Purge de disque dur

C'est bien le problème avec la photo numérique. C'est trop facile de déclencher à tort et à travers et on prend des quantités phénoménales de photographies que l'on stocke sur son disque dur jusqu'à ce que l'on se rende enfin compte du fait que la plupart d'entre-elles sont sans intérêt et que l'on pourrait tout à fait les effacer sans qu'elles ne nous manquent le moins du monde. C'est ainsi que, suite à mon passage à la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, j'ai été pris d'une nouvelle frénésie de déclenchements intempestifs autant qu'inutiles. Si, par chance, je n'y suis pas resté trop longtemps, le mal a eu le temps de faire son œuvre et voilà que je dois faire face à un disque dur tout congestionné d'avoir avalé trop d'images numériques. Il m'arrive de me demander si la science et la médecine réunies ne pourraient pas m'être de quelque secours. Qu'est-ce qui peut bien me pousser à photographier Jean-Pierre Coffe ? Franchement ? Oui, bien sûr, c'est une personnalité connue, une vedette. Voudrais-je signifier par mon acte que j'ai rencontré ou, tout du moins, reconnu le personnage ? Et alors ? Qui ne reconnaîtrait pas l'homme qui ne fait rien pour passer inaperçu ? Quel exploit, vraiment !

Jean-Pierre Coffe
Je vous ai déjà montré une photo de Charline Vanhoenacker et une autre de Bruno Léandri. Je ne me suis pas arrêté là et je n'ai pas hésité un instant à photographier des auteurs de Fluide Glacial. Romain Dutreix et Pluttark, par exemple, mais aussi Hugot ou Claire Bouilhac qui dédicaçait un livre écrit par Mylène Demongeot et illustré par elle. Hugot, je l'ai rencontré dans Hara-Kiri Hebdo au début des années 80. Il dessinait alors la série "les deux mecs" dont l'absurdité me faisait rire aux éclats.

Romain Dutreix
pluttark.jpg
Claire Bouilhac et Mylène Demongeot
Hugot et ses bretelles

Haut de page