La Peste, elle sidérurgise

A moins que vous ne soyez entré en hibernation au fond d'une grotte mal desservie par la distribution de la presse, des ondes radio et du haut débit, vous ne pouvez ignorer l'affaire ArcelorMittal de Florange.

Arcelor était un groupe sidérurgique créé il y a une dizaine d'années qui est devenu ArcelorMittal à la suite d'une offre publique d'achat hostile du groupe Mittal Steel Company en 2006. Arcelor est né de la réunion de trois sidérurgistes européens (espagnol, luxembourgeois et français) et était le premier producteur d'acier mondial jusqu'en 2004 (source wikipedia)
Une fois que l'on a dit ça et que l'on ajoute que Mittal est indien[1], on ne sait rien ou pas grand chose. Ceux qui ne sont pas Lorrains ne doivent même pas savoir où se situe Florange et, au vu des photos que j'ai pu voir, il est concevable que l'on ne privilégie pas cet endroit pour destination de villégiature. Cependant, l'actualité nous force à apprendre les mots : ArcelorMittal, Florange, Ayrault, Montebourg, haut fourneau, acier, emplois, chômage, arrêt, nationalisation, cafouillage, trahison et Lorraine, entre autres.
Intéressons-nous à quelques uns de ces mots. En premier, je choisis le mot "acier[2]". Qu'est-ce que l'acier ? L'acier est un métal que l'on trouve communément dans tout un tas d'objets et qui ne pousse pas à l'état naturel dans les champs labourés par l'agriculteur beauceron. Pour faire de l'acier, il faut du minerai de fer, du carbone et de la chaleur pour mélanger le tout. Pour faire chauffer tout ça, une casserole en aluminium et un réchaud à alcool ne suffisent pas et cela nous permet de parler d'un second mot, le haut fourneau.
Je ne sais pas vous mais moi, je n'ai jamais compris comment fonctionne un haut fourneau. Je suppose qu'il faut que ça chauffe une sorte de gamelle dans laquelle on place du minerai de fer plus ou moins concassé avec du carbone. Mais quel carbone ? Mystère. Enfin bon, peu importe. Ça nous donne de l'industrie sidérurgique et des profilés, des tôles, des tuyaux et des lingots d'acier. Ou de fonte, je ne sais pas vraiment. J'ai comme un doute. Ce qu'il faut retenir, c'est que le haut fourneau est plein de mystères et que c'est plutôt assez laid.
"Arrêt". Ce troisième mot est en relation avec le précédent. Il appert que si l'on arrête un haut fourneau, il est foutu. Un haut fourneau qui est arrêté s'effondre et ne peut pas être redémarré. S'il n'y a plus de haut fourneau, il n'y a plus besoin de sidérurgistes et on en arrive au quatrième mot.
Le chômage guette la personne en âge de travailler à qui on ôte ou refuse un emploi. Le chômage est considéré comme un grand malheur en cela qu'il a un effet délétère sur le pouvoir d'achat. La personne victime du chômage est appelée "chômeur" ou "fainéasse" ou "parasite". Il est entretenu par ceux qui travaillent et paient des cotisations. Accessoirement, le chômeur passe ses journées à regarder la télévision en buvant du mauvais vin rouge. Le chômage est une maladie honteuse dont on ne se vante pas et il n'y a pas d'école pour apprendre à devenir chômeur. Il faut apprendre sur le tas et beaucoup de chômeurs sont autodidactes. Le chômeur sert aussi à faire peur à celles et ceux qui ont encore un travail et à leur faire accepter des choses pas sympathiques[3].
Enfin, nous choisissons le mot "nationalisation". La nationalisation, c'est lorsqu'une nation prive un honnête industriel de son outil pour se l'approprier. C'est du vol. Dans l'histoire, la nationalisation est souvent le fait de rouges communistes à couteau entre les dents. En France, on notera la nationalisation de Renault au sortir de la guerre et celle de pas mal d'industries à l'arrivée du rose Mitterrand en 1981. A l'étranger, on parlera de la nationalisation de General Motors par le pourtant pas si communiste que ça gouvernement américain. Dans l'actualité récente, on a parlé de nationaliser ArcelorMittal.

Bien.

ArcelorMittal est propriétaire d'un haut fourneau à Florange et il se trouve que l'on a découvert que ce n'était plus trop rentable de conserver ce haut fourneau. Alors, en capitaine d'industrie avisé, le capitaine avisé de ArcelorMittal a dit qu'il arrêtait le haut fourneau non rentable.
Et les sidérurgistes de Florange, ils se sont mis à gueuler et à en appeler à l'état pour que l'on les aide à ne pas perdre leur emploi et connaître le chômage infamant. Là, il y a un ministre du redressement productif qui dit qu'il connaît quelqu'un qui veut bien racheter le haut fourneau. L'espoir renaît dans les rangs des métallos sauf que le premier ministre Ayrault, il dit que non. Alors l'espoir s'effondre et ça gueule plus fort.
Au point où on en est aujourd'hui, Mittal dit qu'il va arrêter le haut fourneau et qu'il va indiquer le chemin pour Pôle Emploi à ses ouvriers qui ne seront pas reclassés. Tout cela est bien triste et Mittal a le mauvais rôle. C'est le méchant étranger même pas Français, dans l'histoire. Bon.

La Peste, elle se prend pour Mittal

Et moi qui ne suis ni Lorrain ni sidérurgiste ni métallo et qui ne sais même pas comment fonctionne un haut fourneau, qu'est-ce que je pense de tout ça ?
Ce que j'en pense, c'est qu'il y a comme une logique. Faire de l'acier en Lorraine, c'est méritoire et ça peut être utile. A la condition tout de même qu'il y ait des personnes qui achètent cet acier. Si c'est pour le mettre dans des bocaux avec une belle étiquette, ça vaut pas le coup. Et qui c'est qui achète de l'acier ? Principalement d'autres industries. L'industrie automobile, par exemple. Or, il se trouve que l'industrie automobile française n'est pas au mieux de sa forme et qu'elle produit de toute manière un peu plus en dehors de France parce que c'est moins cher que chez nous.
Et produire moins cher, ça sert à quoi ? A vendre moins cher (un peu) et faire plus de bénéfices (beaucoup). Lorsque l'on produit ailleurs, il est naturel de s'approvisionner en fournitures ailleurs aussi. Au plus près des usines. Acheter de l'acier en France pour construire en Roumanie, c'est un peu idiot. Produire en Roumanie avec de l'acier roumain et de la main d'œuvre roumaine pour vendre en France moins cher, c'est intelligent. D'ailleurs, ça semble plaire aux consommateurs français.
Mais un consommateur français, c'est quoi, me demanderez-vous ?

C'est quelqu'un qui a du pouvoir d'achat. Normalement, ce n'est pas un chômeur.

Mais en produisant ailleurs, on crée des chômeurs ici, non ?

Oui. Effectivement.

Mais alors, plus il y a de chômeurs, moins il y a de consommateurs ?

Oui. C'est là que la bât blesse.

Mais alors, qu'est-ce qu'on peut faire ? On ne peut pas relocaliser ?

Ah ! Ah ! Ah ! C'est la globalisation, mon pauvre ! Aujourd'hui, on ne peut plus voir tout ça de cette façon ! Si les industries de chez nous veulent produire chez nous, ils seront trop chers et personne n'achètera et les industries disparaîtront, voyons !

C'est vrai, je n'y avais pas pensé. Mais alors que faire ? Si je comprends, le système est en train de s'auto-suidider lui-même ?

Exact. C'est un jeu un peu idiot auquel nous jouons tous. Depuis des années, on veut consommer de plus en plus et on nous pousse à le faire en inventant tout un tas de dispositifs. Dans le cas de l'automobile, dans celui de l'électro-ménager, dans celui de l'informatique, partout ! On nous dit qu'il ne faut plus rouler dans de vieilles voitures et on nous met en place du contrôle technique de plus en plus pointilleux[4], on nous vend des matériels plus écologiques qui consomment moins[5], on nous propose des ordinateurs toujours plus puissants[6]. On a inventé ce que l'on appelle l'obsolescence programmée pour nous aider à suivre le mouvement toujours plus vite.

Mais ça ne peut pas marcher ! On ne peut pas demander aux chômeurs sans le sou de consommer toujours et toujours plus !

Qu'ils crèvent !

Dans quelle mesure les métallos de Florange n'ont-ils pas creusé leur tombe ?

Notes

[1] vaut mieux que deux tu l'auras.

[2] Comme dans : c'est nul acier

[3] "Si vous êtes pas d'accord, vous allez pointer au chômage"

[4] Pour notre bien et la sécurité de tous.

[5] Mais qui tombent en panne rapidement et qui ne sont pas réparables.

[6] qui n'acceptent plus de travailler au bout de quelques années parce qu'ils ne sont plus compatibles avec les nouveaux logiciels.

Un commentaire à ajouter ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page