Des objectifs photographiques à ma disposition, c'est ce Canon EF 80-200mm L f:2.8 mon préféré. Il a été produit entre 1989 et 1995. Au mieux, il n'a donc qu'une petite vingtaine d'années. Toutefois, dans la mesure où il porte la mention "SPECIAL DEMO/TEST", je pense pouvoir supposer qu'il fait partie des tous premiers produits. J'imagine même qu'il s'agit d'un objectif assez exceptionnel, produit à quelques exemplaires et destiné à montrer aux professionnels de l'époque le niveau d'excellence atteignable par Canon. J'aime à penser qu'il a bénéficié de soins particuliers lors du montage, de l'alignement des lentilles, du calage de la rampe de mise au point. J'adore son rendu et en particulier celui obtenu à pleine ouverture.
Cet objectif n'est pas dénué de points faibles. Le premier est qu'il est lourd. Un peu plus de 1,4 kg tout de même ! Ensuite, il n'est pas équipé de moteur USM. Du coup, la mise au point est un peu lente. Enfin, il est incapable de faire le point à une distance inférieure à 1,80 mètres. Tous ces "défauts" n'en font pas un objectif difficile à utiliser, c'est juste qu'il faut avoir conscience de ses limites. Par exemple, pour un photographe de sport (ce que je ne suis certainement pas) ce 80-200 serait aujourd'hui désagréable à utiliser en raison de son autofocus lent. Par contre, pour un photographe de paysage, ce n'est pas un gros souci.
Moi, j'aime bien l'utiliser pour réaliser des portraits volés et j'aime bien l'utiliser à pleine ouverture. A Lanouaille, je me suis amusé à le visser sur le boîtier que j'avais en main et à chasser les expressions. Ça ne fonctionne pas à tous les coups ! Parce que l'on est un peu loin du sujet, on ne se fait pas assez remarquer et il peut arriver que quelqu'un entre dans le champ et refuse d'en sortir. Ce qui me dérange aussi, parfois, c'est que la grosseur de l'objectif fait qu'il se fait trop remarquer. Je n'aime pas beaucoup que quelqu'un vienne me dire que c'est un objectif "professionnel" et que, du coup, je dois en être un. Hier, j'ai encore eu à expliquer à plusieurs reprises que je ne faisais ces photos que pour mon plaisir. De toutes façons, si j'avais les moyens, je choisirais un Leica M avec deux objectifs, un 50mm et un 35mm. Je conserverais le matériel Canon pour réaliser les photos qu'il serait impossible de faire avec le Leica. Malheureusement, hélas, je n'ai pas les 6000 euros nécessaires pour me faire ce petit plaisir.
Parfois, je me dis qu'il y a des alternatives au Leica. Chez SONY, Olympus ou d'autres fabricants, il existe des boîtiers qui pourraient convenir. Voire, pourquoi pas, choisir un bon compact ? L'intérêt, c'est que c'est plus discret. Ou alors, il y a toujours cette idée de revenir à l'argentique et à la pellicule noir et blanc. Un vieux Leica de la série M, un M6 tant qu'à faire ! Un Leica M avec un ou deux Summicron ! Ce serait chouette. Ça reste assez cher et je n'ai pas d'endroit où faire un labo photo chez moi. Je pourrais imaginer en faire un dans le sous-sol mais il faudrait le vider, le rendre accessible. C'est une autre histoire, ça.
Et donc, après ce bavardage et avant de me mettre au boulot, je vous propose trois photos faites ce dimanche à Lanouaille.

En costume traditionnel

Eleveur

docte college