Le Land Rover dans les vignes

Lorsque l'on a rien à dire ou que l'on n'a pas l'envie ou le courage de le dire, que l'on n'a pas l'intention de passer des heures à dire des choses que personne n'écoutera ; lorsque l'on n'a pas fait de dessin parce que l'on n'en a pas eu le temps et que l'on manquait d'idée ; on se souvient que, pas plus tard qu'hier, je me suis promené en Land Rover dans les bois.

Il a tout de même la santé, ce brave Land de 1966. Hier, je suis passé voir mon frangin pour remettre en route le brave anglais. Il n'avait pas tourné depuis quelque temps et sa batterie avait été mise à charger dans l'attente de cette petite promenade. On installe la batterie, j'agis sur le levier d'amorçage de la pompe à essence et mon frangin me confie la clé de contact. Il démarre presque du premier coup et c'est parti !
Ça n'a pas été une longue promenade mais elle a été agréable. Dans ce bois non loin de chez mon frère, il y a profusion de petits chemins qui sont parfaits pour dégourdir les roues du Land. En deuxième vitesse et en quatre roues motrices, il s'est joué avec facilité et entrain des ornières, des montées, des descentes. Alors, avant de rentrer, nous nous sommes arrêtés à côté de vignes et de figuiers qui proposaient leurs fruits mûrs (que nous n'avons pas volés) et j'ai fait une petite photo souvenir.
Land Rover dans les vignes

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page