Tentative de feuilleton collaboratif du mardi (28)

Nous nous quittions sur une promesse de  guerre de cyborgs, Sax/Cat qui nous livre une suite pas piquée des vers.

Le routier mélomane et l'huissier malheureux,

La brune nymphomane et le facteur paumé,
À la station-service allons les retrouver,
Je sens que ça va être un sacré sac de nœuds.

- Gérard qu'est-ce que tu fous dans ces fringues pourries,
Frison qu'est-ce qu'il t'a pris de charger ce minable,
De rencontrer ensemble l'amant et le mari,
Vaudrait mieux me calmer, je vais péter un câble.

- Colette saloperie tu devrais la fermer,
Moi qui me croyais veuf je ne suis que cocu,
En moi j'ai une idée qui commence à germer,
Celle de t'envoyer un bon coup de tatane.

Francis avec Pedro, ils n'étaient pas tout près,
Vers notre petit groupe ont un peu progressé,
Munis de pistolets parfaitement graissés,
Vu leur air renfrogné ça pourrait être chaud.

Mais laissons cette histoire et allons voir ailleurs,
Ce qu'il advient ce jour aux gens de la Falaise,
Nous en étions restés à l'entrée de Günther,
Et à la belle Alice assise sur sa chaise.

Roland était planqué, les autres mains en l'air,
Günther venait d'entrer et de surprendre Uma.
Robot contre robot, une sacré affaire,
Dans les yeux de chacun un éclair s'alluma.

C'est Pedro le premier qui tire sur Colette,
Un petit trou au front, ça ne fait pas un pli.
Francis n'a pas le temps de tirer sur Freddy,
À cet instant précis arrive l'Estafette.

Oui, l'Estafette bleue que l'on attendait pas,
À bord Chapraud, Chapraut et l'inspecteur François.
C'est à ce moment-là qu'Hans entre dans le jeu,
Et à toute vitesse attaque les affreux.

Les deux cyborgues sont de force comparable,
Uma est plus légère mais Günther est gêné
Par sa jambe de bois qui le rend incapable
De parer avec force à de puissantes clés.

Ils s'étreignent, ils se serrent, ils se donnent des coups,
Maurice l'inconscient essaie de les calmer,
D'un seul geste du poing ils lui cassent le cou,
Et reprennent sitôt leur combat insensé.

D'un même mouvement Hans bondit de l'auto,
Et serre dans ses bras forts Francis et Pedro,
Serrant un peu plus fort il fait craquer leurs os,
La main les fait plier comme simples roseaux.

On sait que les cyborgs ont un talon d'Achille,
Qui est en général au niveau du nombril,
Chapraud tire si mal que çà parait futile,
Et c'est ce point précis qu'atteint le projectile.

Une gerbe de feu jaillit de ses entrailles,
Suivie en un instant d'un "boum" dans le gasoil,
Günther également fait donner la mitraille,
Contre Uma qui finit complètement à poil.

Un cyborg étalé, ça ne fait pas bien beau,
De l'aire de service une fumée s'élève,
Dans un dernier sursaut c'en est fini il crève,
Voilà un beau succès du brigadier Chapraud.

- Chapraud tout est fini, il nous foutront la paix,
Rectifie ta tenue, l'inspecteur nous regarde,
Il serait bien capable de porter le pet,
Guy le commandant te ferait monter la garde.

Par un curieux hasard, au bout du même temps,
Les deux cyborgues sont à court de batterie,
Robert baye aux corneilles, Roland sort de l'abri,
Et revient retrouver le groupe calmement.

- Chapraut, viens avec moi, allons à la fontaine,
Avec quelques seaux d'eau éteignons l'incendie,
De rôtir évitons, nous serons capitaines,
Et aurons, ça rira, de tout nouveaux képis.

Lafleur est très inquiet, il n'a plus de signal,
Aucun de ses cyborgs ne répond à l'appel,
Tout seul à la Fabrique, il se sent un peu mal,
Rhum blanc et ananas, il se fait un cocktail.

Gaëlle est fatiguée, elle est un peu émue,
C'est alors qu'elle pense "mais que ferait Yannick",
- Robert, Roland, Etzelle, pensez-y je vous prie,
Et ma petite Alice, viens-là que je t'embrasse.

La racine du mal est beaucoup plus profonde,
Il est désespéré, il ne croit plus en rien,
Avec le Nautilus il quitterait le monde,
Tout seul au fond de l'eau il sait qu'il serait bien.

Freddy, Gérard, Arthur, Chapraud, Chapraut, François,
Tout le monde est parti à la gendarmerie,
L'inspecteur ne dit rien, au loin un chien aboie,
L'eau-de-vie qu'il a bu lui fait dresser l'oreille.

Du bateau il les ont envoyés par le fond,
Les deux humanoïdes et Maurice amollis,
Et reviennent au port leur mission accomplie.
Ceux-là ne feront plus jamais un tour de piste.

Je crois que nos amis ont l'avenir plus clair,
Déjà quelques méchants ont quitté cette histoire,
Lafleur n'a plus d'allié pour l'aider en affaire,
Sauf peut-être Gérard, mais on n'y peut pas croire.

Roland, Robert, main dans la main, continueront
À chercher la fortune, ou au moins à y croire.
Alice pleure un peu, elle a bien le cafard,
Gaëlle la console, lui caresse la main.

Mais soudain, qu'y a t-il, une forte explosion !
En direction de Caen une énorme lueur !
Une nuage qui prend une forme de fleur,
Là où d'autres auraient plutôt fait champignon.

Moralité :
Malgré tous mes efforts je n'ai pas réussi
À finir sagement ce bout de feuilleton.
L'aventure du moins est loin d'être finie,
Le jeu continuera, le jeu, un jeu de.

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page