Blanc comme White


Enfin ! Ce n'est pas trop tôt Enfin ! Il est tombé de la neige. Pas beaucoup mais c'est de la neige tout de même. Enfin, on se sent en hiver.

Neige dans la ville
Ça a commencé hier après-midi. De la toute petite neige de rien du tout, presque ridicule. Des flocons tout petits, éparpillés. Le soir, je suis sorti pour aller manger des pizzas. Je ne m'attendais pas à ce que la neige tombe et recouvre d'un mince manteau les routes et les voitures, les prés et les toitures. Ça a été une bonne surprise. Je suis rentré prudemment mais sans difficulté et je suis allé me coucher.
Hier, je suis donc allé manger des pizzas et, surtout, j'ai fini de voir Breaking Bad, l'une des meilleures séries télé de ces dernières années. Je m'étais arrêté à antépénultième épisode et ne pouvais me résoudre à en terminer avec les aventures de Walter White et Jesse Pinkman. Faire durer, refuser de terminer. Un comportement idiot auquel je suis souvent confronté. Vous savez ? Cette crainte d'en terminer avec quelque chose de bon. Ça doit avoir un nom en psychiatrie, ce truc là. Je ne le connais pas.
Donc, pour celles et ceux qui ne savent pas, Breaking Bad est une série américaine diffusée en France sur Arte en cinq saisons. Walter White est un prof de chimie, un représentant de la classe moyenne américaine, assez falot et insignifiant. Il est marié, à un enfant adolescent handicapé, une voiture moche. Pour compléter ses revenus, il travaille dans une station de lavage de voitures. Son beau-frère, le mari de la sœur de sa femme, Skyler, est agent à la brigade des stups d'Albuquerque, au Nouveau Mexique. Ce beau-frère, Hank Schrader, tient Walter pour un brave type un peu trop calme et rangé.
Il se trouve que Walter White, 50 ans, vient d'apprendre qu'il a développé un cancer des poumons. Ses revenus ne lui permettent pas d'entreprendre une traitement efficace. Il déprime d'autant plus que Skyler vient de lui apprendre qu'elle est enceinte. C'est ballot. Hank, l'agent de la DEA, raconte au cours d'une soirée les sommes colossales générées par la production et la vente de drogue et, en particulier, de méthamphétamine (appelée meth). Ting ! Une idée germe dans l'esprit de Walt le jour où, par amusement, Hank lui propose de le suivre dans une opération policière visant à débusquer des producteurs de meth. Walt reconnaît un ancien élève, Jesse Pinkman, et conçoit un plan. Il va s'associer à Jesse, produire une meth de qualité supérieure, la vendre, gagner plein de brouzoufs, pouvoir se soigner et vivre sa petite vie pépère. Un plan bien bancal.
Dans les premiers épisodes de la série, on navigue dans la comédie humoristique. On voit l'équipe de bras cassés formée par Walter et Jesse. Le prof et le toxico produise leur meth dans le désert et dans un vieux camping-car, d'une manière artisanale. Ils écoulent la drogue à petite échelle. Tout cela est, je le répète, distillé sur le ton de la douce comédie.
Mais ça change. La meth de Walter est d'une rare qualité et elle trouve son marché. On se l'arrache. La petite entreprise artisanale prend de l'ampleur, l'argent commence à entrer et le petit professeur de chimie se prend au jeu. Evidemment, l'arrivée de cette meth exceptionnelle ne passe pas inaperçue et les équipes de la DEA commence à s'y intéresser sérieusement. Hank va enquêter. Et c'est un bon flic, Hank ! Mais comment voudriez-vous qu'il puisse suspecter son effacé de beau-frère d'être derrière tout ça, vous ? De la comédie, on passe au drame et les aventures de Walter et Jesse deviennent carrément addictives. Je ne vais pas tout vous raconter parce que ça serait long et qu'il vaut mieux que vous vous plongiez dans l'affaire par vous-même. Ça vaut le coup !
Et alors voilà l'affaire. J'ai arrêté de regarder la série à l'avant avant dernier épisode. Aucune envie de terminer ça. Un comportement ridicule, je le reconnais. Et mon frère et ma mère ont fait comme moi. Ceci laisse penser que ce désordre psychiatrique est congénital. Hier, ça avait été décidé, il fallait que ça cesse. Nous avons mangé des pizzas et nous avons regarder les trois derniers épisodes à la suite. Oh putain ! Je ne m'attendais pas à cette fin. Je me doutais bien que ça ne pouvait pas se terminer sur un happy end mais j'étais loin de m'imaginer tout ça. Génial. Et je pèse le mot. Génial. Vraiment. Il faut voir ! Moi, c'est sûr, je vais tout regarder de nouveau depuis le premier épisode.

Commentaires

1. Le vendredi 6 février 2015, 11:58 par arielle

Je dois être malade aussi, je n'ai pas encore vu la dernière saison !

2. Le vendredi 6 février 2015, 12:00 par Sax/Cat

La neige, je l'ai eue hier sur la route vers Toulouse, et ce matin en Paroupianie. J'attends qu'elle fonde pour aller faire quelques emplettes bricolageuses.

3. Le vendredi 6 février 2015, 12:05 par Sax/Cat

Est-ce que je peux faire une remarque bête ?
Je trouve le terme de "saison" complètement ridicule.
De mon jeune temps, on parlait de feuilleton et d'épisode, et on ne se posait pas la question de savoir s'il durait depuis six mois ou cinq ans. On peut parler de saison des cerises, des pluies, mais je ne comprends pas l'utilisation pour une série.

4. Le vendredi 6 février 2015, 12:12 par michel

@arielle : Quelle chance vous avez !
@Sax/Cat : Je ne sais pas ce qu'il en est en Paroupianie mais si c'est comme ici, je doute que la neige puisse gêner les déplacements.
@Sax/Cat : Et oui, je suis d'accord avec vous mais c'est comme ça. Je pense que l'on a repris la dénomination américaine en la francisant, un peu bêtement. Cependant, on ne peut pas nier que la série se découpe en plusieurs parties diffusées année après année, un peu à la manière des saisons qui se retrouvent année après année. Pour être honnête, cette appellation ne parvient pas à me mettre en colère.

5. Le vendredi 6 février 2015, 14:07 par shanti

Chouette photo enroulée !
La série dont vous parlez, je suis pratiquement certaine de ne pas l'avoir vue, pourtant le récit ne m'est pas du tout étranger, bizarre.
Les pizzas venaient du Marquee ?

6. Le vendredi 6 février 2015, 14:40 par Liaan

La photo de la rue !
Avec l'inscription !
On croirait se promener dans streetmachinchose de gougueule.

Vot'feuilleton ? Connais pas. Ai pas la tévé (mais je paie la redevance car on a beau cocher la case "pas d'appareil récepteur TV", elle est mise d'office. Faut réclamer à chaque fois...).
Mais ce feuilleton doit être bien fichu, car vous devez être assez difficile sur le plan feuilleton.

7. Le vendredi 6 février 2015, 14:58 par michel

@shanti : Peut-être vous en aura-t-on parlé ?
Les pizzas viennent du Lardin. Ils font des pizzas à emporter, au Marquee ?
@Liaan : Ce n'est pas un feuilleton puisque c'est une série. La redevance, je la paie et me la fais rembourser. Des fois, ça marche, ils tiennent compte de la case cochée. Quoi qu'il en soit, je ne paie pas une redevance attachée à la détention d'un poste de télé parce que je n'en ai pas. La série en question existe en DVD. C'est même depuis ce genre de support que j'ai pu voir la fin.
Du point de vue des séries, il y a donc celle-ci mais j'aime aussi beaucoup Six Feet Under, Game of Thrones ou True Detective, pour les assez récentes. J'aime aussi les Avengers (Chapeau melon et bottes de cuir) avec Emma Peel mais c'est peut-être bien une question d'attirance sexuelle.

8. Le vendredi 6 février 2015, 15:13 par Liaan

@michel : Dans les Avengers, il y a l'attirance sexuelle, mais aussi l'humour britannique, ne le nions pas !
Ah, faut que vous me corrigiez, série et non feuilleton, pour moi c'est du feuilleton, vous êtes chiant comme la pluie !
Dans la série "il m'emmerde", il se pose là.
Dans le feuilleton "il m'emmerde", ça marche aussi.
Bon d'accord, je peux dire que je lis un récit de la série Astérix le Gaulois, je ne dirais pas feuilleton Astérix.

9. Le vendredi 6 février 2015, 15:31 par arielle

@Liaan : Dans la série des séries feuilletonesques des saisons d'antan, j'ai adoré Chapeau de cuir et Bottes de melon sans pour autant éprouver la moindre attirance physique pour Emma ni pour Steed qu'il est difficile de trouver sexy !

Dans la série thriller dans les brumes du nord à bouffer des anxiolytiques, c'est " The Killing" que je place en haut de l'affiche et ensuite les " Kurt Wallander " avec Kenneth Branagh qui possède un certain charme.

D'une manière générale, Arte nous régale de bonnes séries où les anglais et les "nordiques" se révèlent pas mauvais du tout dans ce genre.

10. Le vendredi 6 février 2015, 15:31 par shanti

@michel :
Bonne question !
Je pense que vous avez raison, on ne doit pas emporter au Marquee.

11. Le vendredi 6 février 2015, 15:47 par michel

@arielle : Je ne connais pas "the Killing" et n'ai pas vu un seul des épisodes des "Wallander". Si j'ai l'occasion, je tenterai de trouver pour le premier. Pour l'autre, bon, je doute que ça apporte grand chose aux romans.
@shanti : C'est ce qu'il me semble.

12. Le vendredi 6 février 2015, 15:50 par Liaan

@arielle : Je parlais bien sûr pour les garçons à qui "Et ma pile" faisait de l'effet, surtout pour moi, lorsqu'une amie de boulot lui ressemble...Ah ! On ne devrait pas vieillir... Punaise de nostalgie.
Question série, je suis assez "vieux machin", et je ne connais pas du tout les nouvelles et actuelles série. Je suis resté sur les années 1970 avec "Le prisonnier", "Au cœur du temps" ou "Les mystères de l'Ouest", présentés en couleurs sur la deuxième chaîne. Mais si je trouve des dvd à pas trop chers, et en V.O., je prends. Je me procurais par exemple les "Chapeau melon" lorsqu'ils sont sortis en kiosque il y a une quinzaine d'année.

13. Le vendredi 6 février 2015, 15:55 par michel

@Liaan : Quel vieux schnock vous faites ! Et pourquoi Emma ne ferait-elle pas d'effet aux femmes ?

14. Le vendredi 6 février 2015, 17:12 par Liaan

@michel : Ça pour être un vieux croûton, j'en suis un. Et j'aime ça.
Cela me permet de pouvoir radoter :
"D'mon temps...gnnn, gnnnn".

15. Le vendredi 6 février 2015, 17:39 par michel

@Liaan : Ce qui est bien avec les vieux croûtons, c'est que l'on peut les faire ramollir dans un bouillon. Tout n'est donc pas perdu !

16. Le vendredi 6 février 2015, 20:09 par fifi

@michel : Surtout frottés à l'ail. Je regarde de temps en temps des séries avec ma femme préférée, si ça me gave, je m'arrache, je viens ici, sur l'ordi pour suivre les commentaires, voir les dessins, les photos publiés par vous, j'ai la gratte à coté et pour changer, mon pote didi m'a installé un jeu de belote et un de tarot. Mais dans l'ensemble, si il faut suivre une série ou autre, c'est non .

17. Le vendredi 6 février 2015, 20:17 par michel

@fifi : Arrêtez ! Vous allez me faire saliver et baver sur mon clavier qui n'en demande pas tant. Et encore plus que ces misérables croûtons, parlez-moi donc de ces belles tranches de pain rassis frottées à l'ail et que l'on pose dans l'assiette creuse avant d'y déposer un sublime potage paysan avec ses haricots, son morceau de lard, ses carottes et ses oignons, ses poireaux et ses navets, rutabagas, et autres délices. Après, avec des slurps de contentement, penché sur son assiette, on aspire le tout en se brûlant la gueule et on se ressert une deuxième assiette tellement c'est bon d'être gourmand. Ça y est, bordel, j'ai faim. Merde.

18. Le vendredi 6 février 2015, 20:43 par arielle

@fifi : Oui surtout frottés à l'ail et vlan dans la soupe de poissons le Liaan!
La belote et le tarot sont mes deux sports préférés. Je me suis bien entrainée au flipper aussi . Halala, nostalgie....

19. Le vendredi 6 février 2015, 20:44 par michel

@arielle : Oui, c'est bon aussi. Par contre, je ne suis pas certain que Liaan ne gâterait pas la soupe de poisson.

20. Le vendredi 6 février 2015, 20:59 par Liaan

@michel : Dites tout de suite que je suis rassis !

21. Le vendredi 6 février 2015, 21:00 par michel

@Liaan : Bien sûr ! Vous étiez sur votre chaise. Vous vous êtes levé pour aller pisser et puis vous vous êtes rassis.

22. Le vendredi 6 février 2015, 21:06 par Liaan

Ah, c'est malin, si on peut pu aller pisser tranquille...

23. Le samedi 7 février 2015, 11:00 par fifi

@michel : Si le rat scie, à quand le dessin du rat sciant.

24. Le samedi 7 février 2015, 11:04 par fifi

@arielle : Tout ceci nous amène des parfums de vacances qui donne envie de descendre dans le Sud-Est. Bayrol, par exemple.

25. Le lundi 9 février 2015, 09:13 par display:none

2 images pour commenter ce post :
- ici
- et ici