La pensée des nouilles éclaire le monde

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre qu'il va vous falloir trouver et lire de toute urgence.

Je suis d'une génération où la bande dessinée est peu considérée. Tout au long de mon parcours scolaire, il n'est pas arrivé une fois que l'on conseille aux élèves d'ouvrir un album de bandes dessinées. Lire Balzac, Ronsard ou Camus, ça oui. Souvent. Il convenait de lire sérieux. Et lire sérieux, c'est lire sans image. Les images, les petits dessins, c'est bon pour les classes de maternelles. Une fois que l'on a acquis la lecture, on laisse les images de côté.
Ça n'a jamais empêché les enfants et les adolescents et les adultes de lire des BD. La seule chose, c'est que l'on le faisait un peu en cachette, un peu honteusement. Il y avait celles qui étaient tolérées comme celles de Hergé et celles qui ne l'étaient pas du tout parce que trop vulgaires, trop violentes, trop libres. Mais maintenant, je suis un grand garçon et je fais bien ce que je veux comme je veux. Non mais !
C'est arrivé je ne sais plus comment. En naviguant sur Internet, un jour je tombe sur le blog de Isaac Wens. Et voilà que je me mets à sourire et à rire en lisant ses billets. C'est arrivé je ne sais plus quand mais depuis, je suis ce blog régulièrement.
Le héros de ce blog est Mr Popo. Mr Popo est entouré d'une petite fille qui pourrait être la sienne, d'un canard jaune, de nouilles martiennes, volantes et protéiformes. Mr Popo aime réfléchir et nous faire partager le fruit de ses réflexions. Il le fait très souvent en quatre cases joliment mises en couleurs. A chaque nouvelles quatre cases, on se sent déjà un peu moins bête.
C'est pour cela que lorsque j'ai appris qu'un recueil était édité, je me suis (un peu) empressé de l'acheter avec des euros honnêtement gagnés. Je l'ai reçu aujourd'hui. Première bonne surprise, le livre est plus grand et plus épais que je ne le pensais. Deuxième bonne surprise, les pages intérieures ne sont pas vierges. Il y a belle et bien des aventures de Mr Popo dessinées à l'intérieur. Je préfère le préciser tant il arrive trop souvent aujourd'hui encore que l'on se fasse avoir en achetant des livres vides. Le papier est de bonne qualité et l'ensemble a été imprimé en République tchèque. On pardonnera cette petite faute de goût.
Comme ça, on pourrait penser que je suis en train de faire de la pub pour Isaac Wens. D'abord, je ne doute pas un instant qu'il n'en a pas besoin ; ensuite, si tel était le cas, je vous prie de croire que j'aurais négocier un tarif avantageux. Je ne suis pas certain du tout que ce livre soit fait pour tout le monde. Il me semble qu'il est réalisé afin de toucher une cible bien précise de lecteurs avertis et d'une intelligence plutôt supérieure. Autant dire que vous ne devez pas vous sentir obligés de l'acheter. D'ailleurs, il n'est pas donné.
Il y a une très légère frustration à relire des choses déjà lues gratuitement sur Internet. On se dit que l'on aurait pu économiser son argent pour acheter des choses que l'on ne peut avoir gratuitement sur Internet. Des nouilles par exemple. J'ai fait le calcul, j'aurais pu acheter près de 10 kg de pâtes alimentaires avec le prix de ce livre. Baste ! Ce n'est pas tous les jours que l'on aide les jeunes créateurs et que l'on acquiert un beau livre que l'on pourra laisser bien en vue sur un joli meuble et qui fera dire que vous êtes une personne de goût.

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page