Hier, histoire de bien marquer notre attachement à l'idéologie écologiste, mon frère et moi nous sommes allés nous promener avec un beau 4x4 qui consomme facilement ses 17 litres d'essence aux cent kilomètres dans un bois voisin. Alors que nous avions bien progressé, que nous avions franchi la "mare de la mort", que nous avions sans aucun doute écrasé tout un tas d'insectes, que nous avions perturbé le calme de ce lieu de nature, de calme et de verdure, nous nous retrouvâmes face à des arbres qui nous interdisaient d'aller plus loin.
Allions-nous nous résoudre à rebrousser chemin ? Que nenni ! C'est que nous sommes prévoyants. Nous avions pris avec nous une belle tronçonneuse, les réservoirs plein de mélange et d'huile de chaîne. En une petite cinquantaine de minutes, la route était libérée, les arbres découpés en tronçons d'un mètre, rangés sur le bas-côté, dans l'attente que l'on revienne les chercher, que l'on les fende et qu'ils finissent dans la cheminée.
Nous avons remis la tronçonneuse dans la caisse du Land Rover, nous avons démarré et nous avons poursuivi notre promenade.

Là, on ne va pas pouvoir passer

Quelques coups de tronçonneuse après