Une turbo à Agris

Ça ne plaira pas à tout le monde. J'espère même que ça ne plaira à personne. Mon avis sur cette moto, c'est que nous sommes en présence de l'une des plus laides produites par Honda. Tout est raté. Le moteur est moche, la décoration inepte, le style à chier. Comment décrire cette horreur à deux roues ? Du blanc, du bleu, du rouge, du doré pour les jantes, du plastique à tous les niveaux et, le pire de tout, ce "Turbo" répété jusqu'à la nausée. A l'avant ou sur les côtés et jusqu'au carter moteur, on veut que cela se sache. C'est une moto "turbo".
Nous sommes dans les années 80 et le turbo a le vent en poupe. Un peu comme une poule qui semblerait découvrir l'œuf, les constructeurs automobiles et poids-lourds redécouvrent le turbo compresseur. Ce n'est pourtant pas une nouveauté. L'intérêt est que, pour une cylindrée donnée, on a plus de puissance disponible. Le principe est relativement simple. Pour qu'un moteur à combustion interne fonctionne au mieux, il faut remplir le plus possible les chambres de combustion. Il y a eu le compresseur volumétrique, il y a eu le turbo compresseur. Si dans le premier cas, le compresseur est entraîné mécaniquement par le moteur, pour le second, le compresseur est entraîné par une turbine mise en rotation par les gaz d'échappement. L'intérêt est que ce système est indépendant pour partie du régime de rotation du moteur et fait tourner le compresseur plus rapidement.
Après les poids-lourds, le turbo est exploité en compétition avec bonheur, notamment par Renault. Que ce soit en Formule 1 ou en rallye, Renault montre ce que l'on peut tirer de cet accessoire. Nous rentrerons dans l'époque du turbo et des voitures rapides. L'industrie motocycliste se laisse avoir par cette mode et on connaîtra quelques essais plus ou moins heureux. Disons-le, le turbo et la moto, ce n'est pas ce que l'on a fait de mieux. D'ailleurs, si le turbo est aujourd'hui présent sur la majeure partie des Diesel en circulation ainsi que, depuis quelque temps, sur les petits moteurs essence, la moto l'a délaissé. Les constructeurs ont revu le fonctionnement du turbo pour en faire quelque chose de bien moins délicat à utiliser et, du coup, il n'est pas dit que la moto s'y intéresse de nouveau un jour.
La 650cc présentée ici est assez rare. Moins de 2000 exemplaires ont vu le jour. Elle vient remplacer la CX 500 Turbo qui développait déjà 82cv. La 650 dépasse les 100cv et permet de franchir la barre des 200 km/h. Hormis cela, cette moto ne présente pas vraiment d'intérêt. J'ai dit ce que je pense de son esthétique tape-à-l'œil. Il faut reconnaître que, à l'époque, cela pouvait sembler normal et respectueux des canons. Je me souviens que, en ces débuts d'années 80, on trouvait des autocollants "Turbo" à apposer sur son véhicule et qui, certainement, faisaient gagner quelques chevaux. Peu courante à l'époque, elle est d'une rareté certaine aujourd'hui. Et cela suffit-il à en faire un véhicule digne d'intérêt ? Non, certainement pas. Qu'elle soit une machine "collectionnable" ne fait pas de doute. Si elle n'est pas assez connue pour en faire une icône de la moto, elle rappellera au moins une époque à celles et ceux qui l'ont connue.

Honda CX 650 Turbo

Honda CX 650 Turbo

Haut de page