Tintin voit rouge

Qu'entends-je ce matin ? Tintin au pays des soviets, cet admirable ouvrage honnête et impartial, est réédité dans une version en couleurs. Alors bien sûr, loin de moi l'idée de penser ne serait-ce qu'un instant qu'il y ait dans cette opération la moindre intention de faire du fric et de repousser de quelques années le moment où Tintin tombera dans le domaine public. Non ! Cette nouvelle édition est indubitablement une continuité légitime de l'œuvre de Hergé, une œuvre d'art véridique, une prouesse artistique, une merveille parmi les merveilles du monde et il faudrait être bien sot pour ne pas se précipiter chez son libraire et acheter ce nouvel album que tout tintinophile qui se respecte se doit de posséder.
Que Hergé n'ait jamais été du côté des rouges puants qui font peur aux petits enfants avec leur sale couteau serré entre les dents, cela n'aura échappé à personne. De là où le grand homme se trouve actuellement, il nous rappelle d'une manière admirable combien il a toujours été du côté du caca-pipi-talisme. Désormais, le doute n'est plus permis. Souhaitons que Tintin finisse par terrasser le communisme pestilentiel partout où il peut encore se terrer, à grands coups de faucille si nécessaire.

Tintin part combattre le communisme

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://blog.michel-loiseau.fr/?trackback/3499

Haut de page