VAG à l'âme

Premier groupe automobile européen, deuxième à l'échelle mondiale, Volkswagen crée le scandale aux Etats-Unis d'Amérique sur fond de tromperie. Le groupe aurait réussi à installer un logiciel dans ses voitures qui réussirait à tromper les contrôles de pollution. Pour faire simple, ce programme informatique serait en mesure de détecter un contrôle et calculerait l'injection de carburant de manière à faire passer pour plus propre qu'elle l'est l'automobile testée. Les ingénieurs de chez Volkswagen sont loin d'être sots.
Que cette marque aux origines plus que douteuses[1] ait réussi, avec ses Kombis et "coccinelles", à se donner une image de marque hyper cool auprès des jeunes de plusieurs générations d'automobilistes, c'est déjà un beau tour de force qu'il convient de saluer[2]. On voit que l'action du groupe VAG chute sur les places boursières. Dame ! Faut dire que, rien que pour les USA, l'amende pourrait atteindre les 18 milliards de dollars. Ce n'est pas rien. Attendons un peu que l'Europe se penche sur la question, qu'on rigole un brin.
Martin Winterkorn, patron de VAG, déclare : «Je regrette personnellement, et profondément, que nous ayons déçu la confiance de nos clients et du public». Bon. Ça va pour cette fois et que l'on ne vous y reprenne pas. Maintenant, on peut se demander si les autres constructeurs n'auraient pas, eux aussi, leur petite astuce pour passer les tests. Disons que je m'étonne un peu. Si les voitures du groupe VAG affichaient réellement des émissions de polluants moitié moindres que les autres constructeurs, je voudrais bien croire que la tromperie ne concerne que les automobiles de chez VAG. Si je m'appuie sur le palmarès du Particulier[3], Volkswagen n'arrive jamais en première position, ni pour les moteurs essence ni pour les moteurs à gas-oil. Mais peut-être bien que, tout simplement, le groupe PSA ou Renault vendent moins de voitures aux USA que VAG.
Quoi qu'il en soit, nous sommes là encore en présence de l'une de ces merveilleuses manifestations de ce que le libéralisme-capitalisme est capable. Quelqu'un, quelque part, a dû calculer qu'il était plus directement rentable de développer un bout de logiciel informatique que de chercher réellement à produire des moteurs moins polluants. C'est merveilleux !

Volkswagen nous enfume

Notes

[1] C'est Adolf Hitler le papa de la VW, tout de même !

[2] Non, non, on n'est pas obligé de tendre le bras, non !

[3] Il doit exister mieux quelque part mais j'ai la flemme de chercher

Haut de page