Trump, Brexit et ces genres de choses

Alors voilà[1], la Première ministre Theresa May a choisi une sortie de l'Union européenne forte. Cela va être sans doute passionnant de voir ce qu'il va se passer au Royaume-Uni désormais. D'un point de vue économique mais aussi social et politique. Ça va nous faire une expérience grandeur nature. Si la Grande-Bretagne souhaite commercer avec le reste de l'Europe, ce sera à des conditions différentes et, en partie, aux conditions de l'Europe. Bien sûr, ce sera aux conditions de la Grande-Bretagne dans l'autre sens.
Mais déjà Trump félicite Theresa May. On peut supposer que des accords commerciaux vont être noués entre les USA et la Grande-Bretagne. Il n'en reste pas moins que, géographiquement, le continent européen est, pour le Royaume-Uni, plus proche que l'américain.
Trump n'aime pas l'Europe et il n'hésite pas à le dire. Je ne sais pas bien ce que va être la politique du nouveau président américain mais j'ai comme dans l'idée que ça va être quelque chose de gratiné. Parce que je ne suis absolument pas un spécialiste de ces questions, je n'ai pas la moindre idée des impacts que pourront avoir les mesures protectionnistes annoncées par Donald Trump. Je suppose que si les Etats-Unis d'Amérique font peser de lourdes charges douanières sur les produits européens, l'Europe ripostera. Il faudrait savoir à quel point l'Europe dépend des USA, la balance des échanges entre ces deux entités. Bon. Si Trump remporte son pari et si le dollar s'envole face à l'Euro, déjà on peut prévoir que le prix du pétrole va exploser pour nous autres européens. Le prix des Harley-Davidson aussi mais j'en consomme bien moins.
Et alors j'imagine (mais je pense cela assez peu probable) que nous ayons une présidente d'extrême-droite au pouvoir d'ici quelques mois et que cette présidente là nous fasse sortir de l'Union européenne. Alors là, on l'aura en direct, notre expérience taille réelle !
Après la deuxième guerre mondiale, il y a eu ce que l'on a appelé le rêve américain. Le rock'n roll débarquait, on bavait devant les caisses américaines, on buvait du bourbon en fumant des cigarettes américaines. On s'habillait avec des bloudjines et on posait des perfecto sur les épaules. Je ne sais pas quand a pris fin ce rêve américain. Petit à petit, les USA nous ont moins fait rêver, c'est une certitude. On est devenu plus critique, on s'est dit que nous faisions nous aussi des trucs pas si mal. On a pris nos distances, de Gaulle est sorti de l'OTAN, la France a opté pour une certaine forme de neutralité entre bloc de l'ouest et bloc de l'est. Et puis l'Europe s'est construite. Elle est perfectible, elle n'est pas exempte de défauts mais combien d'avancées ! Je suis européen, je n'ai aucune envie de sortir de l'Europe, je ne suis pas mécontent du départ de la Grande-Bretagne et j'attends de voir l'issue du combat promis face aux USA.
Il n'en reste pas moins que tout cela n'annonce rien de bien réjouissant.

Le rêve américain

Note

[1] profitez-en pour visiter ce blog

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page