Rien de mieux mais on aura évité le pire

Question dessin, je patine un peu dans la semoule, ces temps derniers. Je ne sais pas bien pourquoi, c'est comme ça.

Je n'ai pas beaucoup d'idées de dessin et lorsque j'en ai, je ne parviens pas à les réaliser. Je suppose que l'état larvé de "enrhumé en devenir" y est pour quelque chose. Je le sens, ce rhume de saison, tapi là, dans le nez et la gorge. Il ne se déclare pas tout à fait, se contentant pour l'heure de menacer. Je me soigne à l'aspirine parce que je considère que c'est là une sorte de panacée qui me réussit pas si mal.
Mais ça peut aussi être dû à deux ou trois petites bricoles qui me tracassent et m'ennuient. Rien de bien grave, je vous rassure. Juste l'idée un peu désagréable que l'on se fout de ma gueule en me prenant pour plus sot encore que je le suis réellement à propos d'une affaire qui, au fond, n'a aucune forme d'importance. Quelque chose dont je ne me préoccupe pas, dont je me moque totalement et qui m'indiffère au plus haut point. Un petit machin qui se résoudra de lui même en son temps et que l'on tente d'accélérer. Il faut savoir prendre son temps.

Hier, j'étais chez un copain photographe et j'ai eu l'honneur et l'avantage de faire mes tous premiers pas avec une chambre photographique. Ah ! La chambre photographique, c'est tout de même autre chose que ces appareils photo numériques d'aujourd'hui bardés d'automatismes divers et d'électroniques absconses. Là, on ne fait rien si l'on ne comprend pas un minimum ce qu'il y a à faire.
Mes premiers pas sont bien modestes. Il a juste été question d'installer la chambre, d'en installer les divers éléments, et de regarder sur le dépoli de visée. Mon copain m'a demandé de faire quelques exercices simples. C'est à la fois difficile et facile. Il y a une logique et des impératifs techniques ainsi qu'un peu de jugeote. Redresser les perspectives, chercher les zones de netteté, jouer sur les réglages de bascule et de décentrement. Des concepts que je connais mais que je n'ai jamais eu à mettre en pratique jusque là. Nous n'avons pas fait de photo mais il y a comme un début de promesse que ça pourrait arriver dans un avenir plus ou moins lointain.
Le travail à la chambre, de ce que j'en sais et ai pu en percevoir, est radicalement une autre approche de la photographie. Il n'est pas question d'instantané, de photo prise sur le vif. Tout est préparé, calculé, mis en place, organisé, mesuré. C'est une fois que tout est prêt que l'on glisse le plan-film dans la chambre et que l'on déclenche. Sur un châssis de plan-film, souvent, on peut mettre deux plans-films. On a donc la possibilité de faire deux photos. Bien entendu, on peut avoir autant de châssis que l'on veut. La limitation n'existe pas par le nombre mais plus par l'approche. L'idée est de faire la photo en une prise. Il faut dire que le coût de l'opération dissuade grandement de se laisser aller à l'expérimentation cavalière. Ça coûte. Cher.
Pour le moment, le numérique n'est pas vraiment adapté aux chambres photographiques. Je ne suis pas sûr de ce que j'avance mais il me semble qu'il n'existe pas de capteur de la taille d'un plan film de 4x5 pouces. Les quelques dos numériques existants seraient des sortes de scanners avec une barrette qui se déplacerait sur la surface à photographier. Autant dire que l'on peut oublier les sujets en mouvement et les éclairages au flash.
La question est bien entendu de savoir s'il existe un intérêt quelconque à travailler à la chambre plutôt qu'avec un bête boîtier numérique de nos jours. On trouve facilement sur Internet des comparatifs d'images faites avec une chambre et un plan-film argentique d'un côté et un boîtier numérique de bonne facture de l'autre. Pour ce que j'en ai vu, le plan-film et la chambre sortent grands vainqueurs. De plus, la chambre permet des réglages tout bonnement impensables avec autre chose.
Ceci étant dit, si j'avais aujourd'hui un budget à investir dans du matériel photographique et si je devais choisir à prix égal entre un boîtier numérique récent et une chambre d'occasion complète, je pense que j'irais vers le choix de la raison et donc celui du boîtier numérique bien plus polyvalent et utilisable au quotidien.

Et donc, sans transition et sans me soucier de la cohérence de mon discours, je vous propose de vous ébaubir devant le dessin du jour. Bonne soirée.

Motocyclette de sport

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page