Blanc comme White

Enfin ! Ce n'est pas trop tôt Enfin ! Il est tombé de la neige. Pas beaucoup mais c'est de la neige tout de même. Enfin, on se sent en hiver.

Neige dans la ville
Ça a commencé hier après-midi. De la toute petite neige de rien du tout, presque ridicule. Des flocons tout petits, éparpillés. Le soir, je suis sorti pour aller manger des pizzas. Je ne m'attendais pas à ce que la neige tombe et recouvre d'un mince manteau les routes et les voitures, les prés et les toitures. Ça a été une bonne surprise. Je suis rentré prudemment mais sans difficulté et je suis allé me coucher.
Hier, je suis donc allé manger des pizzas et, surtout, j'ai fini de voir Breaking Bad, l'une des meilleures séries télé de ces dernières années. Je m'étais arrêté à antépénultième épisode et ne pouvais me résoudre à en terminer avec les aventures de Walter White et Jesse Pinkman. Faire durer, refuser de terminer. Un comportement idiot auquel je suis souvent confronté. Vous savez ? Cette crainte d'en terminer avec quelque chose de bon. Ça doit avoir un nom en psychiatrie, ce truc là. Je ne le connais pas.
Donc, pour celles et ceux qui ne savent pas, Breaking Bad est une série américaine diffusée en France sur Arte en cinq saisons. Walter White est un prof de chimie, un représentant de la classe moyenne américaine, assez falot et insignifiant. Il est marié, à un enfant adolescent handicapé, une voiture moche. Pour compléter ses revenus, il travaille dans une station de lavage de voitures. Son beau-frère, le mari de la sœur de sa femme, Skyler, est agent à la brigade des stups d'Albuquerque, au Nouveau Mexique. Ce beau-frère, Hank Schrader, tient Walter pour un brave type un peu trop calme et rangé.
Il se trouve que Walter White, 50 ans, vient d'apprendre qu'il a développé un cancer des poumons. Ses revenus ne lui permettent pas d'entreprendre une traitement efficace. Il déprime d'autant plus que Skyler vient de lui apprendre qu'elle est enceinte. C'est ballot. Hank, l'agent de la DEA, raconte au cours d'une soirée les sommes colossales générées par la production et la vente de drogue et, en particulier, de méthamphétamine (appelée meth). Ting ! Une idée germe dans l'esprit de Walt le jour où, par amusement, Hank lui propose de le suivre dans une opération policière visant à débusquer des producteurs de meth. Walt reconnaît un ancien élève, Jesse Pinkman, et conçoit un plan. Il va s'associer à Jesse, produire une meth de qualité supérieure, la vendre, gagner plein de brouzoufs, pouvoir se soigner et vivre sa petite vie pépère. Un plan bien bancal.
Dans les premiers épisodes de la série, on navigue dans la comédie humoristique. On voit l'équipe de bras cassés formée par Walter et Jesse. Le prof et le toxico produise leur meth dans le désert et dans un vieux camping-car, d'une manière artisanale. Ils écoulent la drogue à petite échelle. Tout cela est, je le répète, distillé sur le ton de la douce comédie.
Mais ça change. La meth de Walter est d'une rare qualité et elle trouve son marché. On se l'arrache. La petite entreprise artisanale prend de l'ampleur, l'argent commence à entrer et le petit professeur de chimie se prend au jeu. Evidemment, l'arrivée de cette meth exceptionnelle ne passe pas inaperçue et les équipes de la DEA commence à s'y intéresser sérieusement. Hank va enquêter. Et c'est un bon flic, Hank ! Mais comment voudriez-vous qu'il puisse suspecter son effacé de beau-frère d'être derrière tout ça, vous ? De la comédie, on passe au drame et les aventures de Walter et Jesse deviennent carrément addictives. Je ne vais pas tout vous raconter parce que ça serait long et qu'il vaut mieux que vous vous plongiez dans l'affaire par vous-même. Ça vaut le coup !
Et alors voilà l'affaire. J'ai arrêté de regarder la série à l'avant avant dernier épisode. Aucune envie de terminer ça. Un comportement ridicule, je le reconnais. Et mon frère et ma mère ont fait comme moi. Ceci laisse penser que ce désordre psychiatrique est congénital. Hier, ça avait été décidé, il fallait que ça cesse. Nous avons mangé des pizzas et nous avons regarder les trois derniers épisodes à la suite. Oh putain ! Je ne m'attendais pas à cette fin. Je me doutais bien que ça ne pouvait pas se terminer sur un happy end mais j'étais loin de m'imaginer tout ça. Génial. Et je pèse le mot. Génial. Vraiment. Il faut voir ! Moi, c'est sûr, je vais tout regarder de nouveau depuis le premier épisode.

Une saillie verbale ?

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Répondez et vous serez entendu.

Haut de page