Ciel bleu

Ce matin, je ne pensais pas voir de ciel bleu aujourd'hui. Et c'est cet après-midi qu'il est apparu. Alors que ce n'était absolument pas mon idée première, je me suis arrêté en lisière d'un bois, histoire de voir si oui ou non il pouvait se trouver quelque champignon qui auraient pu agrémenter mon repas de ce soir. En fait de champignons, il n'y en avait pas tripette. Toutefois, il convient de modérer ce propos à la lumière de ce que je vais m'empresser de vous dévoiler dès à présent et sans plus attendre : je ne sais pas chercher les champignons et, subséquemment, je ne sais pas les trouver. En effet, une idée couramment partagée veut que l'on ne trouve que ce que l'on cherche. Un bon trouveur se doit donc avant tout d'être un bon chercheur.
Evidemment, on ne manquera pas de me reprocher l'emploi du barbarisme "trouveur" qui n'est dans aucun dictionnaire connu. Je ne les connais pas tous et permettez-moi de vous dire que ce manque est regrettable. Par quel mot "officiel" remplacer "trouveur" ? J'ai cherché et n'ai pas trouvé. Donc, j'ai pris la liberté en accord avec ma conscience de me permettre l'emploi de ce néologisme dont je fais don à l'Humanité. C'est un mot libre de droit, "open source", gratuit. J'aime parfois à me montrer généreux avec mes contemporains.
Et s'il n'y avait pas de champignons, il y avait du ciel bleu et des arbres. J'ai bien vu les arbres et cela m'amène à me demander si, en fin de compte, ce n'est pas juste un problème de verres de lunettes qui m'empêche de voir les champignons. D'ordinaire, on distingue le champignon de l'arbre par le fait que ce dernier est plus grand. Beaucoup plus, même. On me suggère que si je ne vois pas les petits arbres de la taille des champignons, cela peut-être dû au même problème de correction optique. Je n'y avais pas pensé.

arbres

Haut de page