De l'outre espace

Pour moi, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne, alors que je cherchais un raccourci que jamais je ne trouvai. Cela a commencé par une auberge abandonnée et par un homme devenu trop las pour continuer sa route.
Si la vie est apparue ou est en train d'apparaître sur une autre planète, quelque part dans le vaste univers, il n'y a pas de raison pour qu'elle ait choisi de se développer de la même manière que par chez nous. Il serait presque incroyable que la vie ne soit apparue que sur notre Terre à nous autres. Il n'empêche que ça nous plaît bien de penser que les extraterrestres sont assez différents de nous mais pas trop. On aime à penser qu'ils pourraient être petits mais avec un cerveau énorme, assez laids selon nos critères, assez repoussants, même. Ils pourraient n'avoir que trois doigts mais fort longs, des yeux exorbités, une peau visqueuse et un tout petit zizi. Ils viendraient tenter de nous coloniser ou nous exterminer mais à la fin, c'est nous qu'on gagnerait parce que, tout de même, l'Homme c'est pas la moitié d'un con.
Enfin ça, c'est dans le cas où ce seraient les ET qui viendraient nous visiter. Et si c'était nous qui réussissions à partir à la rencontre de ces êtres étranges sur leur petite exoplanète ridicule ? Ah ! Peut-être pas tout de suite là maintenant mais disons, soyons fous, dans deux ou trois ans ? On envoie un vaisseau spatial vachement moderne avec piscine à bulles, court de tennis, piste de danse et tout ce qu'il faut pour passer le temps parce que le voyage va tout de même prendre quelque temps. De la bouffe en quantité avec les boissons pour accompagner, une connexion à Internet pour pas perdre le contact avec la famille et aussi se tenir au courant des choses de l'actualité, une statue du président Macron pour protéger les voyageurs en marche vers l'ailleurs et quelques outils pour réparer en cas d'avarie.
Donc, paf, une sélection d'astronautes triés sur le volet part vers les espaces infinis de l'énormité interstellaire avec une carte Michelin, une boussole et un sextant bien réglé. Nos hommes et femmes divaguent un peu, sortent de la voie lactée, prennent la direction préconisée par d'éminents astronomes et les voilà en vue de la planète de destination. Ils se posent sans difficultés majeures et sortent du vaisseau spatial en combinaison étanche, on n'est jamais trop prudent. Il y en a un qui, avec précaution, soulève la visière et vérifie que l'atmosphère est bien respirable. Coup de bol, elle l'est. Du coup, ils peuvent s'habiller plus confortablement pour mener à bien leur expédition de recherche de la vie. Dans leurs bagages, ils ont amené tout un tas de véhicules avec le plein de carburant. Un quatre-quatre, des petites motos tous-terrains, un quad, une patinette, des vélos et un petit camion avec une cellule de camping-car. Comme la planète ne présente pas de reliefs accidentés et que la pesanteur est moins forte que sur Terre, ils peuvent parcourir des milliers de kilomètres en peu de temps. Ils vont du nord au sud, de l'est à l'ouest et, un jour, alors qu'ils ne s'y attendaient plus vraiment et qu'ils commençaient à trouver le temps un peu long, paf, au détour d'un virage ils se retrouvent nez à nez avec un enfant extraterrestre occupé à garder un troupeau de brebis-chèvres à poils longs. Nos voyageurs de l'espace vont à sa rencontre et avec beaucoup de gestes parviennent à expliquer leur planète d'origine, leur voyage et l'assurer de leurs bonnes intentions. L'enfant, peu farouche, les conduit jusqu'à son village où les astronautes peuvent rencontrer le chef pour un entretien particulier.
La barrière de la langue n'est pas bien difficile à abattre pour nos terriens choisis pour leur faculté à apprendre de nouvelles langues. En à peine une heure, ils parviennent déjà à baragouiner la langue indigène d'une manière tout à fait acceptable. Quant au chef du village, il est ravi d'avoir la primeur de la prise de contact avec ces étrangers qui viennent de loin, d'une galaxie lointaine et à eux inaccessible. Il accepte au nom de ses semblables les cadeaux et est visiblement émerveillé par le baromètre décoré d'un paysage alpin. Il explique que son peuple n'est pas bien riche et qu'il ne peut offrir en retour qu'une brouette de diamants d'une pureté inconnue sur Terre. Les voyageurs font mine d'accepter sans enthousiasme excessif, un peu par sens du protocole mais beaucoup parce qu'ils aimeraient en avoir plus qu'une brouette.
Le chef local écoute avec attention et intérêt les explications des envoyés plénipotentiaires sur les problèmes connus sur la planète Terre. Il est horrifié d'apprendre que la pollution a conduit à la disparition de tant et plus d'espèces animales et végétales et propose aussitôt, dans un geste de générosité indéniable d'accueillir les milliards de Terriens qui souhaiteraient venir vivre sur cette planète agréable où rien ne manque, ni eau ni oxygène, ni terre arable ni ressources minérales de toutes sortes. En effet, cette planète un poil plus petite que la Terre est riche d'un sous-sol bien garni en pétrole, métaux plus ou moins rares et même des trucs inconnus sur Terre. Pour le sol, il est tellement bon que l'on peut y faire pousser tout en un temps record. Parce que le climat est particulièrement adéquat en tous points, on peut espérer engranger récolte sur récolte toute l'année. En outre, on peut trouver à l'état naturel tout plein d'espèces de végétaux bien intéressants dont une sorte d'arbre qui donne des feuilles plaisantes à fumer et des fruits qui ont tout de la côte de bœuf. Des roches métamorphiques procurent à qui le souhaite une boisson délicieuse au goût et assez bien alcoolisée. Il suffit de creuser d'un coup de pioche et de puiser le liquide. La belle vie.
Ni une ni deux, un accord est conclu entre les représentants terriens et les autochtones et un banquet est organisé pour saluer le rapprochement entre les deux peuples. Il est décidé que quelques Terriens resteront sur place en gage de confiance et que le même nombre d'extraterrestres feront le voyage jusqu'à la Terre afin qu'ils puissent présenter leur chouette planète aux autorités terriennes. Tope-là ! Le temps de faire les pleins de l'engin spatial, de vérifier les bougies, de faire une rapide vidange et de remplir le réservoir de liquide de lave-glace et c'est déjà l'heure du départ. L'émotion fait bien couler quelques larmes mais l'assurance d'un prochain retour et la joie de revoir bientôt les nouveaux amis réchauffent les cœurs. La manette de starter est tirée, le bouton d'allumage des réacteurs est pressé et c'est le décollage. L'esprit joyeux, les voyageurs de l'espace parcourent les dizaines de milliers d'années lumière à la vitesse de... la lumière. Pour que le temps passe plus vite, on apprend aux êtres de la petite planète à jouer à la belote et les parties de carte se succèdent tout le temps du trajet avec toujours plus de franches rigolades.
Peu de temps après, c'est déjà l'atterrissage. Une foule immense est là pour accueillir les héros. Les dirigeants de tous les pays se battent pour avoir l'honneur de les recevoir chez eux et pour en apprendre plus. Les extraterrestres font les gros titres des journaux, quelques scientifiques proposent que l'on les dissèquent illico, les curés prétendent qu'ils sont création divine. Mais déjà, on œuvre à bride abattue pour construire les fusées nécessaires à la grande migration. On bâtit des sortes d'arches de Noé pour amener tous les animaux utiles, on fabrique des fusées-silo pour embarquer les graines et noyaux, les spores et tubercules du monde végétal ou cryptogame. Les ingénieurs redoublent d'ardeur, les ouvriers travaillent en sifflant. On commence à faire ses bagages, ses cartons.
En quelques mois, tout est fin prêt. On embarque tout et le reste, on verse une petite larme pour la planète Terre et c'est le grand départ. Les scientifiques ont optimisé la puissance des vaisseaux et calculé l'itinéraire afin qu'il soit le plus rapide possible et en à peine deux semaines et demi, les Terriens arrivent à destination. Ils sont accueillis sous les vivas de la foule venue souhaiter la bienvenue à leurs nouveaux amis. Ici, on n'a pas chômé et les villes sont toutes déjà bâties sous les directives de l'architecte resté sur place. Les immeubles sont en marbre rose, les escaliers en bois précieux, les vitrages en diamant pur et les boutons de porte en or surchoix. Afin de ne pas reproduire les erreurs commises sur Terre, on a décidé de ne pas créer de frontières ou de pays. La géographie des lieux ne permet d'ailleurs pas vraiment de définir des frontières naturelles et on ne peut trouver un morceau du territoire préférable à un autre. Tout a été dessiné méthodiquement et intelligemment de manière à ce que les espaces verts soient nombreux et accessibles à tous. On a bien sûr réservé des espaces pour les terrains de football et les piscines olympiques. Les routes sont tracées rationnellement et permettent de rejoindre quelque point du globe en un minimum de temps. D'ailleurs, on a su s'inspirer des technologies locales pour créer des véhicules qui n'utilisent pas de source d'énergie pour se déplacer à une vitesse ahurissante en toute sécurité. Les réseaux de communications aussi ont bénéficié de la technologie extraterrestre et on n'est pas bien loin de la transmission de pensée avec des débits affolants. Grâce aux ressources naturelles et au savoir des sorciers du cru, tous auront accès à une médecine à la fois douce et particulièrement efficace. Du reste, l'atmosphère environnante semble protéger de la maladie et, peut-être même, de la mort. Les sommités scientifiques se déclarent très intéressées par ce fait et ont déjà sorti microscopes et tubes à essai pour tenter d'en apprendre plus.
Le temps que tout un chacun gagne ses nouvelles pénates et un immense banquet est organisé. Les Terriens font découvrir les produits de leur ancienne planète et découvrent ceux de leur nouvelle. Les extraterrestres se montrent impressionnés par les fromages français si puissants et odorants et assez dubitatifs face aux plats venus de Grande-Bretagne. Aussi, ils tombent amoureux des chats qu'ils ne connaissaient pas ainsi que de la truffe blanche d'Italie. Au cours du festin, les grands de la Terre décident d'un commun accord qu'ils démissionnent ou abdiquent tous et qu'ils acceptent d'adopter le régime politique en cours sur la planète, une forme d'anarchie éclairée et bienveillante. On lève les verres pour cela et on s'embrasse.
Peu de temps après, le temps que la glace soit totalement rompue et que les plus solides timidités soient vaincues, on s'aperçoit non sans surprise de l'inter-fécondité entre les humains et les extraterrestres. Les premiers enfants naissent bientôt et ils sont tous particulièrement beaux et déjà bien avancés intellectuellement pour leur âge. C'est une ère de bonheur et de prospérité qui débute là et personne ne trouve à s'en plaindre.
Les religieux qui, dans un premier temps demandaient à voir, campés sur leurs croyances qu'ils étaient, envoient valdinguer soutanes, turbans, fanfreluches, croix et croissants, kippa et gris-gris, livres saints et idoles païennes pour participer au grand élan d'amour et de paix. Les cultures anciennes sont remisées au rôle de curiosités pour les musées présents un peu partout dans les villes. Bien entendu, l'argent est éradiqué et les échanges se font sur le principe de la bonne foi et de la générosité. Les professions intellectuelles, les artistes, les penseurs, écrivains, musiciens, réalisateurs et autres philosophes sont respectés au même titre que les cultivateurs, ouvriers et manœuvres. Les industries sont dirigées afin de répondre aux besoins de la population et d'une manière démocratique dans le sens d'un respect du bien-être de la planète et de l'environnement.

Pendant ce temps, la planète Terre, libérée des humains se reconstitue doucement, comme une convalescente. Le travail de la sélection naturelle et de l'évolution des espèces poursuit son œuvre et, de temps à autres, elle voit débarquer des touristes venus d'une lointaine planète venus là comme on va au parc d'attraction. Ces touristes sont très respectueux et ne laissent pas de papier gras après leur départ. Bref et pour faire court, tout est de nouveau en ordre dans l'univers.

Tintin et Milou d'une lointaine planète

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://blog.michel-loiseau.fr/?trackback/3692

Haut de page