Bourse d'échanges de Brive-la-Gaillarde


Dimanche dernier, il y avait la bourse d'échanges de Brive. C'était l'occasion pour les collectionneurs et restaurateurs de véhicules anciens de trouver la perle rare, c'était aussi, pour les badauds, d'admirer les quelques véhicules exposés. Cette foire se tenait sur la place de la Guierle et dans la salle Georges Brassens qui, comme c'est étrange, est aussi l'endroit où se tient l'un des plus courus des marchés de la ville. Je reviendrai peut-être sur les véhicules exposés mais, pour aujourd'hui, je vous propose quelques images de la bourse d'échanges proprement dire.
Pour commencer et pour faire râler Liaan, une Honda 750 Four bien restaurée qui n'était pas vraiment exposée. Elle se trouvait en bout de la bourse, légèrement en retrait. Pour moi et par-delà les vaines querelles, cette moto a marqué son époque et est devenue une vraie "classique". Alors, oui, on ne peut pas le nier, c'est une moto japonaise. Et alors ? Elle a une bonne gueule et ça me fait plaisir d'en voir une dans ce bel état.

Honda 750 Four
L'humour s'était invité à cette bourse d'échange corrézienne. En guise de rappel de l'étonnante vente Artcurial de la collection Baillon qui a vu partir à des prix totalement déraisonnables des épaves qui ne seront probablement jamais restaurées, étaient exposées deux "machines" décrépies en un état de délabrement bien avancé. Des affichettes annonçaient qu'il s'agissait d'une vente "Artfinal" et proposaient la vente à des prix cocasses. Cela rappelait au passage que le petit monde du véhicule de collection est aussi sinon avant tout une grosse affaire de fric.

Vente Artfinal-Baillon
Humour encore avec un joli petit Kombi VolksWagen décoré avec goût aux couleurs d'une célèbre marque de boisson sucrée bien connue. J'aime beaucoup ce genre de traitement qui cherche à vieillir la carrosserie et à laisser la rouille apparaître tout en la contrôlant attentivement. J'aime aussi le contraste entre les jantes bien propres et brillantes avec le reste du véhicule.

Volkswagen
Pour finir, un aperçu de ce que l'on pouvait trouver comme deux roues à restaurer. Il s'agit de ce que l'on appelle du matériel "sorti de grange". Il n'est pas impossible qu'un jour quelqu'un se prenne de passion pour ces cyclos et vélomoteurs populaires délaissés et abandonnés à leur triste sort et qu'ils sillonnent de nouveau les petites routes prochainement. Au passage, il est amusant de se dire qu'il sera aussi difficile et onéreux de restaurer à la perfection l'un de ces pétochons insignifiants qu'une moto d'une grande marque célébrée. A l'heure où je suis parti de la bourse, ces machines étaient toujours là et n'avaient visiblement pas trouvé acquéreur. Une prochaine fois peut-être ?

Sortie de grange

Commentaires

1. Le mercredi 6 mai 2015, 10:20 par shanti

Stupéfiant, oui, votre lien et le prix atteint par certaines automobiles.
Elles furent belles, mais désormais ...
Le VW, superbe ! Oui, les enjoliveurs font un peu tache !
Belle brochette d'engins oubliés ! Il y a sans doute là-dedans quelques raretés.

2. Le mercredi 6 mai 2015, 10:37 par Liaan

"ArtFinal" :
On dirait un Derny.
Fabuleux !
Je me verrais bien avec ce genre de machine, une classe certaine.
"La belle brochette de cyclomoteurs" :
Comme Valéry Giscard d'Estaing ou la Renault 14, voilà des trucs complètement oubliés, de nos jours... Pourtant ces cyclos ont participé aux "trente glorieuses" en véhiculant tous ces travailleurs qui ont retroussé leurs manches pour relever le pays après le conflit mondial. Ces pratiques machines sont malheureusement oubliées par la plupart de nos contemporains : combien en voit-on dans les films ou les bandes dessinées prétendant retranscrire les années 1950 ?
Parmi ces trois photos présentées, le "bus VW", lui par contre, n'est pas oublié, surtout par ses prix actuels. Le taux de la peau de fesse est de plus en plus élevé quand on voit les tarifs pratiqués. C'est comme le prix de vente des deux-pattes, sacré inflation...

3. Le mercredi 6 mai 2015, 10:51 par Liaan

Que revivent les cyclos !
"Small is beautiful"

Malheureusement, comme vous dites, Michel, peu de ces machines seront restaurées : ça coûte trop et "ça paie pas" (et ça n'a jamais eu payé).

4. Le mercredi 6 mai 2015, 10:55 par

@Liaan :
Euh Renault 14 (la poire), années 50 ?

5. Le mercredi 6 mai 2015, 12:07 par arielle

Pas la moindre botte d'oignons. Je suis déçue.

6. Le mercredi 6 mai 2015, 13:15 par

@arielle :
Ni bourses de gendarme

7. Le mercredi 6 mai 2015, 13:41 par arielle

@

8. Le mercredi 6 mai 2015, 13:51 par Liaan

@Sax/Cat : R14, années 50...
Beuh non, bien sûr, je voulais parler de choses oubliées de nos jours, ce sont de grands exemples, VGE, R10, R12 ou R14, j'aurai pu parler du Be-Bop, d'Antiope ou de Teletel... Bref, des trucs qui ont existé mais qui ont été vite oubliés...
Ce n'est pas parce que vous, qui avez un âge canonique, avez vu beaucoup de choses dans votre vie que la jeunesse de maintenant devrait connaître, il faut penser aux jeunes pousses...
Les cyclomoteurs, qui ont pourtant rempli nos rues et nos routes, sont en train de disparaitre à une vitesse supérieure à celle de leur déplacement réglementaires, c'est ce ce que je voulais faire comprendre, saperlotte, et vous, grand nigaud, me demandez de m'expliquer.

9. Le mercredi 6 mai 2015, 14:24 par

@Liaan :
Le be-bop n'est pas mort, il b...e encore.
(je suis sûr que vous avez fait exprès par pure provocation)

10. Le mercredi 6 mai 2015, 21:17 par fifi

Le combi-V W parait surbaissé avec ses jantes et peuneus tailles basses, plus pratique pour monter avec le déambulateur. Merci pour toutes ces belles vieilleries mises en images.

11. Le vendredi 8 mai 2015, 18:33 par Liaan

@arielle : En somme, sur mon écran, je n'ai que trois photos visibles, la première (je n'y vois que des lignes et des traits) doit être un "emoji" mal transmis ?
(rires)