Fête des brasseurs à Trélissac

Hier, samedi, s'est tenue la première édition de la fête des brasseurs à Trélissac. C'était l'occasion de rencontrer les brasseurs périgourdins et leurs bières. Dans toute la France, les petites brasseries renaissent. A partir d'orge malté, d'eau, de levures et de fleurs de houblon, chaque brasserie produit des bières au caractère différent.

Je n'ai pu me rendre à cette fête des brasseurs qu'assez tardivement dans la soirée. Il était dit qu'elle devait durer jusqu'à 23 heures. Ça se tenait dans la salle du foyer socio-culturel de la ville et c'était organisé par l'association culturelle de Trélissac. Je suis arrivé assez tard, certains brasseurs avaient déjà plié bagages et l'ambiance devait être bien retombée. Sur une estrade, quelques musiciens proposaient leur musique que personne n'écoutait plus vraiment. A quelques tables installées dans cette grande salle sans âme, quelques personnes dégustaient une bière. Toutefois, la fête a été une vraie réussite à entendre les quelques exposants encore présents. La fatigue commençait à se faire sentir et tous n'avaient en tête que de tout ranger.
Parmi les présents, la Brasserie Artisanale de Marsac que j'avais déjà rencontrée à Périgueux l'été dernier, la Brasserie de la Croix du Rat de Saint-Cyprien, la brasserie La Pépie de Sadillac, à côté de Bergerac, et la Bastide Brewery de Eymet. Je n'étais pas là que pour m'alcooliser à outrance. Il convenait avant toute chose de découvrir de nouvelles bières et de voir si l'on pouvait réellement produire des bières intéressantes en terre de Périgord.

Bière artisanale de Marsac
Je n'ai pas goûté toutes les bières. Les dégustations n'étaient pas gratuites. D'un sens, on peut le comprendre. J'en connais qui y auraient passé la journée. Apparemment, plus tôt dans la journée, il y avait un système de bons qui, me semble-t-il, devait permettre de déguster. Plus personne à l'accueil pour les distribuer ou les vendre. Je connaissais déjà les bières de la BAM. J'aurais aimé goûter celle de La Pépie mais ce sera pour une autre fois.

La Pépie - de Conti
Je me suis intéressé plus particulièrement à deux brasseurs. L'un sujet de sa très gracieuse majesté the queen Elisabeth II, William King, qui officie à Eymet au sein de la Bastide Brewery. Notre brasseur grand breton produit une bitter fameuse légère en alcool et riche en parfums floraux et en agréable amertume qui reste bien en gorge. Cette bière a été une belle découverte. Dommage qu'il n'y ait pas eu de bouteilles à ramener.

Croix du Rat - Stephen Dunne
Pas du tout Anglais puisque Irlandais de Dublin, Stephen Dunne brasse ses bières à Saint-Cyprien. Le choix est vaste. A côté de la stout, de la blonde, de l'ambrée, de la blanche et de la bière de Noël, il produit une bière à la châtaigne et une autre au miel. J'ai goûté le stout et la blanche. Elles sont réellement très bonnes. Visiblement, notre homme connaît son affaire. Qui dit Irlande et stout pense à Guinness, à Murphy's ou à Beamish. Stephen prévient. Son stout est très différent de ces bières. L'orge torréfié apporte bien l'amertume en plus de la couleur très noire mais cette bière est légèrement plus sucrée, aussi. Elle m'a semblé bien plus intéressante que la Guinness en terme de saveurs, plus complexe, meilleure. Dans le même temps, rien ne remplacera jamais une Guinness pression servie dans un pub à la pinte. Ce stout m'a fait penser à une brune belge par quelques côtés mais en plus amère, en plus irlandais. La blanche, qui incorpore du blé dans la recette, m'a surpris agréablement elle aussi. A n'en pas douter, notre sympathique Irlandais connaît son affaire !

Croix du Rat - Stephen Dunne

Haut de page