillir les plus de cinq mètres de la Cadillac. Les Girondins valent bien les Bretons à mes yeux.
@Liaan : Les 3 sont des trois.
Vous avez le droit de regretter Cabu et même de le faire vôtre si cela vous chante. Vous trouvez une ressemblance entre le dessin et ce dessinateur. Cela n'engage que vous.
J'aime et l'humour et l'ironie et c'est pourquoi il me plaît de faire usage de l'écriture inclusive. Je me doutais qu'un esprit chagrin trouverait à y redire et n'ai pas été déçu. Je plaçais beaucoup d'espoirs en vous.
Vous n'aimez ni "auteure" ni "autrice". C'est noté. J'essaierai d'en placer le plus possible désormais.
Confondre le genre grammatical avec le genre humain ? Diantre ! Fichtre ! Expliquez-nous cela !

7. Le mercredi 23 mai 2018, 10:52 par Le prof Turbled

Si, comme moi, vous étiez venu faire un tour à Allassac samedi ou dimanche, vous auriez pu voir ces trois américaines, plus une bonne trentaine d'autres, parmi lesquelles se trouvaient divers pick-up Ford et Chevy des 50's, ainsi que de nombreux Hot-rods à base de Ford A, des Cadillac, Chevrolet Bel air, une Nash, et d'autres encore, dont une deuche Hot-rod sublime, avec des peintures et des prépas moteur à tomber, plus une kyrielle de Harley à la même sauce, un orchestre rockabilly, et une foule de passionnés d'Amérique des années 50. Une rencontre annuelle à recommander.

8. Le mercredi 23 mai 2018, 10:53 par Sax/Cat

Je constate aussi que vous avez omis la mention "ne pas jeter sur la voie publique".

9. Le mercredi 23 mai 2018, 10:55 par Le prof Turbled

@Liaan :
Hé, je suis assez d'accord avec vous, au sujet des mots politiquement corrects hâtivement féminisés.

10. Le mercredi 23 mai 2018, 10:57 par Liaan, esprit chagrin

@Michel : Ravi de ne pas avoir déçu vos attentes.
En langue française correcte, il suffit de dire une auteur. Cela suffit largement.

11. Le mercredi 23 mai 2018, 11:00 par Liaan, esprit chagrin

@Le prof Turbled : Allasac, y'aura bien quelques images dans le prochain Nitro.

Merci de me soutenir dans mon souci de jacter correctement.

12. Le mercredi 23 mai 2018, 11:05 par Michel

@Le prof Turbled : Je ne peux pas être partout et, en plus, j'ai la fâcheuse habitude de ne pas aller là où je ne souhaite pas être.
Il se trouve que je n'ai aucune accointance particulière avec les manifestations "country" et/ou en relation avec une prétendue nostalgie des années 50 américaines. Je ne déteste pas les véhicules américains, les préfère des années 30 à 40 — avec une tendresse particulière pour la Ford T et, dans une certaine mesure, pour les muscle cars des années 60 et 70 —, mais je n'aime pas les rassemblements qui tentent de faire "revivre" le rêve américain sous des formes trop caricaturales à mes yeux.
Bref, j'étais ce samedi à Saint-Julien-de-Lampon et n'avait pas entendu parler de ce rassemblement à Alassac, triste village s'il en est.
@Sax/Cat : C'est mon côté rebelle.
@Liaan, esprit chagrin : Une écrivaine peut-être ?

13. Le mercredi 23 mai 2018, 11:42 par Liaan, esprit chagrin

@Michel : Écrivaine : non point.
Tout cela est bien vain, la pauvre écrivain devint vaine, et c'est pas de veine.

14. Le mercredi 23 mai 2018, 11:47 par Michel

@Liaan, esprit chagrin : Rédactrice ? C'est curieux, j'ai comme l'intuition que ce terme vous siérait. Il est bien moins prestigieux que celui d'auteure, c'est sûr, mais bon, ce n'est que pour nommer une personne de sexe féminin, après tout, ça suffira bien comme ça.

15. Le mercredi 23 mai 2018, 12:00 par Sax/Cat

Notez bien que "Mme X est une des plus grandes écrivaines" et "Mme X est un des plus grand écrivains" ne veut pas dire tout à fait la même chose.

16. Le mercredi 23 mai 2018, 12:03 par Michel

@Sax/Cat : Exact et là l'écriture inclusive prend tout son sens. En écrivant écrivain·e·s, on n'exclut pas ou ne limite pas. Merci d'avoir abondé dans mon sens.

17. Le mercredi 23 mai 2018, 13:05 par Le prof Turbled

@Michel :
M'en fout du folklore! Ce que je kiffe, ce sont les caisses et les bécanes. Bien sûr que vous ne souhaitiez pas y venir. C'était une façon de narrer cette chouette manif, que d'entamer mon message par "si vous étiez venu etc...".
Allassac est un petit village paisible et charmant qui s'esjouit de ne point recevoir des gens qui ne s'y plairaient pas, évidemment.
Écrivaine est quand même moins malsonnant qu'auteure.

18. Le mercredi 23 mai 2018, 15:42 par Tournesol

Palpitant donc ,si homme grenouille,femme crapaud?

19. Le mercredi 23 mai 2018, 16:58 par nono

@Liaan : la différence entre genre humain ou genre grammatical, en effet j'ai pu évoquer en ces termes toutes ces formes nouvelles de barbarismes.
Alors, pour un parfait éclairage sur le sujet, je préfère laisser s'exprimer les immortels...
http://www.academie-francaise.fr/ac...

20. Le mercredi 23 mai 2018, 17:13 par Tournesol

@nono : WoW,merci pour ce texte!

21. Le mercredi 23 mai 2018, 17:23 par Maurice La Grammaire

@nono : Merci pour ce renvoi aux immortels, arbitres suprêmes.
On évoque donc beaucoup ici des contresens linguistiques, alors que le sujet porte essentiellement sur la question de savoir pourquoi les Bretons circulent à contresens dans les stations-service ?

22. Le mercredi 23 mai 2018, 17:33 par Sax/Cat

@Maurice La Grammaire :
Parce qu'ils se prennent pour des grand-bretons alors qu'ils n'en sont que des petits.

23. Le mercredi 23 mai 2018, 18:07 par nono

Mais ce gugusse à contre sens, était-il seulement breton ?

Il semble que Michel a juste repéré l’identifiant local sur sa plaque de police normalisée SIV qui n’indique que la région de première immatriculation. (Ou peut-être à-il aperçu un autocollant « breitz » à l’arrière, ce qui constituerait en effet une preuve irréfutable)
Depuis 2009, les véhicules gardent leur identifiant spécial traitement informatique et rien ne permet plus désormais de distinguer avec certitude un parigot d’un breton.
A moins que… le propriétaire n’adopte automatiquement (par l’effet de la poudre de Perlimpinpin) tous les us et coutumes de la région indiquée sur la plaque du véhicule dont il vient de faire l’acquisition, dans ce cas il conviendra de redoubler de vigilance avant d’acheter.

24. Le mercredi 23 mai 2018, 18:08 par arielle.e

@nono : Waouh ! Merci nono. Mais je ne suis pas certaine que le QI de certaines féministes soit à même d'apprécier la qualité du verbe de ces deux spécialistes que sont Dumezil et Levy-Stauss. Mouarfff. Si la cause des femmes doit passer par une histoire d'E où va-t-on je vous le demande !!! Comme s'il n'y avait pas mieux à faire...que d'enculer les mouches :-)

25. Le mercredi 23 mai 2018, 20:23 par Clara Lorgane et Rocky Siffredo

@arielle.e :
Rhôôôhhh! Que vous êtes vulgaire!
On dit, quand on est bien élevée "tondre le poil sur les oeufs".

26. Le jeudi 24 mai 2018, 11:29 par Tournesol

@Clara Lorgane et Rocky Siffredo : Quels œufs?